« Making-Of » // Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire

Si la dimension « intellectuelle » des circulations étudiantes paraît au premier abord prédominante – il s’agit de « nourrir son cerveau » afin d’obtenir un diplôme, sésame pour un emploi et/ou une bonne position sociale – le corps transparaît à travers de nombreuses archives et documents que je consulte. C’est cette idée que j’ai tenté de présenter et développer lors de la « Ve journée des doctorants du CIRLEP », organisée par Marine Galiné et Tim Heron à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le 4 avril dernier :

Cette journée d’études a été à l’origine de plusieurs « défis » pour moi :

1°/ Le CIRLEP est un centre de recherche interdisciplinaire sur « les langues et la pensée » : à travers cette dénomination volontairement vague, le centre inclut des doctorants en linguistique, langues et civilisations étrangères et en philosophie. Pas d’historiens – même si ce constat peut être relativisé, les civilisationnistes se rapprochant des historiens (mais je ne veux pas entrer dans un débat sur la nature et les objectifs des disciplines qui risquerait de devenir conflictuel ^^) : il s’agissait donc de présenter le plus clairement possible ma méthode ainsi que l’état de l’art, l’historiographie. 

Par ailleurs, j’étais également la seule à traiter d’un sujet colonial et asiatique, ce qui demandait un mini-effort de contextualisation, tout à fait évident. En réalité, chaque intervenant devait faire le même effort puisque les sujets et thématiques étaient très variés (cf. le programme peu lisible ci-dessus), ce qui a permis de découvrir de nouveaux auteurs en littérature anglophone (qui viennent agrandir ma liste déjà bien fournie de livres à lire !)… et je ne parle pas des philosophes qui ont dû présenter le spinozisme à des novices comme moi !

De ce côté-là, d’après les échos post-communication, je pense avoir plutôt bien réussi cette première mission.

2°/ Le deuxième défi est apparu au cours de la préparation de ma communication. La question du corps, dans le contexte de mes recherches, constitue ce que je nomme une « problématique secondaire ». Ce n’est pas le coeur de mon étude mais c’est un élément indispensable, qui transparaît à de multiples reprises et de différentes manières.

Cela a été visible dès les premières réflexions autour de la thématique « crise du corps », lors de discussions avec Marine lors de pause-café à la BnF. Plusieurs idées me venaient systématiquement à l’esprit – la transformation vestimentaire de Gandhi lors de son séjour londonien, les cas de malades indochinois… – sans forcément qu’il y ait des liens évidents entre eux. Ma mission était donc d’organiser tout ça, de trouver du liant tout en essayant de mesurer l’impact corporel de ces mobilités étudiantes indiennes et indochinoises.

Pour cela, j’ai eu recours à la typologie : il s’agissait d’abord de classer ces impacts corporels. Les trois principaux sont donc l’impact biomédical, c’est-à-dire les maladies, à l’issue parfois fatale, l’impact alimentaire et l’impact vestimentaire. Il ne s’agit pas d’un tableau exhaustif mais de trois éléments qui sont particulièrement présents dans mon corpus de sources.

La catégorie dite « biomédicale » est particulièrement visible dans les archives du Gouvernement général de l’Indochine. Elle transparaît dans les arrêtés réglementant les bourses – à travers la mention de visites médicales ou de certificats obligatoires -, dans les dossiers de boursiers dont certains demandent une aide ou un rapatriement pour cause de maladie ou encore dans des dossiers concernant l’encadrement des étudiants envoyés en France. Ainsi, un dossier est exclusivement consacré à la mise en place d’une contre-visite médicale à la suite du décès d’un étudiant originaire de Haiphong, Huong, et qui était patroné par le Comité Paul-Bert de l’Alliance française, une organisation non gouvernementale destinée à encadrer les Indochinois envoyés en France.

Source : ANOM (Aix-en-Provence)

Ce sont les crises du corps les plus graves (tuberculose, typhoïde, voire décès) qui suscitent l’intérêt des colonisateurs et des différents acteurs concernés par les mobilités, alors que les étudiants eux-mêmes ne semblent solliciter l’administration que lors de crises « graves ». Cela perdure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En 1932, près de vingt ans après le décès de Huong, deux décès à la Maison des étudiants de l’Indochine conduisent à l’ouverture d’un service de santé au sein de cette résidence, encore exclusif à l’échelle de la Cité !

Les deux dernières catégories – vestimentaires et alimentaires – me permettaient d’interroger la possibilité d’une occidentalisation des corps colonisés par le voyage d’études, bien visible dans le cas de Gandhi qui adopte la mode anglaise à la fin des années 1880… :

Gandhi (en bas à droite) en 1890 sur l’île de Wight

Source : Wikipedia Commons

… Mais qui mérite d’être nuancée puisque d’autres photographies, parfois plus récentes, présentent des étudiants en métropole portant des tenues indiennes (cf. cet article qui présente en introduction une photographie d’une promotion du Maria Grey Training College en 1905-1907 avec une Indienne portant le sari). Les archives, principalement les dossiers d’étudiants que j’ai pu consulter jusqu’ici, ne comprennent pas de photographies d’étudiants. Il est donc difficile de mesurer cet impact vestimentaire des mobilités étudiantes, visible à travers quelques cas à l’instar de Gandhi ou de l’élève cambodgien Roeum, décédé en France en 1913 et dont le livre d’hommage post-hume comporte un portrait photographique.

Il faut également garder à l’esprit que les modes occidentales pouvaient être adoptées dans les colonies : c’est notamment le cas d’une partie des élites indochinoises qui cherchait ainsi à obtenir une reconnaissance sociale de la part des Français (voir ici l’ouvrage collectif dirigé par F. Guillemot et A. Larcher sur La colonisation des corps de l’Indochine au Vietnam, paru en 2014, et notamment sa passionnante introduction).

Le défi sous-jacent à ce morcellement des idées est donc la quantification des effets corporels, défi qui peut être élargi à l’ensemble de mes recherches puisque quantifier les mobilités étudiantes s’avère assez complexe.

3°/ Le défi historiographique : si le corps est un des objets des colonial studies depuis la fin du XXe siècle, je maîtrisais (voire maîtrise) peu l’historiographie de la question. L’ouvrage de Guillemot et Larcher a ainsi été d’une aide précieuse pour moi et j’ai également eu le plaisir de ressortir mon Atlande des sociétés coloniales, ma bible de l’agrégation, qui m’a fourni quelques pistes…

Cependant, dans le cadre d’un article scientifique éventuellement envisagé à la suite de la journée du 4 avril (et qui présente donc d’autres enjeux qu’une communication limitée à 20 minutes), il m’est nécessaire d’ouvrir ces perspectives historiographiques. Ainsi, toute référence précise sur l’histoire du corps au XXe siècle est la bienvenue de la part de tout lecteur ayant échoué ici ^^

Enfin, toujours dans le cadre d’une publication, il me semble utile d’élargir le cadre géographique de mon étude, afin qu’elle corresponde davantage à mes recherches. Les conséquences corporelles ne sont pas seulement visibles dans le cadre du voyage entre la colonie et la métropole. Certains documents évoquent des transformations physiques en Indochine dans le cadre de voyage d’études : c’est le cas de certains étudiants chinois, fils de mandarins du Yunnan, qui coupent leurs nattes au cours de leur séjour à l’école Pavie de Hanoi. L’approche corporelle me semble donc riche en perspectives de recherches réjouissantes !