Making-Of // Young Academic’s Voice

Il y a quelques mois, Olga Dror – qui gère la mailing list « Grapevine » destinée aux chercheurs sur le Vietnam d’une main de maître – me conseillait de soumettre un papier pour la rubrique Young Academic’s Voice (Y.A.V.) de la Kyoto Review for South East Asia, dirigée par Pavin Chachavalpongpun.

Le principe de Y.A.V. est simple – et résumé en vidéo ici : il s’agit de donner la parole à de jeunes chercheurs, issus de disciplines diverses et variées et rattachés à des institutions du monde entier mais travaillant tous sur l’Asie du Sud-Est – que cela soit à travers une approche régionale globale ou davantage nationale ou locale. Le sommaire des dernières publications reflète assez bien cette « diversité dans l’unité » :

Source : https://kyotoreview.org/young-academics-voice/

On retrouve d’ailleurs mon brillant collègue de l’EuroSEAS Masterclass, Seb Rumsby, pour le numéro de juin 2017 🙂 

L’occasion était trop belle de publier un article in Englishen accès libre qui plus est – autour d’une thématique que je ne pouvais que maîtriser puisqu’il s’agissait de présenter mon travail de recherche, à travers un angle précis. La spécialisation « Asie du Sud-Est » me conduisait à délaisser – à mon grand dam – l’Inde pour me concentrer sur l’enseignement supérieur en Indochine à travers un article intitulé A Colonial University for South-East Asia? The Indochinese University in Hanoi (1906-1945) …et disponible ici.

Mon objectif était donc le suivant : d’une part, couvrir l’ensemble – ou presque – de la période chronologique dans laquelle s’inscrit ma thèse(1) ; d’autre part, mettre l’accent sur la dimension connectée de ce travail. Les circulations d’étudiantes mais également d’idées, de modèles et de pratiques devaient sauter aux yeux des lecteurs, spécialistes ou non du Vietnam. Finalement, ce travail fait écho à  l’article issu de mon mémoire de Master et publié dans le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, avec en bonus, de chouettes photographies issues des livrets officiels du colonisateur : 

Source : Man Hai https://www.flickr.com/photos/13476480@N07/sets/72157687329319306

Si écrire un article en langue étrangère a constitué un nouveau défi, Y.A.V. fut également l’occasion de ressentir les ambiguïtés auxquelles se confronte le doctorant. En effet, cet exercice impose d’être synthétique, ce qui paraît de plus en plus complexe lorsque les recherches doctorales conduisent à analyser des sources de plus en plus nombreuses et à atteindre un niveau d’érudition élevé sur son sujet. Je ressens toujours une grande frustration à ne pas pouvoir développer mes notes de bas de page ou à ne pas pouvoir donner davantage d’exemples précis – j’adore mes exemples fondés sur mes miettes biographiques d’étudiants . Pourtant, la préparation de l’article fut également l’occasion de prendre du recul. J’ai dû considérer mon objet – en tout cas, la moitié, en délaissant mes étudiants indiens – en son entier et opter pour une temporalité large. Par ailleurs, ce fut bénéfique de pouvoir reprendre / poursuivre une réflexion sur un sujet déjà travaillé en Master – cela donne une sensation de vertige étonnamment agréable, mêlant appréhension face au travail encore à faire et satisfaction devant celui déjà réalisé.

Enfin, quand je dis que le monde de la thèse est fait de nombreuses rencontres, la mise en ligne de l’article m’a permis d’échanger avec le webmaster de la Kyoto Review, en charge d’autres revues basées au Japon et pour lesquelles je vais peut-être bientôt fournir d’autres travaux… Affaire à suivre !

Si vous souhaitez participer à la rubrique Young Academic’s Voice, n’hésitez pas à contacter l’équipe de la Kyoto Review.

(1) Ici, je dois avouer que le XIXe siècle reste tout de même le grand absent de l’article puisque j’ai décidé de me concentrer sur la fondation de l’université de Hanoi, dès 1906-1907. 

« Making-Of » // Le corps étudiant à l’épreuve de l’Empire

Si la dimension « intellectuelle » des circulations étudiantes paraît au premier abord prédominante – il s’agit de « nourrir son cerveau » afin d’obtenir un diplôme, sésame pour un emploi et/ou une bonne position sociale – le corps transparaît à travers de nombreuses archives et documents que je consulte. C’est cette idée que j’ai tenté de présenter et développer lors de la « Ve journée des doctorants du CIRLEP », organisée par Marine Galiné et Tim Heron à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le 4 avril dernier :

Cette journée d’études a été à l’origine de plusieurs « défis » pour moi :

1°/ Le CIRLEP est un centre de recherche interdisciplinaire sur « les langues et la pensée » : à travers cette dénomination volontairement vague, le centre inclut des doctorants en linguistique, langues et civilisations étrangères et en philosophie. Pas d’historiens – même si ce constat peut être relativisé, les civilisationnistes se rapprochant des historiens (mais je ne veux pas entrer dans un débat sur la nature et les objectifs des disciplines qui risquerait de devenir conflictuel ^^) : il s’agissait donc de présenter le plus clairement possible ma méthode ainsi que l’état de l’art, l’historiographie. 

Par ailleurs, j’étais également la seule à traiter d’un sujet colonial et asiatique, ce qui demandait un mini-effort de contextualisation, tout à fait évident. En réalité, chaque intervenant devait faire le même effort puisque les sujets et thématiques étaient très variés (cf. le programme peu lisible ci-dessus), ce qui a permis de découvrir de nouveaux auteurs en littérature anglophone (qui viennent agrandir ma liste déjà bien fournie de livres à lire !)… et je ne parle pas des philosophes qui ont dû présenter le spinozisme à des novices comme moi !

De ce côté-là, d’après les échos post-communication, je pense avoir plutôt bien réussi cette première mission.

2°/ Le deuxième défi est apparu au cours de la préparation de ma communication. La question du corps, dans le contexte de mes recherches, constitue ce que je nomme une « problématique secondaire ». Ce n’est pas le coeur de mon étude mais c’est un élément indispensable, qui transparaît à de multiples reprises et de différentes manières.

Cela a été visible dès les premières réflexions autour de la thématique « crise du corps », lors de discussions avec Marine lors de pause-café à la BnF. Plusieurs idées me venaient systématiquement à l’esprit – la transformation vestimentaire de Gandhi lors de son séjour londonien, les cas de malades indochinois… – sans forcément qu’il y ait des liens évidents entre eux. Ma mission était donc d’organiser tout ça, de trouver du liant tout en essayant de mesurer l’impact corporel de ces mobilités étudiantes indiennes et indochinoises.

Pour cela, j’ai eu recours à la typologie : il s’agissait d’abord de classer ces impacts corporels. Les trois principaux sont donc l’impact biomédical, c’est-à-dire les maladies, à l’issue parfois fatale, l’impact alimentaire et l’impact vestimentaire. Il ne s’agit pas d’un tableau exhaustif mais de trois éléments qui sont particulièrement présents dans mon corpus de sources.

La catégorie dite « biomédicale » est particulièrement visible dans les archives du Gouvernement général de l’Indochine. Elle transparaît dans les arrêtés réglementant les bourses – à travers la mention de visites médicales ou de certificats obligatoires -, dans les dossiers de boursiers dont certains demandent une aide ou un rapatriement pour cause de maladie ou encore dans des dossiers concernant l’encadrement des étudiants envoyés en France. Ainsi, un dossier est exclusivement consacré à la mise en place d’une contre-visite médicale à la suite du décès d’un étudiant originaire de Haiphong, Huong, et qui était patroné par le Comité Paul-Bert de l’Alliance française, une organisation non gouvernementale destinée à encadrer les Indochinois envoyés en France.

Source : ANOM (Aix-en-Provence)

Ce sont les crises du corps les plus graves (tuberculose, typhoïde, voire décès) qui suscitent l’intérêt des colonisateurs et des différents acteurs concernés par les mobilités, alors que les étudiants eux-mêmes ne semblent solliciter l’administration que lors de crises « graves ». Cela perdure jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En 1932, près de vingt ans après le décès de Huong, deux décès à la Maison des étudiants de l’Indochine conduisent à l’ouverture d’un service de santé au sein de cette résidence, encore exclusif à l’échelle de la Cité !

Les deux dernières catégories – vestimentaires et alimentaires – me permettaient d’interroger la possibilité d’une occidentalisation des corps colonisés par le voyage d’études, bien visible dans le cas de Gandhi qui adopte la mode anglaise à la fin des années 1880… :

Gandhi (en bas à droite) en 1890 sur l’île de Wight

Source : Wikipedia Commons

… Mais qui mérite d’être nuancée puisque d’autres photographies, parfois plus récentes, présentent des étudiants en métropole portant des tenues indiennes (cf. cet article qui présente en introduction une photographie d’une promotion du Maria Grey Training College en 1905-1907 avec une Indienne portant le sari). Les archives, principalement les dossiers d’étudiants que j’ai pu consulter jusqu’ici, ne comprennent pas de photographies d’étudiants. Il est donc difficile de mesurer cet impact vestimentaire des mobilités étudiantes, visible à travers quelques cas à l’instar de Gandhi ou de l’élève cambodgien Roeum, décédé en France en 1913 et dont le livre d’hommage post-hume comporte un portrait photographique.

Il faut également garder à l’esprit que les modes occidentales pouvaient être adoptées dans les colonies : c’est notamment le cas d’une partie des élites indochinoises qui cherchait ainsi à obtenir une reconnaissance sociale de la part des Français (voir ici l’ouvrage collectif dirigé par F. Guillemot et A. Larcher sur La colonisation des corps de l’Indochine au Vietnam, paru en 2014, et notamment sa passionnante introduction).

Le défi sous-jacent à ce morcellement des idées est donc la quantification des effets corporels, défi qui peut être élargi à l’ensemble de mes recherches puisque quantifier les mobilités étudiantes s’avère assez complexe.

3°/ Le défi historiographique : si le corps est un des objets des colonial studies depuis la fin du XXe siècle, je maîtrisais (voire maîtrise) peu l’historiographie de la question. L’ouvrage de Guillemot et Larcher a ainsi été d’une aide précieuse pour moi et j’ai également eu le plaisir de ressortir mon Atlande des sociétés coloniales, ma bible de l’agrégation, qui m’a fourni quelques pistes…

Cependant, dans le cadre d’un article scientifique éventuellement envisagé à la suite de la journée du 4 avril (et qui présente donc d’autres enjeux qu’une communication limitée à 20 minutes), il m’est nécessaire d’ouvrir ces perspectives historiographiques. Ainsi, toute référence précise sur l’histoire du corps au XXe siècle est la bienvenue de la part de tout lecteur ayant échoué ici ^^

Enfin, toujours dans le cadre d’une publication, il me semble utile d’élargir le cadre géographique de mon étude, afin qu’elle corresponde davantage à mes recherches. Les conséquences corporelles ne sont pas seulement visibles dans le cadre du voyage entre la colonie et la métropole. Certains documents évoquent des transformations physiques en Indochine dans le cadre de voyage d’études : c’est le cas de certains étudiants chinois, fils de mandarins du Yunnan, qui coupent leurs nattes au cours de leur séjour à l’école Pavie de Hanoi. L’approche corporelle me semble donc riche en perspectives de recherches réjouissantes !

« Making-Of » // Autour du Vietnam et de la Corée

Les 3 et 4 mars derniers, j’ai participé à la conférence internationale « Vietnam and Korea as « Longue Durée » Subject of Comparison » à Hanoi. Finalement, la conférence ne s’est pas déroulée dans les locaux historiques dont je vous ai déjà parlé mais cela n’a diminué en rien la qualité de cet événement, aussi bien intellectuellement que gastronomiquement (détail très important) et « organisationnellement ».

Ma communication s’intitulait « Vietnam and Korea « Higher » Education in the Early 20th Century. A Compared Study through Colonial Archives ». En effet, à la lecture du CFP il y a presque un an, je m’étais souvenue que j’avais trouvé lors d’un séjour aux ANOM à Aix un dossier intitulé « Rapport sur l’enseignement en Corée », daté de 1910 et conservé dans le fonds du Gouvernement général de l’Indochine :

Mes recherches ne portant pas sur la Corée, ce dossier me semblait être le prétexte idéal pour proposer un papier, fondé sur une comparaison, certes, mais orienté autour de l’administration en Indochine.

En septembre, j’apprenais que celui-ci était accepté : pleine d’ambition, j’avais d’abord cru que je trouverais facilement d’autres dossiers similaires. Ce ne fut pas le cas (il est possible qu’ils existent mais mes autres obligations m’ont conduite à restreindre mes recherches) et je décidais de limiter mon draft paper, attendu pour le 15 janvier, à l’analyse de ma première trouvaille. Ce n’était pas vraiment un problème : le dossier a beau être relativement court (13 pages), il est très riche : il se compose de deux lettres échangées entre l’Inspecteur-conseil de l’Instruction publique en Indochine et le gouverneur général Antony Klobukowski (2 pages) et surtout d’une traduction en français de la partie « Éducation » du rapport sur la Corée en 1908-1909, rédigé – initialement en anglais – par le Résident supérieur japonais en Corée.

Sommaire du chapitre sur l’éducation

1. Private Schools
2. Funds to Private Schools
3. Educational Societies
4. Schoolbooks published by theGovernment
5. Schoolbooks published by independents

6. Female Education
7. Development of Public Schools

8. Schools of Foreign Languages

9. Higher school

10.Song Gyun Koan

11.Korean Students in Japan

12.Japanese Schools in Korea

L’intérêt de ce document, c’est sa dimension comparative qui existe dès la traduction en français du rapport. Dans la première lettre, l’Inspecteur-conseil explique que selon lui « les renseignements qu’il contient (…) pourraient d’autant plus intéresser (le gouverneur général de l’Indochine) qu’ils concernent un pays où le problème de la transformation de l’enseignement comporte des données assez semblables à celles qu’il présente en Indochine« . Concernant l’enseignement supérieur, nous sommes en présence de deux territoires qui n’ont pas d’université : la tentative de la dynastie Yi à la fin du XIXe siècle a été un échec et l’Université indochinoise ouverte à Hanoi en 1907 a fermé ses portes en 1908. Par ailleurs, Japonais et Français mettent en avant la dimension utile des études. Les formations techniques et professionnelles sont valorisées, dans les domaines de la médecine ou de l’agriculture par exemple.Pourquoi un résident supérieur ? Depuis 1905, la Corée est un protectorat japonais. Cela signifie qu’un gouvernement coréen est maintenu mais il est assisté de conseillers japonais. Le résident est à la tête de cette présence japonaise ambiguë, il représente le Japon en Corée et par là, son gouvernement indirect. Tout au long du rapport, on ne cesse de mentionner les réformes prises par le gouvernement coréen, le rôle de la maison impériale, etc. alors qu’entre 1905-1910, pour résumer, ce sont les Japonais qui tirent les ficelles de la politique coréenne. L’ironie du sort, c’est que la traduction française n’est réalisée qu’en 1910 alors que le Japon annexe la Corée, qui devient donc une colonie.

Si le chapitre du Rapport concerne l’éducation en général, une comparaison avec le rapport précédent m’a permis de mettre en avant une valorisation récente de l’enseignement supérieur. Tout cela fut très pratique afin de justifier mon approche – alors que je suis moi-même beaucoup plus à l’aise avec les questions liées à l’enseignement supérieur qu’avec l’enseignement primaire et secondaire.

Mon papier a été divisé en deux grandes parties :

La première « Towards Higher Education » est consacré aux chemins menant à l’enseignement supérieur. Il s’agit d’abord de revenir sur l’enseignement supérieur préexistant à la présence française et japonaise afin de souligner les transformations entreprises par ces derniers. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de faire tabula rasa du passé mais de le remodeler, de le remanier au service de l’enseignement colonial. La question de la langue (mon I.B. ^^) devient alors primordiale : que faire du français et du japonais ? L’association français – quoc ngu en Indochine fait face à l’intérêt des Coréens pour l’apprentissage du japonais. L’accès à un enseignement supérieur métropolitain rend indispensable la maîtrise des langues du colonisateur. Enfin, l’enseignement dit « supérieur » se trouve au sommet de la pyramide de l’enseignement. Les petits chanceux coréens et vietnamiens qui arrivent à atteindre ce sommet de l’éducation ont réussi à passer les étapes de l’enseignement primaire et du « secondaire ». Le succès du primaire nourrit les promotions de l’enseignement supérieur : « the higher school has known an increase of its number of applicants due to the increase of graduated students from the primary schools » : c’est le système des vases communicants pour résumer… Toute proportion gardée : la majorité des diplômés du primaire ne poursuivant par leurs études.

Lors de la conférence, j’ai surtout développé ma deuxième partie sur l’enseignement supérieur même. Il s’agissait d’abord de rappeler que les deux systèmes d’enseignement « supérieur » ou « approfondi » (« further education » in English) sont dépourvus d’université. Les Japonais comme les Français se satisfont de ce système et ne cherchent pas à re-créer d’université, d’où l’intérêt de Klobukowski pour le cas coréen. Cette absence universitaire n’empêche pas la création d’un enseignement d’écoles supérieures que j’ai associé aux écoles professionnelles, techniques, complémentaires (cf. mon billet sur ce qu’est un étudiant en Asie coloniale), ce que j’ai tenté de résumer dans le tableau (brouillon déjà modifié plusieurs fois) suivant :

J’ai ensuite découpé ce tableau en deux catégories – et demi (ici encore, c’est une réflexion en cours, susceptible de modifications) :

  • Catégorie 1 (4 premières lignes) : L’enseignement complémentaire et professionnelle : il correspond davantage à un enseignement secondaire / professionel voir à un enseignement primaire supérieur dans le cas français.
  • Catégorie 2 (lignes 5 à 9) : un enseignement supérieur ou technique qui correspond – au moins en partie – à des écoles / facultés / institutions universitaires dans les métropoles.
  • Catégorie 2 et demi (dernières lignes) : elle me permet de mettre l’accent sur l’intérêt accordé par les Français à l’art et l’artisanat alors que, selon mes lectures, les Japonais ont une approche davantage assimilatrice culturellement parlant.

Il n’est pas suffisant de se limiter aux institutions coloniales : la sous-partie 11 du chapitre sur l’éducation a pour titre « Étudiants coréens au Japon« . Cette partie est primordiale : des étudiants partent afin de poursuivre leurs études dans la métropole, que cela soit le Japon pour les Coréens ou la France pour les Vietnamiens. C’est un enjeu pour les deux administrations coloniales : la création de bourse – si elle incite au départ – a pour but de contrôler ces mobilités. Antony Klobukowski souhaite remodeler le système indochinois dès 1908-1909 : il veut augmenter le contrôle de l’administration pour limiter le départ d’étudiants libres. Ainsi, au sein des deux territoires, chaque bourse précise quel établissement doit être fréquenté par le lauréat. Il est très difficile d’avoir des chiffres : les boursiers coréens sont plus nombreux que les Vietnamiens mais le rapport lui-même reconnait qu’il n’est pas aisé de déterminer le nombre d’étudiants dits « libres ».

Enfin, le rapport prend en compte des « minorités ». Il s’agit d’abord des femmes, qui bénéficient en Corée d’écoles spéciales – alors que le résident japonais souligne l’archaïsme des Coréens concernant la place des femmes dans la société. À travers le cas de l’enseignement féminin transparaît une autre nuance « coloniale » : les écoles pour jeunes femmes japonais sont présentées. En effet, la Corée voit se multiplier les établissements pour colons, de plus en plus nombreux au cours des premières décennies du XXe siècle. Ceux-ci peuvent se former en Corée – bien qu’une poursuite d’études au Japon soit envisageable également. Le cas indochinois est alors bien différent, les colons étant majoritaires et envoyant leurs enfants en France pour leurs études.

Si cet article m’a longtemps provoqué des sueurs froides, me faisant sortir de ma « comfort zone » indochinoise alors ma faible maîtrise de l’histoire de la Corée ne me rassurait pas (j’espère d’ailleurs que mon propos est clair et le plus juste possible ici), ce travail m’a finalement passionné. Ce qui m’a plu, c’est l’idée d’utiliser l’histoire comparative pour comprendre une comparaison qui datait de la période coloniale – cela me confortait dans mon idée qu’il faut comparer dans un but précis (cf. ce billet). J’espère pouvoir approfondir cette (petite) recherche (et pourquoi pas, publier mon article !) mais aussi pouvoir participer au deuxième volet de la conférence en Corée l’année prochaine !