Autour de la thèse // Nancy, un pôle des mobilités étudiantes ?

Entre mes séjours à Hanoi et à Londres, cette deuxième année de thèse m’a aussi conduite dans une autre contrainte lointaine… La Lorraine ! 

Le 30 mai avait lieu une journée d’études préparatoire à un colloque international qui se tiendra à Nancy en octobre prochain sur le thème « Universités et Grandes écoles : mobilités étudiantes et scientifiques. Perspective socio-historique et contemporaine« .

Ma participation à cette journée d’études est le résultat de ma rencontre avec Yamina Bettahar, lors d’un colloque à Fribourg en septembre 2016. J’avais découvert quelques mois auparavant des archives, consultées à la Courneuve, mentionnant la présence d’étudiants et professeurs d’Inde britannique à Nancy. Le cas d’un étudiant, Kashir Dass, avait retenu mon attention. Celui-ci avait été accepté à l’École des eaux et forêts de Nancy. Le MAE et l’ambassade britannique en France s’inquiétaient alors des conditions d’accueil du jeune homme, cherchant à lui obtenir une place au sein d’une famille nancéienne. En parallèle, différents dossiers mentionnaient des visites d’écoles lorraines par des Indiens et des Britanniques soucieux d’optimiser la gestion du patrimoine forestier indien.

Ayant commencé mes études supérieures à Nancy, le rôle de cette ville m’a d’abord beaucoup amusée. Je ne connaissais alors pas grand-chose sur l’histoire de l’enseignement supérieur dans cette ville et j’appris avec beaucoup d’intérêt, grâce à un camarade doctorant, que l’École des eaux et forêts bénéficiait d’une aura internationale ! Une nouvelle mission se dessinait dans le cadre de ma thèse : déterminer dans quelle mesure Nancy a pu attirer des étudiants coloniaux, indochinois comme indiens, et donc, par extension, en faire un des pôles de mon étude croisée des mobilités étudiantes.

Yamina Bettahar était donc LA personne à rencontrer : elle travaille – en partie, car ses domaines de recherches sont variés – sur les mobilités étudiantes internationales avec un focus sur Nancy et la Lorraine, a beaucoup étudié les mobilités des étudiants coloniaux d’Afrique du Nord et notamment à travers l’attractivité des institutions scientifiques ! Le moment du déjeuner fut donc fatidique et le début d’une collaboration d’ores et déjà très riche.

S’ensuivit une première journée de travail à Nancy : notre projet est d’étudier le rôle impérial, transimpérial et international de l’École des eaux et forêts et de l’Institut colonial de cette ville grâce à une collaboration qui permettait d’avoir accès aux archives nancéiennes – et donc des institutions concernées – grâce à Yamina tandis que je me concentre sur les archives disponibles à Paris (La Courneuve et BNF principalement). Les archives nancéiennes contiennent notamment les registres des étudiants ayant fréquenté l’école. Un travail aussi bien qualitatif que quantitatif est donc à mener. Cependant, pour l’instant, il nous semble difficile d’avoir accès à ces registres pour la période post-Grande Guerre : une affaire à suivre donc !… Et le but « ultime » est de publier un article écrit à quatre mains d’ici la fin de l’année 2017.

En parallèle, Yamina m’a présenté et intégré à son projet de colloque international, qui mêlera approche historique et sociologique. Je retrouve donc l’approche multidisciplinaire et la chronologie « large » et surtout décloisonnante, qui fait écho à la journée d’études du 18 mai.

La journée d’études du 30 mai m’a donc permis de revenir à mes tous premiers travaux, ma présentation portant sur les mobilités des étudiants indochinois vers la France pour la période 1900-1939(1). J’ai élargi les bornes d’une de mes premières communications, faite à Montréal en juillet dernier et qui se concentrait sur l’entre-deux-guerres. Cette période correspond à l’apogée des mobilités étudiantes vers la France et a d’ailleurs été la plus étudiée par les chercheurs (2), souvent avec un accent sur la dimension politique et nationaliste de ces circulations. Une partie de mon travail consiste à élargir cette approche et donc à souligner la chronologie plus large des mobilités étudiantes. Les premiers étudiants partent en effet dès la deuxième moitié du XIXe siècle vers la métropole. Si leur nombre demeure réduit, cela permet tout de même de souligner la volonté d’une partie des élites locales de faire bénéficier leurs enfants d’un enseignement occidental et considéré comme moderne. Le nombre de départs augmente donc progressivement alors que les tentatives de contrôle par les autorités coloniales se développent. 1908 constitue alors un tournant dans l’encadrement avec le rôle du nouveau gouverneur général Antony Klobukowski. Il réforme des structures préexistantes comme la Mission permanente indochinoise en France, en crée de nouvelles et ce désir de contrôle est renforcé par l’action d’acteurs non-gouvernementaux comme le Comité Paul-Bert de l’Alliance françaiseJusqu’à la Seconde Guerre mondiale, on assiste à une multiplication des arrêtés et autres actions visant à contrôler les mobilités. Mais elles concernent principalement les étudiants boursiers. Les mesures visant à limiter les départs d’étudiants libres paraissent très limitées, si ce n’est inexistantes, alors qu’ils sont beaucoup plus nombreux. Mon hypothèse : les boursiers sont à l’origine d’un investissement financier, dans un but précis (= obtenir des connaissances pour participer au développement de l’Indochine) : il faut donc qu’il y ait un « retour sur investissement ». Les diplômés ayant obtenu des bourses pour leurs études sont tenus de rentrer dans la colonie afin de mettre en pratique leur savoir : les arrêtés précisent généralement que toute dérive conduira au rapatriement de l’étudiant et au remboursement des sommes offertes. L’idée d’études utiles (médecines, études industrielles…) prédomine, au détriment d’autres disciplines considérées comme improductives ou dangereuses, à l’exemple du droit.

Afin de m’écarter de la prédominance historiographique de la dimension politique des circulations, la deuxième partie de mon exposé présentait les modalités d’accueil, très variées. L’arrivée en France, par la mer et via Marseille, ne doit pas masquer la variété des conditions de voyage. Certains bénéficient de billets à bord des navires des Messageries maritimes, tandis que d’autres doivent y trouver un emploi ou voyager clandestinement. Les logements sur place varient (internats, logement chez l’habitant, logement individuel…). La nécessité de former une communauté indochinoise en France est souvent mise en avant dans les archives : la vie collective est présentée comme la condition indispensable à un bon séjour, limitant la nostalgie mais également les risques de succomber à diverses tentations (jeux d’argent, prostitution…) Il faut attendre les années 1925-1930 pour que les premières « superstructures » voient le jour : mon exposé s’achevait par la présentation de deux d’entre elles, le SAMI (Service d’assistance morale et intellectuelle aux Indochinois) et la Maison des étudiants de l’Indochine de la CIUP, déjà évoquée ici.

Nancy est donc un pôle de mobilités étudiantes à tous les niveaux : pour les étudiants des empires coloniaux du début du XXe siècle mais aussi pour les doctorantes comme moi, qui viennent y éprouver leurs hypothèses et premières conclusions 🙂

(1) Mon diaporama est consultable ici

(2) Voir notamment : Daniel Hémery, « Du patriotisme au marxisme : l’immigration vietnamienne en France de 1926 à 1930 », Le Mouvement social, n°90, 1975 ;  

Trinh van Thao, L’école française en Indochine, Paris, Khartala, 1995 ; 

Scott McConnell, Leftward Journey. The Education of Vietnamese Students in France, 1919-1939, New Brunswick-Oxford, Transaction Publishes, 1989… 

 

Journée d’études // Interconnexions [post-]coloniales

Le 18 mai prochain aura lieu ma première journée d’études en tant que co-organisatrice, sous le nom « Interconnexions (post-)coloniales, XX-XXIe siècle« , l’occasion pour moi de revenir sur l’organisation de cette journée.

Cliquez ici pour le programme détaillé

Ce projet est né il y a environ un an, à la suite d’une formation doctorale – comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer l’utilité de ces formations^^ – qui n’avait pourtant rien à voir avec la thématique de la journée. J’y ai rencontré Karim Mammasse, un autre doctorant en histoire contemporaine qui travaille sur le budget militaire de la France entre les années 1940 et 1970. De mémoire, nous étions trois doctorants en contempo lors de la formation et nous travaillions tous sur des sujets qui touchaient de près ou d’un peu plus loin avec les territoires coloniaux. Karim eut la bonne idée de nous écrire à la fin de cette formation pour savoir si l’organisation d’une journée d’études autour d’une approche commune à nos travaux nous intéressait… Et j’ai dit « oui » !

Je m’embarquais alors dans une aventure toute nouvelle, quelques jours seulement avant ma toute première conférence (qui m’a amenée jusqu’à Hong Kong, mais c’est une autre histoire), et je n’avais donc pas du tout idée de comment tout cela allait se dérouler. Heureusement, Karim avait une vision plus claire des choses et nous avons commencé à organiser des réunions régulières dans une salle prêtée par notre UMR commun.

Quand je dis que la thèse est l’occasion de nombreuses rencontres enrichissantes, cette JE en est la preuve. Nos réunions mensuelles – ou bimestrielles selon la période – nous ont fait rencontrer Virginie Durand, ingénieure d’études à l’UMR Sirice et, élément important, secrétaire de rédaction des Cahiers Sirice. Grâce à elle, nous avons pu présenter notre projet au directeur de l’UMR et obtenir nos premiers soutiens. Et surtout Virginie nous a donné tous les conseils pour mettre en oeuvre notre journée. C’était notamment indispensable concernant les temporalités : je n’avais qu’une vague idée des délais nécessaires pour mener à bien notre projet, entre la constitution du comité scientifiquela rédaction et diffusion de l’appel à communications, la sélection des propositions reçues (et le gros stress pendant les semaines précédentes de ne recevoir aucune proposition haha) et enfin l’organisation matérielle de la journée.

En revanche, nous avons eu une idée précise relativement rapidement de notre thématique : nous voulions décloisonner l’histoire impériale et coloniale en travaillant sur les connexions entre les acteurs de la colonisation à travers les influences, concurrences et collaborations éventuelles ! Les chronologies différentes et complémentaires de nos recherches nous ont conduit à diviser notre approche en deux temps : la période coloniale et la période post-coloniale. À partir de là, je pense que le titre définitif de notre événement est assez clair !

(Sachez tout de même que notre premier titre – présent sur l’appel – faisait trois kilomètres de long « Influences, dépendances et interdépendances dans les espaces coloniaux et postcoloniaux du XXe siècle à nos jours » et nous sommes donc d’autant plus fiers du rendu final !)

Je ne sais plus exactement comment est venue l’idée de faire quelque chose de multidisciplinaire mais c’est un élément auquel je suis particulièrement attachée. Je trouve vraiment dommage de constater parfois un certain cloisonnement – voire une concurrence – entre différentes disciplines. Selon moi, l’idée d’une « science globale » reposant sur des discussions, des échanges, un partage entre chercheurs de différents champs est fondamentale. Cela ne veut pas dire que chacun doit faire de tout, au contraire, mais qu’il ne faut pas que l’histoire soit seulement destiné aux historiens… J’ai utilisé mon réseau d’ancienne étudiante de l’Institut français de Géopolitique pour lancer cette dynamique multidisciplinaire. Ainsi, le 18 mai, il y aura deux interventions de géopolitologues et une d’un économiste 🙂

Il fallait également constituer le fameux comité scientifique : nos directeurs de thèse respectifs y étaient intégrés de fait tout comme le directeur de l’UMR. Ensuite, nous avons contacté différents professeurs et maîtres de conférence dans les différentes disciplines que nous souhaitions couvrir. Le travail a été réalisé en deux temps : tout d’abord, utilisation de notre réseau ou de celui de nos DR puis recherche de profils susceptibles d’être intéressés. Cela nous a permis de constituer un CS assez varié, ce qui fut très utile lors de la sélection des communications.

L’appel a été diffusé courant octobre sur différentes plateformes (calenda, H-net, GIS Asie…) ainsi que par courriel via differentes écoles doctorales, la lettre de l’UMR, etc. Nous avions fixé la deadline à début décembre. En octobre-novembre nous avons reçu quelques propositions mais le plus gros est arrivé la dernière semaine. Les derniers jours ont été particulièrement fructueux, il « pleuvait des propositions » aussi variées les unes que les autres !

Il a donc fallu passer à une étape difficile : la sélection des propositions. En effet, nous avons reçu énormément de propositions intéressantes alors que nous n’avions que 8 voire 9 places disponibles dans notre journée (en prenant en compte que Karim et moi devions ajouter nos propres communications). C’est ici que le comité scientifique entre en jeu : nous leur avons communiquer les propositions en leur demandant de les trier ! Cela a permis d’écarter toutes celles qui ne collaient pas tout à fait à notre appel. Funfact : nous avons ainsi découvert qu’une autre thématique transparaissait à travers certaines communications autour de la transition colonial-post-colonial, en histoire de l’Afrique notamment. Pour départager, nous avons également demandé à 3-4 chercheurs d’affiner leur proposition de communication dans le but de faciliter notre sélection. Bon, ils l’ont tous très bien fait, ce qui n’a pas tant aidé que ça ^^’ mais cela nous rassurait sur la qualité des candidats ! Ensuite, nous avons tout simplement pris en compte le classement des membres du CS, les mathématiques nous ont donc sauvé… J’insiste sur l’aspect difficile de ce choix – qui ne fut pas tout le temps un moment agréable, notamment lorsque j’ai dû annoncer à un candidat – que je connaissais et dont je trouvais la proposition aussi passionnante que prometteuse – qu’il n’avait pas été retenu…

Une fois cette phase de sélection achevée, il ne restait « plus qu’à » finaliser le programme en organisant les interventions d’une manière logique. Heureusement pour nous, les propositions sélectionnées se partageaient assez équitablement entre périodes coloniale et post-coloniale, ce qui facilita la division de la journée en deux ! Ensuite, nous avons dû gérer les questions plus matérielles : une petite victoire avec l’obtention de la salle Marc Bloch (pour ceux qui connaissent Paris 1, vous savez que certaines salles sont petites et sombres, voire mal équipées, et donc peu engageantes pour une journée d’études. La Marc Bloch est certes vieillissante mais spacieuse et relativement claire !) et une grosse victoire pour notre demande de budget qui a été acceptée par l’UMR ! Ce qui nous a permis de prendre en charge les déplacements et logements des intervenants venant de loin et surtout de prévoir un bon buffet pour les pauses et le déjeuner (détail très important !) Nous avons été dans la foulée labellisés « journée des doctorants de l’UMR ».

À dix jours de l’événement, nous sommes en mode « publicité » : toutes les occasions sont saisies pour accrocher nos affiches, dans les fac mais aussi les bibliothèques et centres d’archives. Et nous inondons également internet ! Ma propre communication est quasiment prête (ce dont je suis assez fière, aussi « tôt » avant le jour J) et il nous reste à peaufiner notre introduction… Bref, ça devient bon 🙂