Making-Of // Global Histories, Global Students?

Lundi 15 octobre dernier est sorti le dernier numéro de la revue Global Histories, journal géré par les étudiants du centre d’histoire globale de la Freie Universität de Berlin. Cette revue publie deux fois par un an un numéro mêlant des research papers, des comptes-rendus de conférence et d’ouvrages. Et parmi cette nouvelle édition, vous trouverez mon premier long article en anglais présentant un aspect de ma recherche doctorale, sous le titre “Global Students? The International Mobility and Identity of Students from Colonial India and Indochina, 1880s-1945”. Retour d’expérience en plusieurs actes. 

Acte 1Global History Student Conference

J’ai découvert le centre d’histoire globale de la FU à force d’errances sur les réseaux sociaux, à la recherche d’opportunités afin de présenter mes travaux sous le label “histoire globale”. Tous les ans, une conférence internationale est organisée pour les étudiants de ce centre. Elle a pour objectif la présentation de jeunes travaux d’histoire globale grâce à des panels thématiques associés à une pré-circulation des papiers permettant d’alimenter les discussions. En parallèle, quelques workshops sont organisés – du classique “Comment publier dans une revue scientifique” au plus original sur l’usage du cinéma dans les recherches en histoire globale. Une session plénière à la fin des deux jours de conférences a pour objectif de dynamiser les réflexions épistémologiques sur l’histoire globale. En effet, ce qui m’a le plus frappé au cours de l’édition 2018, c’est l’investissement des étudiants et la passion avec laquelle ils abordaient l’histoire globale. Si, finalement, nos conclusions furent assez communes – la collaboration est indispensable, notamment pour sortir d’un eurocentrisme et pour dépasser des limites individuelles, concernant l’apprentissage de multiples langues par exemple, c’est une impression de dynamisme, de vigueur et de volonté de développer et de réflechir sur l’histoire globale qui prédominait pendant la conférence.

Acte 2Global Histories… et mon papier

En parallèle, le centre publie depuis quelques années sa propre revue Global Histories. A Student Journal et la conférence était l’occasion de rappeler l’appel à communications alors en cours jusqu’au 1er juillet. C’est donc comme cela que je me suis retrouvée à proposer un article, tirée de ma communication “Global Mobility. Being a Student from Colonial Asia in the World (Early 20th century)“.

Le premier enjeu était de transformer cette présentation très générale de mon travail en un véritable article de recherche. La première version reflétait bien cette difficulté : alors que j’avais d’ores et déjà décidé de me concentrer sur les mobilités à l’échelle internationale (hors des empires coloniaux), j’avais d’abord rédigé un résumé très global des multiples questions qui accompagnent ces circulations : quelles sont les grandes périodes qui rythment les migrations ? Sont-elles contrôlées, supervisées, guidées ? Conduisent-elles à des contacts avec les étudiants locaux ou internationaux ? 

Ma mission, une fois l’article accepté : recentrer mon article sur un problème précis. Et ce n’était pas une mince affaire… D’abord, parce que j’avais beaucoup de difficulté à sortir de cette vision générale des mobilités, à prendre du recul. Mais aussi, parce que les révisions étaient demandées sous un délai d’une semaine. Sueurs froides. 

Une version 2 fondée sur une réflexion sur les liens entre mobilités et identités a pu voir le jour grâce à des discussions, notamment avec Claire-Lise, qui m’ont permis de prendre du recul sur mon travail. La leçon majeure de cette aventure éditoriale en temps limité : extérioriser les difficultés. Rien de bien extraordinnaire mais parler avec des chercheurs de mon blocage a favorisé le déblocage. 

Défi n°2 : écrire un long article en anglais… on peut dire que mon temps de rédaction a été doublé et le peu de temps disponible (+/- une semaine à chaque fois) rendait une relecture efficace plus difficile. Si la forme a parfois créé des petites tensions, les retombées à court et moyen terme sont réelles concernant la syntaxe et le vocabulaire. Bref, un exercice difficile mais bénéfique, mais qui demande beaucoup de temps. 

Le gros avantage de cette publication – à la fois cause et conséquence d’un processus éditorial trèèèèès accéléré – l’article a été retravaillé entre le 15 août et le 14 octobre pour publication le 15 – c’est une publication rapide, en moins de six mois. C’est bien pour le CV, surtout de jeune chercheuse comme moi, bien pour la réflexion qui ne semble pas trop datée, déjà “périmée” au moment de la sortie. Si j’ai parfois frôlé la crise de nerfs, l’équipe reste malgré tout à l’écoute, notamment concernant le feedback qui a suivi la publication. Global Histories ne se construit pas en un jour et les prochains auteurs devraient pouvoir bénéficier de nos retours 🙂 

Le prochain appel à communications est ouvert jusqu’au 15 décembre prochain ! 

Dès maintenant, vous pouvez lire mon article – et tous les autres ! – qui sont en libre accès à partir du site de la revue, ou au moins admirer la photographie d’illustration, les étudiantes du Barbour Fellowship aux États-Unis en 1928-1929, que j’apprécie particulièrement.  

Ciné-Asie // Caniba : Mobilités étudiantes et faits divers

Fin août sortait Caniba, un documentaire réalisé par Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel. Le film avait déjà bénéficié d’un micro-buzz quelques mois auparavant, certaines scènes très crues lui ayant valu un avertissement – 18 ans. Il m’en fallait tout de même plus pour me décourager et j’étais déterminée à voir le film – ce qui ne s’avérait pas si aisé vu sa très faible programmation dans Paris. En effet, ce documentaire se fonde sur l’expérience – peu ordinaire et pour le moins sanglante – d’un étudiant japonais en France… L’occasion d’un billet sur les mobilités étudiantes et les faits divers.

En 1981, Issei Sagawa est étudiant à la Sorbonne lorsqu’il dévore – littéralement – Renée, camarade de promotion néerlandaise qu’il abat après l’avoir invitée chez lui. Déclaré irresponsable pénalement à la suite de son arrestation, il est interné quelque temps en France avant d’être transféré au Japon… où il vit toujours, grâce à l’assistance de son frère Jun, second protagoniste du film, aux tendances machosistes très prononcées. Ce billet n’ayant pas pour vocation d’être une critique du documentaire – qui n’a lui même pas vocation d’être un récit et une enquête autour des faits de 1981, je ne m’apesentirai pas sur des détails. Je précise seulement que ce film est une expérience très floue mais qui, malgré tout, nécessite d’avoir le coeur bien accroché…

Des faits divers, j’ai l’occasion d’en croiser au cours de ma thèse en parcourant les archives numérisées de certains journaux, accessibles grâce à des plateformes dédiées. Du côté britannique, le site British Newspaper Archives associé à la British Library permet, contre un abonnement payant, d’avoir accès à de très nombreux journaux. Mon séjour à Columbia m’a également permis de piller frénétiquement les archives du Times of India et, plus généralement, celles de leur World Newspaper Archive. Un grand merci à Gary Hausman, chargé de la South Asian Studies Library, qui m’a indiqué toutes ses ressources ! C’est toujours un peu frustrant de constater que ces précieux documents ne sont accessibles qu’à une minorité de chercheur – mes droits à Columbia étant expirés, je n’y ai plus accès désormais…

Les faits divers ne représentent pas la majorité des articles que j’ai pu consulter à partir du mot-clef “Indian students“. Et ici, pas de cannibalisme, certes, mais le traitement des sujets concernant des étudiants asiatiques, principalement indien, n’en est pas moins digne d’intérêt.

Tout d’abord, ces quelques crimes, accidents et autres arnarques sont diffusés dans différents journaux. Le Times of India, dont le premier numéro à paraître sous ce nom date de 1861 mais qui existait depuis 1838 sous l’appellation The Bombay Times and Journal of Commerce, contient de nombreux papiers sur la situation des étudiants indiens au Royaume-Uni et à l’étranger. Il s’agit de rapporter des nouvelles sur la diaspora indienne alors que ces migrations étudiantes restent un sujet éminemment politique, loin d’être ignoré par le Gouvernement de l’Inde. 

Les locaux du Times of India en 1898
Source: Wikipedia

Mais c’est également la presse britannique qui relaie ces faits divers à l’échelle nationale, comme le soulignent des articles de The Observer,  ou davantage locale, avec The ScotsmanThe Irish Times… Elle dénote d’un intérêt du lectorat pour des affaires concernant la population indienne en métropole ou, plus largement, en Europe.

En 1921, le journal écossais the Scotsman réserve quelques lignes à une dépêche Reuter consacrée au meurtre d’un étudiant à Berlin(1) . Un chauffeur, Max Arnold, vient alors d’avouer qu’il a étranglé un étudiant indien du nom de Shi Singh, retrouvé mort dans son lit le 21 janvier au matin. Sans revenir sur les circonstances de cet assassinat, la dépêche précise que le coupable a fait tout ce qui est en son possible pour préserver sa maîtresse, également épouse du défunt, de toute suspicion. Ce crime a priori passionnel, dont le récit bref n’en est pas pour autant dénué de sensationnalisme, renseigne également la chercheuse que je suis sur les trajectoires européennes – extra-impériales – de certains étudiants, sur le caractère familial de ces circulations et, enfin, sur la possibilité de contacts – ici, charnels – avec les populations locales. 

Sept années plus tard, plusieurs journaux s’intéressent à un double décès au sein d’une pension londonienne (2). L’étudiant indien Manathanath Sanyal et la galloise Gwennyth Rose Lewis ont été retrouvés dans une chambre, le premier déjà décédé et la seconde inanimée. La jeune femme, qui rend l’âme sur le chemin de l’hôpital, est décrite, à la fois par The Scotsman et The Irish Times comme séduisante (attractive) et cultivée (well read). Les informations sur son compagnon d’infortune sont plus brèves, se limitant à quelques considérations physiques (“middle height“, “faire completion and good features“) et financières, celui-ci étant l’héritier d’une fortune importante. Ici, ces différentes précisions semblent devoir justifier la possibilité d’une relation entre ces deux individus. La nature précise de cette relation n’est d’ailleurs pas évoquée, tout comme les causes de leur décès : si la présence d’une seringue est notée par le journaliste du journal irlandais, aucune conclusion n’est clairement énoncée et les deux décès restent présentés comme le mystère de la pension d’Euston Road. 

D’autres articles font écho à des questions de société, passées comme présentes. En 1938, l’étudiant en médecine Choith Thawerdos Tabil, est condamné par la cour d’Édimbourg à seize mois d’emprisonnement (3). Il avait plaidé coupable de l’accusation d’avoir procédé, entre le 1er juillet 1936 et le 28 septembre 1938, à trente-trois avortements et onze autres tentatives auprès de femmes, mariées ou célibataires, venant d’Écosse comme d’Angleterre. Son avocat invoque alors son appartenance à l’élite indienne mais aussi son grant intérêt pour les actes médicaux : “Being greatly interested in this branch of medical work, he allowed himself to do things which probably in wiser moments he would have refrained from doing” tout en insistant sur son professonalisme, aucune patiente n’ayant souffert d’effets secondaires. Marié à une Écossaise, l’étudiant indien envisage de rentrer en Inde afin d’assurer à sa famille une vie “décente et honorable”. En outre, l’avortement n’est pas légalisé en Écosse avant 1967 et en Inde avant 1971.

Les exemples d’accidents comptant parmi leurs victimes des étudiants indiens sont multiples : individus morts de froid en Allemagne en 1926 puis en 1939 (4),  noyade d’un étudiant en médecine dans la rivière Crouch en 1935 (5), incendie d’une pension à Newcastle en 1939 (6), etc. Abordés ici sans exhaustivité, ils sont autant de témoignages de la présence indienne en Europe au cours de la première moitié du XXe siècle et de leur vie quotidienne, leurs activités dépassant le simple cadre universitaire.  

(1) “The Murder of an Indian Student in Berlin”, The Scotsman, 26 janvier 1921.  

(2) “Boarding-House Mystery – Indian Student and Welsh Girl Found Dead”, The Irish Times, 9 juillet 1928 ; “Welsh Girl and Indian Student”, The Scotsman, 10 juillet 1928. 

(3) “Indian Student’s Crime – Sent to Prison for 16 Months – ABORTION CHARGES”, The Scotsman, 3 décembre 1936. 

(4) “Indian Student’s Fate – Frozen to Death on the Hills”, The Scotsman, 16 mars 1926 ; “Indiant Student Dies in Snow – Left Mountain Hut at 4 A.M. on New Year’s Day”, The Scotsman, 3 janvier 1939. 

(5) “Indian Student Drowned – Dinghy Overturned Off Burnham-on-Crouch”, The Times of India, 13 avril 1935.

(6) “Indian Student Dies in Fire – Newcastle Casualties”, The Times of India, 18 janvier 1939.