Journée d’études // Interconnexions [post-]coloniales

Le 18 mai prochain aura lieu ma première journée d’études en tant que co-organisatrice, sous le nom « Interconnexions (post-)coloniales, XX-XXIe siècle« , l’occasion pour moi de revenir sur l’organisation de cette journée.

Cliquez ici pour le programme détaillé

Ce projet est né il y a environ un an, à la suite d’une formation doctorale – comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer l’utilité de ces formations^^ – qui n’avait pourtant rien à voir avec la thématique de la journée. J’y ai rencontré Karim Mammasse, un autre doctorant en histoire contemporaine qui travaille sur le budget militaire de la France entre les années 1940 et 1970. De mémoire, nous étions trois doctorants en contempo lors de la formation et nous travaillions tous sur des sujets qui touchaient de près ou d’un peu plus loin avec les territoires coloniaux. Karim eut la bonne idée de nous écrire à la fin de cette formation pour savoir si l’organisation d’une journée d’études autour d’une approche commune à nos travaux nous intéressait… Et j’ai dit « oui » !

Je m’embarquais alors dans une aventure toute nouvelle, quelques jours seulement avant ma toute première conférence (qui m’a amenée jusqu’à Hong Kong, mais c’est une autre histoire), et je n’avais donc pas du tout idée de comment tout cela allait se dérouler. Heureusement, Karim avait une vision plus claire des choses et nous avons commencé à organiser des réunions régulières dans une salle prêtée par notre UMR commun.

Quand je dis que la thèse est l’occasion de nombreuses rencontres enrichissantes, cette JE en est la preuve. Nos réunions mensuelles – ou bimestrielles selon la période – nous ont fait rencontrer Virginie Durand, ingénieure d’études à l’UMR Sirice et, élément important, secrétaire de rédaction des Cahiers Sirice. Grâce à elle, nous avons pu présenter notre projet au directeur de l’UMR et obtenir nos premiers soutiens. Et surtout Virginie nous a donné tous les conseils pour mettre en oeuvre notre journée. C’était notamment indispensable concernant les temporalités : je n’avais qu’une vague idée des délais nécessaires pour mener à bien notre projet, entre la constitution du comité scientifiquela rédaction et diffusion de l’appel à communications, la sélection des propositions reçues (et le gros stress pendant les semaines précédentes de ne recevoir aucune proposition haha) et enfin l’organisation matérielle de la journée.

En revanche, nous avons eu une idée précise relativement rapidement de notre thématique : nous voulions décloisonner l’histoire impériale et coloniale en travaillant sur les connexions entre les acteurs de la colonisation à travers les influences, concurrences et collaborations éventuelles ! Les chronologies différentes et complémentaires de nos recherches nous ont conduit à diviser notre approche en deux temps : la période coloniale et la période post-coloniale. À partir de là, je pense que le titre définitif de notre événement est assez clair !

(Sachez tout de même que notre premier titre – présent sur l’appel – faisait trois kilomètres de long « Influences, dépendances et interdépendances dans les espaces coloniaux et postcoloniaux du XXe siècle à nos jours » et nous sommes donc d’autant plus fiers du rendu final !)

Je ne sais plus exactement comment est venue l’idée de faire quelque chose de multidisciplinaire mais c’est un élément auquel je suis particulièrement attachée. Je trouve vraiment dommage de constater parfois un certain cloisonnement – voire une concurrence – entre différentes disciplines. Selon moi, l’idée d’une « science globale » reposant sur des discussions, des échanges, un partage entre chercheurs de différents champs est fondamentale. Cela ne veut pas dire que chacun doit faire de tout, au contraire, mais qu’il ne faut pas que l’histoire soit seulement destiné aux historiens… J’ai utilisé mon réseau d’ancienne étudiante de l’Institut français de Géopolitique pour lancer cette dynamique multidisciplinaire. Ainsi, le 18 mai, il y aura deux interventions de géopolitologues et une d’un économiste 🙂

Il fallait également constituer le fameux comité scientifique : nos directeurs de thèse respectifs y étaient intégrés de fait tout comme le directeur de l’UMR. Ensuite, nous avons contacté différents professeurs et maîtres de conférence dans les différentes disciplines que nous souhaitions couvrir. Le travail a été réalisé en deux temps : tout d’abord, utilisation de notre réseau ou de celui de nos DR puis recherche de profils susceptibles d’être intéressés. Cela nous a permis de constituer un CS assez varié, ce qui fut très utile lors de la sélection des communications.

L’appel a été diffusé courant octobre sur différentes plateformes (calenda, H-net, GIS Asie…) ainsi que par courriel via differentes écoles doctorales, la lettre de l’UMR, etc. Nous avions fixé la deadline à début décembre. En octobre-novembre nous avons reçu quelques propositions mais le plus gros est arrivé la dernière semaine. Les derniers jours ont été particulièrement fructueux, il « pleuvait des propositions » aussi variées les unes que les autres !

Il a donc fallu passer à une étape difficile : la sélection des propositions. En effet, nous avons reçu énormément de propositions intéressantes alors que nous n’avions que 8 voire 9 places disponibles dans notre journée (en prenant en compte que Karim et moi devions ajouter nos propres communications). C’est ici que le comité scientifique entre en jeu : nous leur avons communiquer les propositions en leur demandant de les trier ! Cela a permis d’écarter toutes celles qui ne collaient pas tout à fait à notre appel. Funfact : nous avons ainsi découvert qu’une autre thématique transparaissait à travers certaines communications autour de la transition colonial-post-colonial, en histoire de l’Afrique notamment. Pour départager, nous avons également demandé à 3-4 chercheurs d’affiner leur proposition de communication dans le but de faciliter notre sélection. Bon, ils l’ont tous très bien fait, ce qui n’a pas tant aidé que ça ^^’ mais cela nous rassurait sur la qualité des candidats ! Ensuite, nous avons tout simplement pris en compte le classement des membres du CS, les mathématiques nous ont donc sauvé… J’insiste sur l’aspect difficile de ce choix – qui ne fut pas tout le temps un moment agréable, notamment lorsque j’ai dû annoncer à un candidat – que je connaissais et dont je trouvais la proposition aussi passionnante que prometteuse – qu’il n’avait pas été retenu…

Une fois cette phase de sélection achevée, il ne restait « plus qu’à » finaliser le programme en organisant les interventions d’une manière logique. Heureusement pour nous, les propositions sélectionnées se partageaient assez équitablement entre périodes coloniale et post-coloniale, ce qui facilita la division de la journée en deux ! Ensuite, nous avons dû gérer les questions plus matérielles : une petite victoire avec l’obtention de la salle Marc Bloch (pour ceux qui connaissent Paris 1, vous savez que certaines salles sont petites et sombres, voire mal équipées, et donc peu engageantes pour une journée d’études. La Marc Bloch est certes vieillissante mais spacieuse et relativement claire !) et une grosse victoire pour notre demande de budget qui a été acceptée par l’UMR ! Ce qui nous a permis de prendre en charge les déplacements et logements des intervenants venant de loin et surtout de prévoir un bon buffet pour les pauses et le déjeuner (détail très important !) Nous avons été dans la foulée labellisés « journée des doctorants de l’UMR ».

À dix jours de l’événement, nous sommes en mode « publicité » : toutes les occasions sont saisies pour accrocher nos affiches, dans les fac mais aussi les bibliothèques et centres d’archives. Et nous inondons également internet ! Ma propre communication est quasiment prête (ce dont je suis assez fière, aussi « tôt » avant le jour J) et il nous reste à peaufiner notre introduction… Bref, ça devient bon 🙂

« Making-Of » / Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire

Si la dimension « intellectuelle » des circulations étudiantes paraît au premier abord prédominante – il s’agit de « nourrir son cerveau » afin d’obtenir un diplôme, sésame pour un emploi et/ou une bonne position sociale – le corps transparaît à travers de nombreuses archives et documents que je consulte. C’est cette idée que j’ai tenté de présenter et développer lors de la « Ve journée des doctorants du CIRLEP », organisée par Marine Galiné et Tim Heron à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le 4 avril dernier :

Cette journée d’études a été à l’origine de plusieurs « défis » pour moi :

1°/ Le CIRLEP est un centre de recherche interdisciplinaire sur « les langues et la pensée » : à travers cette dénomination volontairement vague, le centre inclut des doctorants en linguistique, langues et civilisations étrangères et en philosophie. Pas d’historiens – même si ce constat peut être relativisé, les civilisationnistes se rapprochant des historiens (mais je ne veux pas entrer dans un débat sur la nature et les objectifs des disciplines qui risquerait de devenir conflictuel ^^) : il s’agissait donc de présenter le plus clairement possible ma méthode ainsi que l’état de l’art, l’historiographie. 

Par ailleurs, j’étais également la seule à traiter d’un sujet colonial et asiatique, ce qui demandait un mini-effort de contextualisation, tout à fait évident. En réalité, chaque intervenant devait faire le même effort puisque les sujets et thématiques étaient très variés (cf. le programme peu lisible ci-dessus), ce qui a permis de découvrir de nouveaux auteurs en littérature anglophone (qui viennent agrandir ma liste déjà bien fournie de livres à lire !)… et je ne parle pas des philosophes qui ont dû présenter le spinozisme à des novices comme moi !

De ce côté-là, d’après les échos post-communication, je pense avoir plutôt bien réussi cette première mission.

2°/ Le deuxième défi est apparu au cours de la préparation de ma communication. La question du corps, dans le contexte de mes recherches, constitue ce que je nomme une « problématique secondaire ». Ce n’est pas le coeur de mon étude mais c’est un élément indispensable, qui transparaît à de multiples reprises et de différentes manières.

Cela a été visible dès les premières réflexions autour de la thématique « crise du corps », lors de discussions avec Marine lors de pause-café à la BnF. Plusieurs idées me venaient systématiquement à l’esprit – la transformation vestimentaire de Gandhi lors de son séjour londonien, les cas de malades indochinois… – sans forcément qu’il y ait des liens évidents entre eux. Ma mission était donc d’organiser tout ça, de trouver du liant tout en essayant de mesurer l’impact corporel de ces mobilités étudiantes indiennes et indochinoises.

Pour cela, j’ai eu recours à la typologie : il s’agissait d’abord de classer ces impacts corporels. Les trois principaux sont donc l’impact biomédical, c’est-à-dire les maladies, à l’issue parfois fatale, l’impact alimentaire et l’impact vestimentaire. Il ne s’agit pas d’un tableau exhaustif mais de trois éléments qui sont particulièrement présents dans mon corpus de sources.

La catégorie dite « biomédicale » est particulièrement visible dans les archives du Gouvernement général de l’Indochine. Elle transparaît dans les arrêtés réglementant les bourses – à travers la mention de visites médicales ou de certificats obligatoires -, dans les dossiers de boursiers dont certains demandent une aide ou un rapatriement pour cause de maladie ou encore dans des dossiers concernant l’encadrement des étudiants envoyés en France. Ainsi, un dossier est exclusivement consacré à la mise en place d’une contre-visite médicale à la suite du décès d’un étudiant originaire de Haiphong, Huong, et qui était patroné par le Comité Paul-Bert de l’Alliance française, une organisation non gouvernementale destinée à encadrer les Indochinois envoyés en France.

Source : ANOM (Aix-en-Provence)

Ce sont les crises du corps les plus graves (tuberculose, typhoïde, voire décès) qui suscitent l’intérêt des colonisateurs et des différents acteurs concernés par les mobilités, alors que les étudiants eux-mêmes ne semblent solliciter l’administration que lors de crises « graves ». Cela perdure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En 1932, près de vingt ans après le décès de Huong, deux décès à la Maison des étudiants de l’Indochine conduisent à l’ouverture d’un service de santé au sein de cette résidence, encore exclusif à l’échelle de la Cité !

Les deux dernières catégories – vestimentaires et alimentaires – me permettaient d’interroger la possibilité d’une occidentalisation des corps colonisés par le voyage d’études, bien visible dans le cas de Gandhi qui adopte la mode anglaise à la fin des années 1880… :

Gandhi (en bas à droite) en 1890 sur l’île de Wight

Source : Wikipedia Commons

… Mais qui mérite d’être nuancée puisque d’autres photographies, parfois plus récentes, présentent des étudiants en métropole portant des tenues indiennes (cf. cet article qui présente en introduction une photographie d’une promotion du Maria Grey Training College en 1905-1907 avec une Indienne portant le sari). Les archives, principalement les dossiers d’étudiants que j’ai pu consulter jusqu’ici, ne comprennent pas de photographies d’étudiants. Il est donc difficile de mesurer cet impact vestimentaire des mobilités étudiantes, visible à travers quelques cas à l’instar de Gandhi ou de l’élève cambodgien Roeum, décédé en France en 1913 et dont le livre d’hommage post-hume comporte un portrait photographique.

Il faut également garder à l’esprit que les modes occidentales pouvaient être adoptées dans les colonies : c’est notamment le cas d’une partie des élites indochinoises qui cherchait ainsi à obtenir une reconnaissance sociale de la part des Français (voir ici l’ouvrage collectif dirigé par F. Guillemot et A. Larcher sur La colonisation des corps de l’Indochine au Vietnam, paru en 2014, et notamment sa passionnante introduction).

Le défi sous-jacent à ce morcellement des idées est donc la quantification des effets corporels, défi qui peut être élargi à l’ensemble de mes recherches puisque quantifier les mobilités étudiantes s’avère assez complexe.

3°/ Le défi historiographique : si le corps est un des objets des colonial studies depuis la fin du XXe siècle, je maîtrisais (voire maîtrise) peu l’historiographie de la question. L’ouvrage de Guillemot et Larcher a ainsi été d’une aide précieuse pour moi et j’ai également eu le plaisir de ressortir mon Atlande des sociétés coloniales, ma bible de l’agrégation, qui m’a fourni quelques pistes…

Cependant, dans le cadre d’un article scientifique éventuellement envisagé à la suite de la journée du 4 avril (et qui présente donc d’autres enjeux qu’une communication limitée à 20 minutes), il m’est nécessaire d’ouvrir ces perspectives historiographiques. Ainsi, toute référence précise sur l’histoire du corps au XXe siècle est la bienvenue de la part de tout lecteur ayant échoué ici ^^

Enfin, toujours dans le cadre d’une publication, il me semble utile d’élargir le cadre géographique de mon étude, afin qu’elle corresponde davantage à mes recherches. Les conséquences corporelles ne sont pas seulement visibles dans le cadre du voyage entre la colonie et la métropole. Certains documents évoquent des transformations physiques en Indochine dans le cadre de voyage d’études : c’est le cas de certains étudiants chinois, fils de mandarins du Yunnan, qui coupent leurs nattes au cours de leur séjour à l’école Pavie de Hanoi. L’approche corporelle me semble donc riche en perspectives de recherches réjouissantes !

« Making-of » / Autour du Vietnam et de la Corée

Les 3 et 4 mars derniers, j’ai participé à la conférence internationale « Vietnam and Korea as « Longue Durée » Subject of Comparison » à Hanoi. Finalement, la conférence ne s’est pas déroulée dans les locaux historiques dont je vous ai déjà parlé mais cela n’a diminué en rien la qualité de cet événement, aussi bien intellectuellement que gastronomiquement (détail très important) et « organisationnellement ».

 

Ma communication s’intitulait « Vietnam and Korea « Higher » Education in the Early 20th Century. A Compared Study through Colonial Archives ». En effet, à la lecture du CFP il y a presque un an, je m’étais souvenue que j’avais trouvé lors d’un séjour aux ANOM à Aix un dossier intitulé « Rapport sur l’enseignement en Corée », daté de 1910 et conservé dans le fonds du Gouvernement général de l’Indochine :

Mes recherches ne portant pas sur la Corée, ce dossier me semblait être le prétexte idéal pour proposer un papier, fondé sur une comparaison, certes, mais orienté autour de l’administration en Indochine.

En septembre, j’apprenais que celui-ci était accepté : pleine d’ambition, j’avais d’abord cru que je trouverais facilement d’autres dossiers similaires. Ce ne fut pas le cas (il est possible qu’ils existent mais mes autres obligations m’ont conduite à restreindre mes recherches) et je décidais de limiter mon draft paper, attendu pour le 15 janvier, à l’analyse de ma première trouvaille. Ce n’était pas vraiment un problème : le dossier a beau être relativement court (13 pages), il est très riche : il se compose de deux lettres échangées entre l’Inspecteur-conseil de l’Instruction publique en Indochine et le gouverneur général Antony Klobukowski (2 pages) et surtout d’une traduction en français de la partie « Éducation » du rapport sur la Corée en 1908-1909, rédigé – initialement en anglais – par le Résident supérieur japonais en Corée.

Sommaire du chapitre « Éducation »

1. Private Schools
2. Funds to Private Schools
3. Educational Societies
4. Schoolbooks published by theGovernment
5. Schoolbooks published by independents

6. Female Education
7. Development of Public Schools

8. Schools of Foreign Languages

9. Higher school

10.Song Gyun Koan

11.Korean Students in Japan

12.Japanese Schools in Korea

Pourquoi un résident supérieur ? Depuis 1905, la Corée est un protectorat japonais. Cela signifie qu’un gouvernement coréen est maintenu mais il est assisté de conseillers japonais. Le résident est à la tête de cette présence japonaise ambiguë, il représente le Japon en Corée et par là, son gouvernement indirect. Tout au long du rapport, on ne cesse de mentionner les réformes prises par le gouvernement coréen, le rôle de la maison impériale, etc. alors qu’entre 1905-1910, pour résumer, ce sont les Japonais qui tirent les ficelles de la politique coréenne. L’ironie du sort, c’est que la traduction française n’est réalisée qu’en 1910 alors que le Japon annexe la Corée, qui devient donc une colonie.

L’intérêt de ce document, c’est sa dimension comparative qui existe dès la traduction en français du rapport. Dans la première lettre, l’Inspecteur-conseil explique que selon lui « les renseignements qu’il contient (…) pourraient d’autant plus intéresser (le gouverneur général de l’Indochine) qu’ils concernent un pays où le problème de la transformation de l’enseignement comporte des données assez semblables à celles qu’il présente en Indochine« . Concernant l’enseignement supérieur, nous sommes en présence de deux territoires qui n’ont pas d’université : la tentative de la dynastie Yi à la fin du XIXe siècle a été un échec et l’Université indochinoise ouverte à Hanoi en 1907 a fermé ses portes en 1908. Par ailleurs, Japonais et Français mettent en avant la dimension utile des études. Les formations techniques et professionnelles sont valorisées, dans les domaines de la médecine ou de l’agriculture par exemple.

Si le chapitre du Rapport concerne l’éducation en général, une comparaison avec le rapport précédent m’a permis de mettre en avant une valorisation récente de l’enseignement supérieur. Tout cela fut très pratique afin de justifier mon approche – alors que je suis moi-même beaucoup plus à l’aise avec les questions liées à l’enseignement supérieur qu’avec l’enseignement primaire et secondaire.

Mon papier a été divisé en deux grandes parties :

La première « Towards Higher Education » est consacré aux chemins menant à l’enseignement supérieur. Il s’agit d’abord de revenir sur l’enseignement supérieur préexistant à la présence française et japonaise afin de souligner les transformations entreprises par ces derniers. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de faire tabula rasa du passé mais de le remodeler, de le remanier au service de l’enseignement colonial. La question de la langue (mon I.B. ^^) devient alors primordiale : que faire du français et du japonais ? L’association français – quoc ngu en Indochine fait face à l’intérêt des Coréens pour l’apprentissage du japonais. L’accès à un enseignement supérieur métropolitain rend indispensable la maîtrise des langues du colonisateur. Enfin, l’enseignement dit « supérieur » se trouve au sommet de la pyramide de l’enseignement. Les petits chanceux coréens et vietnamiens qui arrivent à atteindre ce sommet de l’éducation ont réussi à passer les étapes de l’enseignement primaire et du « secondaire ». Le succès du primaire nourrit les promotions de l’enseignement supérieur : « the higher school has known an increase of its number of applicants due to the increase of graduated students from the primary schools » : c’est le système des vases communicants pour résumer… Toute proportion gardée : la majorité des diplômés du primaire ne poursuivant par leurs études.

Lors de la conférence, j’ai surtout développé ma deuxième partie sur l’enseignement supérieur même. Il s’agissait d’abord de rappeler que les deux systèmes d’enseignement « supérieur » ou « approfondi » (« further education » in English) sont dépourvus d’université. Les Japonais comme les Français se satisfont de ce système et ne cherchent pas à re-créer d’université, d’où l’intérêt de Klobukowski pour le cas coréen. Cette absence universitaire n’empêche pas la création d’un enseignement d’écoles supérieures que j’ai associé aux écoles professionnelles, techniques, complémentaires (cf. mon billet sur ce qu’est un étudiant en Asie coloniale), ce que j’ai tenté de résumer dans le tableau (brouillon déjà modifié plusieurs fois) suivant :

J’ai ensuite découpé ce tableau en deux catégories – et demi (ici encore, c’est une réflexion en cours, susceptible de modifications) :

  • Catégorie 1 (4 premières lignes) : L’enseignement complémentaire et professionnelle : il correspond davantage à un enseignement secondaire / professionel voir à un enseignement primaire supérieur dans le cas français.
  • Catégorie 2 (lignes 5 à 9) : un enseignement supérieur ou technique qui correspond – au moins en partie – à des écoles / facultés / institutions universitaires dans les métropoles.
  • Catégorie 2 et demi (dernières lignes) : elle me permet de mettre l’accent sur l’intérêt accordé par les Français à l’art et l’artisanat alors que, selon mes lectures, les Japonais ont une approche davantage assimilatrice culturellement parlant.

Il n’est pas suffisant de se limiter aux institutions coloniales : la sous-partie 11 du chapitre sur l’éducation a pour titre « Étudiants coréens au Japon« . Cette partie est primordiale : des étudiants partent afin de poursuivre leurs études dans la métropole, que cela soit le Japon pour les Coréens ou la France pour les Vietnamiens. C’est un enjeu pour les deux administrations coloniales : la création de bourse – si elle incite au départ – a pour but de contrôler ces mobilités. Antony Klobukowski souhaite remodeler le système indochinois dès 1908-1909 : il veut augmenter le contrôle de l’administration pour limiter le départ d’étudiants libres. Ainsi, au sein des deux territoires, chaque bourse précise quel établissement doit être fréquenté par le lauréat. Il est très difficile d’avoir des chiffres : les boursiers coréens sont plus nombreux que les Vietnamiens mais le rapport lui-même reconnait qu’il n’est pas aisé de déterminer le nombre d’étudiants dits « libres ».

Enfin, le rapport prend en compte des « minorités ». Il s’agit d’abord des femmes, qui bénéficient en Corée d’écoles spéciales – alors que le résident japonais souligne l’archaïsme des Coréens concernant la place des femmes dans la société. À travers le cas de l’enseignement féminin transparaît une autre nuance « coloniale » : les écoles pour jeunes femmes japonais sont présentées. En effet, la Corée voit se multiplier les établissements pour colons, de plus en plus nombreux au cours des premières décennies du XXe siècle. Ceux-ci peuvent se former en Corée – bien qu’une poursuite d’études au Japon soit envisageable également. Le cas indochinois est alors bien différent, les colons étant majoritaires et envoyant leurs enfants en France pour leurs études.

Si cet article m’a longtemps provoqué des sueurs froides, me faisant sortir de ma « comfort zone » indochinoise alors ma faible maîtrise de l’histoire de la Corée ne me rassurait pas (j’espère d’ailleurs que mon propos est clair et le plus juste possible ici), ce travail m’a finalement passionné. Ce qui m’a plu, c’est l’idée d’utiliser l’histoire comparative pour comprendre une comparaison qui datait de la période coloniale – cela me confortait dans mon idée qu’il faut comparer dans un but précis (cf. ce billet). J’espère pouvoir approfondir cette (petite) recherche (et pourquoi pas, publier mon article !) mais aussi pouvoir participer au deuxième volet de la conférence en Corée l’année prochaine !

 

Thèse // L’Université indochinoise (1) Origines

L’Université indochinoise – à l’honneur sur la page d’accueil de ce carnet – est un de mes principaux objets d’étude – et un de mes préférés également :). Fondée par les Français, elle accueille désormais l’Université nationale du Vietnam – plus particulièrement les facultés de sciences et de pharmacie, rue Lê Thánh Tông. Ce qui m’a permis de la photographier sous toutes les coutures au cours de mon séjour.

Ses débuts sont mouvementés avec deux fondations, liées à deux figures de l’administration coloniale en Indochine : Paul Beau et Albert Sarraut.
Au début du XXe siècle, il n’y a pas d’université en Indochine et les colonisateurs français sont réticents à développer un véritable enseignement supérieur, similaire au système français. Pour eux, l’objectif est de former des Indochinois « utiles » : des médecins auxiliaires venant assister les Français en « bouchant les trous » dans les effectifs, des artisans, des subalternes pour l’administration… Les possibilités d’études sont limitées : pas de lettres-sciences humaines, un enseignement approfondi du droit est considéré dangereux pour les « indigènes » qui auraient le « goût de la chicane »…

C’est dans ce contexte qu’on fonde en 1902 une École supérieure de Médecine à Hanoi qui est destinée aux Indochinois qui deviennent des officiers de santé mais pas des « docteurs ». On y trouve aussi une filière féminine avec les sages-femmes.
Paul Beau, gouverneur général de l’Indochine entre 1902 et 1908, change la donne : il estime que le rayonnement de la France passe – au moins en partie – par l’enseignement supérieur. Il faut attirer en Indochine française des Asiatiques tout en empêchant les Indochinois de partir étudier ailleurs (comprendre, à ce moment-là : au Japon principalement). Dans ce cadre a déjà été fondée une « École Pavie » destinée aux fils de mandarins du Yunnan, c’est-à-dire aux enfants de l’élite chinoise vivant dans les régions frontalières de l’Indochine.

Voilà, le Yunnan, c’est là, juste au nord du Vietnam et du Laos… Merci à ce blog et à Google Images pour cette carte… claire. 

C’est stratégique : en attirant les Chinois, on les intègre à la sphère d’influence française = c’est ce qu’on peut appeler une tentative de constitution d’un empire informel : le territoire n’est pas rattaché à la France, mais sous influence française car les Français y investissent – font construire des chemins de fer, ils échangent avec le pouvoir politique et administratif en tentant de faire évoluer la situation en leur faveur, etc. Là, il s’agit en gros de se mettre les mandarins – donc les administrateurs yunnanais dans la poche !
Comme cette école fonctionne bien mais qu’en même temps les Vietnamiens ont tendance à partir étudier au Japon, Paul Beau pense qu’il est temps de fonder une université. Ce sera à Hanoi et cette « UI » – Université indochinoise – est inaugurée en 1907. Dans l’arrêté de création en 1906, il prend bien soin de faire inscrire sa volonté que l’Université soit ouverte à tous les Asiatiques (1).
Dans les faits, c’est plutôt un succès – en tout cas c’était bien parti pour l’être. On ouvre trois écoles supérieures : droit et administration / lettres / sciences. L’admission est un peu sélective et il y a une quarantaine d’inscrits au lendemain de l’ouverture de l’UI…. pour une fermeture en 1908, pour des raisons financières. En vérité, les circonstances de la fermeture sont assez troubles et je peine à trouver des documents traitant directement la question.

Une dizaine d’années plus tard, le gouverneur général Albert Sarraut (dont le deuxième mandat s’étend de 1917 à 1919) relance le projet. Cette fois-ci, il se concentre sur la qualité indochinoise de l’université : il s’agit d’exercer un pouvoir d’attraction à une échelle d’abord plus modeste – celle de la colonie. En réalité, il s’agit plus d’un regroupement d’écoles supérieures réunies au sein d’une université qui n’a alors pas de personnalité civile.

L’UI attire de plus en plus d’étudiants indochinois au cours de l’entre-deux-guerres. Elle s’agrandit au cours des années 1920, même si ces travaux s’avèrent laborieux : j’ai trouvé des éléments à ce sujet aux archives il y a quelques jours… que j’ai survolé (En bref, les travaux commencent au début des années 1920 et doivent durer deux ans. MAIS au bout d’un an on se rend compte qu’ils sont insuffisants – les bâtiments risqueraient de s’écrouler – et l’entreprise se retire du projet). En parallèle, de nouvelles écoles et filières sont ouvertes comme l’école de Sciences appliquées en 1922, Beaux-Arts en 1924, une école vétérinaire indépendante en 1928 et surtout de Droit en 1931. C’est dans les années 1930 que certaines écoles commencent à proposer des cursus similaires à ceux de France. Le doctorat d’État en médecine n’est décerné à Hanoi qu’à partir de 1933 ! C’est pourquoi, durant l’entre-deux-guerres, les départs d’étudiants d’Indochinois vers la France sont de plus en plus nombreux !

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’amiral Decoux – le gouverneur vichyste de la colonie – valorise l’Université. Alors que jusqu’ici elle accueillait très peu de Français, ils sont plus nombreux à s’y inscrire. Pourquoi cet intérêt ? Ils ne peuvent plus rejoindre la France à cause de la guerre : les liaisons maritimes sont réduites voire inexistantes… On continue donc ses études dans la colonie, parmi les Indochinois. Entre 1939 et 1944, on passe donc de moins de 100 Français à presque 400 ! À partir de 1942, l’Université dépasse le millier d’étudiants… La compagnie de tramway locale accepte alors de relier à tarif préférentiel l’Université et la Cité U, située en périphérie.

Il y a quelques années, le gouvernement vietnamien et la direction de l’Université ont décidé de choisir 1906 comme date de fondation de l’Université nationale du Vietnam qui a hérité des bâtiments de l’UI. Cela a permis de fêter l’année dernière les 110 ans de la fondation. Pour l’occasion, un site a été dédié – aujourd’hui malheureusement inaccessible. Si cette valorisation du passé colonial peut étonner, elle a, selon moi, l’avantage de préserver et diffuser l’histoire riche en rebondissements de cet établissement – dont je pourrais parler pendant des heures / sur des pages et des pages 🙂

(1) Je développe ces éléments dans les différents articles – scientifiques ou plus généralistes – que j’ai écrit sur le sujet. Vous pourrez les retrouver ici.

Archives // Le centre n°1 à Hanoi

Du 14 février au 5 mars, j’effectue un séjour scientifique à Hanoi et retrouve le centre n°1 des archives nationales du Vietnam, situé dans le quartier récent de Cầu Giấy. Il s’agit de mon deuxième séjour à Hanoï en six mois, qui se révèle d’ores et déjà être très différent du premier !

Avant mon premier départ en juillet 2016, j’avais tâté le terrain auprès de mes (rares) connaissances s’étant déjà rendues aux centre d’archives à Hanoï. Les témoignages divergeaient : entre une collègue doctorante qui me présentait le personnel comme accueillant, chaleureux, parlant français (ce qui est rassurant pour une novice en vietnamien comme moi^^) etc. et un chercheur de Hong-Kong me conseillant de m’armer de patience, je ne savais pas trop sur quel pied danser. Si, avant de partir, je n’étais pas réellement inquiète – à un tel point que c’est le jour du départ que je me suis rendue compte que les archives étaient situées dans une banlieue non localisée sur la carte de mon Lonely Planet – tout a rapidement changé lorsque je suis arrivée sur place.

Après la « séquence émotion » de l’arrivée au Vietnam – après deux ans et demi de recherches sur ce territoire que j’analysais sans connaître concrètement –  suivie de la « séquence découverte » – tant visuelle que culinaire (je n’insisterai jamais assez sur la qualité des Street Food Tours dans le vieux Hanoi) – est venue la « séquence stress/panique » associée à une bonne vieille intoxication alimentaire (rien à voir avec le Street Food Tour, je vous voir venir !) : en relisant les mails de mes collègues, je réalisais qu’un délai d’une semaine était parfois évoqué pour obtenir une carte de lecteur puis une semaine pour obtenir les premiers documents. Sur un séjour d’un gros mois, le calcul était vite fait : je risquais de ne pouvoir travailler effectivement qu’une quinzaine de jours. À cela vient s’ajouter les horaires « à la vietnamienne » des archives : ouverture « très » tôt le matin (même si, en réalité, personne n’est là avant un bon gros 10h) puis pause-déjeuner avec évacuation des lieux entre 11h30 et 13h30 pour une réouverture l’après-midi entre 13h30 (souvent plutôt 45) et 16h30 (voire 16h25, mais là je chipote un peu) !

J’arrivais donc un peu anxieuse le mardi 19 juillet devant le bâtiment qui paraissait étrangement désert. Première épreuve : trouver la salle de lecture. Aucune indication dans une autre langue que le vietnamien et beaucoup de portes… mais pas âme qui vive… Je fais le tour du rez-de-chaussée, sans croiser personne… et commence à me dire qu’après mon séjour à l’hôpital de la veille, il y a un complot pour m’empêcher de retrouver mes étudiants indochinois. Finalement, je me dirige un peu au hasard vers le 1er étage : au milieu du hall, j’arrive enfin devant une porte avec un écriteau où est indiqué « PHÒNG ĐỌC / SALLE DE LECTURE » : ouf !!! Les sources ne sont plus qu’à une porte de moi ! Je reprends confiance et pousse la porte de la salle… Me voilà dans l’immense salle de lecture – presque vide. L’employée parlant français est bien là – seulement un peu moins chaleureuse que je l’imaginais. Mais par « miracle », je n’ai besoin que de remplir un formulaire pour être autorisée à consulter des documents. Je donne ma lettre de recommandation par principe mais je sens qu’on l’accepte pour me faire plaisir… Et je suis autorisée à m’installer derrière un ordinateur de la salle pour apprendre comment commander des documents.

Avant Hanoï, j’avais déjà pu remarquer que – malgré des similitudes et un résultat final similaire – chaque centre d’archives fonctionne à sa manière, entre la salle des inventaires virtuelle des AN, la carte magnétique des ANOM et le système en libre accès sur le site internet de la British Library… Hanoï se caractérise par un système que je qualifierai de « proto-moderne sous contrôle » : on fait des recherches sur un logiciel relativement neuf mais déjà daté, partiellement traduit en anglais avec un système assez lourd (il faut cliquer à plein d’endroits différents pour pouvoir réserver un document – un peu comme pour le site des AN en fait haha…). Une zone « Research files » permet de parcourir les inventaires à partir de mots-clefs. Or, je consulte des archives coloniales en français : il me faut utiliser sur un logiciel en vietnamien traduit en anglais des mots-clefs en français « vietnamisé », c’est-à-dire avec une approche très vietnamienne de l’usage des accents. Et à une lettre près, tout s’avère très différent : « école » ne donne pas la même chose que « ecole » – et la deuxième occurence donne davantage de résultats. C’est encore plus complexe lorsqu’il s’agit de noms propres. Lorsque j’ai cherché des noms cambodgiens, je me suis heurté à des difficultés que je n’ai pu résoudre qu’au « petit bonheur la chance« . Une amie m’a demandé de rechercher d’éventuels dossiers sur « Thiounn ». Après avoir essayé « Thiounn » / « Thioun » … j’ai trouvé un dossier – à partir d’un autre nom – qui évoquait un « Thiumm », qui désigne (peut-être) le même individu.

Les listes de requêtes prêtes, il faut les envoyer vers les ordinateurs des employés qui impriment les listes (on sépare les archives papiers des archives numérisées – ce que je n’ai pas fait la première fois vu que personne ne m’avait prévenue !). Ces listes sont signées par le lecteur puis par le chef de salle puis envoyé au directeur pour signature / validation. Ensuite, j’imagine qu’elles sont transmises au personnel des salles de conservation qui sortent les documents – manuellement ou via une procédure informatique. Un sujet comme le mien ne pose pas de problème, l’approbation du directeur a été rapidement donnée, mais j’imagine que d’autres, notamment ceux portant sur l’histoire du Vietnam post-1945, peuvent exiger de la part des chercheurs davantage de talents de négociation…

Comme je viens de le sous-entendre, une partie des archives a été numérisée : c’est le cas des archives du Gouvernement général de l’Indochine ou de la Mairie de Hanoi. Celles-ci sont seulement consultables sur les ordinateurs de la salle de lecture via le même logiciel qui propose une lecture assez désagréable : soit l’archive est adaptée à la taille de l’écran = trop petite pour pouvoir lire un document manuscrit, soit elle est zoomée à un niveau prédéterminé = seulement un ou deux mots apparaissent en TRÈS GROS à l’écran, ce qui implique de faire glisser le doc avec la souris d’une manière fort peu commune… Si les photographies n’étaient pas déjà interdites d’une manière générale, elles seraient de toute manière tout à fait inutiles avec ce type de documents !

Le seul avantage de ses archives numérisées, c’est qu’elles arrivent très vite : dès le lendemain matin, je pouvais les consulter. J’alliais donc ordinateur vietnamien et le logiciel de traitement de texte de mon ordi portable pour parcourir la mine d’or de sources (44 pages de notes 🙂 ) sur l’École Pavie.

La semaine suivante, mes « archives papier » m’attendaient – elles étaient sans doute là depuis plusieurs jours mais je m’en suis peu souciée jusqu’à avoir terminé les documents numérisés – et j’abandonnais enfin mon double écran pour un mono-écran, après avoir perdu au moins 5 points de vision 😉

J’étais plongée dans mes dossiers – qui sont très similaires dans leur forme aux dossiers que l’on trouve aux ANOM (des petites pochettes en papier rose) –  quand la chef de la salle de lecture est venu m’apporter… une facture ! Et oui, moi qui avais bien cru voir indiquer des tarifs sur les affiches mais avais décidé de les ignorer, devais désormais payer pour les documents consultés pendant les deux premières semaines !!! Le système est à la page, ce qui contraint les employés à compter régulièrement le nombre de feuillets (la numérisation leur évite ce travail, même si j’ai pu constater que  le nombre de feuilles indiqué sur le logiciel était parfois faux…). Pour ces quinze premiers jours, j’en ai eu pour une bonne trentaine d’euros ! Il a fallu que l’on m’accompagne à la comptabilité pour faire tamponner des papiers dont un reçu que l’on m’a remis contre environ 750 000 Dongs… En revanche, à la fin de mon séjour, on ne m’a pas demandé de repayer quoique ce soit… À voir si pendant mon séjour, ils vont retracer mon parcours et me demander un « paiement à retardement » ! Les conditions tarifaires sont – selon moi – un repoussoir pour les étudiants vietnamiens. De plus, le directeur de l’EFEO à Hanoï me confiait hier que les étudiants et historiens vietnamiens utilisaient très peu les archives et qu’il avait déjà passé plusieurs jours d’affilée seul dans la salle de lecture ! Un constat aux antipodes de ce qu’on peut voir à Paris, à Londres ou à Aix !

Lors de la deuxième « fournée » d’archives, j’ai cru intelligent de demander des documents le jeudi après-midi. Les archives étant fermées le vendredi après-midi, je me disais que cela me permettait de rester dans mon quartier le vendredi et d’être sûre que les archives m’attendent le lundi matin. Elles ne sont arrivées que le lundi après-midi, vers 14h30-15h. Il est donc assez difficile de s’y prendre à l’avance : les délais varient – en fonction du nombre d’employés présents j’imagine. Et nous ne sommes pas prévenus lorsque les archives sont prêtes (il n’y a aucune possibilité d’avoir accès au compte lecteur en dehors des archives). Selon exige donc de se rendre dans le district de Cầu Giấy au risque de rester bredouille. Dans ce cas, il y a un Cộng Cà phê juste en face des archives où l’on peut passer de longues heures à travailler en sirotant du café glacé à la noix de coco !

Jeudi dernier, j’ai eu le privilège de récupérer le téléphone de mon employée francophone – qui a retrouvé la chaleur que l’on m’avait décrite il y a plus de 6 mois – afin de pouvoir l’appeler avant de prendre le bus pour les archives lundi matin 🙂 J’ai donc bon espoir que ce -court- séjour aux archives me réservent d’agréables surprises !

« Making-of » // L’Asie et la Cité

Le 14 février, j’ai emporté dans mes valises pour le Vietnam une ébauche de chapitre destiné si tout va bien à un ouvrage collectif sur la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) depuis 1950. Entre ce travail et ma communication à Hanoï sur l’histoire comparée de l’enseignement supérieur au Vietnam et en Corée au début du XXe siècle, le mois de février est placé sous le signe des sujets « connexes », liés à mes recherches sans en être tout à fait l’objet.

J’inaugure ainsi la catégorie « Making-of » qui aura pour objectif de retracer la genèse d’articles et autres travaux scientifiques.

Mon chapitre de la Babel étudiante IIle premier volume sur la période 1920-1950 est sorti en 2013 et je l’avais consciencieusement fiché/pillé pour mon mémoire de M2 –  est consacré à l’Asie à la CIUP – située au sud de Paris, près du parc Monsouris, entre le boulevard Jourdan et le périphérique – depuis les années 1950. Vaste programme quand on sait qu’il y a aujourd’hui 4 « Maisons » asiatiques (Japon, Asie du Sud-Est, Cambodge et Inde) au sein de la Cité et une cinquième en construction, la Maison de la Corée du Sud depuis 2016.

Les archives de la CIUP ont été versées aux Archives nationales il y a quelques années et j’ai donc effectué depuis juin 2016 plusieurs « excursions » à Pierrefitte-sur-Seine – empruntant avec un plaisir fort dissimulé la magnifique ligne 13 – afin de consulter les cartons dédiés aux Maisons asiatiques. Leur contenu est extrêmement varié. Il n’y a pas de véritable cohérence, malgré quelques catégories communes : « Administration générale« , « Correspondances« … Mais la comparaison s’arrête là. Ainsi, si la Maison du Cambodge a conservé tous les courriers envoyés aux résidents et candidats à la résidence, ce n’est pas le cas des cartons de la Maison de l’Asie du Sud-Est. Les rapports des conseils d’administration ne suivent pas toujours une chronologie régulière et sont plus ou moins précis selon les années ou les fondations (ceux du Japon sont une véritable mine d’or, comprenant des éléments sur l’origine des résidents, leur lieu d’étude mais aussi des comparaisons genrées ou la répartition des boursiers sur l’ensemble du territoire français… Un beau sujet de recherches à part entière ?) Du côté de la Maison de l’Asie du Sud-Est, un carton contient le livre d’or signé par quelques résidents au début des années 1990 : messages en coréen, japonais mais aussi anglais, russe, français… s’y mêlent.

Dans ce cadre, difficile d’effectuer des comparaisons – notamment statistiques – entre les différentes Maisons étudiées : il est rare que deux d’entre elles proposent des chiffres pour la même année. Par exemple, du côté japonais, on trouve des statistiques du nombre total d’étudiants pour l’année 1971. Une comparaison avec l’Asie du Sud-Est m’a semblé possible jusqu’à ce que je réalise que je ne possédais, dans ce deuxième cas, que le nombre de nouveaux arrivants

Il est frappant qu’un type de documents prédomine au sein de l’ensemble des dossiers : les documents traitant des questions financières : tableaux, rapports budgétaires, devis (j’ai même trouvé des publications pour l’ameublement avec des vieux téléphones et des machines à café de la fin des années 1980 – début des années 1990 !)

Un des enjeux était d’avoir une vision large du contenu de ces archives afin de déterminer rapidement si elles me permettaient de traiter le sujet sous l’angle que j’avais prévu. Je suis partie de questions assez simples : « Quel part les étudiants asiatiques représentent-ils à la CIUP ? » / « Comment se matérialise la présence asiatique à la Cité ? »… Tous ces questionnements et mes connaissances antérieures sur la CIUP m’ont très vite fait me poser une question – assez simple : « Qu’est-ce que l’Asie (…)«  en y ajoutant un élément :  « –à la CIUP ?« 

Question qui demeure sans réponse et mobilise les chercheurs de différents domaines. À l’automne 2015, j’avais assisté à un Workshop organisé à La Sorbonne qui avait eu le mérite de retracer l’évolution de la pensée autour de cet objet « Asie ». Cette complexité est visible dans les documents produits par la Cité elle-même : si les statistiques générales et généralistes des derniers rapports évoquent environ « 20% » des résidents originaires d’Asie, des précisions sont vite apportées : Moyen-Orient et Asie sont généralement séparés tandis que le rapport de 2013 subdivise le continent en Asie occidentale, Asie méridionale, Asie centrale, Asie orientale et Extrême-Orient !

À partir de là, il m’a semblé évident de transposer ces questionnements sur la « nature » de l’Asie à l’étude de la CIUP au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. J’ai fait le choix de séparer dès le départ Moyen-Orient et Asie, me concentrant en réalité sur l’Asie méridionale et orientale – au sens large (c’est-à-dire, d’englober un territoire allant de l’Inde au Japon). L’hypothèse de départ est simple : l’Asie à la CIUP est une Asie plurielle, présente à travers des étudiants et des fondations rattachés à différents territoires (des États mais aussi des régions plus larges, à l’exemple de l’Asie du Sud-Est) et important en France, à la Cité, toute sa diversité culturelle.

À cette approche « socio-historio-culturelle », j’ai ajouté une dimension géopolitique et diplomatique. La présence asiatique n’est pas « statique » ou stable. Le changement de nom de la « Maison des étudiants de l’Indochine » – et non sa disparition – est consécutive à la décolonisation française en Asie et tend à diversifier l’origine des résidents, en élargissant à l’ensemble de l’Asie du Sud-Est.

J’ai donc tenté de mesurer l’impact des évolutions politiques, diplomatiques et géopolitiques en Asie et en France sur cette « Cité asiatique ». Celles-ci sont conditionnées par la présence d’une fondation ou d’un nombre non-négligeable d’étudiants : l’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges – et les tensions diplomatiques qu’elle engendre – conduit à la fermeture de la Maison du Cambodge au milieu des années 1970 et pour une trentaine d’années. Les transferts Asie-France dominent alors que les événements en France semblent avoir un faible impact sur les Asiatiques de la Cité : les rapports des Conseils d’Administration en 1968-1969 insistent sur l’absence de participation des étudiants asiatiques (japonais, vietnamiens, laotiens, cambodgiens…) à ces événements.

Finalement, la continuité transparaît surtout à travers l’accent mis sur la diffusion de la culture, tout en synthétisant cette pluralité asiatique à travers des activités propres à chaque territoire concerné (Têt chez les Vietnamens, Pimay chez les Laotiens…)

Mais pour en savoir plus, il faudra attendre la publication de mon article 🙂

 

 

Lecture // « Anti-Imperial Metropolis » ou retour sur ma première recension

Le 9 février sortira la version française de Anti-Imperial Metropolis. Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism (1919-1939) de l’historien allemand Michael Goebel, renommée pour l’occasion Paris, capitale du Tiers-Monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939).

couverture-mg Si le titre français a suscité chez moi quelques interrogations (Pauline, si tu passes par là, il faut qu’on en parle !), je suis particulièrement attachée à cet ouvrage : ce fut ma première recension – disponible sur le site du Mouvement social ici –  et sa traduction de l’anglais vers le français a été réalisée par mon amie Pauline Stockman. Retour sur cette première expérience de « recenseuse ».

couv-brit

Quand j’ai accepté ce travail en septembre 2015, il s’agissait d’un exercice relativement nouveau pour moi. J’ai gardé peu de souvenirs de « travaux notés » type fiches de lecture réalisés pendant mes premières années d’études (à vrai dire, je pense en avoir fait seulement une ou deux dans le cadre de mon Master de Géopolitique + une analyse d’article en Master d’histoire) d’où un background méthodologique concret qui me paraissait relativement léger. Cependant, j’étais habituée – voire rodée – aux fiches d’ouvrage après plusieurs années de Master et la préparation des concours. Par ailleurs, j’avais consulté des recensions pendant mon année de préparation de l’agrégation, suivant les conseils des préparateurs de Paris 1 (ironiquement, il s’agissait surtout des conseils de mon futur directeur de thèse à ce moment-là !) qui nous recommandaient d’aller lire ces comptes-rendus pour nourrir nos fiches-exemples / historiographiques, etc. Un numéro des Annales avec une section compte-rendus dédiée aux « Colonisations » était sorti cette année-là et je l’avais méticuleusement pillé, ce qui s’est avéré très utile tant pour les écrits que pour les oraux.

Cette expérience a fortement influencé mon approche : j’avais en tête une recension présentant l’ouvrage afin de permettre à des étudiants, jeunes chercheurs, etc., d’en saisir les principaux tenants et aboutissants, les hypothèses et conclusions majeures ainsi que les spécificités méthodologiques. Approche qui différait sans doute de celle de Michael Goebel – j’y reviendrai !

Dans le cadre de mes recherches, sans grande originalité, j’ai également tendance à aller consulter les CR des ouvrages que je lis, notamment lorsque ces compte-rendus comprennent une forte dimension critique permettant de nourrir ma réflexion en la confrontant à d’autres.

Mais mon statut de toute jeune doctorante – je venais de signer mon contrat lorsque Michael Goebel par l’intermédiaire de mon directeur de thèse m’a proposé de rédiger un CR de son ouvrage – me confortait dans l’idée de me concentrer sur la dimension synthétique plus que critique : si à l’époque – peut-être bêtement – je ne me sentais pas encore 100 % légitime à publier une critique d’un ouvrage scientifique, une approche davantage descriptive – dans le bon sens du terme – me rassurait.

Une fois l’ouvrage reçu, je me suis donc lancée dans un travail qui ressemblait à un « fichage » d’ouvrage des plus banal : j’enchaînais les chapitres en prenant des notes qui intégraient principaux exemples et références bibliographiques. Comme Anti-Imperial Metropolis couvre des thématiques en lien avec ma thèse – les étudiants asiatiques sont nombreux à Paris pendant l’entre-deux-guerres et participent à façonner les nationalismes – j’étais particulièrement attachée à cette mise en fiche pointilleuse. En revanche, lorsque je lis un ouvrage plus éloigné de mes recherches pour lequel une recension est envisageable (par exemple, en ce moment, Comment être un étranger ? De Venise à Goa, XVIe-XVIIIe s. de Sanjay Subrahmanyam), j’ai plutôt tendance à favoriser une lecture continue afin de m’immerger totalement dans le texte. Je prends alors des notes à la fin de chaque chapitre, quite à y revenir au moment de la préparation du CR et/ou de la rédaction.

En parallèle de la lecture approfondie, j’ai consulté quelques articles de présentation des recensions comme celui-ci. Cela m’a permis de me constituer une grille de travail claire, me permettant de m’assurer que je restais bien « sur les rails ». Finalement, mon travail s’avérait être une synthèse entre ces différents conseils et ma vision de la recension à ce moment-là.

En revanche, je n’avais trouvé aucune documentation sur la suite des événements : la publication effective de la recension. Mon compte-rendu étant le fruit d’une demande de l’auteur, j’étais en contact régulièrement avec lui. Je conservais toute ma liberté concernant la rédaction de la recension et nos échanges se concentraient davantage sur la question du choix de la revue en ligne à laquelle je soumettrai mon travail. Michael Goebel avait en tête une revue « grand public » comme La Vie des Idées ou Le Monde Diplomatique. De mon côté, je pensais à une revue scientifique type Vingtième Siècle ou Le Mouvement scientifique. Chacune de ces approches reflétait notre vision de l’utilité du CR : M.Goebel avait plutôt l’idée de donner une « bigger audience » à la version anglophone de son ouvrage – alors que les ouvrages en langue étrangère sont très souvent (et malheureusement) absents de nos librairies françaises – tandis que je restais attachée à ma recension-« outil pour historien ». D’un point de vue stratégique, il me semblait qu’un ouvrage anglophone ciblait dès le départ un public plus précis – plus « scientifique ». Le projet d’une traduction française sous-tendait – selon moi – la possibilité d’une recension dans une revue plus généraliste concomitante à la parution française.

Ce sont les comités de rédaction des revues auxquelles le texte fut soumis qui tranchèrent : ma recension était jugée intéressante mais trop scientifique pour une revue « grand public ». Elle nécessitait des modifications afin de correspondre à la ligne éditoriale… modifications que j’aurais sans doute été prête à faire si elle n’avait pas été acceptée par Le Mouvement Social.

Il me faut insister sur la longueur du processus. Si désormais je suis habituée à ces délais (ai-je vraiment le choix ?…), je m’inquiétais davantage à l’époque lorsque je constatais que plusieurs semaines voire mois passaient sans que j’obtienne de réponse des comités éditoriaux contactés. Finalement, entre la première soumission de mon compte-rendu en novembre 2015 et sa mise en ligne, il aura fallu attendre… 9 mois ! De là à en conclure que toute publication est une vraie gestation, il n’y a qu’un pas ! 😉

 

 

Thèse // The « C » words

Mon mois de janvier surchargé se termine, après l’envoi il y a dix minutes d’un papier et d’une proposition de communication… Il est donc grand temps de revenir alimenter ce carnet ! 

Vendredi dernier, je me trouvais à Lisbonne pour un Workshop « fermé » regroupant quelques chercheurs européens promoteurs d’histoires connectées de l’éducation, de l’internationalisme et de l’impérialisme au XXe siècle. L’objectif était – évidemment – de discuter de nos papiers respectifs mais aussi – et surtout – de leur avenir, avec plusieurs projets en cours d’élaboration. J’espère pouvoir en reparler très vite 🙂

Ce fut sans aucun doute l’événement scientifique le plus enrichissant pour moi jusqu’ici : échanger avec des chercheurs – confirmés, sans vouloir sous-estimer mon propre statut – autour des problématiques éducatives en contexte colonial avec, qui plus est, une approche méthodologique commune a été extrêmement plaisant et a nourri mes propres réflexions méthodologiques.

Si l’histoire comparée et connectée – vive les mots en « c » – s’est présentée comme une évidence pour moi dès l’élaboration de mon projet de recherche, ce choix n’est pourtant pas si évident. Comme j’aime le répéter, comparer pour comparer ne sert pas à grand chose intellectuellement parlant. La comparaison est un outil et pas une fin en soi. Une partie de mon travail – et donc de la future introduction de ma thèse – consiste à expliquer et justifier cet outil comparatif. Voici quelques pistes de réflexion autour de ces questions, nourries par le workshop mais également par un article que je suis en train de peaufiner :

1°/ La mobilité, c’est connecté : travailler sur les circulations, la mobilité, etc. c’est d’abord relier des territoires entre eux. Et également différents acteurs de ces mobilités : les étudiants bien sûr mais aussi les administrateurs coloniaux et gouvernementaux, les membres d’organisations, d’associations finançant ou organisant les mobilités, les familles d’accueil, etc. Tout cela participe au développement de réseaux – un autre mot-clef de mes recherches. Un exemple très simple : aux lendemains de la Grande Guerre, les départs d’étudiants indochinois – principalement vietnamiens – pour la métropole augmentent. Ce phénomène perdure tout au long de l’entre-deux-guerres. Les nouveaux partants bénéficient – entre autres – des témoignages des « Retours de France ». Si ils les incitent à partir, ils tirent également profit de leurs réseaux, des rencontres et « bonnes adresses » que les premières générations ont établis lors de leur propre séjour métropolitain. Pour reprendre les paroles de Miguel Bandeira Jéronimo, un des « workshoppers » de Lisbonne, la question des réseaux est centrale, venant compléter et enrichir une mobilité qui aurait pu se limiter à une simple circulation indépendante.

2°/ Je compare donc je connecte : mon objet est double : les étudiants indochinois – issus de l’empire français – et les étudiants indiens – issus de l’empire britannique. Mon objectif est de souligner les liens, les rencontres, les points communs et donc, les connexions entre ces deux groupes. C’est dans ce cadre qu’intervient la comparaison. Comme je le disais plus haut, il ne s’agit pas de comparer pour comparer mais la méthode comparative est pour moi un moyen, un outil afin de rendre possible et de mettre en lumière les connexions. Évidemment, la nuance est de mise (je passe mon temps à répéter à mes étudiants « Il faut nuancer votre propos !!!! ») : l’absence de connexions est aussi importante à souligner que leur présence. À partir de là, comment serait-il possible de comprendre ces liens sans connaître les deux systèmes d’enseignement coloniaux mis en place au sein des territoires étudiés ? Et comment échapper à l’étape comparative afin de croiser les expériences ? Car les expériences liées à l’enseignement supérieur en Asie française et britannique sont bel et bien différentes (1). L’exemple que je mobilise le plus souvent pour montrer ce décalage est le suivant : les universités ou Presidency Colleges sont fondées en 1857 à Calcutta, Bombay et Madras en Inde britannique tandis que l’Université indochinoise de Hanoi ne voit véritablement le jour qu’en 1918. S’il existe un embryon d’enseignement supérieur en Inde française dans les années 1860, il ne concerne que la formation de personnels juridiques (des cours de droit – sans école – sont instaurés dès 1836) et surtout de médecins auxiliaires utiles à l’administration des comptoirs français en Inde. MAIS ces éléments de différenciation ne sont pas à opposer aux connexions : l’un des collèges de Chandernagor (Inde française) a mis en place une section anglaise et est affilié à l’université de Calcutta, connectant Inde française et Inde britannique dès la deuxième moitié du du XIXe siècle.

3°/ Lieux de rencontre et transimpérialisme : la comparaison permet de dégager des connexions et ainsi de définir et d’étudier des lieux de rencontre, des « noeuds » au coeur des mobilités étudiantes. Le port de Marseille voit se croiser des étudiants indiens et indochinois. C’est d’abord le port où débarquent Vietnamiens, Laotiens et Cambodgiens rejoingnant la France, l’Indochine étant reliée à la France par les compagnies des Messageries maritimes. Mais c’est également une potentielle étape du voyage vers Londres.

Ces lieux, ce sont aussi les villes du séjour étudiant, qu’elles soient des villes universitaires majeures (Paris, Londres, New York, Tokyo…) ou plus modestes (Nancy est aussi un pôle attractif au début du XXe siècle pour toute personne désirant se spécialiser dans les Eaux et Forêts).

À une échelle plus grande, ce sont les associations, clubs, dortoirs, internats, cabarets et cafés… fréquentés par les étudiants.

Les sources coloniales et des ministères des Affaires étrangères témoignent de cette diversité et m’ont conduit très tôt (comprendre : il y a environ un an) à m’intéresser à le concept de « trans-impérialisme ». Celle-ci est davantage mobilisée au sein de l’historiographie britannique. Le trans-impérialisme met l’accent sur les circulations à travers les empires, gommant l’étanchéité des frontières impériales. Ainsi, l’approche trans-impériale permet de souligner la présence d’Indiens en France mais aussi au sein de l’empire japonais… Bref, tout un programme que je ne développerai pas davantage puisqu’il sera au coeur d’un article qui devrait être publié dans les prochains mois !

 (1) Cela sera l’objet de l’article en cours de finalisation évoqué plus haut. Il sera publié dans la revue Outre-Mer et est le résultat de mes premières interventions scientifiques – à Hong-Kong en mai 2016 et à Cambridge en juin 2016. 

 

Thèse // Étudier les étudiants

En rédigeant ce billet, j’ai longtemps hésité à l’intituler « Comment rester une étudiante toute sa vie ». C’est le sentiment que j’ai régulièrement en réfléchissant à mon objet de recherche. Mais mon objectif n’est pas ici de faire de la psychologie de comptoir alors…

Les étudiants ne constituent pas un objet nouveau pour l’historien. L’historiographie française est assez riche et variée. En 2016, j’ai pu constater la vitalité des recherches francophones sur les circulations et les mouvements étudiants en participant au colloque « Les circulations étudiantes dans l’espace francophone au XXe siècle : institutions, parcours et sociabilités » organisé entre Montréal et Fribourg par Matthieu Gillabert. J’y ai rencontré des historiens mais aussi de nombreux sociologues, linguistes… qui, ensemble, m’ont donné un aperçu du large éventail de thématiques autour de ce sujet.

Constat plutôt motivant – je suis ressortie avec plein d’idées de recherche auxiliaires à ma thèse… Il y a de quoi être occupée pour au moins 15 ans !

Les archives étudiantes sont nombreuses et variées – n’hésitez pas à aller voir ce qui se fait du côté de la Cité des mémoires étudiantes – née à Reims (comme moi ! Coïncidence ? … haha ) ou encore du côté du GERME.

Mon objectif ici n’est pas de faire une synthèse historiographique sur les étudiants ni de fournir une bibliographie exhaustive. Il s’agit plutôt de quelques réflexions sur mon approche des étudiants en situation coloniale – entre définition(s) et méthodologie de recherche – incluant quelques remarques à creuser.

Qu’est-ce qu’un « étudiant en situation coloniale » ?

L’étudiant en contexte colonial est-il un étudiant comme les autres ? Oui et non.

C’est d’abord un individu qui étudie, en étant inscrit dans un établissement d’enseignement quel qu’il soit. Il me paraît nécessaire d’insister sur la différence entre « élève » et « étudiant », distinction qui n’est pas toujours faite dans les sources que j’utilise. Dans ce cadre, il est indispensable de définir le plus précisément possible « qui » est « quoi » :

  • L’élève, c’est l’individu qui fréquente une école primaire ou secondaire, avec toutes les nuances que cela implique (dédicace au tricky « enseignement primaire supérieur » qui concerne bel et bien des élèves !)
  • L’étudiant, quant à lui, fréquente un établissement / un cours (1) post-secondaire. Ou post-primaire mais qui n’est pas secondaire.  C’est là que ça se complique (un peu).

Si l’on regarde la définition donnée par le Larousse en ligne, l’étudiant est une « personne qui fait des études dans un établissement d’enseignement supérieur, une université ou une grande école. » Ici, l’expérience française se dessine bien avec ses grandes écoles – totalement out (ou presque) en ce qui concerne la Grande Bretagne (2). Mais que faire des jeunes Vietnamiens, Indiens, Français, Britanniques, Chinois, etc. qui peuplent mon corpus en fréquentant une école dite « professionnelle » ou « technique ». Ne sont-ils pas des étudiants comme les autres ?

Si ! Deux éléments peuvent permettre de mettre en avant le rôle de ces étudiants « boudés » par le dictionnaire :

  • Élément n° 1 : en Indochine, les Français se sont montrés pendant très longtemps frileux envers la création d’un enseignement supérieur colonial. L’Université indochinoise n’est fondée – pour la première fois et très brièvement – qu’en 1907. Alors que les Presidency Colleges, équivalents britanniques en Inde, datent de 1857 ! Alors, avant, on n’étudie pas en Indochine ? Et bien si : une école professionnelle est fondée à Hanoi au cours de la décennie 1890 alors qu’on forme des interprètes à Saigon (aujourd’hui, Ho Chi Minh ville) aux lendemains de l’annexion de la Cochinchine (partie sud de l’Indochine). Face au succès de la première, les créations d’établissements professionnels s’accélèrent au tournant des XIXe et XXe siècles. En fait, cela s’inscrit dans la stratégie coloniale des Français : il faut un enseignement utile, pratique qui permet de mettre en valeur – et tirer profit – de la colonie. On y greffe généralement également l’argument civilisateur.
  • Élément n° 2 : Au sein de l’empire britannique, et en Inde notamment, l’enseignement technique fait l’objet d’un intérêt tout particulier. Des bourses et des rapports spécifiques – incluant d’ailleurs le Droit parmi les disciplines « techniques » – lui sont dédiés. En Angleterre, un comité pour les étudiants techniques indiens est effectif au cours de l’entre-deux-guerres (3). Mais, contrairement au cas français, l’enseignement technique peut être intégré au cursus universitaire.

Conclusion : mon objet d’étude est multiple, ne se limitant pas aux jeunes (et moins jeunes) gens peuplant les universités. Et cette multiplicité du type d’études est doublée par les origines variées de mes étudiants : coloniaux, ils sont d’abord Indochinois et Indiens mais peuvent aussi être issus des minorités des colonies concernées – comme les Chinois d’Indochine.

Le terme « coloniaux » doit être pris au sens large : mes étudiants, ce sont aussi les Européens présents dans les colonies : étudient-il dans la colonie ? Rentrent-ils à la métropole ? Dans quel but, selon quelles stratégies ?

Enfin, dans une perspective connectée, il me paraissait difficile de ne pas prendre en compte les étrangers venant étudier en Inde et en Indochine. Un petit exemple pour illustrer cela : en 1905, une École Pavie est créée à Hanoi afin d’accueillir des étudiants fils de mandarins du Yunnan, la province chinoise limitrophe. Si elle ferme ses portes dès 1908, elle n’en est pas moins un des éléments déclencheurs de la fondation de la première Université indochinoise, inaugurée en 1907. Ici, la notion « situation coloniale » est considérée d’une manière large : les étudiants ne sont pas forcément des « colonisés » mais, dans le cadre de leurs études, ils sont confrontés à la colonisation et s’insèrent – plus ou moins longuement – dans une société coloniale.

« Mieux vaut compter les moutons que les étudiants avant de s’endormir » :

Étudier les étudiants, c’est appréhender une multiplicité de parcours. Et c’est aussi essayer de quantifier tout ça.

Et là, ça se complique : les statistiques sont très très TRÈS aléatoires. Elles varient selon les territoires étudiés, selon les périodes, selon les établissements… Cela rend la tâche ardue, parfois frustrante, mais non moins passionnante !

Et la question des dénominations utilisées – lorsqu’elles existent – est elle-aussi primordiale : certaines statistiques présentent une catégorie « Asie », très fourre-tout, d’autres celle d' »Annamites » qui a priori est alors synonyme de Vietnamiens alors que pour d’autres, plus précises car prenant en compte les subdivisions administratives de l’Union Indochinoise, « Annamites » fait référence à la population du centre du Vietnam (l’Annam donc), n’incluant pas les Cochinchinois du Sud et les Tonkinois du Sud.

Mais cette question mériterait un post à part entière et j’y reviendrai sans doute.

NdlR : 

(1) Des « cours normaux » et des « cours de droit » sont organisés en Indochine au début du XXe siècle sans qu’ils soient à l’origine de la création d’un établissement d’enseignement spécifique. Il faut par exemple attendre le début des années 1930 pour qu’une École supérieure de Droit soit créée à Hanoi. 

(2) Le Royal Indian Engineering College me paraît cependant très proche d’une école comme celle des Mines en France. Une comparaison plus poussée mérite d’être faite, fondée sur une analyse du vocabulaire et des structures de l’enseignement supérieur en France et au Royaume-Uni. 

(3) À l’heure actuelle, je n’ai pas trouvé trace d’une structure similaire en France malgré la fréquentation d’écoles techniques et professionnelles – comme l’école Violet d’électricité, Paris XVe – par de jeunes Indochinois. 

Future Log // 1er semestre 2017

La catégorie Future Log a pour objectif de récapituler les activités scientifiques auxquelles je participe sur une période de six mois.

Je commence donc avec la période janvier-juin 2017, particulièrement – et exceptionnellement, soyon réaliste – riche en journées d’études et autres workshops :

  • Le 27 janvier, je serai à Lisbonne dans le cadre du workshop « Internationalism, imperialism and education : connected histories» organisée par Miguel Bandeira Jeronimo, Hugo Gonçalves Dores et Damiano Matasci. Je viens d’ailleurs de terminer mon draft paper qui traite de l’internationalisation des mobilités des étudiants coloniaux au début du XXe siècle, de nationalisme et de cosmopolitisme.
  • Les 3 et 4 mars, ce sont les portes d’un de mes objets d’études – l’Université de Hanoi- que je franchirai dans le cadre de la conférence « Vietnam and Korea as « Longue Durée » Subject of Comparison : From the Pre-modern to the Early Modern Periods », organisée par l’International Institute for Asian Studies (Pays-Bas), l’Université nationale du Vietnam (Hanoi), l’Asia Centre de l’Université nationale de Séoul, l’Université de Leiden et l’EHESS. J’y ferai une comparaison entre l’enseignement colonial en Indochine et l’enseignement en Corée à travers les archives du Gouvernement général de l’Indochine. Tout un programme !…
  • Le 4 avril, direction Reims et l’URCA, où j’ai fait mes premiers pas d’apprentie historienne [et géopoliticienne – mais c’est une autre histoire] pour la 5e journée des doctorants ayant pour thème « Corps en crise, crise(s) du corps ». Il y sera question de l’effet des circulations sur le corps des étudiants coloniaux.
  • Le 18 mai devrait aboutir le travail d’une année : la journée d’études que je co-organise avec mon collègue doctorant K. Mammasse se tiendra en Sorbonne. Nous tenterons de nourrir une réflexion autour des « interconnexions [post-]coloniales, XX-XXIe siècle» à travers une approche multi-scalaire et multi-disciplinaire. J’y reviendrai dans un (ou plusieurs) billet(s) qui lui sera/ont spécifiquement dédié.

Le mois de juin sera particulièrement riche en évènements scientifiques :

  • Le projet de panel que j’ai élaboré avec H. Aoudia sur les transferts culturels en situation coloniale a été sélectionné pour l’École d’Été de mon école doctorale en collaboration avec l’Université de Padoue. Je serai donc à Padoue du 12 au 16 juin.
  • Sur le chemin du retour, j’enchaînerai avec la conférence annuelle de la French Colonial Historical Society à Aix-en-Provence où je parlerai d’acteurs méconnus de l’enseignement colonial en Indochine : les sociétés, comités et associations. Et j’aurai le plaisir d’y retrouver une partie de mes collègues du CHAC !
  • La semaine suivante, direction les États-Unis pour la 9e conférence de la Society for the History of Children and Youth pour laquelle j’ai eu l’honneur d’être invitée à rejoindre le panel de David Pomfret et Richard I. Jobs « Youthful Transgressions and Trans-national Mobilities from Europe to Asia« . Mon papier porte sur les mobilités d’étudiants entre la Chine et l’Indochine au cours du XXe siècle et le lien entre éducation et transgression.
  • Et enfin, le Congrès Asie se tiendra entre le 26 et le 28 juin à Sciences Po Paris. Je participerai à un panel méthodologique organisé par le bureau des jeunes chercheurs de l’Asie. Et pour finir « en beauté », je co-organise avec mon collègue Li Yunyi un panel intitulé « Pôles, flux et réseaux à l’âge de l’Indochine française. Réalités, héritages et limites (XIX-XXe siècle) ». Mon intervention portera sur les circulations de mes étudiants pendant la Seconde Guerre mondiale : rupture ou continuité ? Telle est la question !

Exposition // Les Vietnamiens en France (1920-1950)

Le 18 novembre 2016, j’ai eu la chance de participer au vernissage de l’exposition de François Trieu intitulée « les Vietnamiens en France des années Vingt aux années Cinquante » au sein de l’Union Générale des Vietnamiens de France, rue du Petit-Musc à Paris.

L’exposition – qui, malheureusement, a quitté les locaux de l’UGVF le 5 janvier 2017 – était composée d’environ 70 photos accompagnées de leurs légendes mais également de petites « fiches » biographiques et archivistiques composées par François.

photo-vernissage Qui ?

François est né à Paris en 1941 de parents vietnamiens. Son père est arrivé en France en 1919 en tant que cuisinier et sa mère en 1931 en tant que bonne d’enfant. Ils lui ont notamment légué une collection de photographies datant de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre. Motivé par ce passé familial, amateur de photographie et d’histoire, il a commencé à étudier le vietnamien une fois retraité afin de « connaître la langue et mieux comprendre la civilisation du pays ». Il a d’ailleurs réalisé une première exposition sur les « Indochinois dans la Grande Guerre », principalement à partir de photographies conservées dans les archives de l’Armée, aux Invalides.

Comment ?

L’exposition ne proposait pas une organisation chronologique mais sociologique. Nous suivions peu à peu les soldats, les domestiques, les restaurateurs, les étudiants, etc., tout en découvrant les principaux lieux de sociabilité de l’époque – restaurants mais aussi associations – et quelques photos au caractère davantage privé. Photographies face auxquelles certains invités au vernissage se reconnaissaient parfois.

photo-expo-ft

Pourquoi ?

Je l’ai déjà mentionné, François a d’abord été motivé par l’histoire de sa propre famille, en particulier de ses parents. Il souhaite également participer à la diffusion de la connaissance de l’histoire des immigrants vietnamiens en France depuis la première moitié du XXe siècle.

Dans ses interviews, François aime également rappeler que son exposition s’adresse à tous afin de « dissiper tout rejet de l’étranger ».

Et moi, dans tout ça ?

Ma rencontre avec François remonte au début de l’été 2016, à la suite d’échanges de courriels et de nos mémoires respectifs. Il fut l’une des premières rencontres qui me permit de saisir la dimension « non-académique » de mon travail, dimension qui rapproche histoire et mémoire – et qui pourrait être à l’origine d’une réflexion à part entière, ici ou ailleurs.

Quelques mois plus tard, me voilà donc invitée à participer en tant qu’historienne au vernissage.

Pour avoir le droit aux petits fours, ma mission était de présenter le contexte historique de l’exposition en huit minutes chrono ! Autant abréger le suspens : j’ai réussi ma mission mais l’accès aux petits fours s’avéra plus tardive que prévu. Ce vernissage a constitué un des moments les plus émouvants – et je dirais également gratifiants – de ma jeune vie de chercheuse, tant l’intérêt des invités – ayant pour 80 % d’entre eux des ancêtres vietnamiens – pour l’histoire des Vietnamiens en France fût grand !

NDLRL’ensemble des citations entre guillemets dans ce billet est issu de : « Entretien avec François Vương Triệu, réalisateur de l’exposition « Vietnamiens en France des années vingt aux années cinquante » par ĐỖ Thu Thủy, communiqué par l’interviewé. 

Prologue // pourquoi « Voies étudiantes » ?

Bonjour et bienvenue 🙂

Plusieurs fois, l’idée d’un carnet en ligne m’avait traversé l’esprit.

D’abord m’était venue l’idée d’écrire et de partager mon expérience liée à mes voyages de recherches, en Asie et ailleurs. Dès lors, je voulais aller au-delà d’un blog photo touristique, copie d’un album photo déjà présent sur certains réseaux sociaux.

Puis, après quelques mois de thèses, la multiplication de rencontres – dépassant le contexte académique – m’a peu à peu fait comprendre la dimension humaine d’une thèse. Cette dimension parallèle à la dimension purement académique de mes recherches me tient à cœur et repose sur le partage (d’expériences, de savoirs…) : pourquoi ne pas partager encore davantage ?

Carnet de route(s), carnet de rencontre(s) mais aussi carnet de lectures, les idées étaient là, nourrissant d’ores et déjà mes recherches. Il ne me manquait que le déclic.

Ce carnet de recherches est donc né aux lendemains d’une formation suivie en décembre 2016 à la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne – aka la BIS – portant sur la visibilité sur Internet. Les intervenants carnetiers, et en particulier, Caroline Muller à l’origine d’acquis de conscience et que je ne peux que remercier pour ses précieux conseils, ont fait preuve d’un enthousiasme communicateur.

La voie du doctorat est une voie évolutive et mouvementée – dans le bon sens du terme – la naissance de ce carnet un an et quelques mois après les débuts de ma thèse et environ trois ans après mes premières recherches sur les étudiants coloniaux, en est un excellent témoin. Ce carnet est donc amené à connaître des évolutions diverses, au fil de ma recherche.

J’espère que vous passerez un excellent moment ici ! Bonne visite !