Ciné-Mobilité // « Confident Royal »

L’Inde coloniale est une thématique à la mode outre-Manche. Depuis le tournant du XXIe siècle, l’historiographie britannique redécouvre son histoire impériale et se penche plus particulièrement sur la présence indienne au Royaume-Uni. De nombreux projets de recherche, incluant financements et réalisations concrètes – à l’instar du formidable outil Making Britain – ont vu le jour, plus ou moins brièvement, au cours des dernières années. Les travaux qui en ont découlé sont le fil rouge de mon travail de recherche du mois d’octobre, commencé par la lecture d’Indian Arrivals 1870-1915 d’Elleke Boehmer (2015) – pour lequel je prépare, doucement mais sûrement, une recension. S’ensuivit naturellement la lecture des publications de Sumita Mukherjee, qui avaient été précédées par ceux de Rozina Visram ou Michael H. Fisher.

Ce mois très indien en perspective a donc été subtilement complété par le dernier film de Stephen Frears (Les liaisons dangereuses, the Queen, Philomena… pour ne citer que ceux que j’ai vu et apprécié J) : Confident royal.

Qui est ce « confident royal » ? Le titre anglais du film est davantage évocateur :

Le film commence donc par nous présenter Abdul Karim, secrétaire dans une prison de la ville d’Agra – la ville du Taj Mahal, dans le nord de l’Inde. En 1887, il est envoyé à Londres pour être mis au service de la reine Victoria, impératrice des Indes depuis 1877, afin de lui présenter un trésor hérité de la dynastie moghole. Il devient deux ans plus tard un munshi, professeur, et apprend à Victoria l’ourdou – dans le film – ou l’hindoustani – in real life. La confrontation entre culture britannique et indienne est très vite mise en scène par S. Frears, qui s’appuie sur elle afin de donner un ton comique à son film – mes voisins de cinéma ont adoré et ont passé leurs temps à rire, même lorsqu’il n’y avait pas de quoi…. Ainsi, il insiste sur le caractère symbolique du mohur que les autorités britanniques veulent présenter à la reine sans savoir réellement ce dont il s’agit (une pièce de monnaie). De la même manière, le réalisateur dépeint une autre dualité, assez simple à vrai dire, puisqu’il oppose les « gentils cosmopolites », dont les relations amicales dépassent les barrières raciales supposées, et les « méchants racistes », qu’ils soient Anglais (Abdul Karim est très mal intégré à la cour de Victoria) ou Indiens (et cela permet de sortir d’une opposition simpliste entre méchants colonisateurs et gentils Indiens), à travers le personnage de Buksh, le compagnon de voyage de Karim qui meurt en Angleterre, amer de ne pas avoir pu rentrer chez lui. Point positif dans cette approche duale : la confusion faite par les Britanniques entre “hindous”, “Indiens” et “musulmans” est plutôt bien présentée. Victoria, quant à elle, est présentée comme une vieille femme, épuisée et bougonne, las de gouverner et peu intéressée par la vie de cour. Et ce, dès 1887, alors qu’il lui reste encore environ 14 années à vivre…

J’en viens donc au défaut qui m’a le plus frappé pendant le film : l’absence de repères chronologiques. En dehors d’un « 1887, Agra » au début du film, rien n’est fait pour souligner la temporalité du récit. L’action semble se passer en très peu de temps, quelques semaines ou moins, alors qu’elle s’étale sur cette quinzaine d’années qui séparent la souveraine de la mort. On aperçoit très rapidement à la fin du film sa date de décès mais je ne suis pas en mesure de dire si j’ai pu la repérer car je la connaissais déjà avant ou parce qu’elle est vraiment visible.

La reine Victoria et son serviteur Abdul Karim

« Tiré de faits réels, pour l’essentiel… » Ce rappel en début du film est un avertissement prudent permettant de ne pas faire de Confident royal un film historique. J’ai apprécié ce message : contrairement à son confrère Le dernier vice-roi des Indes, le film ne semble pas avoir de prétentions historiques, seulement narrer une histoire d’amitié transimpériale – et pas d’histoire d’amour niaise, j’ai apprécié que l’ambiguité de sentiments entre les deux personnages principaux soit traité avec finesse !

Évidemment, le scenario se permet dès lors des libertés : Victoria semble tout ignorer de l’arrivée d’Indiens – alors qu’elle s’en réjouit en réalité comme le rappelle Rozina Visram dans Asians in Britain : « The Queen was reported to be ‘as excited about them as a child would be with a new toy’ » ; on ne comprend pas que ces Indiens arrivent pour être domestiques et qu’ils sont en fait deux individus parmi de nombreux autres (domestiques mais aussi étudiants, savants…) ; ils arrivent directement avec leurs épouses alors que le film nous présente très tardivement Mme Karim… En outre, si les proches de la reine dénoncent continuellement les agissements intéressés du munshi, celui-ci est dépeint comme un individu sincière, innocent – aucune mention n’est faite des placements financiers en Angleterre et en Inde que sa relation priviligée avec la reine lui permet de faire ! Le dénouement semble davantage fidèle aux faits réels : à la mort de Victoria, le roi Edouard VII ordonne que les papiers d’Abdul Karim, plus précisément sa correspondance avec la reine soit brûlée. Ce dernier rentre alors à Agra où il décède en 1909. À cette date, un nouvel ordre est donné afin de détruire les courriers jusqu’alors épargnés. Le nouveau roi refuse tout domestique indien, se contentant de recevoir quatre officiers tous les ans, symbolisant l’unité de l’empire britannique.

Malgré des défauts, Confident royal m’a un peu réconciliée avec les films sur l’histoire indienne. Ce divertissement, qui n’a pas la prétention de faire redécouvrir l’histoire au public, a le mérite de ne pas tomber dans certains clichés cinématographiques. Pour une approche davantage historique, j’invite les potentiels intéressés à lire les quelques pages (p. 45-49) dédiées par Rozina Visram dans Asians in Britain. Il existe également un ouvrage qui a inspiré le film mais dont je ne connais pas le contenu – pour le moment.

 

Colloque-Expo // “Lorrains sans frontières !”

« Jamais deux sans trois ! » : mardi 17 octobre, je me rendais pour la troisième fois de l’année à Nancy afin de participer au colloque « Universités et Grandes Écoles – Circulations étudiantes internationales d’hier à aujourd’hui ». Cette fois encore, c’est une thématique vaste qui a été choisie afin de réunir des historiens, sociologues, linguistes… d’horizons divers et variés >> Programme disponible ici.

Je retrouvais avec plaisir des collègues rencontrés lors du double colloque sur les circulations dans le monde francophone organisé par Matthieu Gillabert en 2016, entre Montréal et Fribourg.
L’organisatrice Yamina Bettahar eut la bonne idée d’inclure des visites d’exposition en conclusion des deux journées. Ne pouvant pas rester jusqu’au mercredi soir, je n’ai bénéficié que de la visite du Musée lorrain qui occupe les élégants murs de l’ancien Palais des ducs de Lorraine. Sa vocation est d’offrir un panorama de l’histoire de la Lorraine – Meurthe-et-Moselle, Moselle, Meuse et Vosges– à travers des objets et des œuvres d’art variés.

 La conservatrice Sophie Mouton ne fut pas avare de détails pour nous présenter la nouvelle exposition « Lorrains sans frontières ! », consacrées aux mobilités et circulations depuis et vers la Lorraine à travers les siècles. À travers 8 salles au fil chronologique., celle-ci revient sur le rôle multiple de cet espace, à la fois carrefour, frontière, marche, terre d’accueil, de départs ou de simple passage…
Après avoir emprunté l’escalier de l’horloge, la visite débute avec une frise chronologique et la présentation de quelques notions-clefs permettant d’introduire des objets antérieurs à la période contemporaine. Très rapidement, l’exposition se consacre essentiellement aux XIXe et XXe siècles. Les Lorrains sont alors reliés au reste du monde grâce aux circulations maritimes. Ils fréquentent deux ports, Brême et surtout Le Havre, qui permettent d’embarquer pour le continent américain. Dès 1830, des migrations davantage méridionales apparaissent, vers la colonie nouvelle d’Algérie. En parallèle, fort d’une étude multiscalaire et multidirectionnelle, la deuxième salle met également en avant le rôle de colporteurs et autres marchands ambulants.
La question de la frontière est centrale (salle 3) : la défaite française de 1870 face à la Prusse suivie du traité de Francfort (1871) conduit à l’annexion allemande de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine. La population concernée doit alors choisir entre la France ou son voisin avant 1872 : les « optants », désireux de rester Français, doivent alors accomplir diverses démarches administratives afin de rester Français – des boîtiers de fiches sont exposés, ne représentant qu’une infime partie de ces optants. Les mouvements migratoires sont intenses alors, qu’en parallèle, des Allemands s’installent dans les zones annexées. À l’inverse, après la Grande Guerre, les populations allemandes doivent quitter la Lorraine – incluant les enfants nés de parents allemands et n’ayant vécu que dans cette région. On retrouve de solennelles affiches bilingues annonçant les nouvelles conditions de circulations et restrictions selon la nationalité.
Les circulations impériales et coloniales sont traitées dans toute leur diversité : la place des Lorrains dans les anciennes colonies états-uniennes est l’occasion de découvrir quelques pépites, telle la verrerie lorraine utilisée à la Maison Blanche. Des documents de l’Institut colonial, ouvert à Nancy en 1904, sont également exposés mais le document le plus… reste l’affiche publicitaire pour une brasserie ouverte dans le département français de l’Algérie.
Une immigration d’origine variée caractérise le XXe siècle alors que la région bénéficie des Révolutions industrielles. La photographie d’un « Restorante italiano » met en avant enchevêtrements linguistiques et transferts culturels. L’arrivée des Polonais est également traitée. La cinquième salle est également riche de témoignages oraux à écouter grâce à des casques mis à disposition.
Après une salle dédiée aux conséquences des conflits mondiaux et une autre à la période d’après-guerre – plus particulièrement aux migrations engendrées à la reconstruction, l’équipe du musée a voulu souligner la diversité et la mixité des populations de la Lorraine de nos jours. Des artistes contemporains ont été sollicités afin d’exprimer leur vision des migrations et de la diversité en Lorraine. Enfin, une dernière surprise vous attend au rez-de-chaussée, soulignant la présence d’une autre communauté migrante : les Tziganes.

Vous l’aurez compris, j’ai été particulièrement emballée par cette exposition, sublimée par les commentaires de la conservatrice. Un gros travail de scénographie a été fait, qui rend accessible et ludique les différentes salles. Mon côté « historienne » a particulièrement apprécié la diversité et la qualité des documents. Cela fait partie des expos au cours desquelles je me dis « Wouah, super sujet de recherches ! » « Oh, j’aimerais bien travailler là-dessus ! »… Bon ok, je suis peut-être un peu obsédée par les recherches et acquise aux questions mais après tout, je sortais d’une journée de conférence…

Bref, Lorrains ou non Lorrains, courez au Musée Lorrain avant le 2 avril 2018 et profitez-en pour flâner dans la jolie vieille-ville nanciéenne, prendre un verre sur la place Stan’ ou encore manger, comme nous, à l’Excelsior 🙂 

Brève // De “Mille jours à Saigon” à la “Sorbonne pour les Mondes asiatiques”

En ce début de mois d’octobre très “speed”, deux petites brèves en passant :

  • En ce moment, le documentaire de Marie-Christine Courtès , Mille jours à Saigon, est disponible en replay sur le site de Télé Bretagne Ouest – Tébéo pour les intimes – donc cliquez ici pour profiter de ce court film instructif et émouvant – âmes sensibles, préparez les mouchoirs pour le dernier quart d’heure.

Synopsis : En 1961, Marcelino Truong a 4 ans lorsqu’il découvre Saigon. Son père, diplomate vietnamien marié à une Française, vient d’être nommé à la tête de l’agence de presse sud-vietnamienne. Issu d’une famille catholique, anticommuniste, c’est un proche du président Diêm qui dirige d’une main de fer la nouvelle république du Sud Vietnam, alliée aux Etats-Unis dans sa lutte contre la guérilla « rouge ».
Cinquante ans plus tard, Marcelino Truong, devenu un illustrateur réputé, entreprend le récit de ses souvenirs d’enfance dans un roman graphique intitulé “Une si jolie petite guerre”. En suivant son travail entre la France et le Vietnam, “Mille jours à Saigon”, nous immerge dans cette période peu connue des débuts de la guerre du Vietnam, tout en suivant le cheminement intérieur d’un artiste qui cherche à prendre de la distance avec l’histoire de sa famille.

Source de l’information : Olga Dror via Grapevine

  • Une nouvelle association vient de voir le jour à la Sorbonne : La Sorbonne pour les Mondes asiatiques. J’étais au pot de lancement jeudi dernier, occasion pour les instagateurs du projet – petite fierté de constater qu’il s’agit d’anciens L3 – de présenter les buts et objectifs de l’association : organiser des rencontres sur des thèmes littérature, historiques ou politiques mais également des ateliers de conversation, des séances de cinéma… et surtout réunir des étudiants passionnés par l’Asie, au sens large ! La page Facebook est et le site ici !

Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur les différents liens disséminés dans le billet 🙂 

 

 

Making-Of // Young Academic’s Voice

Il y a quelques mois, Olga Dror – qui gère la mailing list “Grapevine” destinée aux chercheurs sur le Vietnam d’une main de maître – me conseillait de soumettre un papier pour la rubrique Young Academic’s Voice (Y.A.V.) de la Kyoto Review for South East Asia, dirigée par Pavin Chachavalpongpun.

Le principe de Y.A.V. est simple – et résumé en vidéo ici : il s’agit de donner la parole à de jeunes chercheurs, issus de disciplines diverses et variées et rattachés à des institutions du monde entier mais travaillant tous sur l’Asie du Sud-Est – que cela soit à travers une approche régionale globale ou davantage nationale ou locale. Le sommaire des dernières publications reflète assez bien cette “diversité dans l’unité” :

Source : https://kyotoreview.org/young-academics-voice/

On retrouve d’ailleurs mon brillant collègue de l’EuroSEAS Masterclass, Seb Rumsby, pour le numéro de juin 2017 🙂 

L’occasion était trop belle de publier un article in Englishen accès libre qui plus est – autour d’une thématique que je ne pouvais que maîtriser puisqu’il s’agissait de présenter mon travail de recherche, à travers un angle précis. La spécialisation “Asie du Sud-Est” me conduisait à délaisser – à mon grand dam – l’Inde pour me concentrer sur l’enseignement supérieur en Indochine à travers un article intitulé A Colonial University for South-East Asia? The Indochinese University in Hanoi (1906-1945) …et disponible ici.

Mon objectif était donc le suivant : d’une part, couvrir l’ensemble – ou presque – de la période chronologique dans laquelle s’inscrit ma thèse(1) ; d’autre part, mettre l’accent sur la dimension connectée de ce travail. Les circulations d’étudiantes mais également d’idées, de modèles et de pratiques devaient sauter aux yeux des lecteurs, spécialistes ou non du Vietnam. Finalement, ce travail fait écho à  l’article issu de mon mémoire de Master et publié dans le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, avec en bonus, de chouettes photographies issues des livrets officiels du colonisateur : 

Source : Man Hai https://www.flickr.com/photos/13476480@N07/sets/72157687329319306

Si écrire un article en langue étrangère a constitué un nouveau défi, Y.A.V. fut également l’occasion de ressentir les ambiguïtés auxquelles se confronte le doctorant. En effet, cet exercice impose d’être synthétique, ce qui paraît de plus en plus complexe lorsque les recherches doctorales conduisent à analyser des sources de plus en plus nombreuses et à atteindre un niveau d’érudition élevé sur son sujet. Je ressens toujours une grande frustration à ne pas pouvoir développer mes notes de bas de page ou à ne pas pouvoir donner davantage d’exemples précis – j’adore mes exemples fondés sur mes miettes biographiques d’étudiants . Pourtant, la préparation de l’article fut également l’occasion de prendre du recul. J’ai dû considérer mon objet – en tout cas, la moitié, en délaissant mes étudiants indiens – en son entier et opter pour une temporalité large. Par ailleurs, ce fut bénéfique de pouvoir reprendre / poursuivre une réflexion sur un sujet déjà travaillé en Master – cela donne une sensation de vertige étonnamment agréable, mêlant appréhension face au travail encore à faire et satisfaction devant celui déjà réalisé.

Enfin, quand je dis que le monde de la thèse est fait de nombreuses rencontres, la mise en ligne de l’article m’a permis d’échanger avec le webmaster de la Kyoto Review, en charge d’autres revues basées au Japon et pour lesquelles je vais peut-être bientôt fournir d’autres travaux… Affaire à suivre !

Si vous souhaitez participer à la rubrique Young Academic’s Voice, n’hésitez pas à contacter l’équipe de la Kyoto Review.

(1) Ici, je dois avouer que le XIXe siècle reste tout de même le grand absent de l’article puisque j’ai décidé de me concentrer sur la fondation de l’université de Hanoi, dès 1906-1907.