Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (3)

Arrivée depuis jeudi dernier à New Delhi pour mon dernier séjour de recherche de 2017, il est grand temps de publier l’épisode 3 de mon périple anglais du mois de novembre.

Épisode 3 : Maria Grey Training College’s Archives

Il y a quelques mois, un article dans The Conversation me permettait de découvrir cette photographie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

Elle représente la promotion 1905-1907 du Maria Grey Training College (MGC) à Londres. On y distingue clairement une jeune étudiante portant un sari au milieu de jeunes femmes aux tenues vestimentaires davantage occidentales. D’abord utilisée pour ma communication sur l’impact corporel des mobilités étudiantes à Reims en avril, cette photographie soulevait et résumait plusieurs interrogations pour mes recherches : qui était cette étudiante indienne ? Est-elle représentative d’une mobilité féminine d’études vers l’Angleterre ? Ou fait-elle figure d’exception ? Quel rôle ont pu jouer les institutions destinées aux femmes dans l’essor des circulations étudiantes pendant la période coloniale ? J’ai décidé de suivre mon intuition, qui me soufflait qu’il devait y avoir d’autres étudiantes indiennes au MGC (et j’avais vraiment très envie d’y croire !), et d’aller explorer les archives conservées à la Brunel University (http://www.brunel.ac.uk/about/Archives/Maria-Grey-College-Archives) à Uxbridge, en périphérie de Londres.

Après un long trajet en métro jusqu’à l’extrémité de la Metropolitan Lineles métro londoniens vont pour certains plus loin que certains RER parisiens ! – et une petite quinzaine de minutes de marche, me voilà devant la maison dédiée aux archives de Brunel University où Phaedra Casey m’accueille chaleureusement :

Moi qui suis habituée à mener mes recherches au sein de « grands » centres d’archives (archives nationales, archives d’outre-mer ou diplomatiques…), la consultation d’archives au sein d’institutions éducatives me donne un nouvel aperçu du travail de chercheur. Les relations avec les archivistes deviennent primordiales puisque ceux-ci préparent ma visite et ont déjà pu sélectionner des documents susceptibles de m’intéresser. C’est agréable : cela permet de gagner du temps et surtout d’avoir de vrais échanges avec les archivistes, sans qui je serai bien perdue – big up aux archivistes ! Au cours de nos conversations, Phaedra m’a expliqué qu’elle manquait de temps pour explorer les archives du MGC. En effet, ce college n’existe plus – il a fermé ses portes en 1976, et elle doit se concentrer sur les archives d’institutions existant encore aujourd’hui, pour des raisons principalement financières (ce sont d’elles que viennent les fonds). Conclusion : il est très important que des historiens s’intéressent à l’histoire du MGC, afin de faire vivre ses archives !

Fondé en 1878 par Maria Grey (1816-1906), éducatrice et essayiste, ce college était destiné à la formation d’institutrices. Elles devaient ainsi participer activement à l’instruction des filles, en Angleterre mais également à l’étranger. En effet, ce qui me frappa lors de la consultation des archives de l’institution, et plus particulièrement de son magazine, c’est les carrières internationales des diplômées du MGC. Plusieurs d’entre-elles ont enseigné en Europe, Amérique, Afrique ou Asie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

L’Inde a joué un rôle non négligeable dans ces parcours professionnels. Si elle constitue un débouché à la suite des études, elle est également un point de départ. Des Européennes vivant en Inde, participant à des missions ou à l’instruction des populations locales, rejoignent le college afin d’obtenir une qualification. Mais ce sont également de jeunes Indiennes qui fréquentent, d’abord timidement, les cours créés par Maria Grey.

La première étudiante indienne est arrivée en 1882, venait de Madras et s’appelait Anne Shunmugun. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles : impossible de savoir si elle est venue à bout du cursus… La plupart des étudiantes venues d’Inde demeurent des filles de Britanniques installés dans les grandes villes du sous-continent (Calcutta, Bombay, Madras…) Il faut ensuite attendre le début du XXe siècle pour que d’autres « natives » se laissent tenter par l’expérience du voyage. En 1906, l’arrivée d’Atiya Fyzee semble relancer la machine sans pour autant porter ses fruits : on ne retrouve la trace des jeunes Indiennes que pour quelques semaines ou mois dans les documents, celles-ci quittant rapidement le college. En effet, elles n’avaient généralement pas les bases nécessaires à un enseignement supérieur. Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… La situation semble se décanter après la Première Guerre mondiale : Irene M. Lilley, qui a écrit la seule monographie dédiée au MGC, estime qu’au cours de l’entre-deux-guerres, plus de 110 étudiantes, britanniques ou indiennes, sont venues d’Inde. En consultant les différents numéros du Maria Grey College Magazine, j’ai pu constater que les listes de nouvelles diplômées comprenaient au fur et à mesure de plus en plus de noms d’Indiennes.

Ces magazines constituent d’ailleurs une source riche : il est composé d’articles mais également de rubriques dédiées aux alumni : on y annonce les mariages, les nouveaux postes, les décès… et on y publie également les courriers des anciennes élèves désireuses de renouer avec leurs camarades passées. Il me reste donc à analyser et construire une base de données à partir de toutes ses informations. Ses sources inédites me permettront de construire une étude de cas tout autant inédite et pourquoi pas, d’en tirer un article dans les prochains mois !

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (2)

Pour la première fois, j’ai délaissé les archives de la British Library pour visiter de nouveaux centres d’archives…

Épisode 2 : Dans les archives d’Inner Temple… 

Les premiers étudiants indiens à se rendre au Royaume-Uni pour poursuivre leurs études ont d’abord privilégié les études de droit ainsi que la préparation du concours de l’India Civil Service, c’est-à-dire la fonction publique en Inde coloniale. Ainsi, les Inns of Court de Londres accueillent très tôt, dès les années 1850-1860, de jeunes Indiens désireux de passer le barreau pour devenir barrister, avocat du barreau. Ils sont en concurrence avec les avocats formés en Inde, les vakils. Les concurrences et les différences de statut entre barristers et vakils font d’ailleurs débat tout au long de la période. Il est souvent jugé que les études pour devenir vakil sont plus complexes et qu’ainsi, un voyage jusqu’en Angleterre, permet d’obtenir plus facilement le titre d’avocat, si l’on excepte évidemment le coût financier de ce séjour métropolitain.

Parmi les quatre Inns of CourtLincoln’s Inn, Gray’s Inn, Middle Temple et Inner Temple – seulement le dernier propose une base de données en ligne. Celle-ci m’a permis de déterminer qu’entre 1850 et 1940, 626 étudiants originaires d’Inde – « indigènes » ou « Anglo-Indiens » – ont fréquenté Inner Temple. Ce chiffre est conséquent et je suis actuellement de construire ma propre base de données à partir des informations disponibles : âge, adresse, date d’entrée et d’accès au barreau, profession et adresse du père, etc. Premières tendances : l’intégration progressive des « natifs » au milieu des « Anglo-Indiens » ainsi que la prédominance de Calcutta et de la présidence du Bengale en général comme territoire d’origine.

Source : www.innertemplearchives.org.uk

Pour compléter cette première trouvaille, je me suis rendue le 6 novembre aux archives d’Inner Temple, au 3 King’s Bench Walk à Londres. Après avoir attendu 20 minutes à la mauvaise adresse – pour ma défense, les rues étaient numérotées en continu et pas en alternance de chaque côté de la route et je ne le savais pas – j’ai rencontré Celia Pilkington, l’archiviste d’Inner Temple.

La mauvaise porte…

Son bureau est situé dans le basement du bâtiment et offre un cadre très cosyune fois que le chauffage a été allumé. Pour l’anecdote, Celia passe en boucle des CDS de musique classique, ce qui renforce l’atmosphère particulière du lieu.

Et finalemet, 3 King’s Bench Walk.

Ma venue ayant été préparée la semaine précédente – il faut prendre rendez-vous pour accéder aux archives – et quelques documents m’attendaient sur mon bureau du jour : il s’agissait de rapports du comité des étudiants ultramarins d’Inner Temple. Ces rapports sont regroupés dans des volumes, par année, avec l’ensemble des rapports et notes sur les différents comités de l’institution. Ainsi, on y trouve également les rapports des comités des bourses ou encore le comité de l’association des barristers du Punjab. Seul hic : les documents correspondent essentiellement à l’entre-deux-guerres.

Source : Inner Temple Archives, Book of Committees, 1918

Pour les périodes antérieures, j’ai d’abord travaillé sur l’index des minutes afin d’y détecter toute information concernant les étudiants indiens. On y trouve principalement des requêtes de la part des étudiants afin d’être exemptés de certains examens – principalement le latin, pas ou peu enseigné en Inde –  ou de changer d’Inn of Court. Après avoir déchiffré l’écriture du secrétaire, il ne restait plus qu’à noter les références pour retrouver les documents dans les livres dédiés aux minutes.   

Source : Inner Temple Archives, Minutes – Index.

Enfin, j’ai sélectionné quelques noms d’étudiants afin de tenter de consulter leurs dossiers individuels. Malheureusement, pour le XIXe siècle, l’archiviste n’a pas retrouvé certains dossiers : ont-ils été transférés en Inde pour justifier des études des barristers indiens ? Peut-être que mon voyage prochain à New Delhi et Calcutta me le dira ! J’ai pu tout de même consulter la fiche d’admission du premier étudiant indien d’Inner Temple :

Source : Inner Temple Archives – Fiche d admission d Aviet Agabeg

Ainsi que les dossiers de trois anciens étudiants illustres : Gandhi, Nehru et Krishnavarma.

Prochaine étape : les fonds du Maria Grey College à la Brunel University.

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (1)

Le caractère croisé de mes recherches, mêlant Indochine française et Inde britannique, exige la consultation d’archives conservées dans divers centres d’archives. Du côté indien, une grande partie de ces sources sont localisées au Royaume-Uni. Du 1er au 13 novembre, j’ai donc effectué mon 4e séjour de recherche à Londres. Habituée aux séjours courts qui me permettent de muscler mon pouce et de saturer la mémoire de mon téléphone au fil des photographies, ce dernier séjour m’a permis d’appréhender différemment mon travail, en consultant des fonds inédits mais également en profitant de mes balades dans les rues londoniennes pour y chercher les éventuelles traces de mes étudiants indiens. Retour en plusieurs épisodes.

Épisode 1 : À la British Library… 

Le fonds de l’India Office (India Office Records), département en charge de la colonie indienne entre 1858 et 1947, est conservé à la British Library, à deux pas de St Pancras.

Une matinée à la British Library…

Je suis donc peu à peu devenue une habituée de l’Asia and Africa Reading Roomà un tel point que lorsquil a fallu que je me rende dans une autre salle jeudi, j’étais totalement perdue – où est mise à ma disposition une grande variété de sources.

J’ai d’abord exploré les séries des Public & Judicial Departments où sont regroupées, dans des énormes livres, des minutes, courriers ou documents reçus par les services dédiés de l’India Office :

L’utilisation de ces sources demande une certaine habitude : les papiers ont été reliés ensemble et sont tous numérotés. Si chaque numéro est censé être rapporté sur chaque page, il se mêle parfois à des anciennes numérotations, facilement piégeuses pour le chercheur… La logique des volumes est chronologique et l’on trouve donc les uns après les autres des documents aux thématiques extrêmement variées. Si l’utilisation de l’inventaire en ligne permet de trouver un document précis, j’ai pris l’habitude de consulter rapidement l’ensemble du volume et suis parfois tombée sur des pépites (mais il est aussi possible d’utiliser le catalogue en ligne pour obtenir une liste de l’ensemble des documents disponibles dans chaque volume, je suis quand même tombée sur quelques erreurs et omissions).

Une deuxième série de sources majeures correspond au fonds du Lytton Committee – Committee on Indian Students (1921-1922) :

Un sous-dossier du fonds du Lytton Committee

Il s’agit d’une véritable mine pour moi puisque ce fonds contient les rapports du comité mais aussi de nombreux témoignages écrits et autres courriers rédigés par des acteurs des mobilités étudiantes indiennes vers le Royaume-Uni (étudiants mais aussi directeurs d’établissements, membres d’association, entrepreneurs…) L’examen de ce fonds requiert un certain niveau de patience puisque les dossiers (parfois seulement composés d’une ou deux feuille(s) volante(s)) ne peuvent être consultés qu’un par un ! Je ne compte plus les allers-retours que j’ai dû faire entre ma place et la banque de prêt… mais le contenu, aussi bref soit-il, est rarement décevant, j’en ferai une notice à l’occasion.

Enfin, j’ai découvert la semaine dernière le fonds des manuscrits (Mss EU). Par la même occasion, j’ai retrouvé mes habitudes vietnamiennes puisque les photographies sont interdites pour ce fonds. Il est également impossible de sortir de la salle sans avoir rendu le document (même ppour aller aux toilettes…) et la table dédiée aux manuscrits est placée dans l’axe du bureau des emprunts, pour que les archivistes puissent nous surveiller… Ce fonds contient notamment les archives de la Northbrook Society, ou Northbrook (Indian) Club. Des grands cahiers contiennent ses règlements, comptes-rendus de réunions ainsi que des articles de journaux évoquant ses travaux. L’ironie, c’est que le contenu est plus souvent « tapu- » que « manu- »scrit… Mais bon, ça ne changeait rien, pas de photo quoiqu’il arrive… Fondé en 1880, le Northbrook Club – du nom de son président – est d’abord une branche de la National India Association (NIA), elle-même créée en 1870 à Bristol. Il a pour but de fournir un lieu de rencontre et d’échanges aux membres de la NIA, facilitant ainsi les contacts entre Indiens et Britanniques. Par la suite, il offre également quelques chambres à des étudiants. Ici aussi, une notice est en préparation ! Parmi les manuscrits, j’ai également mis la main  – au dernier moment, comprendre le dernier jour à 16h – sur un volume particulièrement intéressant, intitulé Tours from India to Europe for Indian Students and Teachers, 1934-1936, réservé à de jeunes Indiennes :

European tour for Indian women students and teachers

Plans for the tour to Europe this summer for women students and teachers under the auspices of International Student service are well under way. The party will leave Bombay in the last week of May. On arrival in Europe they will first visit Italy, Venice, Padus, Rome, Naples, Florence, and Milan are included in the programme. In Switzerland, most of the time will be spent in Geneva on the study of international affairs, attendance at a summer school and a student conference, and an introduction will be given to the work of the League of Nations and the International Labour Office. From Swizterland they will go to London. Most of the time in England will be spent in London, and Oxford and Cambridge and one provincial university town will also be visited. In France, the group will visit Paris and attend the annual conference of International student service at Bouffement near there. (…) Visits will be paid to one or two provincial university towns, the tour ending in France in the 2nd week in August.” (Mss Eu, F178/87)

Grosse frustration : le volume contient également de superbes photos, montrant, entre autres, les étudiantes couvertes de pigeons sur la Place Saint Marc à Venise. Impossibles à reproduire…