EuroSEAS 2017 // Conseils aux jeunes chercheurs

Le premier panel auquel j’ai participé lors de l’EuroSEAS Conference était dédié aux jeunes chercheurs. Animé par le professeur May Tan-Mullins de l’université de Nottingham Nimbo – au dynamisme communicatif – cette double session regorgeait donc de conseils sur des thèmes variés : les communications, la publication dans des top-tier journals ou encore la vie après le doctorat. Nous étions une bonne dizaine de doctorants regroupés dans une immense salle des Examination Schools d’Oxford afin d’échanger sur nos expériences respectives. Après une présentation et quelques questions à chacun, les thèmes de la session ont été sélectionnés et May a adapté son travail en fonction de nos demandes.

Les présentations ont été l’occasion de dégager des points communs entre différents sujets de thèse dans différents domaines. Mes recherches sur l’histoire des mobilités étudiantes faisaient ainsi écho à ceux de Dorothy Ferary sur l’enseignement supérieur féminin en Indonésie et ceux d’Alexandra Samokhlvalova sur les étudiants africains en Malaisie au XXIe siècle. J’ai également découvert les travaux de Sander Tetteroo,un autre historien, sur l’aide humanitaire en Indonésie post-coloniale, ceux de Julia Berhens sur l’éco-impérialisme au Vietnam et enfin ceux de Sara Swenson sur le bouddhisme à Ho Chi Minh ville aujourd’hui.

Pour chacun de nous, May avait des conseils personnalisés. En tant que doctorante française qui souhaiterait poursuivre sa carrière post-thèse dans un établissement anglophone, elle m’a recommandé de garder à l’esprit les Marie Slodowska-Curie fellowships.

Voici pêle-mêle quelques pistes présentées pendant les exposés thématiques qui suivirent :

  • Comment publier dans un top-tier journal

Le conseil majeur donné par May se résume à trois mots : “SOUMETTEZ DES ARTICLES !” Elle met en garde contre un perfectionnisme de l’extrême – non, je ne me sentais pas du tout visée, pourquoi ?!? – et estime qu’un article doit être soumis lorsqu’on estime qu’il est à 80% bon ! Les 20% correspondent selon elle à une marge d’ajustement inévitable que les reviewers exigeront quoiqu’il arrive.

Pour soumettre un article, il faut se poser plusieurs questions : est-ce que nos idées sont “tendances” ? Quel impact aura cet article ? Et surtout : “Quelle énigme souhaitons-nous résoudre ?”

L’article doit être évidemment structuré, notamment l’introduction, qui doit comprendre une accroche, une annonce de plan mais également l’approche théorique incluant l’historiographie, la présentation de la littérature préexistante et les outils mobilisés. May souligne l’importance de présenter sa méthode : “Comment obtenons-nous nos données ?” en y intégrant, si besoin, le degré de faisabilité. Malgré cette structure commune à tous les articles, elle rappelle qu’il est nécessaire d’individualiser son article – un article doit avoir une “personnalité”, comme nous avons tous notre manière d’écrire – tout en dégageant l’originalité et la capacité à introduire de nouvelles connaissances et /ou pratiques du papier. Il ne faut pas hésiter à le présenter clairement : “Cet article contribue à …” etc. En bref, tout article doit participer à combler un fossé théorique ou méthodologique.

Autre élément primordial : identifier le bon journal. Il faut enquêter, se renseigner sur les différents journaux et ne pas les choisir seulement selon leur réputation (haha) ! Surtout, ne soumettre un article qu’à un seul journal à la fois. Le cas échéant, fort risque de black-listing par les journaux concernés ! May préconise ici de toujours commencer par les journaux de premier rang avant de soumettre auprès de journaux moins côtés. Ils permettent d’obtenir des relectures précises, incluant de nombreux commentaires, qui sont idéaux pour améliorer notre travail. Par ailleurs, il faut toujours répondre aux commentaires et donc aux relectures, le plus précisément possible. “Read and revise is almost as good as accepted !” Ainsi, re-soumettre après modification est fortement conseillé alors que 20 à 35% des soumissions sont rejetées.

Enfin, s’il faut toujours bien prendre en compte le nombre de mots et le format du journal, May recommande également la co-écriture. Solliciter des chercheurs davantage confirmés lui semble possible, en leur proposant de se concentrer sur un aspect précis du travail.

  • Conférences et networking 

Cette partie fut plus brève.

May rappelle que l’utilisation de diaporama s’est fortement démocratisée – tout le monde ou presque en utilisait un lors de l’EuroSEAS conference – et exige la maîtrise de certaines règles comme “ne pas lire son diaporama” ou encore limiter le nombre d’images présentées sur chaque slide. Pour une présentation de 15 minutes, elle estime qu’il ne faut pas avoir plus de 12 slides.

Sa propre expérience lors de ces premières communications la conduit à nous déconseiller d’utiliser un micro si l’on est stressé !

Il faut mettre l’accent sur la conversation, la présentation ne doit pas être lue voire doit se faire sans notes ! J’avoue avoir été un peu sceptique ici : j’ai rarement vu des chercheurs parlés sans garder aucunes notes auprès d’eux. Si ceux qui n’en utilisent pas sont souvent brillants, d’autres chercheurs “avec notes” le sont tout autant donc… Il me semble qu’il faut surtout mettre l’accent sur l’aspect parlé et non lu du travail.

Ne pas hésiter à s’entraîner auparavant, notamment pour la période-clef de la communication : les questions-réponses.

Mais avant la communication, participer à une conférence c’est d’abord construire son réseau ! Pour cela, il faut consolider ses rencontres après la conférence, “follow up !” en utilisant tous les outils possibles : email, academia, researchgate, linkedin, réseaux sociaux…  Un travail de “promotion” et “auto-promotion” est à faire.

  • La vie après le doctorat

… ou la partie la plus déprimante de la matinée ! Je vous passerai volontairement la description du système anglo-saxon d’enseignement et recherche…

Lorsqu’on commence à postuler, il faut valoriser sa maîtrise de la méthode et donc ne pas hésiter à mettre en avant ses techniques méthodologiques.

Un travail de veille est à mener. Pour le monde britannique, voir : jobs.ac.uk, les annonces dans The Guardian et The Times par exemple.

Autre conseil : réfléchir aux compétences acquises pendant le doctorat. Après tout, quelles sont les différences, les évolutions du Master au Doctorat ?

La session s’est achevée le soir, d’une manière informelle au King’s Arm, un célèbre pub d’Oxford où nous avons poursuivi nos conversations autour de pintes de bières 🙂 Dernier argument de choc pour assister à ce type de sessions lors de conférences. 

 

EuroSEAS 2017 // PhD Masterclass

La veille de l’EuroSEAS conference, j’ai participé à l’EuroSEAS PhD Masterclass, organisée au sein de l’élégant et flambant neuf Centre for Islamic Studies d’Oxford.

La fine équipe de la Masterclass ! Source : facebook.com/euroseas/

Nous étions sept doctorants issus de différents champs des sciences sociales et politiques à avoir été sélectionnés pour cette Masterclass. Pour ma part, j’ai pris connaissance relativement tardivement de cette opportunité, grâce à une de mes collègues de Paris 1 Christina Wu, qui a beaucoup insisté pour que je dépose ma candidature – MERCI ! Il me restait à peu près quinze jours en avril pour constituer le dossier composé de :

  • Une lettre de motivation ; 
  • Un CV d’une page ou comment réaliser que cela commence à être difficile de faire une sélection entre les différentes entrées de mon CV ;
  • Une description du projet de recherche en max 100 mots ; 
  • Une lettre de recommandation de mon directeur de thèse.

La description du projet de recherche m’a demandé à la fois un travail de synthèse et du recul, une réflexion renouvelée sur mon travail puisqu’il m’avait semblé utile à l’époque d’essayer de coller à la fois avec le thème sud-est asiatique – alors que la moitié de mon sujet porte sur l’Asie du Sud – et avec le thème de la religion sous-tendu par le Centre for Islamic Studies. J’ai donc mis l’accent sur la dimension régionale des mobilités étudiantes autour de la péninsule indochinoise.

Si j’avais un conseil à donner donc, cela serait : “Faites des dossiers !”… Ce type d’exercice m’a été fortement utile. Cela m’a permis de dégager des nouveaux points d’accroche. Je ne peux que recommander aux autres doctorants de s’essayer à ces descriptions de projet – même si je dois avouer que c’est parfois décourageant d’avoir à constituer des dossiers en plus de nos emplois du temps déjà chargés ! 

J’ai appris en juin que j’étais sélectionnée. Bonne surprise : la Masterclass finançait notre déplacement jusqu’à Oxford, youhou ! Il fallait donc que je sois le 14 août au Centre for Islamic Studies à 9h tapantes ! Avant cela, je devais envoyer un résumé d’une page de mon projet de recherche + un article/chapitre de thèse (“lol”) reflétant ma recherche avant le 1er août.

J’ai décidé d’envoyer l’article que j’avais préparé pour mon workshop à Lisbonne car selon moi, il offrait une vue générale de mon travail. J’ai donc relu cet article fin juillet, ce qui m’a conduit à le modifier – et à le trouver globalement complètement nul ! J’ai également gommé le focus sur la dimension régionale dans la présentation de mon sujet. J’avoue que jusqu’au 14 août, j’ai un peu souffert du fameux syndrome de l’imposteur, en ayant eu l’impression de dissimuler une dimension de mon sujet lors de mon dépôt de candidature. Donc deuxième conseil pour les éventuels candidats aux prochaines Masterclass : they do not care at all ! Il faut évidemment travailler sur l’Asie avec un lien avec l’Asie du Sud-Est mais ce n’est pas grave si l’approche est plus large !

Début août, nous avons reçu l’ensemble des dossiers des sept participants et un dossier nous a été décerné à chacun. Nous devions le lire et en faire un commentaire de cinq minutes. J’ai ainsi pris connaissance des passionnants travaux de Seb Rumsby, de l’University of Warwick. Son projet s’intitule “The Political Economy of Christian Conversion among a Marginalised Ethnic Minority in Vietnam’s HighlandsIl a passé plusieurs mois sur le terrain entre 2016 et 2017, dans le nord du Vietnam, où il a interviewé 150-200 personnes, des Hmong mais également des membres des autorités locales, pour cette recherche liant conversion au christianisme – des conversions au protestantisme qui se développent depuis trente ans – et développement de cette communauté. Son article – qui était en fait son compte-rendu de recherche – m’a captivé – en le lisant, je n’arrêtais pas de faire “wouah !” “génial !”, il ya des témoins ! – et j’ai rapidement trouvé des points communs avec mes propres travaux. Car faire un commentaire en 5 minutes sur un sujet qu’on ne connaissait pas 15 jours avant lié à un champ qui n’est pas le nôtre, ça fait flipper ! J’ai donc axé le mien sur les connexions : connections entre les Hmong et l’État vietnamien, connections entre les Hmong du nord Vietnam et la diaspora, connexions entre différentes communautés chrétiennes… 

Le jour-même, les présentations étaient organisées en panel de deux participants. Je passais dans le premier panel avec Seb, selon ce schéma :

  • Présentation de son sujet en 5 mins;
  • Commentaire du “doctorant associé” en 5 mins;
  • Commentaire de deux professeurs en 5 mins chacun;
  • Discussion.

Dès notre arrivée, le président de la Masterclass, Henk Schulte Nordholt, a insisté sur la bienveillance qui régnerait au cours de la journée : il ne s’agissait pas de mettre en doute nos travaux mais au contraire, que nous repartions avec des conseils utiles et le sentiment d’avoir avancé ! Et cela a bien fonctionné dans l’ensemble 🙂

Mon projet étant “gros” – et généralement jugé “trop gros” – cela fut très agréable pour moi que des chercheurs initiés ne cherchent pas à le réduire. En effet, j’ai souvent ce type de commentaires : “Mais tu devrais te contenter d’un territoire !” “Débarrasse de l’Inde, concentre-toi sur l’Indochine !”

Durant la Masterclass, l’intérêt de mon approche comparée/croisée a été souligné – yeah ! Elle a été associée à la dimension multiscalaire et on m’a encouragé à les présenter comme la spécificité et donc la contribution que j’apporterai à mon champ de recherche ! Mon approche mi-biographique mi-prosopographique (ce terme a d’ailleurs suscitée de nombreux commentaires parmi le “jury” car il est apparemment peu – voire pas – utilisé en dehors du champs de l’historiographie française) a été discutée également. On m’a incité à poursuivre cette alternance entre expérience général et cas particuliers. D’autres conseils concernaient mon article : accentuer la définition des notions (la notion d’ “inter-nationalism” a été à l’origine d’échanges animées haha), préciser la thématique de l’article, etc. Bref, un bilan positif car cela m’a permis de conforter certains choix, de réfléchir à de nouveaux éléments et surtout de “mettre le doigt” sur des points qui me gênaient grâce à des regards extérieurs !

L’autre atout de cette journée, c’est également de découvrir d’autres projets et de networker. La variété des thématiques allait vraiment dans ce sens, comme je vous en laisse juger via le programme de la journée ci-dessous :

9.15 -10.00 Seb Rumsby : “The Political Economy of Christian Conversion among Marginalised Ethnic Minorities in Vietnam’s Highlands”

10.00-10.45 Sara Legrandjacques : “Student mobility in colonial Asia (1850s-1940s) A Comparative Study of British Indian and French Indochina”

11.00-11.45 Petra Desatova : “Politics and Nation Branding in Thailand”

11.45-12.30 Widya Fitria Ningsih :  “Envisioning the Nation: Engaged women in the Decolonization and Cold War Indonesia”

14.00-14.45 Rosalia Engchuan : “Embodied Debates over Modernity: A Quest into State-Based Bureaucratic Censorship in Contemporary Indonesia”

14.45-15.30 Wimonsiri Hemthanon : “Framing on Facebook: Case studies on Thai virtual public sphere during the transitional period”

15.45-16.30    Thanti Octavianti : “Jakarta’s land subsidence crisis: A critical juncture analysis”

Je vous laisse découvrir leurs travaux – généralement disponibles en ligne – et encourage tout doctorant travaillant sur l’Asie du Sud-Est à saisir cette opportunité !

EuroSEAS 2017 // Introduction

La 9e édition de l’EuroSEAS conference a eu lieu du 16 au 18 août 2017 à Oxford. Tous les deux ans, les adhérents de l’European Association for Southeast Asian Studies – EuroSEAS donc – sont invités à participer à ce grand rassemblement. Ayant commencé ma thèse en septembre 2015, c’était ma première EuroSEAS conference.

Si cette association est européenne – les précédentes rencontres ont eu lieu à Leiden, Hambourg, Londres, Paris, Naples, Göteborg, Lisbonne et Vienne – elle rassemble des chercheurs du monde entier. Cependant, j’ai pu constater – avec étonnement – que la France y était très mal représentée. J’y ai moins entendu parler français qu’au cours de ma conférence à Camden en juin dernier ! Pourtant, malgré quelques inconvénients, cette conférence est une belle occasion d’échanger avec des chercheurs aux thématiques proches autour d’un point commun : l’Asie du Sud-Est.

Retour en plusieurs épisodes sur cette édition 2017…

Contrairement à d’autres événements scientifiques, l’EuroSEAS conference ne propose pas de thématique générale. Les panels offrent un aperçu très varié de l’état de la recherche dans les Southeast Asian studies (le programme est disponible ici). Ce qui est assez flagrant quand on regarde le programme, c’est de voir se dessiner les grandes tendances de la recherche sur l’Asie du Sud-Est : mobilités – notamment forcées autour des réfugiés -, éducation, mobilisation politique, recherche sur les minorités

L’ensemble des territoires composant la région sont représentés – avec quelques inégalités tout de même : forte représentation de l’Indonésie et de la Thaïlande, bonne représentation du Vietnam, de la Malaisie et des Philippines. Les autres États – je le déplore notamment concernant le Laos, le Cambodge ou encore la Birmanie – occupent encore une place assez secondaire. Il semblerait que des évolutions significatives aient tout de même lieu au fil des conférences : cela serait la première fois que le Vietnam soit au coeur d’un nombre aussi important de panels et communications ! Il ne reste plus qu’à espérer que les autres pays de la péninsule indochinoise connaissent le même destin ! 

Autre point positif : l’organisation de panels “pratiques” / “méthodologiques” destinés plus particulièrement aux jeunes chercheurs. J’ai participé à deux d’entre-eux dont un sur la publication (cf. compte-rendu à venir). Des chercheurs confirmés ainsi que des professionnels de l’édition offrent conseils et répondent aux questions dans une atmosphère bienveillante. Bref, une conférence qui se fait dans une ambiance de partage et d’accessibilité avec un bon nombre de rencontres informelles – dans les pubs de la ville – en fin de journée !

Tout cela offre de nombreuses occasion de “networker” et de booster sa collection de cartes de visite (utiles). J’ai également découvert des institutions que je ne connaissais pas – ou mal – à l’échelle de l’Europe et du monde. La diversité des thématiques, des champs de recherche… permettent également d’ouvrir des perspectives jusqu’alors non exploitées.

Quels points négatifs, me direz-vous ?

Et bien, le principal reste le coût de cette conférence : on dépasse les 200 euros (voire les 250) avec l’adhésion obligatoire à l’association – ce qui me semble logique mais s’associe mal aux frais de participation déjà élevés. Des réductions sont disponibles mais s’accordent davantage aux rémunérations sud-est asiatiques qu’aux réalités de la recherche européennes – comprendre ici français. Dis autrement : si vous êtes un doctorant sous contrat, vous êtes trop riches donc pas de réduction possible ! Si je ne regrette pas d’avoir payé – et j’ai pu bénéficier d’autres aides -, cela reste assez discriminatoire, principalement envers les jeunes chercheurs et les indépendants.

Enfin, autre léger bémol – qui est en fait à la fois inconvénient et avantage : l’interdisciplinarité et la diversité des thématiques, champs de recherche et territoires m’a parfois donné l’impression de ne pas trop savoir quoi tirer de cette conférence. Certaines sessions me semblaient bien loin de mes propres recherches et la fatigue aidant, j’ai parfois eu l’impression d’être perdu face à une telle diversité ou de manque de background pour saisir tout à fait le propos de certains panels. C’est évidemment l’inconvénient commun aux “très grosses” conférences mais la conférence parfaite ne peut pas exister, right ?!?

Entrée des Examination Schools où se tenait la conférence à Oxford. Source : photographie personnelle.

J’invite tout chercheur – notamment francophone – travaillant au moins en partie, comme moi ! sur l’Asie du Sud-Est à s’intéresser à l’EuroSEAS et aux événements qui l’entourent. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si la nouvelle présidente est franco-italienne,Silvia Vignato ! Si les conférences n’ont lieu “que” tous les deux ans, les organisateurs souhaitent encadrer d’autres événements entre temps… et ils sont ouverts à toute proposition.

Ici, les prochains billets seront consacrés à des compte-rendus de différents panels auxquels j’ai pris part au cours de la conférence.