Ciné-Asie // « Dans un recoin de ce monde »

Billet initialement publié sur le site de l’association pour les mondes asiatiques le 11 mars 2018.

Succès retentissant au Japon, attirant plus de deux millions de spectateurs lors de sa sortie à l’automne 2016[1]Dans un recoin de ce monde reprend à sa manière un thème déjà traité par la littérature et le cinéma : la Seconde Guerre mondiale, du point de vue japonais. Comme dans Le tombeau des lucioles, adaptation cinématographique en 1988 de la nouvelle semi-autobiographie d’Akiyuki Nosaka, c’est à travers les yeux de la jeunesse japonaise que l’on découvre le quotidien de la population de l’archipel en guerre. Mais ici, c’est une vision plus diffuse du conflit qui a été choisie, s’intensifiant progressivement jusqu’à la funeste journée du 6 août 1945.

Réalisé par Sunao Katabuchi et adapté du manga éponyme de Fumiyi Kōno, Dans un recoin de ce monde (この世界の片隅に, Kono sekai no katasumi ni) suit le quotidien de Suzu, une Japonaise originaire d’Hiroshima née en 1925. Le film s’ouvre sur une phrase simple mais qui introduit parfaitement le personnage : « On a toujours dit que j’étais une rêveuse ». C’est tout le point de vue du film qui est résumé ici : Suzu, tant rêveuse que maladroite, artiste dans l’âme, va voir sa vie et celle de ses proches rattrapées par la guerre et ses atrocités. Dès lors, le film semble se diviser en deux parties :

La fin de l’innocence

La première partie du film est fondée sur le récit du quotidien de Suzu, à un tournant de sa vie, puisqu’elle passe du statut d’enfant à celui d’épouse. Tournant qu’elle subit plus qu’elle ne le choisit : elle ne connaît pas son époux alors que celui-ci vient demander sa main directement auprès de ses parents. Ses difficultés à s’adapter à sa nouvelle vie à Kure, où vit la famille de son époux, sont renforcées par sa grande maladresse, qui devient le « running gag » du film : Suzu perd ses affaires, ne sait pas coudre, cuisine mal… En filigrane, c’est un portrait de la vie des jeunes japonaises qui transparaît : la vie en famille dans une seule et même maison où l’épouse doit se charger des tâches de la vie quotidienne, notamment lorsque sa belle-mère n’est plus en mesure de le faire.

de le faire.jpg

La crédulité et la passivité de Suzu face au quotidien et à ses aléas sont flagrantes. C’est d’abord à travers ses dessins qu’elle voit le monde, l’observant avec une distance naïve. Cette dernière est visible concernant le rapport à la guerre de l’héroïne : le conflit n’apparaît alors qu’en toile de fond, tel un décor distant. Ce n’est qu’au bout d’une quarantaine de minutes qu’il fait réellement irruption dans le récit lors d’une alerte aérienne. Alors qu’un soldat est chargé de prévenir la population de Kure, où vit la belle-famille de Suzu, qu’il s’agit d’une alerte réelle, les navires de guerre apparaissent pour la première sur la baie d’Hiroshima. Pourtant, ceux-ci demeurent une distraction pour Suzu et sa nièce qui, le lendemain, s’amusent à observer et nommer les vaisseaux.

vaisseaux.jpg

Cette première partie est également l’occasion d’allusions aux évolutions de la société nippone : Suzu doit se confronter à sa belle-sœur, Keiko, qui vit dans une autre ville avec ses beaux-parents à la suite du décès de son mari. D’un caractère froid et peu aimable, elle incarne une autre vision de la femme : elle cherche qui cherche à s’émanciper et garde en elle le souvenir amer d’années plus « libres » et heureuses durant l’entre-deux-guerres. On la voit notamment errer dans les rues de Kure, portant une tenue typique des « années folles », avec un chapeau-cloche et une robe dont la taille basse est soulignée. Mémoire d’un passé plus heureux, elle est durement touchée par la guerre, perdant ce qu’elle a de plus cher, symbolisant la destruction – si ce n’est la déchéance – associée à la décennie 1940.

1940.jpg

Une dernière figure de femme est incarnée par Lin, une prostituée que Suzu rencontre alors qu’elle s’est égarée dans la ville. Le réalisateur joue encore avec l’innocence de son personnage, celle-ci demandant si elle se trouve « dans un palais secret » alors qu’elle est confrontée à un monde plus urbain où l’on va au café manger des « gaufrettes avec de l’ice-cream ».

Rattrapée par la guerre

Petit à petit, la guerre s’immisce plus intensément dans le quotidien. Elle passe d’abord par les difficultés liées au rationnement, les alertes plus nombreuses mais également la surveillance de la police militaire. Celle-ci soupçonne Suzu d’espionnage car des agents l’ont surprise en train de dessiner la côte. Si leur irruption dans la maison familiale a une fin heureuse, elle reflète les pressions et la paranoia qui émaillent le quotidien de la population japonaise.

La tension augmente lors des bombardements, qui arrachent au sens propre Suzu à ses dessins puisqu’elle perd un bras lorsqu’une bombe à retardement explose près d’elle. L’heure n’est plus à la rêverie mais bel et bien au conflit… et finit par conduire au bombardement atomique du 6 août 1945 à Hiroshima, où continue de vivre la famille de Suzu.

SUZU.png

Malgré tout, le réalisateur a fait le choix de maintenir une alternance entre scènes tragiques, dépeignant le paysage post-apocalyptique et l’afflux de réfugiés après l’explosion de Little boy, et moments plus légers, comme lors des repas en famille. C’est en outre sur cette image d’une maison, abîmée par les bombes, mais toujours debout et à la cheminée fumante évoquant le confort d’une réunion familiale, que le film s’achève.

C’est donc une guerre qui n’épargne personne, et surtout pas les plus fragiles et innocents, qui est dépeinte ici. Mais c’est surtout une histoire sociale, de la vie quotidienne au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale : il ne s’agit en aucun cas de présenter le conflit à travers une approche politique ou militaire. Il apparaît bien difficile de dresser une chronologie précise du déroulement de la guerre tant celle-ci est seulement appréhendée à travers les yeux des personnages. Dans un recoin de ce monde est d’abord un film de survie, d’adaptation à un quotidien troublé, également décrit dans un article de Genichiro Takahashi, repris par Courrier international[2], dont la mère évita de justesse le bombardement d’Hiroshima.

[1] « Tout ce qu’il faut savoir sur le film japonais ‘Dans un recoin de ce monde’ », Courrier international, 5 septembre 2017, disponible en ligne [https://www.courrierinternational.com/article/en-salle-tout-ce-quil-faut-savoir-sur-le-film-japonais-dans-un-recoin-de-ce-monde].

[2] « ‘Dans un recoin de ce monde’, le film événement sur Hiroshima », Courrier international, 5 septembre 2017, disponible en ligne [https://www.courrierinternational.com/article/japon-dans-un-recoin-de-ce-monde-le-film-evenement-sur-hiroshima].

Ciné-Asie // Intro + « À la verticale de l’été »

Le carnet est très calme depuis quelques temps… Si j’espère que mon séjour à Oxford  pendant tout le mois de mai me permettra de lui redonner un peu de vitalité, j’ai décidé d’agir en y ajoutant quelques billets sur des films asiatiques que je rédige ponctuellement pour l’Association pour les mondes asiatiques, créée au cours de l’été 2017 par des étudiants de Paris 1. Je vous invite à visiter leur site et à découvrir les multiples activités (conférences, ateliers linguistiques et culturels…) et articles qu’ils proposent autour de l’Asie ici

On commence aujourd’hui avec À la verticale de l’été qui m’avait permis de retrouver l’atsmophère estivale de Hanoi : 

Sorti en salle en 2000, À la verticale de l’été (Mùa hè chiều thẳng đứng) est un film de Trần Anh Hùng, réalisateur français d’origine vietnamienne, arrivé en France en 1975 à l’âge de douze ans en tant que réfugié. On lui doit également, entre autres, L’odeur de la papaye verte (1993) ou, plus récemment, l’envoûtant Éternité (2016).

Pour ce troisième long-métrage, Trần a choisi, comme pour ses deux précédents films, de planter sa caméra au Vietnam et plus particulièrement, à Hanoï, au service d’un synopsis dont la simplicité est en réalité trompeuse pour le spectateur :

« À Hanoï, trois sœurs, Lien, Suong et Khanh se retrouvent pour un repas d’anniversaire. Derrière leur complicité apparente se cache en fait un secret… »

À la verticale de l’été n’est pourtant pas un film reposant sur le suspens d’un secret familial. La poésie l’emporte sur l’intrigue tout en permettant au réalisateur d’évoquer différents thèmes comme la famille, les relations fraternelles et sororales ou encore l’amour. Ainsi, chacune des sœurs incarne un aspect de cette dernière thématique, leurs secrets comme leurs désirs se croisant et s’entrecroisant le temps d’un été chaud et humide dont la capitale vietnamienne a, elle aussi, le secret.

Liên (Trần Nữ Yên Khê), la plus jeune des trois sœurs – et la seule encore célibataire – vit avec son frère dans la maison familiale. Leur réveil, soit dans des lits voisins soit dans le même lit, tout en soulignant l’ambiguïté de leur relation, devient rapidement une scène récurrente du film, symbolisant la langueur et l’indolence de chaudes journées estivales qui se succèdent sans totalement se ressembler. Liên semble incarner la jeunesse vietnamienne dans toute sa naïveté et son inexpérience. Son secret est le reflet de sa méconnaissance des relations sexuelles et semble faire écho à des problématiques réelles au sein de la société vietnamienne, telle la contraception. Il est pourtant traité avec une insouciance, qui contraste avec la situation de sa sœur Suong (Như Quỳnh).

3.jpg

Enfin Khanh (Lê Khánh), sans doute la plus discrète des trois sœurs, est enceinte et choisit de l’annoncer d’abord à son époux. C’est l’expérience de celui-ci qui est alors mise en avant par Trần : lors d’un voyage d’affaires, il est soumis à la tentation de l’adultère alors qu’il rencontre une aussi belle que mystérieuse jeune femme dans son hôtel.

4.jpg

À travers ces deux derniers récits entremêlés, c’est l’absence et la distance qui semblent mettre à mal les liens sentimentaux existant entre les différents couples. Face à cela, la tendresse entre les trois sœurs apparaît comme plus solide, résistant à toutes les épreuves. Le partage des secrets entre sœurs devient un moyen de les alléger, procurant réconfort et soulagement.

À la verticale de l’été offre également un portrait, teinté de poésie, de la société vietnamienne à plusieurs égards. C’est d’abord l’importance de la famille qui transparaît tout au long du film. Elle ne repose pas seulement sur le lien fort entre Liên, Suong et Khanh. Ces dernières se retrouvent pour préparer une première fois pour préparer la cérémonie en l’honneur de leur mère défunte. Les ancêtres – et plus particulièrement les parents – sont les témoins silencieux des événements, comme le soulignent certains plans intégrant l’autel qui leur est dédié.

Au fil du film, on retrouve cette ambiance propre à Hanoi : ses cafés et restaurants, ses fortes pluies estivales, ses séances de gymnastique… renforcées par un tournage en vietnamien et hors studio.

Le réalisateur prend d’ailleurs le temps de jouer avec les subtilités de la langue vietnamienne, reflétant la complexité des relations amicales et sentimentales qui structurent son film : Liên et Hai, un de ses amis visiblement amoureux d’elle, partagent la même date de naissance et s’appellent réciproquement « grand frère » (anh) et « grande sœur » (ch). Leur entourage les encourage à intensifier leur relation et suggère ainsi à Hai d’utiliser « petite sœur » (em), comme le fait un mari envers sa femme.

 

Ciné-Mobilité // « Confident Royal »

L’Inde coloniale est une thématique à la mode outre-Manche. Depuis le tournant du XXIe siècle, l’historiographie britannique redécouvre son histoire impériale et se penche plus particulièrement sur la présence indienne au Royaume-Uni. De nombreux projets de recherche, incluant financements et réalisations concrètes – à l’instar du formidable outil Making Britain – ont vu le jour, plus ou moins brièvement, au cours des dernières années. Les travaux qui en ont découlé sont le fil rouge de mon travail de recherche du mois d’octobre, commencé par la lecture d’Indian Arrivals 1870-1915 d’Elleke Boehmer (2015) – pour lequel je prépare, doucement mais sûrement, une recension. S’ensuivit naturellement la lecture des publications de Sumita Mukherjee, qui avaient été précédées par ceux de Rozina Visram ou Michael H. Fisher.

Ce mois très indien en perspective a donc été subtilement complété par le dernier film de Stephen Frears (Les liaisons dangereuses, the Queen, Philomena… pour ne citer que ceux que j’ai vu et apprécié J) : Confident royal.

Qui est ce « confident royal » ? Le titre anglais du film est davantage évocateur :

Le film commence donc par nous présenter Abdul Karim, secrétaire dans une prison de la ville d’Agra – la ville du Taj Mahal, dans le nord de l’Inde. En 1887, il est envoyé à Londres pour être mis au service de la reine Victoria, impératrice des Indes depuis 1877, afin de lui présenter un trésor hérité de la dynastie moghole. Il devient deux ans plus tard un munshi, professeur, et apprend à Victoria l’ourdou – dans le film – ou l’hindoustani – in real life. La confrontation entre culture britannique et indienne est très vite mise en scène par S. Frears, qui s’appuie sur elle afin de donner un ton comique à son film – mes voisins de cinéma ont adoré et ont passé leurs temps à rire, même lorsqu’il n’y avait pas de quoi…. Ainsi, il insiste sur le caractère symbolique du mohur que les autorités britanniques veulent présenter à la reine sans savoir réellement ce dont il s’agit (une pièce de monnaie). De la même manière, le réalisateur dépeint une autre dualité, assez simple à vrai dire, puisqu’il oppose les « gentils cosmopolites », dont les relations amicales dépassent les barrières raciales supposées, et les « méchants racistes », qu’ils soient Anglais (Abdul Karim est très mal intégré à la cour de Victoria) ou Indiens (et cela permet de sortir d’une opposition simpliste entre méchants colonisateurs et gentils Indiens), à travers le personnage de Buksh, le compagnon de voyage de Karim qui meurt en Angleterre, amer de ne pas avoir pu rentrer chez lui. Point positif dans cette approche duale : la confusion faite par les Britanniques entre « hindous », « Indiens » et « musulmans » est plutôt bien présentée. Victoria, quant à elle, est présentée comme une vieille femme, épuisée et bougonne, las de gouverner et peu intéressée par la vie de cour. Et ce, dès 1887, alors qu’il lui reste encore environ 14 années à vivre…

J’en viens donc au défaut qui m’a le plus frappé pendant le film : l’absence de repères chronologiques. En dehors d’un « 1887, Agra » au début du film, rien n’est fait pour souligner la temporalité du récit. L’action semble se passer en très peu de temps, quelques semaines ou moins, alors qu’elle s’étale sur cette quinzaine d’années qui séparent la souveraine de la mort. On aperçoit très rapidement à la fin du film sa date de décès mais je ne suis pas en mesure de dire si j’ai pu la repérer car je la connaissais déjà avant ou parce qu’elle est vraiment visible.

La reine Victoria et son serviteur Abdul Karim

« Tiré de faits réels, pour l’essentiel… » Ce rappel en début du film est un avertissement prudent permettant de ne pas faire de Confident royal un film historique. J’ai apprécié ce message : contrairement à son confrère Le dernier vice-roi des Indes, le film ne semble pas avoir de prétentions historiques, seulement narrer une histoire d’amitié transimpériale – et pas d’histoire d’amour niaise, j’ai apprécié que l’ambiguité de sentiments entre les deux personnages principaux soit traité avec finesse !

Évidemment, le scenario se permet dès lors des libertés : Victoria semble tout ignorer de l’arrivée d’Indiens – alors qu’elle s’en réjouit en réalité comme le rappelle Rozina Visram dans Asians in Britain : « The Queen was reported to be ‘as excited about them as a child would be with a new toy’ » ; on ne comprend pas que ces Indiens arrivent pour être domestiques et qu’ils sont en fait deux individus parmi de nombreux autres (domestiques mais aussi étudiants, savants…) ; ils arrivent directement avec leurs épouses alors que le film nous présente très tardivement Mme Karim… En outre, si les proches de la reine dénoncent continuellement les agissements intéressés du munshi, celui-ci est dépeint comme un individu sincière, innocent – aucune mention n’est faite des placements financiers en Angleterre et en Inde que sa relation priviligée avec la reine lui permet de faire ! Le dénouement semble davantage fidèle aux faits réels : à la mort de Victoria, le roi Edouard VII ordonne que les papiers d’Abdul Karim, plus précisément sa correspondance avec la reine soit brûlée. Ce dernier rentre alors à Agra où il décède en 1909. À cette date, un nouvel ordre est donné afin de détruire les courriers jusqu’alors épargnés. Le nouveau roi refuse tout domestique indien, se contentant de recevoir quatre officiers tous les ans, symbolisant l’unité de l’empire britannique.

Malgré des défauts, Confident royal m’a un peu réconciliée avec les films sur l’histoire indienne. Ce divertissement, qui n’a pas la prétention de faire redécouvrir l’histoire au public, a le mérite de ne pas tomber dans certains clichés cinématographiques. Pour une approche davantage historique, j’invite les potentiels intéressés à lire les quelques pages (p. 45-49) dédiées par Rozina Visram dans Asians in Britain. Il existe également un ouvrage qui a inspiré le film mais dont je ne connais pas le contenu – pour le moment.

 

Colloque-Expo // « Lorrains sans frontières ! »

« Jamais deux sans trois ! » : mardi 17 octobre, je me rendais pour la troisième fois de l’année à Nancy afin de participer au colloque « Universités et Grandes Écoles – Circulations étudiantes internationales d’hier à aujourd’hui ». Cette fois encore, c’est une thématique vaste qui a été choisie afin de réunir des historiens, sociologues, linguistes… d’horizons divers et variés >> Programme disponible ici.

Je retrouvais avec plaisir des collègues rencontrés lors du double colloque sur les circulations dans le monde francophone organisé par Matthieu Gillabert en 2016, entre Montréal et Fribourg.
L’organisatrice Yamina Bettahar eut la bonne idée d’inclure des visites d’exposition en conclusion des deux journées. Ne pouvant pas rester jusqu’au mercredi soir, je n’ai bénéficié que de la visite du Musée lorrain qui occupe les élégants murs de l’ancien Palais des ducs de Lorraine. Sa vocation est d’offrir un panorama de l’histoire de la Lorraine – Meurthe-et-Moselle, Moselle, Meuse et Vosges– à travers des objets et des œuvres d’art variés.

 La conservatrice Sophie Mouton ne fut pas avare de détails pour nous présenter la nouvelle exposition « Lorrains sans frontières ! », consacrées aux mobilités et circulations depuis et vers la Lorraine à travers les siècles. À travers 8 salles au fil chronologique., celle-ci revient sur le rôle multiple de cet espace, à la fois carrefour, frontière, marche, terre d’accueil, de départs ou de simple passage…
Après avoir emprunté l’escalier de l’horloge, la visite débute avec une frise chronologique et la présentation de quelques notions-clefs permettant d’introduire des objets antérieurs à la période contemporaine. Très rapidement, l’exposition se consacre essentiellement aux XIXe et XXe siècles. Les Lorrains sont alors reliés au reste du monde grâce aux circulations maritimes. Ils fréquentent deux ports, Brême et surtout Le Havre, qui permettent d’embarquer pour le continent américain. Dès 1830, des migrations davantage méridionales apparaissent, vers la colonie nouvelle d’Algérie. En parallèle, fort d’une étude multiscalaire et multidirectionnelle, la deuxième salle met également en avant le rôle de colporteurs et autres marchands ambulants.
La question de la frontière est centrale (salle 3) : la défaite française de 1870 face à la Prusse suivie du traité de Francfort (1871) conduit à l’annexion allemande de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine. La population concernée doit alors choisir entre la France ou son voisin avant 1872 : les « optants », désireux de rester Français, doivent alors accomplir diverses démarches administratives afin de rester Français – des boîtiers de fiches sont exposés, ne représentant qu’une infime partie de ces optants. Les mouvements migratoires sont intenses alors, qu’en parallèle, des Allemands s’installent dans les zones annexées. À l’inverse, après la Grande Guerre, les populations allemandes doivent quitter la Lorraine – incluant les enfants nés de parents allemands et n’ayant vécu que dans cette région. On retrouve de solennelles affiches bilingues annonçant les nouvelles conditions de circulations et restrictions selon la nationalité.
Les circulations impériales et coloniales sont traitées dans toute leur diversité : la place des Lorrains dans les anciennes colonies états-uniennes est l’occasion de découvrir quelques pépites, telle la verrerie lorraine utilisée à la Maison Blanche. Des documents de l’Institut colonial, ouvert à Nancy en 1904, sont également exposés mais le document le plus… reste l’affiche publicitaire pour une brasserie ouverte dans le département français de l’Algérie.
Une immigration d’origine variée caractérise le XXe siècle alors que la région bénéficie des Révolutions industrielles. La photographie d’un « Restorante italiano » met en avant enchevêtrements linguistiques et transferts culturels. L’arrivée des Polonais est également traitée. La cinquième salle est également riche de témoignages oraux à écouter grâce à des casques mis à disposition.
Après une salle dédiée aux conséquences des conflits mondiaux et une autre à la période d’après-guerre – plus particulièrement aux migrations engendrées à la reconstruction, l’équipe du musée a voulu souligner la diversité et la mixité des populations de la Lorraine de nos jours. Des artistes contemporains ont été sollicités afin d’exprimer leur vision des migrations et de la diversité en Lorraine. Enfin, une dernière surprise vous attend au rez-de-chaussée, soulignant la présence d’une autre communauté migrante : les Tziganes.

Vous l’aurez compris, j’ai été particulièrement emballée par cette exposition, sublimée par les commentaires de la conservatrice. Un gros travail de scénographie a été fait, qui rend accessible et ludique les différentes salles. Mon côté « historienne » a particulièrement apprécié la diversité et la qualité des documents. Cela fait partie des expos au cours desquelles je me dis « Wouah, super sujet de recherches ! » « Oh, j’aimerais bien travailler là-dessus ! »… Bon ok, je suis peut-être un peu obsédée par les recherches et acquise aux questions mais après tout, je sortais d’une journée de conférence…

Bref, Lorrains ou non Lorrains, courez au Musée Lorrain avant le 2 avril 2018 et profitez-en pour flâner dans la jolie vieille-ville nanciéenne, prendre un verre sur la place Stan’ ou encore manger, comme nous, à l’Excelsior 🙂 

Ciné-Mobilité // « Avant la fin de l’été »

Ceux qui me suivent sur Twitter ou me connaissent « IRL » le savent, j’ai une légère addiction pour le cinéma. Elle me conduit à jouer à tous les jeux-concours possibles et imaginables pour gagner des AVP, séances à l’aveugle – je suis une adepte des CinExpériencede SensCritique – et autres séances au Mk2 Bibliothèque en sortant d’une journée de travail à la BnF.

Cela me conduit parfois à voir des films en lien – plus ou moins direct – avec ma thèse. Je vous parlais ici de ma déception Le dernier vice-roi des Indes et la sortie imminente de Confident Royal attise ma curiosité depuis quelques jours. Mais samedi dernier, c’est une autre vision des mobilités étudiantes que j’ai découverte avec Avant la fin de l’été, un film de Maryam Goormaghtigh, qui faisait partie de la sélection 2017 de l’ACid à Cannes –  rediffusée au Louxor le week-end dernier (et merci SensCritique pour les places).

Il met en scène trois amis iraniens – Arash, Ashkan et Hossein, incarnant leur propre rôle – vivant en France, alors qu’Arash, s’apprête à rejoindre l’Iran. Regrettant de ne pas avoir réussi à s’intégrer à Paris, et rappelant tout au long du film le peu d’intérêt qu’il estime susciter chez les Français, il souhaite passer le concours du barreau dans son pays natal afin d’y exercer le métier d’avocat. Les vacances estivales, et la traversée du pays vers le sud, sont alors présentées comme la dernière occasion de convaincre Arash de ne pas quitter le territoire français.

Fondé sur une histoire vraie, avec ses personnages non-fictionnels et son flirt permanent avec le documentaire, Avant la fin de l’été permet de faire le point sur les mobilités des étudiants iraniens, en France comme ailleurs. Ces migrations universitaires remontent au début du vingtième siècle alors que des bourses gouvernementales sont créées dès l’entre-deux-guerres, incitant les jeunes Iraniens au départ. Les événements de la fin des années 1970 renforcent l’émigration, favorisant d’abord l’Amérique du Nord mais également les destinations européennes. On peut penser à la propre expérience de Marjane Satrapi, narrée dans le très beau Persepolis. En outre, le nombre d’étudiants iraniens à l’international a plus que doublé depuis la fin du XXe siècle. Aujourd’hui, le français demeure une des principales langues apprises en Iran, ce qui explique encore la part belle faite à cette diaspora étudiante en France avec 1 653 ressortisants dans les établissements d’enseignement supérieur français en 2016(1). Cela classe la France en 4e place après l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Ce film n’est pourtant pas un film sur les études proprement dites. Si elles constituent la toile de fond de la présence en Europe, très vite, elles participent à l’apparition d’autres enjeux. Les protagonistes sont tiraillés entre deux perspectives de vie, entre Iran et France : Hossein, qui n’a pas effectué son service militaire – obligatoire et d’une durée de deux ans en Iran – doit choisir entre rester en France sans jamais pouvoir retourner dans son pays d’origine et repartir, laissant derrière lui sa femme et la vie qu’il s’est construite à Paris. Arash, quant à lui, a réussi à être exempté de service en prenant beaucoup de poids et ne doit pas perdre ses kilos pour conserver le bénéfice de l’exemption.

Plus que les diplômes, c’est la capacité d’intégration, et notamment l’évolution de la vie sentimentale, qui semble déterminante pour la suite de leur vie. Ainsi, Maryam Goormaghtigh explique qu’elle a « construit un suspense autour de « Arash va-t-il tomber amoureux ? » et donc peut-être, rester en France »(2).

En outre, les circulations d’études sont à appréhender sur le temps long – Arash a étudié cinq ans en France – et concernent de jeunes adultes plutôt que de jeunes gens sortant tout juste de l’adolescence – Hossein a 33 ans lors du tournage du film (si je ne m’abuse) tandis qu’Ashkan explique avoir fait son service militaire à 18 ans avant de commencer son cursus universitaire, d’abord à Téhéran (si je ne m’abuse bis).

Mêlant documentaire et fiction, France et Iran, paysages verdoyants et désertiques, conversations et poésie, je recommande ce premier film pour son originalité et ses thématiques.

Pour aller plus loin : dossier élaboré par Campus France « Les dossiers Campus France – Iran », ici. 

(1) : Article de Sara Saidi sur EducPros.fr : « Enseignement supérieur : la France veut rayonner en Iran », disponible ici.

(2)Entretien intégré à la brochure diffusée par l’ACid lors de la séance. 

Brève // Exposition « Les Vietnamiens en France des années 1920 aux années 1950 »

Je vous en parlais dans un des tous premiers billets de ce carnet : l’exposition de François Trieu sur les Vietnamiens en France (années 1920-1950) est de retour à Paris.

Cette fois-ci, c’est à la médiathèque Jean-Pierre Melville, dans le 14e arrondissement (métro Olympiades), que vous pouvez profiter des nombreuses photographies patiemment rassemblées par François. Elles y seront exposées jusqu’au 30 septembre.

Plus d’informations ici.

 

Ciné-Asie // Le dernier vice-roi des Indes

Il y a quelques semaines sortait au cinéma « Le dernier vice-roi des Indes » de Gurinder Chadha, qui a précédemment réalisé Joue-la comme Beckham. L’occasion parfaite de mêler mes deux activités principales : l’histoire et le cinéma.

Le film débute au sein du palais royal de New Delhi où le personnel s’affaire afin d’accueillir le nouveau vice-roi des Indes, Lord Mountbatten, son épouse Edwina et leur fille Pamela. Si la chronologie est peu mise en avant dans le film, il faut savoir qu’ils arrivent en Inde en mars 1947. L’amiral qui a libéré la Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale a reçu une mission précise : préparer l’indépendance de l’Inde. Initialement prévue pour le début de l’année 1948, celle-ci est proclamée le 15 août 1947. Ainsi, le film suit cette route vers l’indépendance jusqu’à la partition et les déplacements de population qu’elle a induits. Cette intrigue historique se mêle très rapidement à une romance : Jeet, un hindou ayant été recruté spécialement pour être au service de Lord Mountbatten croise par hasard, après seulement quelques minutes dans l’enceinte du palais, Aaliason amour secret et (évidemment) impossible incarné par une musulmane promise (évidemment) à un musulman qui a disparu depuis la fin de la guerre. Si cette histoire d’amour mielleuse et son issue ne réservent aucune surprise aux spectateurs, ma réaction n’en est pas moins surprenante : j’ai détesté cette histoire d’amour ultra niaise et je déplore encore aujourd’hui qu’elle monopolise une bonne moitié du film. Se faisant, je trouve que le titre anglais – Viceroy’s House – reflète beaucoup mieux la réalité du film et sa nature hybride, entre docu-fiction et soap, que d’une véritable oeuvre cinématographique.

Si ce film m’a plutôt déçue, il a le mérite de revenir sur une période-clef de l’histoire indienne mais également britannique – la perte du « joyau » de son empire colonial – et introduit les principaux acteurs de ce tournant.L’enjeu est simple : que faire de cet immense territoire – un subcontinent dit-on – au sein duquel cohabitent différentes communautés, alors que l’idée d’une partition pointe le bout de son nez depuis une quinzaine d’années ?

La réalisatrice s’est appuyée sur deux ouvrages : The Shadow of the Great Game: the Untold Story of India’s Partition de Narendra Singh Sarila qui fut aide-de-camp de Mountbatten et membre de l’administration indienne, et Freedom At Midnight de Larry Collins et Dominique Lapierre. Je ne connaissais aucun de ces deux ouvrages et les quelques critiques que j’ai lues sur le deuxième me laissent dubitative…

Malgré un avis plus que mitigé, le film a parfois réussi à me « vendre du rêve » – et à me maintenir éveillée – en évoquant les mobilités étudiantes.

  • Partition et Pakistan

Les origines du Pakistan sont très brièvement présentées dans le film : le personnage de Jinnah, le leader de la Ligue musulmane fondée en 1906, évoque cette idée comme étant née au sein d’un groupe d’étudiants indiens musulmans en Angleterre au début des années 1930. Le parti-pris du film, prudemment affirmé, repose sur l’artificialité de la partition et de la séparation des communautés hindoue et musulmane. Elle provoque une haine décrite comme nouvelle, illustrée par de nombreuses scènes où des tensions apparaissent entre des individus vivant et travaillant ensemble depuis toujours – ou presque. En réalité, c’est un peu plus complexe que cela et la théorie des deux nations n’est pas née du jour au lendemain dans les couloirs d’une Inn of Courts – école de droit – londonienne. L’idée de partition est héritée de réflexions philosophiques anciennes. Elles ont connu un nouvel élan au cours de la période coloniale et ont été transposées en terme politique au sein de la Ligue musulmane et principalement par Jinnah.

Lord Mountbatten, Muhammad Ali Jinnah et Edwina Mountbatten à Delhi en 1947 Source : quora.com

Le « twist historique » du film – je vous épargnerai le twist romantique, je ne veux pas vous spoiler un scénario d’une originalité… inexistante –  met en avant les enjeux géopolitiques et géostratégiques de cette partition. Mountbatten réalise via la consultation d’archives que cette partition avait déjà été envisagée / négociée par son prédécesseur, Lord Wawell. Elle permettrait de maintenir une distance entre l’Inde de l’URSS – le Pakistan formant un territoire-tampon – et s’inscrit dans une logique de « pré-Guerre froide« . L’influence britannique serait préservée face aux Soviétiques et les premiers garderaient un accès privilégié sur le pétrole du Moyen-Orient. C’est l’idée de « Grand Jeu » reprise dans l’ouvrage de N.S. Sarila. La grande question que je me suis posée à ce moment-là est matérielle : on voit des archives diplomatiques à l’écran qui paraissent très authentiques. Il s’agit sans aucun doute d’un fac-similé mais cela m’a plu et m’a véritablement intrigué – et a suscité un petit regain d’intérêt...

  • Une élite anglicisée

L’entrée en scène de Jawaharlal Nehru – qui devient le premier Premier ministre de l’Inde indépendante dès le 15 août 1947 – est l’occasion d’introduire une élite anglicisée. Né à Karachi (au Pakistan actuel, ironie du sort), Nehru a – comme l’ensemble des leaders politiques indiens de l’époque (Gandhi, Jinnah, Ambedkarun intouchable qui est passé par Columbia avant de rejoindre la LSE ! – …) fait ses études au Royaume-Uni, de la très chic Harrow School au Trinity College de Cambridge. Ses manières anglaises sont soulignées – et pudiquement, sa proximité avec Edwina Mountbatten. Comme Gandhi et Jinnah, il a privilégié les études juridiques.

Jawaharlal Nehru en 1905 à Harrow School Source : Wikipedia

Si mon regret principal reste la greffe d’une histoire d’amour là où j’attendais un véritable film historique, je pense que certains éléments auraient mérité d’être mieux exploités. Le générique débute par un court récit de l’histoire familiale de Gurinder Chadha. Sa grand-mère a perdu un enfant au moment de la partition et a été séparée de sa famille. Sa migration l’a conduit à s’installer dans un camp de déplacés où elle a fini par retrouver son mari et ses enfants au bout de 18 mois. Mais alors, pourquoi ne pas avoir exploité cette histoire dès le départ, à la place d’une histoire d’amour aux allures peu réalistes ?

Lecture // « Anti-Imperial Metropolis » ou retour sur ma première recension

Le 9 février sortira la version française de Anti-Imperial Metropolis. Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism (1919-1939) de l’historien allemand Michael Goebel, renommée pour l’occasion Paris, capitale du Tiers-Monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939).

couverture-mg Si le titre français a suscité chez moi quelques interrogations (Pauline, si tu passes par là, il faut qu’on en parle !), je suis particulièrement attachée à cet ouvrage : ce fut ma première recension – disponible sur le site du Mouvement social ici –  et sa traduction de l’anglais vers le français a été réalisée par mon amie Pauline Stockman. Retour sur cette première expérience de « recenseuse ».

couv-brit

Quand j’ai accepté ce travail en septembre 2015, il s’agissait d’un exercice relativement nouveau pour moi. J’ai gardé peu de souvenirs de « travaux notés » type fiches de lecture réalisés pendant mes premières années d’études (à vrai dire, je pense en avoir fait seulement une ou deux dans le cadre de mon Master de Géopolitique + une analyse d’article en Master d’histoire) d’où un background méthodologique concret qui me paraissait relativement léger. Cependant, j’étais habituée – voire rodée – aux fiches d’ouvrage après plusieurs années de Master et la préparation des concours. Par ailleurs, j’avais consulté des recensions pendant mon année de préparation de l’agrégation, suivant les conseils des préparateurs de Paris 1 (ironiquement, il s’agissait surtout des conseils de mon futur directeur de thèse à ce moment-là !) qui nous recommandaient d’aller lire ces comptes-rendus pour nourrir nos fiches-exemples / historiographiques, etc. Un numéro des Annales avec une section compte-rendus dédiée aux « Colonisations » était sorti cette année-là et je l’avais méticuleusement pillé, ce qui s’est avéré très utile tant pour les écrits que pour les oraux.

Cette expérience a fortement influencé mon approche : j’avais en tête une recension présentant l’ouvrage afin de permettre à des étudiants, jeunes chercheurs, etc., d’en saisir les principaux tenants et aboutissants, les hypothèses et conclusions majeures ainsi que les spécificités méthodologiques. Approche qui différait sans doute de celle de Michael Goebel – j’y reviendrai !

Dans le cadre de mes recherches, sans grande originalité, j’ai également tendance à aller consulter les CR des ouvrages que je lis, notamment lorsque ces compte-rendus comprennent une forte dimension critique permettant de nourrir ma réflexion en la confrontant à d’autres.

Mais mon statut de toute jeune doctorante – je venais de signer mon contrat lorsque Michael Goebel par l’intermédiaire de mon directeur de thèse m’a proposé de rédiger un CR de son ouvrage – me confortait dans l’idée de me concentrer sur la dimension synthétique plus que critique : si à l’époque – peut-être bêtement – je ne me sentais pas encore 100 % légitime à publier une critique d’un ouvrage scientifique, une approche davantage descriptive – dans le bon sens du terme – me rassurait.

Une fois l’ouvrage reçu, je me suis donc lancée dans un travail qui ressemblait à un « fichage » d’ouvrage des plus banal : j’enchaînais les chapitres en prenant des notes qui intégraient principaux exemples et références bibliographiques. Comme Anti-Imperial Metropolis couvre des thématiques en lien avec ma thèse – les étudiants asiatiques sont nombreux à Paris pendant l’entre-deux-guerres et participent à façonner les nationalismes – j’étais particulièrement attachée à cette mise en fiche pointilleuse. En revanche, lorsque je lis un ouvrage plus éloigné de mes recherches pour lequel une recension est envisageable (par exemple, en ce moment, Comment être un étranger ? De Venise à Goa, XVIe-XVIIIe s. de Sanjay Subrahmanyam), j’ai plutôt tendance à favoriser une lecture continue afin de m’immerger totalement dans le texte. Je prends alors des notes à la fin de chaque chapitre, quite à y revenir au moment de la préparation du CR et/ou de la rédaction.

En parallèle de la lecture approfondie, j’ai consulté quelques articles de présentation des recensions comme celui-ci. Cela m’a permis de me constituer une grille de travail claire, me permettant de m’assurer que je restais bien « sur les rails ». Finalement, mon travail s’avérait être une synthèse entre ces différents conseils et ma vision de la recension à ce moment-là.

En revanche, je n’avais trouvé aucune documentation sur la suite des événements : la publication effective de la recension. Mon compte-rendu étant le fruit d’une demande de l’auteur, j’étais en contact régulièrement avec lui. Je conservais toute ma liberté concernant la rédaction de la recension et nos échanges se concentraient davantage sur la question du choix de la revue en ligne à laquelle je soumettrai mon travail. Michael Goebel avait en tête une revue « grand public » comme La Vie des Idées ou Le Monde Diplomatique. De mon côté, je pensais à une revue scientifique type Vingtième Siècle ou Le Mouvement scientifique. Chacune de ces approches reflétait notre vision de l’utilité du CR : M.Goebel avait plutôt l’idée de donner une « bigger audience » à la version anglophone de son ouvrage – alors que les ouvrages en langue étrangère sont très souvent (et malheureusement) absents de nos librairies françaises – tandis que je restais attachée à ma recension-« outil pour historien ». D’un point de vue stratégique, il me semblait qu’un ouvrage anglophone ciblait dès le départ un public plus précis – plus « scientifique ». Le projet d’une traduction française sous-tendait – selon moi – la possibilité d’une recension dans une revue plus généraliste concomitante à la parution française.

Ce sont les comités de rédaction des revues auxquelles le texte fut soumis qui tranchèrent : ma recension était jugée intéressante mais trop scientifique pour une revue « grand public ». Elle nécessitait des modifications afin de correspondre à la ligne éditoriale… modifications que j’aurais sans doute été prête à faire si elle n’avait pas été acceptée par Le Mouvement Social.

Il me faut insister sur la longueur du processus. Si désormais je suis habituée à ces délais (ai-je vraiment le choix ?…), je m’inquiétais davantage à l’époque lorsque je constatais que plusieurs semaines voire mois passaient sans que j’obtienne de réponse des comités éditoriaux contactés. Finalement, entre la première soumission de mon compte-rendu en novembre 2015 et sa mise en ligne, il aura fallu attendre… 9 mois ! De là à en conclure que toute publication est une vraie gestation, il n’y a qu’un pas ! 😉

 

 

Exposition // Les Vietnamiens en France (1920-1950)

Le 18 novembre 2016, j’ai eu la chance de participer au vernissage de l’exposition de François Trieu intitulée « les Vietnamiens en France des années Vingt aux années Cinquante » au sein de l’Union Générale des Vietnamiens de France, rue du Petit-Musc à Paris.

L’exposition – qui, malheureusement, a quitté les locaux de l’UGVF le 5 janvier 2017 – était composée d’environ 70 photos accompagnées de leurs légendes mais également de petites « fiches » biographiques et archivistiques composées par François.

photo-vernissage Qui ?

François est né à Paris en 1941 de parents vietnamiens. Son père est arrivé en France en 1919 en tant que cuisinier et sa mère en 1931 en tant que bonne d’enfant. Ils lui ont notamment légué une collection de photographies datant de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre. Motivé par ce passé familial, amateur de photographie et d’histoire, il a commencé à étudier le vietnamien une fois retraité afin de « connaître la langue et mieux comprendre la civilisation du pays ». Il a d’ailleurs réalisé une première exposition sur les « Indochinois dans la Grande Guerre », principalement à partir de photographies conservées dans les archives de l’Armée, aux Invalides.

Comment ?

L’exposition ne proposait pas une organisation chronologique mais sociologique. Nous suivions peu à peu les soldats, les domestiques, les restaurateurs, les étudiants, etc., tout en découvrant les principaux lieux de sociabilité de l’époque – restaurants mais aussi associations – et quelques photos au caractère davantage privé. Photographies face auxquelles certains invités au vernissage se reconnaissaient parfois.

photo-expo-ft

Pourquoi ?

Je l’ai déjà mentionné, François a d’abord été motivé par l’histoire de sa propre famille, en particulier de ses parents. Il souhaite également participer à la diffusion de la connaissance de l’histoire des immigrants vietnamiens en France depuis la première moitié du XXe siècle.

Dans ses interviews, François aime également rappeler que son exposition s’adresse à tous afin de « dissiper tout rejet de l’étranger ».

Et moi, dans tout ça ?

Ma rencontre avec François remonte au début de l’été 2016, à la suite d’échanges de courriels et de nos mémoires respectifs. Il fut l’une des premières rencontres qui me permit de saisir la dimension « non-académique » de mon travail, dimension qui rapproche histoire et mémoire – et qui pourrait être à l’origine d’une réflexion à part entière, ici ou ailleurs.

Quelques mois plus tard, me voilà donc invitée à participer en tant qu’historienne au vernissage.

Pour avoir le droit aux petits fours, ma mission était de présenter le contexte historique de l’exposition en huit minutes chrono ! Autant abréger le suspens : j’ai réussi ma mission mais l’accès aux petits fours s’avéra plus tardive que prévu. Ce vernissage a constitué un des moments les plus émouvants – et je dirais également gratifiants – de ma jeune vie de chercheuse, tant l’intérêt des invités – ayant pour 80 % d’entre eux des ancêtres vietnamiens – pour l’histoire des Vietnamiens en France fût grand !

NDLRL’ensemble des citations entre guillemets dans ce billet est issu de : « Entretien avec François Vương Triệu, réalisateur de l’exposition « Vietnamiens en France des années vingt aux années cinquante » par ĐỖ Thu Thủy, communiqué par l’interviewé.