Notice // La Maison des étudiants de l’Indochine

La parution, il y a quelques semaines, du dernier numéro de la revue suisse Traverse consacré à l’accueil des étudiant.e.s étranger.ères me donne l’occasion de revenir sur une institution phare de mes recherches depuis mon Master d’histoire : la Maison des étudiants de l’Indochine (MEI) au sein de la Cité universitaire de Paris.

  • Présentation

L’article pour Traverse revient en détail sur la naissance et les premières années de la MEI. Je vous invite donc à le lire – une version auteur est disponible sur HAL – pour une présentation historique détaillée, centrée sur l’imbrication des acteurs et enjeux.

Le projet voit le jour au cours de la deuxième moitié des années 1920 et participe au premier cycle de fondations au sein de la Cité universitaire de Paris (CUP – ou CIUP de nos jours), située sur le boulevard Jourdan dans le 14e arrondissement de Paris. La pose de la première pierre (1928) et son inauguration (1930) font du pavillon un lieu-clef des luttes politiques et des oppositions au colonialisme… ce qui ne l’empêche pas de remplir sa fonction d’accueil auprès d’étudiants d’Indochine, qu’ils soient Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ou Français, pendant toute la décennie 1930. La MEI interrompt ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale avant de réouvrir dès la fin du conflit.

Des archives variées sont disponibles : la première source consultée, pour mon Master (ça ne me rajeunit pas), fut une brochure éditée dans le cadre de la pose de la première pierre du bâtiment à des fins de propagande et disponible sur Gallica (merci la BnF \o/). Les discours des différents intervenants – français mais aussi vietnamiens – y ont été retranscrits après une présentation de la Cité et du projet. L’accent est mis sur la collaboration franco-indochinoise, la nécessité d’accueillir les étudiants d’Indochine sans gommer le lien avec leurs terres d’origine, l’utilité des séjours d’études en France…

On retrouve les brouillons de cette brochure dans les fonds  consacrés à la CUP aux Archives nationales, parmi de nombreux autres documents. Le fonds 20090014 centralise les archives liées aux Maisons et à la Fondation nationale depuis le début du XXe siècle, et les dossiers 19-21 sont dédiés à la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est. Il s’agit du nouveau nom de la MEI, adopté au début des années 1970 – bien après les accords de Genève (1954) et la décolonisation de l’Indochine française. Le dossier 19 concentre de nombreux documents sur les premières années de la Maison. Il est constitué d’actes notariés, de brochures, de correspondances entre l’administration de la MEI et de la CUP et des personnalités indochinoises : le gouverneur général d’abord mais aussi la Société d’amélioration morale, intellectuelle et physique des Indochinois de Cochinchine (SAMIPIC). Composée de membres de l’élite locale cochinchinoise, la SAMIPIC multiplie les manoeuvres pour récolter les fonds nécessaires à la construction de la MEI. Une tombola est organisée, qui cause les plus grandes peines à ces organisateurs, les tickets se vendant très (trop) lentement.

Toujours aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, la série AJ16 dédiée aux archives de l’Académie de Paris comprend elle aussi contient les cartons du cabinet du recteur sur la fondation et l’administration de la CIUP. On y trouve notamment plusieurs comptes-rendus de comités d’administration de la MEI, permettant d’obtenir des informations statistiques sur le nombre de lits, le nombre d’étudiants et leurs nationalités, etc., bien qu’elles restent irrégulières sur toute la période. De plus, des courriers du directeur de la MEI sur les troubles qui la traversent au cours de sa première année sont inclus aux dossiers.

À Aix-en-Provence, les fonds du service de contrôle et d’assistance aux indigènes (CAI) regroupés sous le nom donné ultérieurement de « SLOTFOM » contiennent également quelques dossiers sur la MEI à travers la surveillance et la répression d’activités anti-françaises dont elle fait l’objet.

Gallica regorge également de plusieurs coupures de presse sur la MEI, notamment sur son inauguration et les crispations autour de celle-ci.

  • Enjeux de la recherche

Des sources variées, relativement nombreuses, qui ne sont pas sans révéler différents enjeux pour le chercheur, dont certains sont résumés ci-dessous.

  • Une approche prosopographique de la MEI

S’il est relativement facile de retracer l’histoire de la construction, de l’aménagement de l’administration de la MEI, il est beaucoup plus difficile d’en faire une véritable histoire sociale, en considérant cette résidence comme une micro-société où se croisent différents individus ou groupes. Nous avons très peu d’informations sur les résidents eux-mêmes, en dehors de quelques cas spécifiques (les malades, les expulsés, les représentants d’étudiants…). Il semblerait que des cartons non déclassés comprenant des dossiers individuels soient conservés aux Archives nationales et j’espère qu’un ANR me permettra d’y avoir accès… Il est donc particulièrement difficile pour quelqu’un cherchant à suivre l’itinéraire d’un résident d’en trouver la trace dans les archives à disposition. Concernant mes propres recherches, je rêve d’avoir accès à des informations permettant de réaliser une base de données à partir d’informations sur les origines sociales et géographiques des résidents pendant l’entre-deux-guerres.

  • Rhétorique coloniale/impériale et intérêts des acteurs

La MEI fait se croiser de multiples acteurs : ministres, gouverneurs coloniaux, étudiants, élites indochinoises, industriels (le président du comité d’initiative n’est autre que le président des Distilleries de l’Indochine)… Il s’agit donc de dépasser le premier plan des discours autour de la MEI pour faire resortir ce qui est véritablement en jeu pour ces acteurs. La rhétorique coloniale et impériale est particulièrement développée, autour de thématiques « classiques » comme la mission civilisatrice, la mise en valeur des colonies… et dissimule des enjeux plus individuels et moins désintéressés.

  • (Dé)politiser la MEI ? 

Deux tendances se dégagent concernant les recherches sur la MEI : l’étude architecturale – que j’ai peu mobilisée jusqu’ici – et l’étude politique, se concentrant sur la radicalisation des Indochinois, dont une part non négligeable est étudiante, au tournant des années 1930. Tout en étant nécessaire, cette dernière approche me semble parfois trop réductrice, ne peut résumer l’intérêt de la MEI et de la CUP dans le cadre d’une étude sur les mobilités étudiantes. Il ne faut pas oublier que la MEI accueille des étudiants indochinois pendant toute la période et n’est donc pas seulement perçue comme un symbole du colonisateur… Il s’agit ainsi de sortir d’un schéma réducteur opposant militants anticolonialistes et collaborateurs : des stratégies plus complexes apparaissent à travers certaines archives et être résident à la MEI ne semble pas systématiquement vouloir dire soutenir l’ordre colonial.

  • Une affaire de transferts 

La MEI est une première en tant que résidence pour étudiants coloniaux soutenue par les pouvoirs publics. Dès la naissance du projet, la possibilité de multiplier ce type d’initiatives en province est évoquée. Des archives consultées au Vietnam m’ont permis de découvrir l’existence d’un « pavillon colonial » à la cité universitaire de Montpellier, sur lequel j’aimerais obtenir davantage d’informations. La question des transferts passe également par la construction de la cité universitaire de Hanoi pendant la Seconde Guerre mondiale, impulsée par le gouverneur général Decoux. Sa réalisation présente plusieurs points communs avec la MEI… À suivre (dans la thèse) !

  • Quelques pistes bibliographiques

Dzovinar Kévonian, Guillaume Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ;

Jehnie I. Reis, « L’identité indochinoise en question : idéalisme français et dissidences à la Cité universitaire de Paris dans l’entre-deux-guerres », Migrance, 39, 1er semestre 2012

Guillaume Tronchet, « Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

 

Notice // L’Université indochinoise de Hanoi

L’université de Hanoi – ou Université indochinoise – est sans doute l’institution sur laquelle j’ai le plus écrit jusqu’ici : j’ai d’ailleurs déjà raconté son histoire sur ce carnet… Et j’ai encore récemment eu l’opportunité de publier un texte en anglais à ce sujet. Je saisis donc cette occasion pour compléter le billet précédent par l’intermédiaire d’une notice qui me permettra (j’espère) de poser (clarifier ?) quelques enjeux pour mes recherches sur les mobilités étudiantes. Et j’y ajoute quelques pistes bibliographiques en français. 

  • Présentation

Pour un historique de l’université, voir ici.

  • Enjeux de la recherche

Longtemps peu étudiée par les historiens français – généralement intégrée à des études plus globales sur l’éducation en Indochine – l’Université de Hanoi connaît un regain d’intérêt depuis quelques années (voir bibliographie ci-dessous). De plus, le centenaire de sa fondation a été célébré au Vietnam et a donné lieu à des événements venant légitimer le passé colonial de l’université vietnamienne.

Dans le cadre de mes recherches, elle est à l’origine de plusieurs interrogations et réflexions en lien avec les mobilités:

  • Des origines mobiles… Née de la volonté de Paul Beau d’attirer des étudiants de toute l’Asie, l’université semble liée, dès l’arrêté fondateur de 1906, aux circulations d’étudiants. Le gouverneur général n’hésite pas à envoyer des courriers pour promouvoir sa réalisation dans les différents pays du continent. Les effets sont limités mais tout au long de la période, les sources mentionnent la présence d’étudiants chinois. Mon travail est donc de déterminer le poids, les modalités et les trajectoires de ces étudiants non-coloniaux qui peuplent l’université. À cela vient s’ajouter la question des origines géographiques des étudiants indochinois, celles-ci induisant des mobilités plus ou moins longues. Dans mon mémoire de Master, les données collectées m’avaient permis de souligner la forte présence tonkinoise dans les années 1920 et donc d’un champ d’attraction relativement restreint au cours de cette période. Mais le développement d’infrastructures d’accueil. 
  • … à ne pas surestimer : la concordance temporelle entre essor des départs d’étudiants vietnamiens vers le Japon et ouverture d’une université à Hanoi pourrait être interprétée comme une relation de cause à effet. À tort. Au cours de mes recherches doctorales, l’étude des correspondances et autres archives relatives aux « voyages vers l’Est » des étudiants vietnamiens m’a permis de déterminer que le gouvernement général de l’Indochine prend véritablement conscience de ces migrations (été 1906) après la promulgation de l’arrété (mai 1906). Celles-ci restent d’ailleurs limitées jusqu’à la fin de l’année 1906. Il n’est pas inconcevable qu’en 1907, certains administrateurs considèrent l’ouverture de l’université comme un moyen de détourner les flux  vietnamiens vers le Japon mais cela reste difficilement démontrable… En revanche, la volonté d’attirer des étudiants chinois, dans la continuité du mouvement lancé par la fondation de l’École Pavie, est davantage défendable.
  • Choisir l’Université de Hanoi : comme en Inde, l’ouverture d’une université en Indochine ne met pas fin aux séjours d’études hors de la colonie. Au contraire : c’est après son ouverture que les mobilités atteignent leur apogée. Dans ce contexte, pourquoi choisir l’Université de Hanoi ? Quel est le rôle des autorités dans la réorientation des flux vers l’institution coloniale ? Il ne faut pas non plus oublier l’action de personnalités privées, individuelles et collectives, dont certaines mettent en place des bourses ou créent des foyers pour accueillir les étudiants non-tonkinois. Il s’agit également de considérer la possible complexité des parcours : des études à Hanoi peuvent-elles conduire à des études extra-coloniales ?
  • Ainsi, la question de l’accueil (coucou le chapitre de thèse que je rédige en ce moment) et des sociabilités engendrés par ces mobilités à une échelle spécifique sont également à prendre en compte. Des similitudes existent-elles avec des mobilités à d’autre échelle ? Des transferts ? Des connexions ?
  • uantifier et cartographier… afin d’analyser le lien entre développement d’une institution d’enseignement supérieur en situation coloniale et mobilités étudiantes.
  • Quelques pistes bibliographiques

Sylvie Guillaume, « L’Université de Hanoi, premier pôle de la francophonie, 1880-1954 », in L’Université et la francophonie, Ottawa, Centre de Recherches en Civilisation canadienne-française, 1999 : quelques pistes de réflexion présentées lors d’un colloque sur la francophonie… 

Pascale Bezançon, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, 2002 principal ouvrage en français sur l’enseignement en Indochine française, comprend quelques passages sur l’université. 

Hoang Van Tuan, « L’enseignement supérieur en Indochine (1902-1945) », thèse de doctorat sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université de Paris-Saclay, 2016 : thèse récente entièrement dédiée à l’enseignement supérieur et donc en grande partie à l’université de Hanoi. 

Du même auteur : Hoang Van Tuan, « L’Université de Hanoi (1906-1945). Un outil de renouvellement des élites et de la culture vietnamiennes ? », Outre-Mers. Revue d’histoire, T. 105, n°394-395, 2017,  p. 61-84.

Notice // Le Comité Paul-Bert de l’Alliance française

J’inaugure ici une nouvelle rubrique, sobrement intitulée « Notice ». L’objectif est de présenter brièvement des infrastructures, personnalités, événements, etc., déterminants pour mes recherches doctorales et parfois méconnus. Il s’agit ainsi d’une aide, d’une préparation à la rédaction de la thèse qui me permettra, je l’espère, de mieux structurer mes idées, tout en y ajoutant parfois des éléments que je ne pourrai inclure dans mon texte académique.

  • Présentation 

Le Comité Paul-Bert de l’Alliance française a été créé au siège de cette organisation en 1907. Son objectif est de patronner des jeunes Indochinois qui entreprennent un séjour d’études en France. La limite minimale d’âge ayant été fixée à dix ans, ces élèves fréquentent principalement des établissements d’enseignement primaire supérieur, secondaire ou supérieur. 

En effet, les départs pour la France augmentent à l’aube du vingtième siècle, conséquence de la volonté de familles indochinoises – généralement aisées – de permettre à leurs enfants de bénéficier d’un enseignement occidental, considéré comme modèle et reflet du progrès, mais également des autorités coloniales qui mettent en place les premières bourses. Il faut combler les manques de l’enseignement colonial et permettre la formation d’auxiliaires coloniaux et d’une élite loyale. Ainsi, cette initiative, qui semble d’abord indépendante des pouvoirs publics, résulte de l’action de différents acteurs. L’ancien inspecteur des colonies André Salles est présenté comme un des pères du Comité Paul-Bert alors qu’une société dite « indigène », la Société tonkinoise d’enseignement occidentalprône en faveur d’un patronage des jeunes Vietnamiens et octroie des bourses par l’intermédiaire de concours.

Le règlement du CPB est diffusé à partir de 1909. Composé de plusieurs pages et incluant des statistiques, il est d’une grande précision. Vous pouvez le consulter ici.

Les étudiants patronnés se divisent en deux catégories :

  • Les pupilles : ils sont sous contrôle total du Comité, grâce à la déclaration de représentation remplie et signée par le responsable légal de l’étudiant concerné. Ainsi, le Comité organise leur départ en choisissant de la date et du bateau les conduisant jusqu’à Marseille, en donnant des conseils sur les bagages à emporter. C’est également les membres du CPB qui orientent les élèves vers un établissement précis : il s’agit de leur faire suivre des études pratiques et utiles à la colonie qui les conduisent vers des écoles professionnelles, école pratique coloniale, écoles normales…. Et surtout, un contrôle financier fort est exercé puisque les parents doivent envoyer la somme d’argent fixée au préalable au « patron ».

En échange, les tuteurs du CPB donnent régulièrement des nouvelles aux familles. La collaboration avec des établissements métropolitains permet également d’organiser la remise de prix, de récompenses aux meilleurs élèves. Ces cérémonies sont médiatisées et la classe politique française y participe.

Source : Le Gaulois, 12 août 1908

Parfois, le comité doit gérer des situations extrêmes – comme le décès de certains pupilles (cf. ce billet).

L’élève cambodgien Roeum, décédé en 1913 de la fièvre typhoïde. Le Comité Paul-Bert organise ses funérailles en France, à Saint-Pons et publie un livret d’hommage.

Source : Gallica

  • Les protégés : En échange du paiement de la cotisation, ils ne bénéficient que de conseils, aucun contrôle strict n’est exercé sur eux. C’est dans cette catégorie – qui reste minoritaire quantitativement – que l’on trouve le plus d’étudiants dans les facultés, à Paris ou en province (on retrouve notamment Nancy).
  • Enjeux de la recherche

Le Comité Paul-Bert joue un rôle central dans ma recherche, pour la période allant de 1905 à 1920, en ce qu’il cherche à contrôler et encadrer des circulations étudiantes. Alors que son rôle est valorisé par le monde colonial et politique et assez fortement médiatisé (il suffit de taper « Comité Paul-Bert » dans Gallica pour s’en rendre compte !), l’historiographie l’a peu étudié. Seulement quelques mentions rapides existent. Par ailleurs, la dimension lacunaire des archives de l’Alliance française rend la tache plus difficile : les archives de l’Alliance française ont été réquisitionnées par les nazis dans la Seconde Guerre mondiale puis sans doute par les Soviétiques. Au moment du rapatriement vers la France, les dossiers auraient été particulièrement peu épais. J’ai découvert lors du congrès de la FCHS, il y a deux jours, que cette situation est d’autant plus étrange que d’autres organisations dont les archives avaient été déménagées ont été renvoyés en France d’une manière beaucoup plus complète !

Mes objectifs concernant le Comité sont multiples :

  • Avoir accès à des listes d’étudiants patronnés afin de quantifier mais aussi de déterminer le statut des patronnés. Mes travaux ne concernant pas l’enseignement primaire et secondaire, il s’agit de calculer le pourcentage d’étudiants post-secondaires parmi les patronés.

Dans mon mémoire de M2, j’avais déjà pu trouver des listes avec les régions d’origines des étudiants autour de 1910. On retrouve la prédominance tonkinoise et cochinchinoise qui est un classique de la sociologie des étudiants indochinois à l’époque coloniale :

Origine des pupilles du Comité Paul-Bert en 1909 (Réalisation personnelle à partir de données trouvées aux ANOM, issue de mon mémoire de M2)
  • Analyser les conditions de voyage, d’études, de contrôle.
  • Déterminer la date de disparition du Comité : c’est LE grand mystère de ce Comité, il est très difficile de savoir quand il interrompt son action. Mon intuition est qu’il disparaît avec la réforme de l’enseignement et la formation d’un véritable enseignement supérieur colonial en 1917-1918 par Albert Sarraut. En 1921, un article des Annales coloniales intutilé « les indigènes de nos colonies bolchévisent la France » (dispo ici) mentionnent le rôle « jadis » du CPB « qui veillait sur les indigènes vivant à Paris. ». Si le CPB semble être ici assez méconnu – le CPB n’ayant jamais été exclusivement centré sur les étudiants de Paris -, son importance tout comme sa disparition sont avérés.
  • Enfin, dans une optique comparative et qui dépasse le cadre strict de ma thèse, j’aimerais situer le Comité au sein des activités de l’Alliance française et notamment étudier la présence – ou l’absence – d’expériences similaires au sein d’autres espaces. Dans ce cadre, ma rencontre avec Janet Horne vendredi dernier va être primordiale 🙂