Future Log // 2e semestre 2018

Très (trop ?) chargé, le premier semestre s’est écoulé à une vitesse folle… À un tel point que mon cerveau a du mal à se situer temporellement dans l’année – comment ça, nous ne sommes pas en avril ?!? Mais il est encore temps de faire le point sur la deuxième partie de l’année – plus calme a priori:

  • Comme évoqué précédemment, je suis à New York (!!!) jusqu’au 31 juillet dans le cadre du programme Alliance entre Columbia et Paris 1. J’ai reçu une bourse pour faire des recherches sur les étudiants indiens et indochinois aux États-Unis pendant ma période. Le compte-rendu de mes recherches sera publié ici une fois le séjour terminé mais je peux vous dire qu’en quinze jours, j’ai déjà pu faire de jolies bases de données sur les Indiens (et deux Indochinois – en fait Chinois vivant en Indochine) à Columbia. Aujourd’hui, je pars explorer les archives de NYU 🙂 À suivre donc !

  • Du 29 août au 1er septembre, je serai (de nouveau) à Berlin pour la conférence annuelle de l’ISCHEInternational Standing Conference for the History of EducationJe participerai au short working group Migrants, Migration and Education avec une communication “Higher Education on the Move: Student Migration and the Shaping of Higher Education in Colonial Asia (1850s-1940s)”.

  •  À partir du 1er septembre, c’est la reprise des cours. Après une campagne assez stressante, je suis très heureuse d’être ATER à Sciences Po Paris en 2018-2019.

Le reste du semestre s’annonce un peu plus calme, me permettant d’avancer efficacement – en tout cas, plus efficacement qu’au cours du premier semestre, je l’espère – dans la rédaction. L’objectif ultra-optimiste des 250 pages de rédaction à la fin juin n’a pas été tenu mais la machine est lancée (et puis si on compte les communications, articles et billets rédigés, on y presque hein… vive la méthode Coué !).

À noter tout de même que j’ai soumis des propositions pour quelques conférences, notamment pour celle-ci sur l’enseignement du droit hors des frontières, dont la première session est organisée en décembre à Lyon !

Enfin, ce début d’été a été marqué par la sortie de trois de mes publications :

  • Mon article dans la revue Traverse sur la Maison des étudiants de l’Indochine dont j’ai déjà parlé ici ;
  • Un article intitulé “Le corps étudiant à l’épreuve de l’empire : impacts corporels des mobilités étudiantes indochinoises et indiennes (années 1850-1930)”, résultat de la journée d’études pour jeunes chercheurs présentée ici, qui a donné lieu à un ouvrage aux éditions des presses universitaires de Reims. Ma version auteur de l’article est disponible sur hal ;
  • Le numéro des Cahiers Sirice issu de la journée d’études Interconnexions (post-)coloniales, XXe-XXIe siècle, dont j’ai préparé l’introduction avec mon collègue Karim Mammasse. J’y ai également participé par le biais d’un article “Interconnexions universitaires. Pour une histoire transimpériale de l’enseignement supérieur en Asie coloniale, années 1850-1930”. L’ensemble du numéro est en accès gratuit sur CAIRN.

Bel été et à bientôt 🙂

Notice // La Maison des étudiants de l’Indochine

La parution, il y a quelques semaines, du dernier numéro de la revue suisse Traverse consacré à l’accueil des étudiant.e.s étranger.ères me donne l’occasion de revenir sur une institution phare de mes recherches depuis mon Master d’histoire : la Maison des étudiants de l’Indochine (MEI) au sein de la Cité universitaire de Paris.

  • Présentation

L’article pour Traverse revient en détail sur la naissance et les premières années de la MEI. Je vous invite donc à le lire – une version auteur est disponible sur HAL – pour une présentation historique détaillée, centrée sur l’imbrication des acteurs et enjeux.

Le projet voit le jour au cours de la deuxième moitié des années 1920 et participe au premier cycle de fondations au sein de la Cité universitaire de Paris (CUP – ou CIUP de nos jours), située sur le boulevard Jourdan dans le 14e arrondissement de Paris. La pose de la première pierre (1928) et son inauguration (1930) font du pavillon un lieu-clef des luttes politiques et des oppositions au colonialisme… ce qui ne l’empêche pas de remplir sa fonction d’accueil auprès d’étudiants d’Indochine, qu’ils soient Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ou Français, pendant toute la décennie 1930. La MEI interrompt ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale avant de réouvrir dès la fin du conflit.

Des archives variées sont disponibles : la première source consultée, pour mon Master (ça ne me rajeunit pas), fut une brochure éditée dans le cadre de la pose de la première pierre du bâtiment à des fins de propagande et disponible sur Gallica (merci la BnF \o/). Les discours des différents intervenants – français mais aussi vietnamiens – y ont été retranscrits après une présentation de la Cité et du projet. L’accent est mis sur la collaboration franco-indochinoise, la nécessité d’accueillir les étudiants d’Indochine sans gommer le lien avec leurs terres d’origine, l’utilité des séjours d’études en France…

On retrouve les brouillons de cette brochure dans les fonds  consacrés à la CUP aux Archives nationales, parmi de nombreux autres documents. Le fonds 20090014 centralise les archives liées aux Maisons et à la Fondation nationale depuis le début du XXe siècle, et les dossiers 19-21 sont dédiés à la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est. Il s’agit du nouveau nom de la MEI, adopté au début des années 1970 – bien après les accords de Genève (1954) et la décolonisation de l’Indochine française. Le dossier 19 concentre de nombreux documents sur les premières années de la Maison. Il est constitué d’actes notariés, de brochures, de correspondances entre l’administration de la MEI et de la CUP et des personnalités indochinoises : le gouverneur général d’abord mais aussi la Société d’amélioration morale, intellectuelle et physique des Indochinois de Cochinchine (SAMIPIC). Composée de membres de l’élite locale cochinchinoise, la SAMIPIC multiplie les manoeuvres pour récolter les fonds nécessaires à la construction de la MEI. Une tombola est organisée, qui cause les plus grandes peines à ces organisateurs, les tickets se vendant très (trop) lentement.

Toujours aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, la série AJ16 dédiée aux archives de l’Académie de Paris comprend elle aussi contient les cartons du cabinet du recteur sur la fondation et l’administration de la CIUP. On y trouve notamment plusieurs comptes-rendus de comités d’administration de la MEI, permettant d’obtenir des informations statistiques sur le nombre de lits, le nombre d’étudiants et leurs nationalités, etc., bien qu’elles restent irrégulières sur toute la période. De plus, des courriers du directeur de la MEI sur les troubles qui la traversent au cours de sa première année sont inclus aux dossiers.

À Aix-en-Provence, les fonds du service de contrôle et d’assistance aux indigènes (CAI) regroupés sous le nom donné ultérieurement de “SLOTFOM” contiennent également quelques dossiers sur la MEI à travers la surveillance et la répression d’activités anti-françaises dont elle fait l’objet.

Gallica regorge également de plusieurs coupures de presse sur la MEI, notamment sur son inauguration et les crispations autour de celle-ci.

  • Enjeux de la recherche

Des sources variées, relativement nombreuses, qui ne sont pas sans révéler différents enjeux pour le chercheur, dont certains sont résumés ci-dessous.

  • Une approche prosopographique de la MEI

S’il est relativement facile de retracer l’histoire de la construction, de l’aménagement de l’administration de la MEI, il est beaucoup plus difficile d’en faire une véritable histoire sociale, en considérant cette résidence comme une micro-société où se croisent différents individus ou groupes. Nous avons très peu d’informations sur les résidents eux-mêmes, en dehors de quelques cas spécifiques (les malades, les expulsés, les représentants d’étudiants…). Il semblerait que des cartons non déclassés comprenant des dossiers individuels soient conservés aux Archives nationales et j’espère qu’un ANR me permettra d’y avoir accès… Il est donc particulièrement difficile pour quelqu’un cherchant à suivre l’itinéraire d’un résident d’en trouver la trace dans les archives à disposition. Concernant mes propres recherches, je rêve d’avoir accès à des informations permettant de réaliser une base de données à partir d’informations sur les origines sociales et géographiques des résidents pendant l’entre-deux-guerres.

  • Rhétorique coloniale/impériale et intérêts des acteurs

La MEI fait se croiser de multiples acteurs : ministres, gouverneurs coloniaux, étudiants, élites indochinoises, industriels (le président du comité d’initiative n’est autre que le président des Distilleries de l’Indochine)… Il s’agit donc de dépasser le premier plan des discours autour de la MEI pour faire resortir ce qui est véritablement en jeu pour ces acteurs. La rhétorique coloniale et impériale est particulièrement développée, autour de thématiques “classiques” comme la mission civilisatrice, la mise en valeur des colonies… et dissimule des enjeux plus individuels et moins désintéressés.

  • (Dé)politiser la MEI ? 

Deux tendances se dégagent concernant les recherches sur la MEI : l’étude architecturale – que j’ai peu mobilisée jusqu’ici – et l’étude politique, se concentrant sur la radicalisation des Indochinois, dont une part non négligeable est étudiante, au tournant des années 1930. Tout en étant nécessaire, cette dernière approche me semble parfois trop réductrice, ne peut résumer l’intérêt de la MEI et de la CUP dans le cadre d’une étude sur les mobilités étudiantes. Il ne faut pas oublier que la MEI accueille des étudiants indochinois pendant toute la période et n’est donc pas seulement perçue comme un symbole du colonisateur… Il s’agit ainsi de sortir d’un schéma réducteur opposant militants anticolonialistes et collaborateurs : des stratégies plus complexes apparaissent à travers certaines archives et être résident à la MEI ne semble pas systématiquement vouloir dire soutenir l’ordre colonial.

  • Une affaire de transferts 

La MEI est une première en tant que résidence pour étudiants coloniaux soutenue par les pouvoirs publics. Dès la naissance du projet, la possibilité de multiplier ce type d’initiatives en province est évoquée. Des archives consultées au Vietnam m’ont permis de découvrir l’existence d’un “pavillon colonial” à la cité universitaire de Montpellier, sur lequel j’aimerais obtenir davantage d’informations. La question des transferts passe également par la construction de la cité universitaire de Hanoi pendant la Seconde Guerre mondiale, impulsée par le gouverneur général Decoux. Sa réalisation présente plusieurs points communs avec la MEI… À suivre (dans la thèse) !

  • Quelques pistes bibliographiques

Dzovinar Kévonian, Guillaume Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ;

Jehnie I. Reis, « L’identité indochinoise en question : idéalisme français et dissidences à la Cité universitaire de Paris dans l’entre-deux-guerres », Migrance, 39, 1er semestre 2012

Guillaume Tronchet, « Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.