Autour de la thèse // Un hiver aux archives

L’hiver est terminé depuis un long moment déjà – et ce billet est resté longtemps sous forme de brouillon – il est donc temps de faire ce point sur les archives consultées entre décembre et mars. 

Mon dernier “long” séjour en archives s’est achevé à la mi-janvier, lorsque j’ai attendu en vain les derniers dossiers commandés à la West Bengal State Archives de Kolkata. Comme à peu près un an auparavant à Ho Chi Minh Ville, j’avais décidé de visiter des fonds régionaux qui correspondent ici au focus sur Calcutta et le Bengale que je mène dans ma thèse.  

En parallèle, cet hiver a été marqué par la découverte d’autres fonds d’archives. Après la douce chaleur bengalie, c’est sous le soleil (oui, oui !) d’Édimbourg que j’ai pu consulter quelques documents sur les étudiants indiens inscrits dans les universités de cette ville. Enfin, j’ai également fréquenté les archives de Sciences Po à Paris.

Trois approches différentes donc, pour trois lieux bien différents eux aussi : en Inde, il s’agissait d’explorer les fonds du gouvernement du Bengale, c’est-à-dire des documents produits essentiellement par les administrateurs coloniaux et certains de leurs interlocuteurs (enseignants, savants, étudiants, parents d’étudiants…). À Sciences Po, je retrouvais un autre type de sources qui est devenu essentiel au cours de la thèse : les registres d’admission et les bases de données qui en découlent. Enfin, tout en restant dans les archives d’institution d’enseignement supérieur, j’ai plutôt consulté la documentation liée à la vie associative des étudiants indiens autour de l’Edinburgh Indian Association, fondée en 1883. 

Contrairement aux archives nationales à Delhi, le centre des archives de l’État du Bengale occidental est plus modeste, implanté à proximité de l’université de Calcutta et de l’immense marché aux livres qui la jouxte. Une première salle de lecture permet de consulter des documents du XIXe siècle tandis que deux étages plus haut est accessible la documentation du siècle suivant. Les modalités d’accès demeurent assez similaires à celles du centre de la capitale indienne : les chercheurs étrangers doivent s’armer d’une lettre de leur ambassade ou consulat – ce qui me laisse toujours un peu dubitative quant au rôle véritable de cette lettre mais permet de visiter les institutions diplomatiques locales, ce qui n’a jamais été désagréable jusqu’ici. Pour la première fois en Inde, j’ai également obtenu une carte de lecteur, valable deux ans, et qui vient donc étoffer ma pile de cartes de recherche… Ces étapes administratives passées, il est assez facile d’obtenir des documents puisque les magasiniers vont les chercher en environ dix minutes, ce qui pallie partiellement les horaires d’ouverture un peu réduits (11h-17h avec des horaires de commande plus réduits, variants en fonction de la catégorie du document). Ne reste plus qu’à prendre des notes, les photographies étant interdites. Concernant le fond(s) de ce séjour d’archives, les papiers du gouvernement du Bengale font écho à ceux du gouvernement de l’Inde. J’ai donc parfois retrouvé des sources similaires à celles de Delhi. Ma stratégie était plutôt de combler les éventuels “trous” de mon premier séjour indien en ciblant des années spécifiques, ce qui a été plutôt fructueux. Cependant, un gros moment de frustration – si ce n’est d’effroi – a eu lieu quand j’ai appris que certains documents, bien qu’inventoriés, avaient été détruits… Dans le contexte de mes recherche, cela inclut notamment des listes d’anciens étudiants avec leur fonctions après l’obtention de leurs diplômes… 

Faute de photo des archives, ma récompense à la fin des journées de travail : les pâtisseries bengalies

 

À mon retour en France, j’ai décidé d’équilibrer mon corpus de sources en explorant les archives de Sciences Po, une institution dont je savais qu’elle avait été fréquentée par des étudiants venus d’Inde comme d’Indochine. L’atmosphère est beaucoup plus intimiste que dans des centres d’archives nationaux ou régionaux puisque le chercheur travaille aux côtés de l’équipe d’archivistes, dans une petite salle d’une immense bâtisse de la rue des Saints Pères. Seuls les archivistes sont habilités à parcours ce qu’ils appellent le “fichier jaune“, une base de données comprenant les informations sur l’ensemble des inscrits à l’Institut d’études politiques parisien. En théorie, il était facile en tapant “Inde” ou “Indochine” de retrouver l’ensemble des étudiants venus de ces territoires entre 1872 et 1945. Or, j’ai rapidement constaté en croisant les informations avec les registres d’admission que certains noms manquaient. Il a donc fallu tester de nouveaux mots-clefs : “Annam”, “Tonkin”, “Vietnam”, etc. J’ai finalement trouvé une soixantaine d’individus, Européens comme Asiatiques, venus des deux colonies mentionnées précédemment. 

L’Écosse ou une énième occasion d’agrandir ma collection de cartes…

 

La visite des archives écossaises est, quant à elle, davantage le fruit de rencontres et d’échanges avec l’équipe du projet UncoverED de l’université d’Édimbourg qui met en avant les étudiants étrangers qui ont fréquenté l’établissement écossais.  Grâce à eux – et notamment Henry Mitchell – j’ai pu présenter mes travaux dans le cadre du séminaire du centre d’histoire globale et du séminaire d’UncoverED. Mon passage aux archives fut assez express puisque je cherchais surtout des éléments sur l’association indienne d’Édimbourg conservé au sein des archives de l’université : les laws and regulations de l’association compilées dans de minuscules carnets, quelques correspondances, des listes de souscripteurs, etc. Cela devrait alimenter le chapitre de ma thèse dédié aux sociabilités. 

 

Ces dernières étapes avaient pour but de faciliter mon “sevrage archivistique” et me permettre de me plonger complètement dans la rédaction… Mission partiellement réussie puisque je finalise (enfin) ce billet depuis Aix où j’ai passé une semaine aux ANOM et n’ai pas pu résister à consulter quelques dossiers en parallèle de la double journée d’études à laquelle je participais… Mais c’est une autre histoire ! 

Autour de la thèse // Un mois à la MFO

En mai, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse de la Maison française d’Oxford afin de poursuivre mes recherches sur les mobilités étudiantes. Il s’agissait de se concentrer sur la présence des étudiants indiens (et indochinois) à l’université d’Oxford grâce à des sources très variées. J’ai aussi bénéficié des infrastructures et équipements de l’université, notamment de ces très nombreuses bibliothèques… Une sorte de paradis pour étudiants 🙂 Et tout ça sous un très beau soleil anglais. Ci-dessous, vous trouverez donc mon rapport de recherches, rédigé dans l’Eurostar du retour !

“Mon séjour à la Maison française d’Oxford s’est déroulé du 1er au 31 mai 2018. Actuellement en troisième année de thèse en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je travaille sur les mobilités étudiantes en Asie coloniale, entre les années 1850 et 1940. Mes recherches reposent plus particulièrement sur une étude croisée de l’Inde britannique et de l’Indochine française. Il s’agit de dessiner une carte globale de ces circulations, en prenant en compte les différentes échelles (coloniale, impériale, régionale, internationale…) qui les composent et en adoptant une définition large de l’étudiant, incluant populations locales et européennes, qu’elles poursuivent des études supérieures ou techniques.

Ainsi, un séjour à la MFO devait me permettre de me concentrer sur la présence d’étudiants d’Asie coloniale au sein de l’Université d’Oxford. Pour cela, j’avais déterminé avant mon départ la présence d’archives dans différents lieux. La première étape consistait en la consultation des archives de l’Université d’Oxford. Celles-ci sont conservées à la Bodleian Library et m’ont été accessibles grâce à un courrier de recommandation fourni par la MFO. Les archivistes Anna Petre et Tilly Burn m’ont aidée à déterminer quels documents étaient les plus utiles à ma recherche, ce qui m’a conduit à consulter une dizaine d’entre deux :

            Archives de l’Université d’Oxfords consultées :

  • Delegates for Oriental students, 1916-1944: DC 39/1 ;
  • India Institute: Visitor’s book ; Minutes – curators : 1884-1905 ; 1905-1929 ; 1929-1962 ;
  • Lodging House Papers on the Delegacy of Oriental students : LHD/SF/1/5 ; LHD/FO/1/63 ;
  • Register of Colonial and Indian students, 1902-1904 : UR2/12 ;
  • Oriental students : VC/1/101/83.

La Delegacy for Oriental students a été créée en 1916 avec pour mission de faciliter l’admission des étudiants “orientaux”, c’est-à-dire asiatiques mais aussi africains. La majorité des jeunes gens, hommes et femmes, qu’elle épaulait était pourtant indienne. Par l’intermédiaire de son secrétaire, des listes de candidats à l’admission étaient dressées et soumises aux différents colleges qui conservaient la liberté de choisir ou non des candidats soutenus par la Delegacy. Les documents de cette organisation typiquement oxfordienne contiennent des statistiques pour chaque term indiquant le nombre d’admis indiens, leur sexe et le college auquel ils sont affiliés. Ces données m’ont permis de confirmer une de mes hypothèses de départ : l’absence d’étudiants indochinois à Oxford, aux côtés des Indiens, Siamois, Ceylanais, Birmans ou encore Japonais et Chinois. Le succès de ces différents « étudiants orientaux » aux examens est également souligné. En outre, les échanges entre la delegacy, l’India Office et l’administration de l’université révèlent de nombreux enjeux politiques et académiques liés à l’admission d’étudiants coloniaux et étrangers.

L’India Institute était quant à lui dédié à la promotion et au développement des études indiennes à Oxford. Son fondateur souhaitait initialement y associer un logement pour étudiants indiens, sans succès.

Entrée de la Weston Library

La visite d’archives de colleges constituait la deuxième étape de mon séjour. Cela a nécessité un travail de préparation en amont : il a fallu d’abord déterminer quels colleges avaient accueilli un nombre assez conséquent d’étudiants indiens pour que mes recherches soient « rentables ». Ensuite, il était nécessaire de fixer des rendez-vous avec les archivistes, les archives n’étant pas ouvertes librement au public. Plusieurs courriels envoyés lors des deux premières semaines de mon séjour m’ont permis de fixer cinq rendez-vous au cours de la deuxième quinzaine de mon séjour :

  • Archives de St John’s College (Michael Riordan) ;
  • Archives d’Exeter College (Penelope Baker) ;
  • Archives de Somerville College (Kate O’Donnell) ;
  • Archives de Christ Church (Judith Curthoys) ;
  • Archives de New College (Jennifer Thorp).

Quatre d’entre eux accueillaient des étudiants et le dernier, Somerville College, des étudiantes. C’est notamment dans celui-ci qu’a été accueillie la première étudiante – indienne mais aussi d’une manière globale – ayant obtenu un diplôme en droit, Cornelia Sorabji. Il faut également noter que les archives de Balliol College ont pu être consultées en ligne, en l’absence de l’archiviste, grâce aux indications de la bibliothécaire Naomi Tiley.

Dans les archives de Christ Church…

Les archives consultées dans ces différents centres, si leurs qualité et quantité variaient, étaient de nature similaire. En premier lieu, il s’agissait des registres et livres d’admission comportant généralement les noms, lieux de naissance et activités académiques des étudiants. Celles-ci permettent d’obtenir des statistiques précises et de réaliser des bases de données, qui seront en outre communiquées aux archivistes une fois achevées. Les informations récoltées concernaient aussi bien les « natifs » de l’Inde que les Britanniques vivant en Inde et ayant rejoint Oxford pour leurs études. Leurs parcours académiques permettent de déterminer des parcours-types, notamment concernant les étudiants britanniques arrivés en Angleterre avant d’entamer leurs études supérieures et poursuivant, quand cela est possible, leurs études secondaires dans des établissements prestigieux (Eton, Harrow, Rugby…). Christ Church se distingue particulièrement à ce sujet, accueillant une minorité d’Indiens dont certains ont également suivi cet itinéraire élitiste. Ces premières sources furent complétées par des documents plus spécifiques : quelques courriers entre étudiants et personnels des colleges, des minute books de certaines associations (debating societies, essay societies…) auxquelles participaient les étudiants, des bulletins annuels, des photographies, principalement des équipes sportives (cricket, tennis…) ayant intégré des étudiants indiens.

En parallèle de mon travail en archives, j’ai eu accès, à la Bodleian Library, à des ouvrages difficilement consultables en France, que cela soit des ouvrages spécialisés tirés de thèses ou de travaux de recherches, ou des biographies. J’ai notamment pu consulter les mémoires d’Indiens venus étudier à Oxford au cours de la première moitié du XXe siècle.

Sur la route de Trinity College      

Enfin, mon séjour à Oxford m’a permis de me rendre trois fois à Londres, où j’ai poursuivi ma consultation d’archives à la British Library et aux National Archives et ai pu présenté mes travaux lors de la World History Student Conference organisée à King’s College London. J’ai également effectué un court séjour de recherche à Cambridge, au sein de la Wren Library de Trinity College. J’y ai consulté le minute book des Cambridge Majlis pour les années 1930. Il s’agit d’une association d’étudiants indiens fondée en 1891 à Cambridge (son pendant à Oxford fut créé cinq ans après) organisait des débats et des réunions qui, dans les années 1930, prennent une teneur de plus en plus politique. Ici encore, l’accès à cette source précieuse m’a été accordé grâce à un courrier de recommandation obtenu de la MFO.”

 

Autour de la thèse // (Dés)illusions archivistiques

“En histoire, les vies ne sont pas des romans, et pour ceux qui ont choisi l’archive comme lieu d’où peut s’écrire le passé, l’enjeu n’est pas dans la fiction.”

Arlette Farge, Le goût de l’archive, 1997

Que cette citation me paraît juste aujourd’hui, alors que je fréquente le centre n°2 des archives nationales du Vietnam, à Ho Chi Minh Ville, depuis maintenant une semaine…

Quatrième séjour de recherche en Asie, troisième centre visité, deuxième centre vietnamien, c’est pour le moment le plus simple d’accès. Dommage qu’il soit celui où le nombre de dossier que je souhaite consulter est le plus limité… Munie de mon passeport, d’une lettre de recommandation, d’un résumé et de deux photographies d’identité, je me rendais mardi dernier au 2ter Dường Lê Duan suivant de brèves indications trouvées sur internet. Arrivée devant le bâtiment visiblement en travaux, le gardien m’explique que personne ne travaille ici et comprend que je cherche en réalité le bâtiment actuel des archives, au n°17 de la même rue. J’ai décidé de ne pas prendre ses informations erronées comme un mauvais présage. Et jusqu’à aujourd’hui, mon expérience semblait me donner raison.

Après un rapide contrôle d’identité à l’entrée, je découvre la salle de lecture au premier étage. Vaste avec quelques postes informatiques, elle me fait vraiment penser à celle d’Hanoi. Mais elle reflète également bien la ville où elle se trouve : plus moderne, plus organisée. D’immenses reproductions de photographie d’époque, et notamment du splendide palais du gouverneur de la Cochinchine, et de cartes anciennes de Saigon ornent les murs. On m’explique rapidement comment fonctionnent les archives – inventaires sur ordinateur et demande papier à remplir en fonction des résultats – et après quelques commandes, je suis invitée à revenir le jeudi matin, dès 9h pour consulter les premiers cartons.

Malgré une petite déception d’inventaires concernant le but premier de ma venue – je suis à la recherche de fonds sur la SAMIPIC, société d’amélioration morale, intellectuelle et physique des indigènes de Cochinchine – les mots-clefs (étudiants mais etudiant car les résultats diffèrent en fonction de l’accentuation, faisant écho à la langue vietnamienne) m’ont réservé de jolies surprises. Je trépigne à l’idée de découvrir un carton sur une association des étudiants catholiques, je rêve du dossier sur les échanges franco-japonais pendant la Seconde Guerre mondiale

Jeudi, les premiers cartons sont bien là à m’attendre, alimentant mon fantasme d’archives inédites : le premier me fournit de nouvelles listes d’étudiants jusqu’alors inconnues mais aussi des informations sur des résidences universitaires en métropole dont je ne soupçonnais pas le rôle… Je découvre le destin funeste d’un étudiant vietnamien à Bordeaux dont je prévois de vous parler bientôt… 

Bref, alors que j’avais le sentiment de commencer à faire le tour de mes fonds d’archives, je me retrouve devant la pléthore d’informations inédites, accumulant plus de 35 pages de notes en deux jours et demi. Le bonheur, chaque jour, entre 9h et 11h30 et 13h30 et 16h30.

Alors, quand ce matin, un énième carton terminé, j’apprends que mes autres commandes ne sont pas disponibles car “we are correcting”, c’est très clairement la douche froide, le “nooooooooooooon” désespéré, la désillusion. Premier réflexe : insister un peu. Mais on ne me ment pas. Deuxième réflexe : paniquer en se disant qu’il me reste encore dix jours à HCM que je vais peut-être devoir passer à la bibliothèque plutôt qu’aux archives… (Et en ce moment, ça me fait moins rêver). Troisième réflexe : reprendre ses esprits. Après tout, je n’avais commandé que douze cartons sur plusieurs dizaines de dossiers repérés.

On m’indique alors que le fonds du Gouvernement de la Cochinchine est en restructuration et me donne accès à une liste de fichiers non disponibles. Je dois souligner l’aspect pratique du concept : je n’ai plus qu’à rechercher chaque n° de dossier repéré dans cette liste pour savoir si celui-ci est accessible. C’est quand même autre chose que les commandes à l’aveugle à New Delhi… Pour chacune des sous-séries, la liste contient des milliers de fichiers inaccessibles (8 000 pour ma sous-série principale, P1/2). Les documents devraient être de nouveaux accessibles d’ici un an.

Je suis donc une phrase transitoire : la suite de ma journée consiste à passer le plus de commandes possible de dossiers accessibles. Je regrette un peu qu’un grand nombre de ceux-ci soient des dossiers qui, par leur titre, me paraissent plus secondaires. Mais à partir de jeudi, je pourrai me relancer dans mon enquête !

Voilà donc un des enjeux de la recherche en archive : l’accessibilité. Les historiens sont dépendants de considérations pratiques, techniques, qui ne sont pas toujours prévisibles. Si  – et je dis bien si – l’information concernant la restructuration / rénovation du fonds du Gouvernement de Cochinchine est disponible quelque part, sur internet, elle l’est en vietnamien et je n’étais pas en mesure de le savoir. Aux côtés du temps règlementaire de déclassification des archives, de multiples obstacles viennent gêner la route des chercheurs de la “non-fiction”.

Et que faire quand des inventaires nous apportent des informations, parfois précises, sans que le dossier rattaché ne soit consultable ? Je me suis retrouvée devant cette situation plusieurs fois : des renseignements, généralement bien datés, me sont fournis par les catalogues. Comment les utiliser ? Dois-je les insérer dans mon inventaire de thèse – s’ils appuient ma démonstration ? Me contenter de notes de bas de page ? Ou les abandonner, le titre d’un carton pouvant être faux, biaisé, truffé d’erreur ?

Autant de questions qui n’appellent pas une réponse précise mais plutôt des prises de décision au cas par cas.

Autour de la thèse // Dans les archives nationales de l’Inde

En cette période festive, je viens de rentrer de mon premier séjour de recherches en Inde. Jusqu’à mon arrivée aux archives à New Delhi il y a environ un mois, mon programme demeurait relativement flou. L’ancien site internet des archives que j’avais pu consulter depuis la France ne me donnait pas accès à un catalogue en ligne. La grande question était donc : “Combien de temps rester à New Delhi ?”… Mes recherches se concentrant sur les mobilités étudiantes dans la présidence du Bengale, autour de l’université de Calcutta, j’imaginais trouver plus facilement des archives là-bas. Évidemment, il en fut tout autre…

L’entrée aux archives constitue la première épreuve : les chercheurs étrangers ont besoin d’une lettre de leur institution mais également de leur ambassade à New Delhi. Le nombre de chercheurs français se rendant aux Archives nationales est assez faible : le consul était donc bien étonné de me voir arriver pour réclamer mon courrier ! Cette démarche purement administrative s’est révélée assez utile puisqu’elle m’a permis de présenter mes recherches et d’avoir des contacts au sein du service de coopération universitaire et culturelle de l’ambassade et du Centre for Social Sciences and Humanities (CSH).

Une fois les différents courriers obtenus, il faut se présenter au local situé à l’entrée des archives sur Jan Path pour obtenir un petit papier bleu en échange de quelques informations et de son passeport – je m’appelais donc “Legrandjacuues” et venais de la “République de Francies” pendant trois semaines :

Prochaine étape : trouver la research room – et, au premier abord, ce n’était pas forcément évident sans panneaux – et s’inscrire. Étapes assez simples puisqu’il s’agit de remplir un formulaire et de donner les différents courriers.

Et c’est là que les difficultés commencent : on me tend deux-trois guides des archives et quelques index en me faisant comprendre qu’il faut que je les utilise pour commander des documents. La commande de documents se fait à l’aide de bordereaux à remplir à la main en donnant les bonnes informations (département et branche concernés, détails du document, date…). Le personnel en charge de ramasser les bordereaux n’étant pas archiviste, personne n’est capable de me dire si ma première commande est correcte. Évidemment, elle ne l’était pas et qu’elle fut ma déception lorsque le lendemain, tous mes bordereaux avaient été mis de côté avec la mention “Please clear reference“.

Première leçon des archives : toujours faire valider les premières commandes par l’archiviste. Si les systèmes généralement informatisés en Europe signalent automatiquement les mauvaises références et évitent des commandes nulles, le système manuscrit des archives indiennes exige – au moins les premières fois – de faire appel aux archivistes. J’ai croisé plusieurs chercheurs étrangers pendant mon séjour et je crois qu’aucun n’a réussi à obtenir des documents du premier coup…

Deuxième leçon : Il faut savoir que plusieurs index sont en accès libre dans la salle MAIS il s’agit seulement de ceux du Home Department et du Foreign Department pour l’essentiel. Dans mon cas, le département de l’éducation était rattaché au Home Department jusqu’aux années 1910. Ensuite, un Education Department indépendant puis un Education, Health and Lands Department ont vu le jour. Pour ces derniers, il fallait que je commande les index. Bref, il faut parfois deux commandes avant d’obtenir de véritables documents d’archives.

Troisième leçon : les informations affichées dans la salle ou sur les bordereaux ne sont plus valables. Il est indiqué que l’on doit laisser ses affaires dans un casier, fermé par notre propre cadenas, mais cela est faux. Personnellement, j’ai pu laisser mon sac sous mon bureau pendant mon séjour mais il semblerait qu’une salle adjacente serve de dépôt de sacs. Donc pas de panique si vous n’avez pas de cadenas. Plus important, il est inscrit que lors des trois dépôts de commande – à 10h, 12h30 et 15h – dix bordereaux peuvent être déposés. C’est faux et en un mois, je n’ai pas tout à fait saisi la logique : ce qui est sûr, c’est qu’il faut déposer 5 bordereaux max. Parfois, on peut en déposer 5 à chaque dépôt mais d’autre fois, c’est 5 par jour max. J’imagine que cela dépend de la masse de travail des archivistes. En outre, les premières semaines, j’ai déposé une dizaine de bordereaux pour ne recevoir que trois documents en échange, les autres papiers me revenant avec l’inscription “Brittle” (fragile) ou “NT” (non transmissible actuellement). Donc leçon complémentaire : être patient. Les archives nationales demandent quelques jours d’adaptation.

Dernière chose : les photographies sont interdites. Il faut donc soit recopier les documents, prendre des notes – l’option que j’ai choisie – soit demander des photocopies. Celles-ci arrivent en minimum un mois. Et il faut évidemment payer. Pour les chercheurs étrangers, il semblerait qu’il soit possible de se faire expédier les photocopies chez soi après son départ mais j’avoue n’avoir pas croisé quelqu’un ayant testé et approuvé ce système pendant mon séjour.

Finalement, je me suis habituée à ce fonctionnement particulier et une fois rodée, j’ai pu bénéficier de plusieurs dizaines de documents, dont de véritables pépites ! Les fonds sont très riches et d’une grande variété… Je n’ai pas pu épuiser les ressources et n’ai pas eu le temps de me rendre à Calcutta.

Pour faciliter ma tâche, au bout d’une semaine, j’ai découvert le nouveau site, Abhilekh Patal, comprenant un catalogue en ligne. Celui-ci est incomplet mais présente l’avantage de catalogue seulement les archives accessibles – un gain de temps non négligeable. Un service de numérisation à la demande doit bientôt être lancé, ce qui faciliterait la vie de nombreux chercheurs ne résidant pas à Delhi !

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (3)

Arrivée depuis jeudi dernier à New Delhi pour mon dernier séjour de recherche de 2017, il est grand temps de publier l’épisode 3 de mon périple anglais du mois de novembre.

Épisode 3 : Maria Grey Training College’s Archives

Il y a quelques mois, un article dans The Conversation me permettait de découvrir cette photographie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

Elle représente la promotion 1905-1907 du Maria Grey Training College (MGC) à Londres. On y distingue clairement une jeune étudiante portant un sari au milieu de jeunes femmes aux tenues vestimentaires davantage occidentales. D’abord utilisée pour ma communication sur l’impact corporel des mobilités étudiantes à Reims en avril, cette photographie soulevait et résumait plusieurs interrogations pour mes recherches : qui était cette étudiante indienne ? Est-elle représentative d’une mobilité féminine d’études vers l’Angleterre ? Ou fait-elle figure d’exception ? Quel rôle ont pu jouer les institutions destinées aux femmes dans l’essor des circulations étudiantes pendant la période coloniale ? J’ai décidé de suivre mon intuition, qui me soufflait qu’il devait y avoir d’autres étudiantes indiennes au MGC (et j’avais vraiment très envie d’y croire !), et d’aller explorer les archives conservées à la Brunel University (http://www.brunel.ac.uk/about/Archives/Maria-Grey-College-Archives) à Uxbridge, en périphérie de Londres.

Après un long trajet en métro jusqu’à l’extrémité de la Metropolitan Lineles métro londoniens vont pour certains plus loin que certains RER parisiens ! – et une petite quinzaine de minutes de marche, me voilà devant la maison dédiée aux archives de Brunel University où Phaedra Casey m’accueille chaleureusement :

Moi qui suis habituée à mener mes recherches au sein de « grands » centres d’archives (archives nationales, archives d’outre-mer ou diplomatiques…), la consultation d’archives au sein d’institutions éducatives me donne un nouvel aperçu du travail de chercheur. Les relations avec les archivistes deviennent primordiales puisque ceux-ci préparent ma visite et ont déjà pu sélectionner des documents susceptibles de m’intéresser. C’est agréable : cela permet de gagner du temps et surtout d’avoir de vrais échanges avec les archivistes, sans qui je serai bien perdue – big up aux archivistes ! Au cours de nos conversations, Phaedra m’a expliqué qu’elle manquait de temps pour explorer les archives du MGC. En effet, ce college n’existe plus – il a fermé ses portes en 1976, et elle doit se concentrer sur les archives d’institutions existant encore aujourd’hui, pour des raisons principalement financières (ce sont d’elles que viennent les fonds). Conclusion : il est très important que des historiens s’intéressent à l’histoire du MGC, afin de faire vivre ses archives !

Fondé en 1878 par Maria Grey (1816-1906), éducatrice et essayiste, ce college était destiné à la formation d’institutrices. Elles devaient ainsi participer activement à l’instruction des filles, en Angleterre mais également à l’étranger. En effet, ce qui me frappa lors de la consultation des archives de l’institution, et plus particulièrement de son magazine, c’est les carrières internationales des diplômées du MGC. Plusieurs d’entre-elles ont enseigné en Europe, Amérique, Afrique ou Asie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

L’Inde a joué un rôle non négligeable dans ces parcours professionnels. Si elle constitue un débouché à la suite des études, elle est également un point de départ. Des Européennes vivant en Inde, participant à des missions ou à l’instruction des populations locales, rejoignent le college afin d’obtenir une qualification. Mais ce sont également de jeunes Indiennes qui fréquentent, d’abord timidement, les cours créés par Maria Grey.

La première étudiante indienne est arrivée en 1882, venait de Madras et s’appelait Anne Shunmugun. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles : impossible de savoir si elle est venue à bout du cursus… La plupart des étudiantes venues d’Inde demeurent des filles de Britanniques installés dans les grandes villes du sous-continent (Calcutta, Bombay, Madras…) Il faut ensuite attendre le début du XXe siècle pour que d’autres « natives » se laissent tenter par l’expérience du voyage. En 1906, l’arrivée d’Atiya Fyzee semble relancer la machine sans pour autant porter ses fruits : on ne retrouve la trace des jeunes Indiennes que pour quelques semaines ou mois dans les documents, celles-ci quittant rapidement le college. En effet, elles n’avaient généralement pas les bases nécessaires à un enseignement supérieur. Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… La situation semble se décanter après la Première Guerre mondiale : Irene M. Lilley, qui a écrit la seule monographie dédiée au MGC, estime qu’au cours de l’entre-deux-guerres, plus de 110 étudiantes, britanniques ou indiennes, sont venues d’Inde. En consultant les différents numéros du Maria Grey College Magazine, j’ai pu constater que les listes de nouvelles diplômées comprenaient au fur et à mesure de plus en plus de noms d’Indiennes.

Ces magazines constituent d’ailleurs une source riche : il est composé d’articles mais également de rubriques dédiées aux alumni : on y annonce les mariages, les nouveaux postes, les décès… et on y publie également les courriers des anciennes élèves désireuses de renouer avec leurs camarades passées. Il me reste donc à analyser et construire une base de données à partir de toutes ses informations. Ses sources inédites me permettront de construire une étude de cas tout autant inédite et pourquoi pas, d’en tirer un article dans les prochains mois !

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (2)

Pour la première fois, j’ai délaissé les archives de la British Library pour visiter de nouveaux centres d’archives…

Épisode 2 : Dans les archives d’Inner Temple… 

Les premiers étudiants indiens à se rendre au Royaume-Uni pour poursuivre leurs études ont d’abord privilégié les études de droit ainsi que la préparation du concours de l’India Civil Service, c’est-à-dire la fonction publique en Inde coloniale. Ainsi, les Inns of Court de Londres accueillent très tôt, dès les années 1850-1860, de jeunes Indiens désireux de passer le barreau pour devenir barrister, avocat du barreau. Ils sont en concurrence avec les avocats formés en Inde, les vakils. Les concurrences et les différences de statut entre barristers et vakils font d’ailleurs débat tout au long de la période. Il est souvent jugé que les études pour devenir vakil sont plus complexes et qu’ainsi, un voyage jusqu’en Angleterre, permet d’obtenir plus facilement le titre d’avocat, si l’on excepte évidemment le coût financier de ce séjour métropolitain.

Parmi les quatre Inns of CourtLincoln’s Inn, Gray’s Inn, Middle Temple et Inner Temple – seulement le dernier propose une base de données en ligne. Celle-ci m’a permis de déterminer qu’entre 1850 et 1940, 626 étudiants originaires d’Inde – « indigènes » ou « Anglo-Indiens » – ont fréquenté Inner Temple. Ce chiffre est conséquent et je suis actuellement de construire ma propre base de données à partir des informations disponibles : âge, adresse, date d’entrée et d’accès au barreau, profession et adresse du père, etc. Premières tendances : l’intégration progressive des « natifs » au milieu des « Anglo-Indiens » ainsi que la prédominance de Calcutta et de la présidence du Bengale en général comme territoire d’origine.

Source : www.innertemplearchives.org.uk

Pour compléter cette première trouvaille, je me suis rendue le 6 novembre aux archives d’Inner Temple, au 3 King’s Bench Walk à Londres. Après avoir attendu 20 minutes à la mauvaise adresse – pour ma défense, les rues étaient numérotées en continu et pas en alternance de chaque côté de la route et je ne le savais pas – j’ai rencontré Celia Pilkington, l’archiviste d’Inner Temple.

La mauvaise porte…

Son bureau est situé dans le basement du bâtiment et offre un cadre très cosyune fois que le chauffage a été allumé. Pour l’anecdote, Celia passe en boucle des CDS de musique classique, ce qui renforce l’atmosphère particulière du lieu.

Et finalemet, 3 King’s Bench Walk.

Ma venue ayant été préparée la semaine précédente – il faut prendre rendez-vous pour accéder aux archives – et quelques documents m’attendaient sur mon bureau du jour : il s’agissait de rapports du comité des étudiants ultramarins d’Inner Temple. Ces rapports sont regroupés dans des volumes, par année, avec l’ensemble des rapports et notes sur les différents comités de l’institution. Ainsi, on y trouve également les rapports des comités des bourses ou encore le comité de l’association des barristers du Punjab. Seul hic : les documents correspondent essentiellement à l’entre-deux-guerres.

Source : Inner Temple Archives, Book of Committees, 1918

Pour les périodes antérieures, j’ai d’abord travaillé sur l’index des minutes afin d’y détecter toute information concernant les étudiants indiens. On y trouve principalement des requêtes de la part des étudiants afin d’être exemptés de certains examens – principalement le latin, pas ou peu enseigné en Inde –  ou de changer d’Inn of Court. Après avoir déchiffré l’écriture du secrétaire, il ne restait plus qu’à noter les références pour retrouver les documents dans les livres dédiés aux minutes.   

Source : Inner Temple Archives, Minutes – Index.

Enfin, j’ai sélectionné quelques noms d’étudiants afin de tenter de consulter leurs dossiers individuels. Malheureusement, pour le XIXe siècle, l’archiviste n’a pas retrouvé certains dossiers : ont-ils été transférés en Inde pour justifier des études des barristers indiens ? Peut-être que mon voyage prochain à New Delhi et Calcutta me le dira ! J’ai pu tout de même consulter la fiche d’admission du premier étudiant indien d’Inner Temple :

Source : Inner Temple Archives – Fiche d admission d Aviet Agabeg

Ainsi que les dossiers de trois anciens étudiants illustres : Gandhi, Nehru et Krishnavarma.

Prochaine étape : les fonds du Maria Grey College à la Brunel University.

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (1)

Le caractère croisé de mes recherches, mêlant Indochine française et Inde britannique, exige la consultation d’archives conservées dans divers centres d’archives. Du côté indien, une grande partie de ces sources sont localisées au Royaume-Uni. Du 1er au 13 novembre, j’ai donc effectué mon 4e séjour de recherche à Londres. Habituée aux séjours courts qui me permettent de muscler mon pouce et de saturer la mémoire de mon téléphone au fil des photographies, ce dernier séjour m’a permis d’appréhender différemment mon travail, en consultant des fonds inédits mais également en profitant de mes balades dans les rues londoniennes pour y chercher les éventuelles traces de mes étudiants indiens. Retour en plusieurs épisodes.

Épisode 1 : À la British Library… 

Le fonds de l’India Office (India Office Records), département en charge de la colonie indienne entre 1858 et 1947, est conservé à la British Library, à deux pas de St Pancras.

Une matinée à la British Library…

Je suis donc peu à peu devenue une habituée de l’Asia and Africa Reading Roomà un tel point que lorsquil a fallu que je me rende dans une autre salle jeudi, j’étais totalement perdue – où est mise à ma disposition une grande variété de sources.

J’ai d’abord exploré les séries des Public & Judicial Departments où sont regroupées, dans des énormes livres, des minutes, courriers ou documents reçus par les services dédiés de l’India Office :

L’utilisation de ces sources demande une certaine habitude : les papiers ont été reliés ensemble et sont tous numérotés. Si chaque numéro est censé être rapporté sur chaque page, il se mêle parfois à des anciennes numérotations, facilement piégeuses pour le chercheur… La logique des volumes est chronologique et l’on trouve donc les uns après les autres des documents aux thématiques extrêmement variées. Si l’utilisation de l’inventaire en ligne permet de trouver un document précis, j’ai pris l’habitude de consulter rapidement l’ensemble du volume et suis parfois tombée sur des pépites (mais il est aussi possible d’utiliser le catalogue en ligne pour obtenir une liste de l’ensemble des documents disponibles dans chaque volume, je suis quand même tombée sur quelques erreurs et omissions).

Une deuxième série de sources majeures correspond au fonds du Lytton Committee – Committee on Indian Students (1921-1922) :

Un sous-dossier du fonds du Lytton Committee

Il s’agit d’une véritable mine pour moi puisque ce fonds contient les rapports du comité mais aussi de nombreux témoignages écrits et autres courriers rédigés par des acteurs des mobilités étudiantes indiennes vers le Royaume-Uni (étudiants mais aussi directeurs d’établissements, membres d’association, entrepreneurs…) L’examen de ce fonds requiert un certain niveau de patience puisque les dossiers (parfois seulement composés d’une ou deux feuille(s) volante(s)) ne peuvent être consultés qu’un par un ! Je ne compte plus les allers-retours que j’ai dû faire entre ma place et la banque de prêt… mais le contenu, aussi bref soit-il, est rarement décevant, j’en ferai une notice à l’occasion.

Enfin, j’ai découvert la semaine dernière le fonds des manuscrits (Mss EU). Par la même occasion, j’ai retrouvé mes habitudes vietnamiennes puisque les photographies sont interdites pour ce fonds. Il est également impossible de sortir de la salle sans avoir rendu le document (même ppour aller aux toilettes…) et la table dédiée aux manuscrits est placée dans l’axe du bureau des emprunts, pour que les archivistes puissent nous surveiller… Ce fonds contient notamment les archives de la Northbrook Society, ou Northbrook (Indian) Club. Des grands cahiers contiennent ses règlements, comptes-rendus de réunions ainsi que des articles de journaux évoquant ses travaux. L’ironie, c’est que le contenu est plus souvent « tapu- » que « manu- »scrit… Mais bon, ça ne changeait rien, pas de photo quoiqu’il arrive… Fondé en 1880, le Northbrook Club – du nom de son président – est d’abord une branche de la National India Association (NIA), elle-même créée en 1870 à Bristol. Il a pour but de fournir un lieu de rencontre et d’échanges aux membres de la NIA, facilitant ainsi les contacts entre Indiens et Britanniques. Par la suite, il offre également quelques chambres à des étudiants. Ici aussi, une notice est en préparation ! Parmi les manuscrits, j’ai également mis la main  – au dernier moment, comprendre le dernier jour à 16h – sur un volume particulièrement intéressant, intitulé Tours from India to Europe for Indian Students and Teachers, 1934-1936, réservé à de jeunes Indiennes :

European tour for Indian women students and teachers

Plans for the tour to Europe this summer for women students and teachers under the auspices of International Student service are well under way. The party will leave Bombay in the last week of May. On arrival in Europe they will first visit Italy, Venice, Padus, Rome, Naples, Florence, and Milan are included in the programme. In Switzerland, most of the time will be spent in Geneva on the study of international affairs, attendance at a summer school and a student conference, and an introduction will be given to the work of the League of Nations and the International Labour Office. From Swizterland they will go to London. Most of the time in England will be spent in London, and Oxford and Cambridge and one provincial university town will also be visited. In France, the group will visit Paris and attend the annual conference of International student service at Bouffement near there. (…) Visits will be paid to one or two provincial university towns, the tour ending in France in the 2nd week in August.” (Mss Eu, F178/87)

Grosse frustration : le volume contient également de superbes photos, montrant, entre autres, les étudiantes couvertes de pigeons sur la Place Saint Marc à Venise. Impossibles à reproduire…

 

Archives // Le centre n°1 à Hanoi

Du 14 février au 5 mars, j’effectue un séjour scientifique à Hanoi et retrouve le centre n°1 des archives nationales du Vietnam, situé dans le quartier récent de Cầu Giấy. Il s’agit de mon deuxième séjour à Hanoï en six mois, qui se révèle d’ores et déjà être très différent du premier !

Avant mon premier départ en juillet 2016, j’avais tâté le terrain auprès de mes (rares) connaissances s’étant déjà rendues aux centre d’archives à Hanoï. Les témoignages divergeaient : entre une collègue doctorante qui me présentait le personnel comme accueillant, chaleureux, parlant français (ce qui est rassurant pour une novice en vietnamien comme moi^^) etc. et un chercheur de Hong-Kong me conseillant de m’armer de patience, je ne savais pas trop sur quel pied danser. Si, avant de partir, je n’étais pas réellement inquiète – à un tel point que c’est le jour du départ que je me suis rendue compte que les archives étaient situées dans une banlieue non localisée sur la carte de mon Lonely Planet – tout a rapidement changé lorsque je suis arrivée sur place.

Après la “séquence émotion” de l’arrivée au Vietnam – après deux ans et demi de recherches sur ce territoire que j’analysais sans connaître concrètement –  suivie de la “séquence découverte” – tant visuelle que culinaire (je n’insisterai jamais assez sur la qualité des Street Food Tours dans le vieux Hanoi) – est venue la “séquence stress/panique” associée à une bonne vieille intoxication alimentaire (rien à voir avec le Street Food Tour, je vous voir venir !) : en relisant les mails de mes collègues, je réalisais qu’un délai d’une semaine était parfois évoqué pour obtenir une carte de lecteur puis une semaine pour obtenir les premiers documents. Sur un séjour d’un gros mois, le calcul était vite fait : je risquais de ne pouvoir travailler effectivement qu’une quinzaine de jours. À cela vient s’ajouter les horaires “à la vietnamienne” des archives : ouverture “très” tôt le matin (même si, en réalité, personne n’est là avant un bon gros 10h) puis pause-déjeuner avec évacuation des lieux entre 11h30 et 13h30 pour une réouverture l’après-midi entre 13h30 (souvent plutôt 45) et 16h30 (voire 16h25, mais là je chipote un peu) !

J’arrivais donc un peu anxieuse le mardi 19 juillet devant le bâtiment qui paraissait étrangement désert. Première épreuve : trouver la salle de lecture. Aucune indication dans une autre langue que le vietnamien et beaucoup de portes… mais pas âme qui vive… Je fais le tour du rez-de-chaussée, sans croiser personne… et commence à me dire qu’après mon séjour à l’hôpital de la veille, il y a un complot pour m’empêcher de retrouver mes étudiants indochinois. Finalement, je me dirige un peu au hasard vers le 1er étage : au milieu du hall, j’arrive enfin devant une porte avec un écriteau où est indiqué “PHÒNG ĐỌC / SALLE DE LECTURE” : ouf !!! Les sources ne sont plus qu’à une porte de moi ! Je reprends confiance et pousse la porte de la salle… Me voilà dans l’immense salle de lecture – presque vide. L’employée parlant français est bien là – seulement un peu moins chaleureuse que je l’imaginais. Mais par “miracle”, je n’ai besoin que de remplir un formulaire pour être autorisée à consulter des documents. Je donne ma lettre de recommandation par principe mais je sens qu’on l’accepte pour me faire plaisir… Et je suis autorisée à m’installer derrière un ordinateur de la salle pour apprendre comment commander des documents.

Avant Hanoï, j’avais déjà pu remarquer que – malgré des similitudes et un résultat final similaire – chaque centre d’archives fonctionne à sa manière, entre la salle des inventaires virtuelle des AN, la carte magnétique des ANOM et le système en libre accès sur le site internet de la British Library… Hanoï se caractérise par un système que je qualifierai de “proto-moderne sous contrôle” : on fait des recherches sur un logiciel relativement neuf mais déjà daté, partiellement traduit en anglais avec un système assez lourd (il faut cliquer à plein d’endroits différents pour pouvoir réserver un document – un peu comme pour le site des AN en fait haha…). Une zone “Research files” permet de parcourir les inventaires à partir de mots-clefs. Or, je consulte des archives coloniales en français : il me faut utiliser sur un logiciel en vietnamien traduit en anglais des mots-clefs en français “vietnamisé”, c’est-à-dire avec une approche très vietnamienne de l’usage des accents. Et à une lettre près, tout s’avère très différent : “école” ne donne pas la même chose que “ecole” – et la deuxième occurence donne davantage de résultats. C’est encore plus complexe lorsqu’il s’agit de noms propres. Lorsque j’ai cherché des noms cambodgiens, je me suis heurté à des difficultés que je n’ai pu résoudre qu’au “petit bonheur la chance“. Une amie m’a demandé de rechercher d’éventuels dossiers sur “Thiounn”. Après avoir essayé “Thiounn” / “Thioun” … j’ai trouvé un dossier – à partir d’un autre nom – qui évoquait un “Thiumm”, qui désigne (peut-être) le même individu.

Les listes de requêtes prêtes, il faut les envoyer vers les ordinateurs des employés qui impriment les listes (on sépare les archives papiers des archives numérisées – ce que je n’ai pas fait la première fois vu que personne ne m’avait prévenue !). Ces listes sont signées par le lecteur puis par le chef de salle puis envoyé au directeur pour signature / validation. Ensuite, j’imagine qu’elles sont transmises au personnel des salles de conservation qui sortent les documents – manuellement ou via une procédure informatique. Un sujet comme le mien ne pose pas de problème, l’approbation du directeur a été rapidement donnée, mais j’imagine que d’autres, notamment ceux portant sur l’histoire du Vietnam post-1945, peuvent exiger de la part des chercheurs davantage de talents de négociation…

Comme je viens de le sous-entendre, une partie des archives a été numérisée : c’est le cas des archives du Gouvernement général de l’Indochine ou de la Mairie de Hanoi. Celles-ci sont seulement consultables sur les ordinateurs de la salle de lecture via le même logiciel qui propose une lecture assez désagréable : soit l’archive est adaptée à la taille de l’écran = trop petite pour pouvoir lire un document manuscrit, soit elle est zoomée à un niveau prédéterminé = seulement un ou deux mots apparaissent en TRÈS GROS à l’écran, ce qui implique de faire glisser le doc avec la souris d’une manière fort peu commune… Si les photographies n’étaient pas déjà interdites d’une manière générale, elles seraient de toute manière tout à fait inutiles avec ce type de documents !

Le seul avantage de ses archives numérisées, c’est qu’elles arrivent très vite : dès le lendemain matin, je pouvais les consulter. J’alliais donc ordinateur vietnamien et le logiciel de traitement de texte de mon ordi portable pour parcourir la mine d’or de sources (44 pages de notes 🙂 ) sur l’École Pavie.

La semaine suivante, mes “archives papier” m’attendaient – elles étaient sans doute là depuis plusieurs jours mais je m’en suis peu souciée jusqu’à avoir terminé les documents numérisés – et j’abandonnais enfin mon double écran pour un mono-écran, après avoir perdu au moins 5 points de vision 😉

J’étais plongée dans mes dossiers – qui sont très similaires dans leur forme aux dossiers que l’on trouve aux ANOM (des petites pochettes en papier rose) –  quand la chef de la salle de lecture est venu m’apporter… une facture ! Et oui, moi qui avais bien cru voir indiquer des tarifs sur les affiches mais avais décidé de les ignorer, devais désormais payer pour les documents consultés pendant les deux premières semaines !!! Le système est à la page, ce qui contraint les employés à compter régulièrement le nombre de feuillets (la numérisation leur évite ce travail, même si j’ai pu constater que  le nombre de feuilles indiqué sur le logiciel était parfois faux…). Pour ces quinze premiers jours, j’en ai eu pour une bonne trentaine d’euros ! Il a fallu que l’on m’accompagne à la comptabilité pour faire tamponner des papiers dont un reçu que l’on m’a remis contre environ 750 000 Dongs… En revanche, à la fin de mon séjour, on ne m’a pas demandé de repayer quoique ce soit… À voir si pendant mon séjour, ils vont retracer mon parcours et me demander un “paiement à retardement” ! Les conditions tarifaires sont – selon moi – un repoussoir pour les étudiants vietnamiens. De plus, le directeur de l’EFEO à Hanoï me confiait hier que les étudiants et historiens vietnamiens utilisaient très peu les archives et qu’il avait déjà passé plusieurs jours d’affilée seul dans la salle de lecture ! Un constat aux antipodes de ce qu’on peut voir à Paris, à Londres ou à Aix !

Lors de la deuxième “fournée” d’archives, j’ai cru intelligent de demander des documents le jeudi après-midi. Les archives étant fermées le vendredi après-midi, je me disais que cela me permettait de rester dans mon quartier le vendredi et d’être sûre que les archives m’attendent le lundi matin. Elles ne sont arrivées que le lundi après-midi, vers 14h30-15h. Il est donc assez difficile de s’y prendre à l’avance : les délais varient – en fonction du nombre d’employés présents j’imagine. Et nous ne sommes pas prévenus lorsque les archives sont prêtes (il n’y a aucune possibilité d’avoir accès au compte lecteur en dehors des archives). Selon exige donc de se rendre dans le district de Cầu Giấy au risque de rester bredouille. Dans ce cas, il y a un Cộng Cà phê juste en face des archives où l’on peut passer de longues heures à travailler en sirotant du café glacé à la noix de coco !

Jeudi dernier, j’ai eu le privilège de récupérer le téléphone de mon employée francophone – qui a retrouvé la chaleur que l’on m’avait décrite il y a plus de 6 mois – afin de pouvoir l’appeler avant de prendre le bus pour les archives lundi matin 🙂 J’ai donc bon espoir que ce -court- séjour aux archives me réservent d’agréables surprises !