Ciné-Asie // Le dernier vice-roi des Indes

Il y a quelques semaines sortait au cinéma “Le dernier vice-roi des Indes” de Gurinder Chadha, qui a précédemment réalisé Joue-la comme Beckham. L’occasion parfaite de mêler mes deux activités principales : l’histoire et le cinéma.

Le film débute au sein du palais royal de New Delhi où le personnel s’affaire afin d’accueillir le nouveau vice-roi des Indes, Lord Mountbatten, son épouse Edwina et leur fille Pamela. Si la chronologie est peu mise en avant dans le film, il faut savoir qu’ils arrivent en Inde en mars 1947. L’amiral qui a libéré la Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale a reçu une mission précise : préparer l’indépendance de l’Inde. Initialement prévue pour le début de l’année 1948, celle-ci est proclamée le 15 août 1947. Ainsi, le film suit cette route vers l’indépendance jusqu’à la partition et les déplacements de population qu’elle a induits. Cette intrigue historique se mêle très rapidement à une romance : Jeet, un hindou ayant été recruté spécialement pour être au service de Lord Mountbatten croise par hasard, après seulement quelques minutes dans l’enceinte du palais, Aaliason amour secret et (évidemment) impossible incarné par une musulmane promise (évidemment) à un musulman qui a disparu depuis la fin de la guerre. Si cette histoire d’amour mielleuse et son issue ne réservent aucune surprise aux spectateurs, ma réaction n’en est pas moins surprenante : j’ai détesté cette histoire d’amour ultra niaise et je déplore encore aujourd’hui qu’elle monopolise une bonne moitié du film. Se faisant, je trouve que le titre anglais – Viceroy’s House – reflète beaucoup mieux la réalité du film et sa nature hybride, entre docu-fiction et soap, que d’une véritable oeuvre cinématographique.

Si ce film m’a plutôt déçue, il a le mérite de revenir sur une période-clef de l’histoire indienne mais également britannique – la perte du “joyau” de son empire colonial – et introduit les principaux acteurs de ce tournant.L’enjeu est simple : que faire de cet immense territoire – un subcontinent dit-on – au sein duquel cohabitent différentes communautés, alors que l’idée d’une partition pointe le bout de son nez depuis une quinzaine d’années ?

La réalisatrice s’est appuyée sur deux ouvrages : The Shadow of the Great Game: the Untold Story of India’s Partition de Narendra Singh Sarila qui fut aide-de-camp de Mountbatten et membre de l’administration indienne, et Freedom At Midnight de Larry Collins et Dominique Lapierre. Je ne connaissais aucun de ces deux ouvrages et les quelques critiques que j’ai lues sur le deuxième me laissent dubitative…

Malgré un avis plus que mitigé, le film a parfois réussi à me “vendre du rêve” – et à me maintenir éveillée – en évoquant les mobilités étudiantes.

  • Partition et Pakistan

Les origines du Pakistan sont très brièvement présentées dans le film : le personnage de Jinnah, le leader de la Ligue musulmane fondée en 1906, évoque cette idée comme étant née au sein d’un groupe d’étudiants indiens musulmans en Angleterre au début des années 1930. Le parti-pris du film, prudemment affirmé, repose sur l’artificialité de la partition et de la séparation des communautés hindoue et musulmane. Elle provoque une haine décrite comme nouvelle, illustrée par de nombreuses scènes où des tensions apparaissent entre des individus vivant et travaillant ensemble depuis toujours – ou presque. En réalité, c’est un peu plus complexe que cela et la théorie des deux nations n’est pas née du jour au lendemain dans les couloirs d’une Inn of Courts – école de droit – londonienne. L’idée de partition est héritée de réflexions philosophiques anciennes. Elles ont connu un nouvel élan au cours de la période coloniale et ont été transposées en terme politique au sein de la Ligue musulmane et principalement par Jinnah.

Lord Mountbatten, Muhammad Ali Jinnah et Edwina Mountbatten à Delhi en 1947 Source : quora.com

Le “twist historique” du film – je vous épargnerai le twist romantique, je ne veux pas vous spoiler un scénario d’une originalité… inexistante –  met en avant les enjeux géopolitiques et géostratégiques de cette partition. Mountbatten réalise via la consultation d’archives que cette partition avait déjà été envisagée / négociée par son prédécesseur, Lord Wawell. Elle permettrait de maintenir une distance entre l’Inde de l’URSS – le Pakistan formant un territoire-tampon – et s’inscrit dans une logique de “pré-Guerre froide“. L’influence britannique serait préservée face aux Soviétiques et les premiers garderaient un accès privilégié sur le pétrole du Moyen-Orient. C’est l’idée de “Grand Jeu” reprise dans l’ouvrage de N.S. Sarila. La grande question que je me suis posée à ce moment-là est matérielle : on voit des archives diplomatiques à l’écran qui paraissent très authentiques. Il s’agit sans aucun doute d’un fac-similé mais cela m’a plu et m’a véritablement intrigué – et a suscité un petit regain d’intérêt...

  • Une élite anglicisée

L’entrée en scène de Jawaharlal Nehru – qui devient le premier Premier ministre de l’Inde indépendante dès le 15 août 1947 – est l’occasion d’introduire une élite anglicisée. Né à Karachi (au Pakistan actuel, ironie du sort), Nehru a – comme l’ensemble des leaders politiques indiens de l’époque (Gandhi, Jinnah, Ambedkarun intouchable qui est passé par Columbia avant de rejoindre la LSE ! – …) fait ses études au Royaume-Uni, de la très chic Harrow School au Trinity College de Cambridge. Ses manières anglaises sont soulignées – et pudiquement, sa proximité avec Edwina Mountbatten. Comme Gandhi et Jinnah, il a privilégié les études juridiques.

Jawaharlal Nehru en 1905 à Harrow School Source : Wikipedia

Si mon regret principal reste la greffe d’une histoire d’amour là où j’attendais un véritable film historique, je pense que certains éléments auraient mérité d’être mieux exploités. Le générique débute par un court récit de l’histoire familiale de Gurinder Chadha. Sa grand-mère a perdu un enfant au moment de la partition et a été séparée de sa famille. Sa migration l’a conduit à s’installer dans un camp de déplacés où elle a fini par retrouver son mari et ses enfants au bout de 18 mois. Mais alors, pourquoi ne pas avoir exploité cette histoire dès le départ, à la place d’une histoire d’amour aux allures peu réalistes ?

Future Log // 2e semestre 2017

Après un mois de juin qui a filé à une vitesse folle, je réalise à peine que cela fait déjà six mois que j’ai ouvert ce blog… Une petite pause en juillet – ce qui me permettra d’avancer dans mes archives britanniques qui commençaient à sérieusement me manquer ! –  puis je reprends dès août le rythme des colloques !

  • Du 16 au 18 août a lieu la conférence de l’EuroSEAS (European Association for South-East Asian Studies) à Oxford. Je participerai au panel organisé par Arnout van der Meer et Bart Luttikhuis sur le thème de “New Turning Point in South-East Asia History“. Mon papier portera sur le nationalisme et l’éducation au Vietnam durant la première décennie du XXe siècle.
  • La veille – 15 août – j’ai été sélectionnée pour participer à la EuroSEAS PhD Masterclass au cours de laquelle je devrais présenter mes travaux de thèse à un jury de senior academics, ainsi qu’aux autres doctorants sélectionnés, pour bénéficier de leurs conseils et commentaires. J’ai décidé de mettre l’accent sur la dimension régionale et internationale des mobilités étudiantes pendant ma courte présentation (10 mins – nous devons envoyer un papier ou chapitre de thèse 15 jours avant) et je m’appuierai sur la version améliorée de l’article rédigé pour le Workshop de Lisbonne en janvier dernier.
  • L’EuroSEAS sera également l’occasion d’effectuer un séjour en archives (British Library + AN à Kew) d’une semaine à Londres la semaine précédente, du 8 au 14 août ! Et de manger des fish’n’chips 🙂 Je nourris également l’espoir un peu fou d’avoir accès aux archives d’Oxford en plein mois d’août – l’espoir fait vivre !
  • En septembre, comme l’année dernière, direction la Suisse : le colloque international Shaping Education in the (Post)Colonial World : Actors, Paradigms, Entanglements, 1880s-1980s me permettra de retrouver mes confrères de Lisbonne le temps de proposer une étude comparée de la formation de l’enseignement supérieur en Asie coloniale française et britannique.

Le programme est dispo ici.

  • Octobre rimera avec retour à Nancy pour la conférence dont je vous ai déjà parlé et intitulée Universités et grandes écoles – Mobilités et circulations étudiantes et scientifiques d’hier à aujourd’hui. J’aimerais démontrer comment les mobilités étudiantes en Indochine ont eu une influence sur le développement de l’enseignement supérieur, dans la colonie comme en métropole.

En parallèle, quelques projets sont encore en cours d’élaboration qui pourraient éventuellement me conduire outre-manche en octobre-novembre, j’en reparlerai le moment venu. Un séjour à Aix de quelques jours serait également le bienvenu… Mais l’événement majeur de cette fin d’année sera sans aucun doute mon séjour en Inde, entre la fin novembre et la fin décembre. Je partirai donc visiter les archives nationales indiennes à New Delhi et y grefferai éventuellement en fonction de mes trouvailles un séjour à Calcutta !

Autour de la thèse // La SHCY 2017

La semaine du 20 juin, j’étais à la Rutgers University – Camden, New Jersey, à l’occasion de la conférence biennale de la Society for History of Children and Youth. Le thème de cette année était “Transition, transaction and transgression“, ce qui m’a permis de parler des mobilités des étudiants entre la Chine et l’Indochine, au début du XXe siècle.

Cette société est assez méconnue en France, me semble-t-il. Les études de l’enfance et de la jeunesse constituent une sorte de niche, très vivace dans le monde anglophone. À vrai dire, c’est grâce à mon “réseau anglophone” que j’ai connu cette société (merci David Pomfret qui m’a invitée à rejoindre son panel), ce qui n’avait l’air d’étonner personne lorsque j’ai pu en discuter pendant la conférence.

Si je suis généralement assez enthousiaste concernant les conférences, colloques ou séminaires auxquels j’assiste, la SHCY m’a tout de même particulièrement enthousiasmé – et pas seulement parce que les coffee breaks et repas en tout genre étaient particulièrement succulents ! Le thème de l’enfance et de la jeunesse me parle tout particulièrement et la totalité des panels auxquels j’ai assisté étaient très réussis. Même l’énorme crève attrapée le week-end précédent (merci le TGV Aix-Paris samedi soir avec la clim’ à fond qui soufflait en plein sur ma gorge !) n’a pas eu raison de mon attention. Petit retour d’expérience donc…

Jour 1 : Communication, éternuements et fruits de mer

Contrairement à mes deux communications précédentes, ma communication états-unienne était programmée le premier jour, en début d’après-midi. Je pouvais ainsi tâter le terrain au cours de la matinée : oui, le coffee break est parfait (j’insiste), les salles prévues pour les communications sont bien équipées et assez spacieuses sans être immenses (mention spéciale pour les écrans devant les salles qui annoncent le programme – amazing !) et l’ambiance à la fois académique et amicale.

Le premier panel auquel j’ai assisté s’intitulait “Conflict, identity, and displacement” et se composait de trois communications. Rosaria Franco a présenté les mesures d’accueil des enfants chinois arrivés à Hong Kong au cours de l’après-guerre, insistant sur les représentations qui en découlent, s’appuyant sur de nombreux documents iconographiques. La Guerre Froide conduit à un basculement d’un impérialisme britannique à un impérialisme davantage états-unien via un fort investissement américain concernant les structures et modalités d’accueil des jeunes Chinois. La question des droits de l’enfant est alors invoquée. Léger retour en arrière ensuite avec la question de l’internement des jeunes Britanniques vivant en Asie pendant la Seconde Guerre mondiale : cette thématique était totalement nouvelle pour moi – et entre désormais dans la longue liste de celles des thèmes sur lesquels j’aimerais travailler. Gabrielle Atwood Halko travaille à partir de récits et témoignages d’anciens internés, ce qui lui permet de mettre en avant la forte Britishness de ces enfants, confiants en l’avenir de leur nation. Enfin, Angie Sauer a évoqué le sort des enfants européens déplacés, envoyés aux États-Unis entre 1946-1952 et pris en charge par des sociétés luthériennes. Ces enfants âgés d’au moins 4 ou 5 ans étaient pour certains d’entre eux des rescapés des camps de concentration. Une tension existait entre leur vécu, leur situation et la représentation du “normal child” qui prédominait alors.

L’après-midi, après avoir écouté Kiran Garcha sur les enfants au sein des Black Panther et Edgar Liao sur la mobilisation de la jeunesse singapourienne dans les années 1950-1960 (panel “The Young et the Restless), je rejoignais mon propre panel intitulé “Youthful transgressions and trans-national mobilities from Europe to Asia“. Présidé par Rick Jobs, nous avons abordé une grande variété de sujet, des mobilités de la contre-culture hippie et des beachcombers (Rick Jobs et David Pomfret) à l’enrôlement des jeunes Malaisiens dans l’Indian National Army au cours de la Seconde Guerre mondiale (Christina Wu – ma collègue de Paris 1 !). Fidèle à ma thèse, j’ai parlé des mobilités étudiantes entre l’Indochine et la Chine entre 1900 et les années 1930 (diaporama disponible ici). Il s’agissait de mettre en avant la manière dont l’enseignement peut conduire à la transgression. Je reprenais alors l’idée largement répandue dans l’historiographie de la colonisation que l’enseignement “à l’occidentale” des populations colonisées a alimenté l’anticolonialisme et l’anti-impérialisme (ici, visible à travers les étudiants chinois). Cela permet de nuancer le contrôle des différentes administrations concernées sur la jeunesse et la capacité d’adaptation voire de pression de ces jeunes élèves. Si ma problématique s’intègre pleinement dans celles des colonial studies, l’originalité de mon papier s’inscrivait – en tout cas je l’espère – dans le croisement de deux types de mobilités, entre une population asiatique colonisée et l’autre non – et à travers des exemples encore peu étudiés.

Ma première partie s’appuyait sur le cas de l’École Pavie (1905-1908) à Hanoi, un établissement fondé spécialement pour les élèves chinois venus de Chine. Cet établissement a été peu étudié – Tracy C. Barrett y a réservé quelques pages dans The Chinese Diaspora in South-East Asia : The Overseas Chinese in IndoChina mais principalement sous l’angle de cette diaspora installée en Indochine. À travers des sources consultées à Aix et à Hanoi, mon approche se voulait davantage transnationale à travers un enchevêtrement d’acteurs : direction de l’Instruction publique et gouvernement général en Indochine, mandarins chinois, consuls français en Chine… L’action des étudiants sélectionnés pour étudier à l’École Pavie – dont les promotions n’excèderont jamais 25 personnes – est également importante : ils parviennent ainsi, à force de courriers, à obtenir la mise en place d’un cours d’art militaire. Ce sont eux également qui demandent à ne plus porter leurs tenues traditionnelles mais à adopter la mode occidentale – sous le regard prudent du directeur de l’école qui n’approuve ces nouvelles habitudes que dans le cadre des cours d’éducation physique. Certains d’entre eux vont même jusqu’à couper leurs nattes, symbole de la dynastie Qing. Dès la fin de l’année 1906, l’École Pavie devient un lieu de contestation : certains élèves rédigent des pamphlets en chinois, diffusés au Yunnan, leur province d’origine, afin de prévenir la population locale des visées impérialistes françaises. La construction du chemin de fer entre l’Indochine et le Sud de la Chine est utilisé comme une pièce à conviction de cet objectif de conquête. Par ailleurs, l’administration chinoise se plaint de plus en plus de l’attitude des anciens élèves à leur retour, anti-Français mais également anti-Qing.

L’école ferme donc ses portes à l’été 1908 sans pour autant que l’ensemble des élèves chinois soient contraints à quitter le Tonkin. La méfiance des Français grandit mais leurs craintes se concentrent tout de même sur les départs d’Indochinois. Daniel Hémery dans son article “Du patriotisme au Marxisme : l’immigration vietnamienne en France de 1926 à 1930” met en avant l’ampleur des circulations d’étudiants vietnamiens vers la Chine au cours de l’entre-deux-guerres. Si cet aspect est encore “en cours de recherche” dans ma thèse, j’ai déjà pu consulter quelques documents mentionnant cette présence indochinoise autour d’un pôle majeur, Canton. Sun Yat-Sen y fonde en 1924 une université ainsi que l’Académie militaire de Whampoa – localisée sur une île à une dizaine de kilomètres de Canton avant de déménager à la fin de la décennie à Nankin.

Entrée de l’Académie militaire de Whampoa. Source : Wikipedia

Elles accueillent des Chinois mais également d’autres Asiatiques. En 1927, les Français estiment les Indochinois présents dans cette école autour d’une centaine pour environ deux mille Chinois. Comme à l’École Pavie, la première étape consiste à maîtriser la langue du pays d’accueil : le français en Indochine, le chinois – ici probablement le cantonais – en Chine. Ensuite, la formation est généralement militaire. La transgression précède en effet les études : les jeunes Vietnamiens qui partent en Chine cherchent à échapper à la domination coloniale et à apprendre comment lutter contre celle-ci. Une école préparatoire est d’ailleurs en projet en 1927, réservée aux Vietnamiens et Coréens désirant ensuite intégrer les écoles chinoises.

16 jeunes Vietnamiens étudiant en Chine – dont 14 à l’Académie militaire Whampoa, identifiés par les Français. Source : ANOM, SLOTFOM

La deuxième partie de ma présentation a été celle qui a suscité le plus de questions. Ainsi, j’aimerais déterminer l’impact des événements du 4 mai 1919 en Chine sur la jeunesse indochinoise. De plus, je sais également que les diplômés sont souvent enrôlés dans l’armée nationaliste chinoise. J’en déduis qu’ils font partie de régiments spéciaux, qu’ils ne se mêlent pas aux Chinois, mais sans en être totalement certaine. D’autres continuent leurs études ailleurs : les sources évoquent l’URSS – ce que j’ai déjà pu observer auparavant, mais également l’Allemagne et le Japon. J’aimerais en trouver davantage sur ces deux lieux. Notamment l’Allemagne, où j’ai déjà déterminé la présence d’Indiens dès les décennies 1910-1920. Bref, encore de belles perspectives de réflexion !

La journée s’est terminée avec la Keynote Address de Nara Milanich, construite autour de l’élaboration d’une baby jail au Texas au sein de laquelle cette associate professor de Columbia a travaillé en tant que traductrice. À travers un discours plus “politique” qu’académique et très américano-centré, Nara Milanich a mis l’accent sur le rôle des historiens dans le monde d’aujourd’hui.

Après cette longue journée, il ne nous restait plus qu’à rejoindre Philadelphie pour dîner à l’Oyster House entre panélistes. Vive la Clam Chowder et les Sautéed Mussels !

Jour 2 : Du Liban à la bioarchéologie, il n’y a qu’une session

Après une matinée à (commencer à) préparer mes communications pour le Congrès Asie, j’ai rejoint la conférence pour les communications de l’après-midi. Je ne voulais pas rater la communication de Dylan Baunavec qui j’avais pu discuter la veille, et qui travaille sur la jeunesse libanaise durant les guerres civiles. Il partageait son panel “Agency, Structure and Violence : Children and Youth Participation in Mid-Twentieth Century Movements avec Victoria Grieve qui travaille sur la Guerre Froide dans les écoles américaines et Melissa Brzychi qui permettait de confirmer la forte présence de l’Asie dans la conférence à travers son étude du rôle des jeunes en Chine socialiste. La politisation des enfants était au coeur de son propos et elle s’appuyait notamment sur de nombreux exemples issus de la période du Grand Bond en Avant.

Dylan, quant à lui, nous a présenté la production de martyrs au cours de la guerre civile libanaise à partir de différents exemples précis de jeunes hommes tués lors du conflit. L’étude des nécrologies, des comptes-rendus d’obsèques, de posters, etc. lui permet de faire une analyse fine du vocabulaire et champs lexicaux utilisés. Ainsi, les détails personnels disparaissent au profit d’une cause commune et la jeunesse – celle de la mobilisation – s’oppose à l’innocence de l’enfance. L’opposition entre la cause politique et les familles est parfois visible, notamment à travers l’exemple d’Imad Nuwayhid, dont Dylan a pu rencontrer certains proches.

Enfin, l’histoire du XIXe siècle était au programme de la fin de journée, ce qui m’a permis de découvrir la bioarchéologie, à travers les travaux de Meredith A.B. Ellis sur les cadavres d’enfants retrouvés à la Spring Street Presbytarian Church de New York.

Jour 3 : India power 🙂 

La dernière journée a débuté avec un premier panel sur l’Inde “Landscapes of learning – educational imaginaries in Early Twentieth Century India“. Parfait pour moi, même si la thématique de l’enseignement supérieur était aux abonnés absents. Emma Alexander et Sarada Balagopalan évoquèrent toutes deux la question du travail des enfants face à l’enseignement. Les travaux de Swapna Banerjee m’ont particulièrement captivé : elle se consacre au rôle de Rabindranath Tagore dans la mise en place de structures éducatives. Celui-ci rejette l’enseignement colonial britannique, émasculant la jeunesse indienne, et met en place une école au sein de sa propre maison où ses premiers élèves sont ses propres enfants.

L’après-midi, je suis allée écouter Nisha Poyyaprath Rayaroth sur la place des enfants dans le cirque en Inde. La question de la légalisation de cette activité et la similitude entre traitement des enfants et traitement des animaux était particulièrement riche. Cela m’a permis d’assister à l’ensemble du panel “Labor, representation and practice aux communications aussi riches que variées. Ainsi, Diana Volokanis présentait la formation des apprentis horlogers à Genève à travers les farces qui faisaient partie intégrante de leur formation.

La journée et la conférence se terminent par le panel Migration, identity, and education” au sein duquel parlait Rachel Grace Newman que j’avais rencontrée à la fin de ma propre session. Travaillant sur les mobilités étudiantes entre les États-Unis et le Mexique (années 1920-1980), elle avait été ravie de découvrir qu’elle n’était pas la seule à travailler sur les mobilités étudiantes parmi les participants du colloque ! Au cours de sa présentation, “Senoritas on campus ?”, j’ai réalisé que de nombreux points communs – malgré un décalage géographique commun – existaient entre nos travaux. Question des bourses, développement du nationalisme, tensions entre l’affirmation de soi et de ses origines et de l’adaptation à la société d’accueil… Cela m’a permis de conclure en beauté cette conférence, en espérant pouvoir m’impliquer activement dans la prochaine qui aura lieu à Sydney en 2019 !