Ciné-Mobilité // “Avant la fin de l’été”

Ceux qui me suivent sur Twitter ou me connaissent “IRL” le savent, j’ai une légère addiction pour le cinéma. Elle me conduit à jouer à tous les jeux-concours possibles et imaginables pour gagner des AVP, séances à l’aveugle – je suis une adepte des CinExpériencede SensCritique – et autres séances au Mk2 Bibliothèque en sortant d’une journée de travail à la BnF.

Cela me conduit parfois à voir des films en lien – plus ou moins direct – avec ma thèse. Je vous parlais ici de ma déception Le dernier vice-roi des Indes et la sortie imminente de Confident Royal attise ma curiosité depuis quelques jours. Mais samedi dernier, c’est une autre vision des mobilités étudiantes que j’ai découverte avec Avant la fin de l’été, un film de Maryam Goormaghtigh, qui faisait partie de la sélection 2017 de l’ACid à Cannes –  rediffusée au Louxor le week-end dernier (et merci SensCritique pour les places).

Il met en scène trois amis iraniens – Arash, Ashkan et Hossein, incarnant leur propre rôle – vivant en France, alors qu’Arash, s’apprête à rejoindre l’Iran. Regrettant de ne pas avoir réussi à s’intégrer à Paris, et rappelant tout au long du film le peu d’intérêt qu’il estime susciter chez les Français, il souhaite passer le concours du barreau dans son pays natal afin d’y exercer le métier d’avocat. Les vacances estivales, et la traversée du pays vers le sud, sont alors présentées comme la dernière occasion de convaincre Arash de ne pas quitter le territoire français.

Fondé sur une histoire vraie, avec ses personnages non-fictionnels et son flirt permanent avec le documentaire, Avant la fin de l’été permet de faire le point sur les mobilités des étudiants iraniens, en France comme ailleurs. Ces migrations universitaires remontent au début du vingtième siècle alors que des bourses gouvernementales sont créées dès l’entre-deux-guerres, incitant les jeunes Iraniens au départ. Les événements de la fin des années 1970 renforcent l’émigration, favorisant d’abord l’Amérique du Nord mais également les destinations européennes. On peut penser à la propre expérience de Marjane Satrapi, narrée dans le très beau Persepolis. En outre, le nombre d’étudiants iraniens à l’international a plus que doublé depuis la fin du XXe siècle. Aujourd’hui, le français demeure une des principales langues apprises en Iran, ce qui explique encore la part belle faite à cette diaspora étudiante en France avec 1 653 ressortisants dans les établissements d’enseignement supérieur français en 2016(1). Cela classe la France en 4e place après l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Ce film n’est pourtant pas un film sur les études proprement dites. Si elles constituent la toile de fond de la présence en Europe, très vite, elles participent à l’apparition d’autres enjeux. Les protagonistes sont tiraillés entre deux perspectives de vie, entre Iran et France : Hossein, qui n’a pas effectué son service militaire – obligatoire et d’une durée de deux ans en Iran – doit choisir entre rester en France sans jamais pouvoir retourner dans son pays d’origine et repartir, laissant derrière lui sa femme et la vie qu’il s’est construite à Paris. Arash, quant à lui, a réussi à être exempté de service en prenant beaucoup de poids et ne doit pas perdre ses kilos pour conserver le bénéfice de l’exemption.

Plus que les diplômes, c’est la capacité d’intégration, et notamment l’évolution de la vie sentimentale, qui semble déterminante pour la suite de leur vie. Ainsi, Maryam Goormaghtigh explique qu’elle a “construit un suspense autour de “Arash va-t-il tomber amoureux ?” et donc peut-être, rester en France”(2).

En outre, les circulations d’études sont à appréhender sur le temps long – Arash a étudié cinq ans en France – et concernent de jeunes adultes plutôt que de jeunes gens sortant tout juste de l’adolescence – Hossein a 33 ans lors du tournage du film (si je ne m’abuse) tandis qu’Ashkan explique avoir fait son service militaire à 18 ans avant de commencer son cursus universitaire, d’abord à Téhéran (si je ne m’abuse bis).

Mêlant documentaire et fiction, France et Iran, paysages verdoyants et désertiques, conversations et poésie, je recommande ce premier film pour son originalité et ses thématiques.

Pour aller plus loin : dossier élaboré par Campus France “Les dossiers Campus France – Iran”, ici. 

(1) : Article de Sara Saidi sur EducPros.fr : “Enseignement supérieur : la France veut rayonner en Iran”, disponible ici.

(2)Entretien intégré à la brochure diffusée par l’ACid lors de la séance. 

Shaping Education // Bilan

Pour la deuxième année de suite, ma rentrée de septembre rimait avec un voyage vers le pays du lac Léman, du vin blanc qui ne fait pas mal à la tête et du menu Best Of à 12€, la Suisse.

J’y retrouvais mes collègues rencontrés à Lisbonne en janvier dernier pour la conférence internationale Shaping Education in the (Post)Colonial World dont le programme est disponible ici.

Cette conférence réunissait des historiens travaillant – de très près comme d’un peu plus loin – sur l’enseignement – dans sa définition la plus large possible, allant de l’enseignement pré-primaire au supérieur en passant par les formations techniques – au sein des espaces coloniaux et post-coloniaux. Il s’agissait de proposer une réflexion sur les acteurs et les paradigmes fondant ces systèmes éducatifs en soulignant principalement les multiples croisements et connexions qui les caractérisent. La genèse de ce colloque est à relier à deux projets :

> Celui de Damiano Matasci, porte-parole d’un projet SNFRepenser la “mission civilisatrice” ? L’UNESCO, la France et la question éducative dans le monde colonial, 1945-1960″

> Celui incarné par Miguel Bandeira Jeronimo et Hugo Dores, rattaché à la Portuguese Foundation for Science and Technology : “Change to Remain? Welfare Colonialism in European Colonial Empires in Africa (1920-1975)“.

Trois angles d’études étaient mobilisés :

  • Le lien entre impérialisme et le “tournant global”, mettant en avant de multiples interconnexions. Les dynamiques d’internationalisation du colonialisme sont ainsi à dégager : elles sont notamment visibles à travers l’existence d’organisations internationales qui participent à la réflexion sur le colonialisme.
  • Le rôle d’acteurs internationaux, à confronter et mêler à celui d’acteurs locaux. Les décalages entre le discours et la pratique sont alors à prendre en compte, notamment concernant la faiblesse de la mise en pratique et l’existence de résistances.
  • Les continuités et ruptures liées à la (dé)colonisation. Il ne faut plus considérer la décolonisation comme une période de renouveau, de rupture totale mais bel et bien étudier le devenir de l’éducation coloniale.

Bref, cette conférence s’inscrit dans la mouvance du renouvellement historiographique des colonial studies en prônant une histoire connectée et en repensant l’éducation et l’enseignement en situation coloniale. Elle laissait d’ailleurs une belle place aux jeunes chercheurs.

Cependant, une fois n’est pas coutume, les études africaines étaient davantage représentées que les autres espaces géographiques avec 18 communications contre sur l’Asie et sur les colonies australasiennes (par Gwendal Rannou, doctorant au Centre d’histoire de l’Asie contemporaine… oui, c’est logique !) Je me dois tout de même de souligner la diversité des espaces africains étudiés – Algérie, Tunisie, Égypte, AOF, AEF, Tanzanie, Mozambique…- ce qui a diversifié mes connaissances sur l’Afrique coloniale, qui se limitait aux nombreux exemples majoritairement “AOFiens” de mes cours d’agrégation sur “les sociétés coloniales à l’âge des Empires”.

Malgré tout, cette conférence s’est démarquée par la vivacité de ses discussions. Pour chaque panel, la traditionnelle discussion de 20-30 minutes a été largement dépassée. Cela permettait de compenser des chairs parfois trop succincts, ne soulignant pas les connexions et problématiques globales des panels, phénomène de plus en plus courant au sein des conférences, il me semble…

Je reste pour le moment volontairement muette sur le contenu des communications puisque des publications sont prévues 🙂 

Brève // Exposition “Les Vietnamiens en France des années 1920 aux années 1950”

Je vous en parlais dans un des tous premiers billets de ce carnet : l’exposition de François Trieu sur les Vietnamiens en France (années 1920-1950) est de retour à Paris.

Cette fois-ci, c’est à la médiathèque Jean-Pierre Melville, dans le 14e arrondissement (métro Olympiades), que vous pouvez profiter des nombreuses photographies patiemment rassemblées par François. Elles y seront exposées jusqu’au 30 septembre.

Plus d’informations ici.

 

EuroSEAS 2017 // Comment publier un article / ouvrage scientifique ?

Dernier compte-rendu de ma participation à l’EuroSEAS 2017 : le panel How to get published ? du vendredi matin. Plusieurs intervenants – chercheurs et éditeurs – s’étaient réunis afin de prodiguer des conseils sur la publication d’articles et d’ouvrages scientifiques.

  • Duncan McCargo (University of Leeds, Critical Asian Studies & more…)

Duncan McCargo – président sortant de l’EuroSEAS – prend la parole en posant une question : “Comment décider quel journal va accepter votre papier ?” ! Le choix de la revue est central et exige d’être conscient des attentes du comité éditorial concerné. Regarder le sommaire est utile MAIS  ne reflète pas forcément ce que recherche le comité (changement de lignes éditoriales, etc.). Prendre contact avec le comité éditorial est dès lors recommandé : “Get some inside knowledge !”

Il cite ensuite un mail qu’il a reçu quelques jours auparavant de la part du rédacteur-en-chef de Pacific Affairs. Celui-ci énumère plusieurs points qu’il recherche dans chaque article potentiel :

  • L’apport d’informations empiriques nouvelles destinées aux spécialistes ;
  • L’usage de matériaux cohérents incluant des matériaux en langues (ici) asiatiques ;
  • Un positionnement par rapport à la littérature préexistantes avec l’apport d’arguments : il faut citer les travaux déjà publiés tout en leur ajoutant quelque chose de nouveau ;
  • La clarté du propos et la maîtrise approfondie de la langue de rédaction.

Duncan McCargo mobilise sa propre expérience au Journal of Asian Studies. Il y avait créé un formulaire pour l’aider à sélectionner les articles, fondé sur deux questions :

  • Où se situe la recherche ? = éviter un simple compte-rendu, une synthèse de ce qui a déjà été fait auparavant.
  • Qu’ai-je appris grâce à la lecture de l’article ?

Il insiste d’ailleurs sur la nécessité de citer précisément les références en incluant les numéros de page.

  • Lucy Rhymer (Cambridge University Press)

 Il faut commencer par prendre connaissance du “contexte” et notamment des différentes collections existantes pour déterminer la plus appropriée pour son propre projet de publication. Attention, les Cambridge University Press n’éditent pas les “humanities studies” c’est-à-dire la philosophie, la littérature, les études filmiques…

Ils reçoivent au moins 10 propositions de livres par semaine au CUP !

La langue importe beaucoup et il faut s’assurer d’une relecture par un natif lorsqu’on envisage une publication en langue non-maternelle, même pour le mail de candidature ! Il faut que la soumission soit présentée d’une manière professionnelle : on peut ajouter un CV ou ajouter une lettre de motivation (cover letter).

Pour les manuscrits tirés des thèses, les éditeurs ne sont pas intéressés par la thèse elle-même ni par le rapport du jury. Il faut plutôt chercher à mettre l’accent sur son argumentation, sa problématique et réfléchir au public visé = présenter un projet ambitieux et original/!\ Attention /!\ Si la thèse est en ligne ou/et si des articles ont été publiés à partir de celle-ci, il faut les mentionner>> Le livre doit apporter quelque chose de nouveau par rapport à ces publications précédentes ! << On tolère généralement 2-3 articles à partir de la recherche doctorale, au-delà, cela risque d’être gênant pour la publication sous forme de livre. Il faut également penser aux questions de copyrightMay Tan-Mullins ajoute qu’il faut se débarrasser des chapitres méthodologiques de la thèse lorsqu’on soumet une proposition de publication.

Concernant le nombre de mots – aux CUP : 80 000 minim. / 120 000 max en incluant les notes de bas de page. Deux relecteurs sont choisis pour chaque ouvrage.

*Ici, je n’ai pas répété les conseils déjà donnés lors du panel pour jeunes chercheurs et présentés dans ce billet.

May Tan-Mullins met l’accent sur les différents types de publication qui existent : ouvrages / articles mais aussi academic / “commercial” journals. 

Il faut ensuite insister sur le “gap” que notre recherche veut combler.

Il faut être très prudent concernant le format et la langue ainsi qu’au nombre de mots : ce n’est pas optionnel ! Il ne faut pas penser que la qualité de l’article va effacer les exigences formelles !

“Faites un vrai travail de recherche !” : le dépôt d’un dossier de candidature en vue d’une publication doit être préparé comme un entretien d’embauche. Il  doit donc inclure un véritable effort de renseignement sur la maison d’édition visée. Chaque détail compte : Gerald Jackson a par exemple un a priori négatif pour tout mail sans objet !

Le panel inclut également une série de questions/réponses incluant une série de conseils, résumés ci-dessous :

  • Regarder ce que les chercheurs les plus influents dans notre domaine font et ont fait : ne pas hésiter à les utiliser comme modèle !
  • Il faut répondre aux commentaires des relecteurs : ne pas les ignorer ! Il faut prendre soin de rédiger une réponse développée.
  • Aux CUP : pas besoin d’envoyer un manuscrit complet : 3 chapitres suffisent. Mais cela dépend des éditeurs !
  • Ne pas soumettre un article à plusieurs journaux MAIS c’est possible pour un ouvrage : le mentionner au moment du dépôt !
  • Les résumés de manuscrit doivent être le plus clair possible : une question claire doit être rapidement et facilement dégagée.
  • Un participant pose une question sur l’importance des recensions : elles sont jugées utiles par les chercheurs si elles permettent de se procurer et de lire des ouvrages utiles pour ses propres travaux. Mais paraissent peu importantes pour le CV – utiles pour le remplir en début de carrière ! Cependant, les éditeurs aiment que les auteurs potentiels aient fait des recensions.

 

Continuer la lecture de « EuroSEAS 2017 // Comment publier un article / ouvrage scientifique ? »