Making-Of // Global Histories, Global Students?

Lundi 15 octobre dernier est sorti le dernier numéro de la revue Global Histories, journal géré par les étudiants du centre d’histoire globale de la Freie Universität de Berlin. Cette revue publie deux fois par un an un numéro mêlant des research papers, des comptes-rendus de conférence et d’ouvrages. Et parmi cette nouvelle édition, vous trouverez mon premier long article en anglais présentant un aspect de ma recherche doctorale, sous le titre « Global Students? The International Mobility and Identity of Students from Colonial India and Indochina, 1880s-1945 ». Retour d’expérience en plusieurs actes. 

Acte 1Global History Student Conference

J’ai découvert le centre d’histoire globale de la FU à force d’errances sur les réseaux sociaux, à la recherche d’opportunités afin de présenter mes travaux sous le label « histoire globale ». Tous les ans, une conférence internationale est organisée pour les étudiants de ce centre. Elle a pour objectif la présentation de jeunes travaux d’histoire globale grâce à des panels thématiques associés à une pré-circulation des papiers permettant d’alimenter les discussions. En parallèle, quelques workshops sont organisés – du classique « Comment publier dans une revue scientifique » au plus original sur l’usage du cinéma dans les recherches en histoire globale. Une session plénière à la fin des deux jours de conférences a pour objectif de dynamiser les réflexions épistémologiques sur l’histoire globale. En effet, ce qui m’a le plus frappé au cours de l’édition 2018, c’est l’investissement des étudiants et la passion avec laquelle ils abordaient l’histoire globale. Si, finalement, nos conclusions furent assez communes – la collaboration est indispensable, notamment pour sortir d’un eurocentrisme et pour dépasser des limites individuelles, concernant l’apprentissage de multiples langues par exemple, c’est une impression de dynamisme, de vigueur et de volonté de développer et de réflechir sur l’histoire globale qui prédominait pendant la conférence.

Acte 2Global Histories… et mon papier

En parallèle, le centre publie depuis quelques années sa propre revue Global Histories. A Student Journal et la conférence était l’occasion de rappeler l’appel à communications alors en cours jusqu’au 1er juillet. C’est donc comme cela que je me suis retrouvée à proposer un article, tirée de ma communication « Global Mobility. Being a Student from Colonial Asia in the World (Early 20th century)« .

Le premier enjeu était de transformer cette présentation très générale de mon travail en un véritable article de recherche. La première version reflétait bien cette difficulté : alors que j’avais d’ores et déjà décidé de me concentrer sur les mobilités à l’échelle internationale (hors des empires coloniaux), j’avais d’abord rédigé un résumé très global des multiples questions qui accompagnent ces circulations : quelles sont les grandes périodes qui rythment les migrations ? Sont-elles contrôlées, supervisées, guidées ? Conduisent-elles à des contacts avec les étudiants locaux ou internationaux ? 

Ma mission, une fois l’article accepté : recentrer mon article sur un problème précis. Et ce n’était pas une mince affaire… D’abord, parce que j’avais beaucoup de difficulté à sortir de cette vision générale des mobilités, à prendre du recul. Mais aussi, parce que les révisions étaient demandées sous un délai d’une semaine. Sueurs froides. 

Une version 2 fondée sur une réflexion sur les liens entre mobilités et identités a pu voir le jour grâce à des discussions, notamment avec Claire-Lise, qui m’ont permis de prendre du recul sur mon travail. La leçon majeure de cette aventure éditoriale en temps limité : extérioriser les difficultés. Rien de bien extraordinnaire mais parler avec des chercheurs de mon blocage a favorisé le déblocage. 

Défi n°2 : écrire un long article en anglais… on peut dire que mon temps de rédaction a été doublé et le peu de temps disponible (+/- une semaine à chaque fois) rendait une relecture efficace plus difficile. Si la forme a parfois créé des petites tensions, les retombées à court et moyen terme sont réelles concernant la syntaxe et le vocabulaire. Bref, un exercice difficile mais bénéfique, mais qui demande beaucoup de temps. 

Le gros avantage de cette publication – à la fois cause et conséquence d’un processus éditorial trèèèèès accéléré – l’article a été retravaillé entre le 15 août et le 14 octobre pour publication le 15 – c’est une publication rapide, en moins de six mois. C’est bien pour le CV, surtout de jeune chercheuse comme moi, bien pour la réflexion qui ne semble pas trop datée, déjà « périmée » au moment de la sortie. Si j’ai parfois frôlé la crise de nerfs, l’équipe reste malgré tout à l’écoute, notamment concernant le feedback qui a suivi la publication. Global Histories ne se construit pas en un jour et les prochains auteurs devraient pouvoir bénéficier de nos retours 🙂 

Le prochain appel à communications est ouvert jusqu’au 15 décembre prochain ! 

Dès maintenant, vous pouvez lire mon article – et tous les autres ! – qui sont en libre accès à partir du site de la revue, ou au moins admirer la photographie d’illustration, les étudiantes du Barbour Fellowship aux États-Unis en 1928-1929, que j’apprécie particulièrement.  

Ciné-Asie // Caniba : Mobilités étudiantes et faits divers

Fin août sortait Caniba, un documentaire réalisé par Lucien Castaing-Taylor et Verena Paravel. Le film avait déjà bénéficié d’un micro-buzz quelques mois auparavant, certaines scènes très crues lui ayant valu un avertissement – 18 ans. Il m’en fallait tout de même plus pour me décourager et j’étais déterminée à voir le film – ce qui ne s’avérait pas si aisé vu sa très faible programmation dans Paris. En effet, ce documentaire se fonde sur l’expérience – peu ordinaire et pour le moins sanglante – d’un étudiant japonais en France… L’occasion d’un billet sur les mobilités étudiantes et les faits divers.

En 1981, Issei Sagawa est étudiant à la Sorbonne lorsqu’il dévore – littéralement – Renée, camarade de promotion néerlandaise qu’il abat après l’avoir invitée chez lui. Déclaré irresponsable pénalement à la suite de son arrestation, il est interné quelque temps en France avant d’être transféré au Japon… où il vit toujours, grâce à l’assistance de son frère Jun, second protagoniste du film, aux tendances machosistes très prononcées. Ce billet n’ayant pas pour vocation d’être une critique du documentaire – qui n’a lui même pas vocation d’être un récit et une enquête autour des faits de 1981, je ne m’apesentirai pas sur des détails. Je précise seulement que ce film est une expérience très floue mais qui, malgré tout, nécessite d’avoir le coeur bien accroché…

Des faits divers, j’ai l’occasion d’en croiser au cours de ma thèse en parcourant les archives numérisées de certains journaux, accessibles grâce à des plateformes dédiées. Du côté britannique, le site British Newspaper Archives associé à la British Library permet, contre un abonnement payant, d’avoir accès à de très nombreux journaux. Mon séjour à Columbia m’a également permis de piller frénétiquement les archives du Times of India et, plus généralement, celles de leur World Newspaper Archive. Un grand merci à Gary Hausman, chargé de la South Asian Studies Library, qui m’a indiqué toutes ses ressources ! C’est toujours un peu frustrant de constater que ces précieux documents ne sont accessibles qu’à une minorité de chercheur – mes droits à Columbia étant expirés, je n’y ai plus accès désormais…

Les faits divers ne représentent pas la majorité des articles que j’ai pu consulter à partir du mot-clef « Indian students« . Et ici, pas de cannibalisme, certes, mais le traitement des sujets concernant des étudiants asiatiques, principalement indien, n’en est pas moins digne d’intérêt.

Tout d’abord, ces quelques crimes, accidents et autres arnarques sont diffusés dans différents journaux. Le Times of India, dont le premier numéro à paraître sous ce nom date de 1861 mais qui existait depuis 1838 sous l’appellation The Bombay Times and Journal of Commerce, contient de nombreux papiers sur la situation des étudiants indiens au Royaume-Uni et à l’étranger. Il s’agit de rapporter des nouvelles sur la diaspora indienne alors que ces migrations étudiantes restent un sujet éminemment politique, loin d’être ignoré par le Gouvernement de l’Inde. 

Les locaux du Times of India en 1898
Source: Wikipedia

Mais c’est également la presse britannique qui relaie ces faits divers à l’échelle nationale, comme le soulignent des articles de The Observer,  ou davantage locale, avec The ScotsmanThe Irish Times… Elle dénote d’un intérêt du lectorat pour des affaires concernant la population indienne en métropole ou, plus largement, en Europe.

En 1921, le journal écossais the Scotsman réserve quelques lignes à une dépêche Reuter consacrée au meurtre d’un étudiant à Berlin(1) . Un chauffeur, Max Arnold, vient alors d’avouer qu’il a étranglé un étudiant indien du nom de Shi Singh, retrouvé mort dans son lit le 21 janvier au matin. Sans revenir sur les circonstances de cet assassinat, la dépêche précise que le coupable a fait tout ce qui est en son possible pour préserver sa maîtresse, également épouse du défunt, de toute suspicion. Ce crime a priori passionnel, dont le récit bref n’en est pas pour autant dénué de sensationnalisme, renseigne également la chercheuse que je suis sur les trajectoires européennes – extra-impériales – de certains étudiants, sur le caractère familial de ces circulations et, enfin, sur la possibilité de contacts – ici, charnels – avec les populations locales. 

Sept années plus tard, plusieurs journaux s’intéressent à un double décès au sein d’une pension londonienne (2). L’étudiant indien Manathanath Sanyal et la galloise Gwennyth Rose Lewis ont été retrouvés dans une chambre, le premier déjà décédé et la seconde inanimée. La jeune femme, qui rend l’âme sur le chemin de l’hôpital, est décrite, à la fois par The Scotsman et The Irish Times comme séduisante (attractive) et cultivée (well read). Les informations sur son compagnon d’infortune sont plus brèves, se limitant à quelques considérations physiques (« middle height« , « faire completion and good features« ) et financières, celui-ci étant l’héritier d’une fortune importante. Ici, ces différentes précisions semblent devoir justifier la possibilité d’une relation entre ces deux individus. La nature précise de cette relation n’est d’ailleurs pas évoquée, tout comme les causes de leur décès : si la présence d’une seringue est notée par le journaliste du journal irlandais, aucune conclusion n’est clairement énoncée et les deux décès restent présentés comme le mystère de la pension d’Euston Road. 

D’autres articles font écho à des questions de société, passées comme présentes. En 1938, l’étudiant en médecine Choith Thawerdos Tabil, est condamné par la cour d’Édimbourg à seize mois d’emprisonnement (3). Il avait plaidé coupable de l’accusation d’avoir procédé, entre le 1er juillet 1936 et le 28 septembre 1938, à trente-trois avortements et onze autres tentatives auprès de femmes, mariées ou célibataires, venant d’Écosse comme d’Angleterre. Son avocat invoque alors son appartenance à l’élite indienne mais aussi son grant intérêt pour les actes médicaux : « Being greatly interested in this branch of medical work, he allowed himself to do things which probably in wiser moments he would have refrained from doing » tout en insistant sur son professonalisme, aucune patiente n’ayant souffert d’effets secondaires. Marié à une Écossaise, l’étudiant indien envisage de rentrer en Inde afin d’assurer à sa famille une vie « décente et honorable ». En outre, l’avortement n’est pas légalisé en Écosse avant 1967 et en Inde avant 1971.

Les exemples d’accidents comptant parmi leurs victimes des étudiants indiens sont multiples : individus morts de froid en Allemagne en 1926 puis en 1939 (4),  noyade d’un étudiant en médecine dans la rivière Crouch en 1935 (5), incendie d’une pension à Newcastle en 1939 (6), etc. Abordés ici sans exhaustivité, ils sont autant de témoignages de la présence indienne en Europe au cours de la première moitié du XXe siècle et de leur vie quotidienne, leurs activités dépassant le simple cadre universitaire.  

(1) « The Murder of an Indian Student in Berlin », The Scotsman, 26 janvier 1921.  

(2) « Boarding-House Mystery – Indian Student and Welsh Girl Found Dead », The Irish Times, 9 juillet 1928 ; « Welsh Girl and Indian Student », The Scotsman, 10 juillet 1928. 

(3) « Indian Student’s Crime – Sent to Prison for 16 Months – ABORTION CHARGES », The Scotsman, 3 décembre 1936. 

(4) « Indian Student’s Fate – Frozen to Death on the Hills », The Scotsman, 16 mars 1926 ; « Indiant Student Dies in Snow – Left Mountain Hut at 4 A.M. on New Year’s Day », The Scotsman, 3 janvier 1939. 

(5) « Indian Student Drowned – Dinghy Overturned Off Burnham-on-Crouch », The Times of India, 13 avril 1935.

(6) « Indian Student Dies in Fire – Newcastle Casualties », The Times of India, 18 janvier 1939. 

Future Log // 2e semestre 2018

Très (trop ?) chargé, le premier semestre s’est écoulé à une vitesse folle… À un tel point que mon cerveau a du mal à se situer temporellement dans l’année – comment ça, nous ne sommes pas en avril ?!? Mais il est encore temps de faire le point sur la deuxième partie de l’année – plus calme a priori:

  • Comme évoqué précédemment, je suis à New York (!!!) jusqu’au 31 juillet dans le cadre du programme Alliance entre Columbia et Paris 1. J’ai reçu une bourse pour faire des recherches sur les étudiants indiens et indochinois aux États-Unis pendant ma période. Le compte-rendu de mes recherches sera publié ici une fois le séjour terminé mais je peux vous dire qu’en quinze jours, j’ai déjà pu faire de jolies bases de données sur les Indiens (et deux Indochinois – en fait Chinois vivant en Indochine) à Columbia. Aujourd’hui, je pars explorer les archives de NYU 🙂 À suivre donc !

  • Du 29 août au 1er septembre, je serai (de nouveau) à Berlin pour la conférence annuelle de l’ISCHEInternational Standing Conference for the History of EducationJe participerai au short working group Migrants, Migration and Education avec une communication « Higher Education on the Move: Student Migration and the Shaping of Higher Education in Colonial Asia (1850s-1940s) ».

  •  À partir du 1er septembre, c’est la reprise des cours. Après une campagne assez stressante, je suis très heureuse d’être ATER à Sciences Po Paris en 2018-2019.

Le reste du semestre s’annonce un peu plus calme, me permettant d’avancer efficacement – en tout cas, plus efficacement qu’au cours du premier semestre, je l’espère – dans la rédaction. L’objectif ultra-optimiste des 250 pages de rédaction à la fin juin n’a pas été tenu mais la machine est lancée (et puis si on compte les communications, articles et billets rédigés, on y presque hein… vive la méthode Coué !).

À noter tout de même que j’ai soumis des propositions pour quelques conférences, notamment pour celle-ci sur l’enseignement du droit hors des frontières, dont la première session est organisée en décembre à Lyon !

Enfin, ce début d’été a été marqué par la sortie de trois de mes publications :

  • Mon article dans la revue Traverse sur la Maison des étudiants de l’Indochine dont j’ai déjà parlé ici ;
  • Un article intitulé « Le corps étudiant à l’épreuve de l’empire : impacts corporels des mobilités étudiantes indochinoises et indiennes (années 1850-1930) », résultat de la journée d’études pour jeunes chercheurs présentée ici, qui a donné lieu à un ouvrage aux éditions des presses universitaires de Reims. Ma version auteur de l’article est disponible sur hal ;
  • Le numéro des Cahiers Sirice issu de la journée d’études Interconnexions (post-)coloniales, XXe-XXIe siècle, dont j’ai préparé l’introduction avec mon collègue Karim Mammasse. J’y ai également participé par le biais d’un article « Interconnexions universitaires. Pour une histoire transimpériale de l’enseignement supérieur en Asie coloniale, années 1850-1930 ». L’ensemble du numéro est en accès gratuit sur CAIRN.

Bel été et à bientôt 🙂

Notice // La Maison des étudiants de l’Indochine

La parution, il y a quelques semaines, du dernier numéro de la revue suisse Traverse consacré à l’accueil des étudiant.e.s étranger.ères me donne l’occasion de revenir sur une institution phare de mes recherches depuis mon Master d’histoire : la Maison des étudiants de l’Indochine (MEI) au sein de la Cité universitaire de Paris.

  • Présentation

L’article pour Traverse revient en détail sur la naissance et les premières années de la MEI. Je vous invite donc à le lire – une version auteur est disponible sur HAL – pour une présentation historique détaillée, centrée sur l’imbrication des acteurs et enjeux.

Le projet voit le jour au cours de la deuxième moitié des années 1920 et participe au premier cycle de fondations au sein de la Cité universitaire de Paris (CUP – ou CIUP de nos jours), située sur le boulevard Jourdan dans le 14e arrondissement de Paris. La pose de la première pierre (1928) et son inauguration (1930) font du pavillon un lieu-clef des luttes politiques et des oppositions au colonialisme… ce qui ne l’empêche pas de remplir sa fonction d’accueil auprès d’étudiants d’Indochine, qu’ils soient Vietnamiens, Cambodgiens, Laotiens ou Français, pendant toute la décennie 1930. La MEI interrompt ses activités pendant la Seconde Guerre mondiale avant de réouvrir dès la fin du conflit.

Des archives variées sont disponibles : la première source consultée, pour mon Master (ça ne me rajeunit pas), fut une brochure éditée dans le cadre de la pose de la première pierre du bâtiment à des fins de propagande et disponible sur Gallica (merci la BnF \o/). Les discours des différents intervenants – français mais aussi vietnamiens – y ont été retranscrits après une présentation de la Cité et du projet. L’accent est mis sur la collaboration franco-indochinoise, la nécessité d’accueillir les étudiants d’Indochine sans gommer le lien avec leurs terres d’origine, l’utilité des séjours d’études en France…

On retrouve les brouillons de cette brochure dans les fonds  consacrés à la CUP aux Archives nationales, parmi de nombreux autres documents. Le fonds 20090014 centralise les archives liées aux Maisons et à la Fondation nationale depuis le début du XXe siècle, et les dossiers 19-21 sont dédiés à la Maison des étudiants de l’Asie du Sud-Est. Il s’agit du nouveau nom de la MEI, adopté au début des années 1970 – bien après les accords de Genève (1954) et la décolonisation de l’Indochine française. Le dossier 19 concentre de nombreux documents sur les premières années de la Maison. Il est constitué d’actes notariés, de brochures, de correspondances entre l’administration de la MEI et de la CUP et des personnalités indochinoises : le gouverneur général d’abord mais aussi la Société d’amélioration morale, intellectuelle et physique des Indochinois de Cochinchine (SAMIPIC). Composée de membres de l’élite locale cochinchinoise, la SAMIPIC multiplie les manoeuvres pour récolter les fonds nécessaires à la construction de la MEI. Une tombola est organisée, qui cause les plus grandes peines à ces organisateurs, les tickets se vendant très (trop) lentement.

Toujours aux Archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine, la série AJ16 dédiée aux archives de l’Académie de Paris comprend elle aussi contient les cartons du cabinet du recteur sur la fondation et l’administration de la CIUP. On y trouve notamment plusieurs comptes-rendus de comités d’administration de la MEI, permettant d’obtenir des informations statistiques sur le nombre de lits, le nombre d’étudiants et leurs nationalités, etc., bien qu’elles restent irrégulières sur toute la période. De plus, des courriers du directeur de la MEI sur les troubles qui la traversent au cours de sa première année sont inclus aux dossiers.

À Aix-en-Provence, les fonds du service de contrôle et d’assistance aux indigènes (CAI) regroupés sous le nom donné ultérieurement de « SLOTFOM » contiennent également quelques dossiers sur la MEI à travers la surveillance et la répression d’activités anti-françaises dont elle fait l’objet.

Gallica regorge également de plusieurs coupures de presse sur la MEI, notamment sur son inauguration et les crispations autour de celle-ci.

  • Enjeux de la recherche

Des sources variées, relativement nombreuses, qui ne sont pas sans révéler différents enjeux pour le chercheur, dont certains sont résumés ci-dessous.

  • Une approche prosopographique de la MEI

S’il est relativement facile de retracer l’histoire de la construction, de l’aménagement de l’administration de la MEI, il est beaucoup plus difficile d’en faire une véritable histoire sociale, en considérant cette résidence comme une micro-société où se croisent différents individus ou groupes. Nous avons très peu d’informations sur les résidents eux-mêmes, en dehors de quelques cas spécifiques (les malades, les expulsés, les représentants d’étudiants…). Il semblerait que des cartons non déclassés comprenant des dossiers individuels soient conservés aux Archives nationales et j’espère qu’un ANR me permettra d’y avoir accès… Il est donc particulièrement difficile pour quelqu’un cherchant à suivre l’itinéraire d’un résident d’en trouver la trace dans les archives à disposition. Concernant mes propres recherches, je rêve d’avoir accès à des informations permettant de réaliser une base de données à partir d’informations sur les origines sociales et géographiques des résidents pendant l’entre-deux-guerres.

  • Rhétorique coloniale/impériale et intérêts des acteurs

La MEI fait se croiser de multiples acteurs : ministres, gouverneurs coloniaux, étudiants, élites indochinoises, industriels (le président du comité d’initiative n’est autre que le président des Distilleries de l’Indochine)… Il s’agit donc de dépasser le premier plan des discours autour de la MEI pour faire resortir ce qui est véritablement en jeu pour ces acteurs. La rhétorique coloniale et impériale est particulièrement développée, autour de thématiques « classiques » comme la mission civilisatrice, la mise en valeur des colonies… et dissimule des enjeux plus individuels et moins désintéressés.

  • (Dé)politiser la MEI ? 

Deux tendances se dégagent concernant les recherches sur la MEI : l’étude architecturale – que j’ai peu mobilisée jusqu’ici – et l’étude politique, se concentrant sur la radicalisation des Indochinois, dont une part non négligeable est étudiante, au tournant des années 1930. Tout en étant nécessaire, cette dernière approche me semble parfois trop réductrice, ne peut résumer l’intérêt de la MEI et de la CUP dans le cadre d’une étude sur les mobilités étudiantes. Il ne faut pas oublier que la MEI accueille des étudiants indochinois pendant toute la période et n’est donc pas seulement perçue comme un symbole du colonisateur… Il s’agit ainsi de sortir d’un schéma réducteur opposant militants anticolonialistes et collaborateurs : des stratégies plus complexes apparaissent à travers certaines archives et être résident à la MEI ne semble pas systématiquement vouloir dire soutenir l’ordre colonial.

  • Une affaire de transferts 

La MEI est une première en tant que résidence pour étudiants coloniaux soutenue par les pouvoirs publics. Dès la naissance du projet, la possibilité de multiplier ce type d’initiatives en province est évoquée. Des archives consultées au Vietnam m’ont permis de découvrir l’existence d’un « pavillon colonial » à la cité universitaire de Montpellier, sur lequel j’aimerais obtenir davantage d’informations. La question des transferts passe également par la construction de la cité universitaire de Hanoi pendant la Seconde Guerre mondiale, impulsée par le gouverneur général Decoux. Sa réalisation présente plusieurs points communs avec la MEI… À suivre (dans la thèse) !

  • Quelques pistes bibliographiques

Dzovinar Kévonian, Guillaume Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 ;

Jehnie I. Reis, « L’identité indochinoise en question : idéalisme français et dissidences à la Cité universitaire de Paris dans l’entre-deux-guerres », Migrance, 39, 1er semestre 2012

Guillaume Tronchet, « Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France (années 1870-années 1930), thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014.

 

Autour de la thèse // Un mois à la MFO

En mai, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse de la Maison française d’Oxford afin de poursuivre mes recherches sur les mobilités étudiantes. Il s’agissait de se concentrer sur la présence des étudiants indiens (et indochinois) à l’université d’Oxford grâce à des sources très variées. J’ai aussi bénéficié des infrastructures et équipements de l’université, notamment de ces très nombreuses bibliothèques… Une sorte de paradis pour étudiants 🙂 Et tout ça sous un très beau soleil anglais. Ci-dessous, vous trouverez donc mon rapport de recherches, rédigé dans l’Eurostar du retour !

« Mon séjour à la Maison française d’Oxford s’est déroulé du 1er au 31 mai 2018. Actuellement en troisième année de thèse en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je travaille sur les mobilités étudiantes en Asie coloniale, entre les années 1850 et 1940. Mes recherches reposent plus particulièrement sur une étude croisée de l’Inde britannique et de l’Indochine française. Il s’agit de dessiner une carte globale de ces circulations, en prenant en compte les différentes échelles (coloniale, impériale, régionale, internationale…) qui les composent et en adoptant une définition large de l’étudiant, incluant populations locales et européennes, qu’elles poursuivent des études supérieures ou techniques.

Ainsi, un séjour à la MFO devait me permettre de me concentrer sur la présence d’étudiants d’Asie coloniale au sein de l’Université d’Oxford. Pour cela, j’avais déterminé avant mon départ la présence d’archives dans différents lieux. La première étape consistait en la consultation des archives de l’Université d’Oxford. Celles-ci sont conservées à la Bodleian Library et m’ont été accessibles grâce à un courrier de recommandation fourni par la MFO. Les archivistes Anna Petre et Tilly Burn m’ont aidée à déterminer quels documents étaient les plus utiles à ma recherche, ce qui m’a conduit à consulter une dizaine d’entre deux :

            Archives de l’Université d’Oxfords consultées :

  • Delegates for Oriental students, 1916-1944: DC 39/1 ;
  • India Institute: Visitor’s book ; Minutes – curators : 1884-1905 ; 1905-1929 ; 1929-1962 ;
  • Lodging House Papers on the Delegacy of Oriental students : LHD/SF/1/5 ; LHD/FO/1/63 ;
  • Register of Colonial and Indian students, 1902-1904 : UR2/12 ;
  • Oriental students : VC/1/101/83.

La Delegacy for Oriental students a été créée en 1916 avec pour mission de faciliter l’admission des étudiants “orientaux”, c’est-à-dire asiatiques mais aussi africains. La majorité des jeunes gens, hommes et femmes, qu’elle épaulait était pourtant indienne. Par l’intermédiaire de son secrétaire, des listes de candidats à l’admission étaient dressées et soumises aux différents colleges qui conservaient la liberté de choisir ou non des candidats soutenus par la Delegacy. Les documents de cette organisation typiquement oxfordienne contiennent des statistiques pour chaque term indiquant le nombre d’admis indiens, leur sexe et le college auquel ils sont affiliés. Ces données m’ont permis de confirmer une de mes hypothèses de départ : l’absence d’étudiants indochinois à Oxford, aux côtés des Indiens, Siamois, Ceylanais, Birmans ou encore Japonais et Chinois. Le succès de ces différents « étudiants orientaux » aux examens est également souligné. En outre, les échanges entre la delegacy, l’India Office et l’administration de l’université révèlent de nombreux enjeux politiques et académiques liés à l’admission d’étudiants coloniaux et étrangers.

L’India Institute était quant à lui dédié à la promotion et au développement des études indiennes à Oxford. Son fondateur souhaitait initialement y associer un logement pour étudiants indiens, sans succès.

Entrée de la Weston Library

La visite d’archives de colleges constituait la deuxième étape de mon séjour. Cela a nécessité un travail de préparation en amont : il a fallu d’abord déterminer quels colleges avaient accueilli un nombre assez conséquent d’étudiants indiens pour que mes recherches soient « rentables ». Ensuite, il était nécessaire de fixer des rendez-vous avec les archivistes, les archives n’étant pas ouvertes librement au public. Plusieurs courriels envoyés lors des deux premières semaines de mon séjour m’ont permis de fixer cinq rendez-vous au cours de la deuxième quinzaine de mon séjour :

  • Archives de St John’s College (Michael Riordan) ;
  • Archives d’Exeter College (Penelope Baker) ;
  • Archives de Somerville College (Kate O’Donnell) ;
  • Archives de Christ Church (Judith Curthoys) ;
  • Archives de New College (Jennifer Thorp).

Quatre d’entre eux accueillaient des étudiants et le dernier, Somerville College, des étudiantes. C’est notamment dans celui-ci qu’a été accueillie la première étudiante – indienne mais aussi d’une manière globale – ayant obtenu un diplôme en droit, Cornelia Sorabji. Il faut également noter que les archives de Balliol College ont pu être consultées en ligne, en l’absence de l’archiviste, grâce aux indications de la bibliothécaire Naomi Tiley.

Dans les archives de Christ Church…

Les archives consultées dans ces différents centres, si leurs qualité et quantité variaient, étaient de nature similaire. En premier lieu, il s’agissait des registres et livres d’admission comportant généralement les noms, lieux de naissance et activités académiques des étudiants. Celles-ci permettent d’obtenir des statistiques précises et de réaliser des bases de données, qui seront en outre communiquées aux archivistes une fois achevées. Les informations récoltées concernaient aussi bien les « natifs » de l’Inde que les Britanniques vivant en Inde et ayant rejoint Oxford pour leurs études. Leurs parcours académiques permettent de déterminer des parcours-types, notamment concernant les étudiants britanniques arrivés en Angleterre avant d’entamer leurs études supérieures et poursuivant, quand cela est possible, leurs études secondaires dans des établissements prestigieux (Eton, Harrow, Rugby…). Christ Church se distingue particulièrement à ce sujet, accueillant une minorité d’Indiens dont certains ont également suivi cet itinéraire élitiste. Ces premières sources furent complétées par des documents plus spécifiques : quelques courriers entre étudiants et personnels des colleges, des minute books de certaines associations (debating societies, essay societies…) auxquelles participaient les étudiants, des bulletins annuels, des photographies, principalement des équipes sportives (cricket, tennis…) ayant intégré des étudiants indiens.

En parallèle de mon travail en archives, j’ai eu accès, à la Bodleian Library, à des ouvrages difficilement consultables en France, que cela soit des ouvrages spécialisés tirés de thèses ou de travaux de recherches, ou des biographies. J’ai notamment pu consulter les mémoires d’Indiens venus étudier à Oxford au cours de la première moitié du XXe siècle.

Sur la route de Trinity College      

Enfin, mon séjour à Oxford m’a permis de me rendre trois fois à Londres, où j’ai poursuivi ma consultation d’archives à la British Library et aux National Archives et ai pu présenté mes travaux lors de la World History Student Conference organisée à King’s College London. J’ai également effectué un court séjour de recherche à Cambridge, au sein de la Wren Library de Trinity College. J’y ai consulté le minute book des Cambridge Majlis pour les années 1930. Il s’agit d’une association d’étudiants indiens fondée en 1891 à Cambridge (son pendant à Oxford fut créé cinq ans après) organisait des débats et des réunions qui, dans les années 1930, prennent une teneur de plus en plus politique. Ici encore, l’accès à cette source précieuse m’a été accordé grâce à un courrier de recommandation obtenu de la MFO. »

 

Notice // L’Université indochinoise de Hanoi

L’université de Hanoi – ou Université indochinoise – est sans doute l’institution sur laquelle j’ai le plus écrit jusqu’ici : j’ai d’ailleurs déjà raconté son histoire sur ce carnet… Et j’ai encore récemment eu l’opportunité de publier un texte en anglais à ce sujet. Je saisis donc cette occasion pour compléter le billet précédent par l’intermédiaire d’une notice qui me permettra (j’espère) de poser (clarifier ?) quelques enjeux pour mes recherches sur les mobilités étudiantes. Et j’y ajoute quelques pistes bibliographiques en français. 

  • Présentation

Pour un historique de l’université, voir ici.

  • Enjeux de la recherche

Longtemps peu étudiée par les historiens français – généralement intégrée à des études plus globales sur l’éducation en Indochine – l’Université de Hanoi connaît un regain d’intérêt depuis quelques années (voir bibliographie ci-dessous). De plus, le centenaire de sa fondation a été célébré au Vietnam et a donné lieu à des événements venant légitimer le passé colonial de l’université vietnamienne.

Dans le cadre de mes recherches, elle est à l’origine de plusieurs interrogations et réflexions en lien avec les mobilités:

  • Des origines mobiles… Née de la volonté de Paul Beau d’attirer des étudiants de toute l’Asie, l’université semble liée, dès l’arrêté fondateur de 1906, aux circulations d’étudiants. Le gouverneur général n’hésite pas à envoyer des courriers pour promouvoir sa réalisation dans les différents pays du continent. Les effets sont limités mais tout au long de la période, les sources mentionnent la présence d’étudiants chinois. Mon travail est donc de déterminer le poids, les modalités et les trajectoires de ces étudiants non-coloniaux qui peuplent l’université. À cela vient s’ajouter la question des origines géographiques des étudiants indochinois, celles-ci induisant des mobilités plus ou moins longues. Dans mon mémoire de Master, les données collectées m’avaient permis de souligner la forte présence tonkinoise dans les années 1920 et donc d’un champ d’attraction relativement restreint au cours de cette période. Mais le développement d’infrastructures d’accueil. 
  • … à ne pas surestimer : la concordance temporelle entre essor des départs d’étudiants vietnamiens vers le Japon et ouverture d’une université à Hanoi pourrait être interprétée comme une relation de cause à effet. À tort. Au cours de mes recherches doctorales, l’étude des correspondances et autres archives relatives aux « voyages vers l’Est » des étudiants vietnamiens m’a permis de déterminer que le gouvernement général de l’Indochine prend véritablement conscience de ces migrations (été 1906) après la promulgation de l’arrété (mai 1906). Celles-ci restent d’ailleurs limitées jusqu’à la fin de l’année 1906. Il n’est pas inconcevable qu’en 1907, certains administrateurs considèrent l’ouverture de l’université comme un moyen de détourner les flux  vietnamiens vers le Japon mais cela reste difficilement démontrable… En revanche, la volonté d’attirer des étudiants chinois, dans la continuité du mouvement lancé par la fondation de l’École Pavie, est davantage défendable.
  • Choisir l’Université de Hanoi : comme en Inde, l’ouverture d’une université en Indochine ne met pas fin aux séjours d’études hors de la colonie. Au contraire : c’est après son ouverture que les mobilités atteignent leur apogée. Dans ce contexte, pourquoi choisir l’Université de Hanoi ? Quel est le rôle des autorités dans la réorientation des flux vers l’institution coloniale ? Il ne faut pas non plus oublier l’action de personnalités privées, individuelles et collectives, dont certaines mettent en place des bourses ou créent des foyers pour accueillir les étudiants non-tonkinois. Il s’agit également de considérer la possible complexité des parcours : des études à Hanoi peuvent-elles conduire à des études extra-coloniales ?
  • Ainsi, la question de l’accueil (coucou le chapitre de thèse que je rédige en ce moment) et des sociabilités engendrés par ces mobilités à une échelle spécifique sont également à prendre en compte. Des similitudes existent-elles avec des mobilités à d’autre échelle ? Des transferts ? Des connexions ?
  • uantifier et cartographier… afin d’analyser le lien entre développement d’une institution d’enseignement supérieur en situation coloniale et mobilités étudiantes.
  • Quelques pistes bibliographiques

Sylvie Guillaume, « L’Université de Hanoi, premier pôle de la francophonie, 1880-1954 », in L’Université et la francophonie, Ottawa, Centre de Recherches en Civilisation canadienne-française, 1999 : quelques pistes de réflexion présentées lors d’un colloque sur la francophonie… 

Pascale Bezançon, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, 2002 principal ouvrage en français sur l’enseignement en Indochine française, comprend quelques passages sur l’université. 

Hoang Van Tuan, « L’enseignement supérieur en Indochine (1902-1945) », thèse de doctorat sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université de Paris-Saclay, 2016 : thèse récente entièrement dédiée à l’enseignement supérieur et donc en grande partie à l’université de Hanoi. 

Du même auteur : Hoang Van Tuan, « L’Université de Hanoi (1906-1945). Un outil de renouvellement des élites et de la culture vietnamiennes ? », Outre-Mers. Revue d’histoire, T. 105, n°394-395, 2017,  p. 61-84.

Ciné-Asie // « Dans un recoin de ce monde »

Billet initialement publié sur le site de l’association pour les mondes asiatiques le 11 mars 2018.

Succès retentissant au Japon, attirant plus de deux millions de spectateurs lors de sa sortie à l’automne 2016[1]Dans un recoin de ce monde reprend à sa manière un thème déjà traité par la littérature et le cinéma : la Seconde Guerre mondiale, du point de vue japonais. Comme dans Le tombeau des lucioles, adaptation cinématographique en 1988 de la nouvelle semi-autobiographie d’Akiyuki Nosaka, c’est à travers les yeux de la jeunesse japonaise que l’on découvre le quotidien de la population de l’archipel en guerre. Mais ici, c’est une vision plus diffuse du conflit qui a été choisie, s’intensifiant progressivement jusqu’à la funeste journée du 6 août 1945.

Réalisé par Sunao Katabuchi et adapté du manga éponyme de Fumiyi Kōno, Dans un recoin de ce monde (この世界の片隅に, Kono sekai no katasumi ni) suit le quotidien de Suzu, une Japonaise originaire d’Hiroshima née en 1925. Le film s’ouvre sur une phrase simple mais qui introduit parfaitement le personnage : « On a toujours dit que j’étais une rêveuse ». C’est tout le point de vue du film qui est résumé ici : Suzu, tant rêveuse que maladroite, artiste dans l’âme, va voir sa vie et celle de ses proches rattrapées par la guerre et ses atrocités. Dès lors, le film semble se diviser en deux parties :

La fin de l’innocence

La première partie du film est fondée sur le récit du quotidien de Suzu, à un tournant de sa vie, puisqu’elle passe du statut d’enfant à celui d’épouse. Tournant qu’elle subit plus qu’elle ne le choisit : elle ne connaît pas son époux alors que celui-ci vient demander sa main directement auprès de ses parents. Ses difficultés à s’adapter à sa nouvelle vie à Kure, où vit la famille de son époux, sont renforcées par sa grande maladresse, qui devient le « running gag » du film : Suzu perd ses affaires, ne sait pas coudre, cuisine mal… En filigrane, c’est un portrait de la vie des jeunes japonaises qui transparaît : la vie en famille dans une seule et même maison où l’épouse doit se charger des tâches de la vie quotidienne, notamment lorsque sa belle-mère n’est plus en mesure de le faire.

de le faire.jpg

La crédulité et la passivité de Suzu face au quotidien et à ses aléas sont flagrantes. C’est d’abord à travers ses dessins qu’elle voit le monde, l’observant avec une distance naïve. Cette dernière est visible concernant le rapport à la guerre de l’héroïne : le conflit n’apparaît alors qu’en toile de fond, tel un décor distant. Ce n’est qu’au bout d’une quarantaine de minutes qu’il fait réellement irruption dans le récit lors d’une alerte aérienne. Alors qu’un soldat est chargé de prévenir la population de Kure, où vit la belle-famille de Suzu, qu’il s’agit d’une alerte réelle, les navires de guerre apparaissent pour la première sur la baie d’Hiroshima. Pourtant, ceux-ci demeurent une distraction pour Suzu et sa nièce qui, le lendemain, s’amusent à observer et nommer les vaisseaux.

vaisseaux.jpg

Cette première partie est également l’occasion d’allusions aux évolutions de la société nippone : Suzu doit se confronter à sa belle-sœur, Keiko, qui vit dans une autre ville avec ses beaux-parents à la suite du décès de son mari. D’un caractère froid et peu aimable, elle incarne une autre vision de la femme : elle cherche qui cherche à s’émanciper et garde en elle le souvenir amer d’années plus « libres » et heureuses durant l’entre-deux-guerres. On la voit notamment errer dans les rues de Kure, portant une tenue typique des « années folles », avec un chapeau-cloche et une robe dont la taille basse est soulignée. Mémoire d’un passé plus heureux, elle est durement touchée par la guerre, perdant ce qu’elle a de plus cher, symbolisant la destruction – si ce n’est la déchéance – associée à la décennie 1940.

1940.jpg

Une dernière figure de femme est incarnée par Lin, une prostituée que Suzu rencontre alors qu’elle s’est égarée dans la ville. Le réalisateur joue encore avec l’innocence de son personnage, celle-ci demandant si elle se trouve « dans un palais secret » alors qu’elle est confrontée à un monde plus urbain où l’on va au café manger des « gaufrettes avec de l’ice-cream ».

Rattrapée par la guerre

Petit à petit, la guerre s’immisce plus intensément dans le quotidien. Elle passe d’abord par les difficultés liées au rationnement, les alertes plus nombreuses mais également la surveillance de la police militaire. Celle-ci soupçonne Suzu d’espionnage car des agents l’ont surprise en train de dessiner la côte. Si leur irruption dans la maison familiale a une fin heureuse, elle reflète les pressions et la paranoia qui émaillent le quotidien de la population japonaise.

La tension augmente lors des bombardements, qui arrachent au sens propre Suzu à ses dessins puisqu’elle perd un bras lorsqu’une bombe à retardement explose près d’elle. L’heure n’est plus à la rêverie mais bel et bien au conflit… et finit par conduire au bombardement atomique du 6 août 1945 à Hiroshima, où continue de vivre la famille de Suzu.

SUZU.png

Malgré tout, le réalisateur a fait le choix de maintenir une alternance entre scènes tragiques, dépeignant le paysage post-apocalyptique et l’afflux de réfugiés après l’explosion de Little boy, et moments plus légers, comme lors des repas en famille. C’est en outre sur cette image d’une maison, abîmée par les bombes, mais toujours debout et à la cheminée fumante évoquant le confort d’une réunion familiale, que le film s’achève.

C’est donc une guerre qui n’épargne personne, et surtout pas les plus fragiles et innocents, qui est dépeinte ici. Mais c’est surtout une histoire sociale, de la vie quotidienne au Japon pendant la Seconde Guerre mondiale : il ne s’agit en aucun cas de présenter le conflit à travers une approche politique ou militaire. Il apparaît bien difficile de dresser une chronologie précise du déroulement de la guerre tant celle-ci est seulement appréhendée à travers les yeux des personnages. Dans un recoin de ce monde est d’abord un film de survie, d’adaptation à un quotidien troublé, également décrit dans un article de Genichiro Takahashi, repris par Courrier international[2], dont la mère évita de justesse le bombardement d’Hiroshima.

[1] « Tout ce qu’il faut savoir sur le film japonais ‘Dans un recoin de ce monde’ », Courrier international, 5 septembre 2017, disponible en ligne [https://www.courrierinternational.com/article/en-salle-tout-ce-quil-faut-savoir-sur-le-film-japonais-dans-un-recoin-de-ce-monde].

[2] « ‘Dans un recoin de ce monde’, le film événement sur Hiroshima », Courrier international, 5 septembre 2017, disponible en ligne [https://www.courrierinternational.com/article/japon-dans-un-recoin-de-ce-monde-le-film-evenement-sur-hiroshima].

Ciné-Asie // Intro + « À la verticale de l’été »

Le carnet est très calme depuis quelques temps… Si j’espère que mon séjour à Oxford  pendant tout le mois de mai me permettra de lui redonner un peu de vitalité, j’ai décidé d’agir en y ajoutant quelques billets sur des films asiatiques que je rédige ponctuellement pour l’Association pour les mondes asiatiques, créée au cours de l’été 2017 par des étudiants de Paris 1. Je vous invite à visiter leur site et à découvrir les multiples activités (conférences, ateliers linguistiques et culturels…) et articles qu’ils proposent autour de l’Asie ici

On commence aujourd’hui avec À la verticale de l’été qui m’avait permis de retrouver l’atsmophère estivale de Hanoi : 

Sorti en salle en 2000, À la verticale de l’été (Mùa hè chiều thẳng đứng) est un film de Trần Anh Hùng, réalisateur français d’origine vietnamienne, arrivé en France en 1975 à l’âge de douze ans en tant que réfugié. On lui doit également, entre autres, L’odeur de la papaye verte (1993) ou, plus récemment, l’envoûtant Éternité (2016).

Pour ce troisième long-métrage, Trần a choisi, comme pour ses deux précédents films, de planter sa caméra au Vietnam et plus particulièrement, à Hanoï, au service d’un synopsis dont la simplicité est en réalité trompeuse pour le spectateur :

« À Hanoï, trois sœurs, Lien, Suong et Khanh se retrouvent pour un repas d’anniversaire. Derrière leur complicité apparente se cache en fait un secret… »

À la verticale de l’été n’est pourtant pas un film reposant sur le suspens d’un secret familial. La poésie l’emporte sur l’intrigue tout en permettant au réalisateur d’évoquer différents thèmes comme la famille, les relations fraternelles et sororales ou encore l’amour. Ainsi, chacune des sœurs incarne un aspect de cette dernière thématique, leurs secrets comme leurs désirs se croisant et s’entrecroisant le temps d’un été chaud et humide dont la capitale vietnamienne a, elle aussi, le secret.

Liên (Trần Nữ Yên Khê), la plus jeune des trois sœurs – et la seule encore célibataire – vit avec son frère dans la maison familiale. Leur réveil, soit dans des lits voisins soit dans le même lit, tout en soulignant l’ambiguïté de leur relation, devient rapidement une scène récurrente du film, symbolisant la langueur et l’indolence de chaudes journées estivales qui se succèdent sans totalement se ressembler. Liên semble incarner la jeunesse vietnamienne dans toute sa naïveté et son inexpérience. Son secret est le reflet de sa méconnaissance des relations sexuelles et semble faire écho à des problématiques réelles au sein de la société vietnamienne, telle la contraception. Il est pourtant traité avec une insouciance, qui contraste avec la situation de sa sœur Suong (Như Quỳnh).

3.jpg

Enfin Khanh (Lê Khánh), sans doute la plus discrète des trois sœurs, est enceinte et choisit de l’annoncer d’abord à son époux. C’est l’expérience de celui-ci qui est alors mise en avant par Trần : lors d’un voyage d’affaires, il est soumis à la tentation de l’adultère alors qu’il rencontre une aussi belle que mystérieuse jeune femme dans son hôtel.

4.jpg

À travers ces deux derniers récits entremêlés, c’est l’absence et la distance qui semblent mettre à mal les liens sentimentaux existant entre les différents couples. Face à cela, la tendresse entre les trois sœurs apparaît comme plus solide, résistant à toutes les épreuves. Le partage des secrets entre sœurs devient un moyen de les alléger, procurant réconfort et soulagement.

À la verticale de l’été offre également un portrait, teinté de poésie, de la société vietnamienne à plusieurs égards. C’est d’abord l’importance de la famille qui transparaît tout au long du film. Elle ne repose pas seulement sur le lien fort entre Liên, Suong et Khanh. Ces dernières se retrouvent pour préparer une première fois pour préparer la cérémonie en l’honneur de leur mère défunte. Les ancêtres – et plus particulièrement les parents – sont les témoins silencieux des événements, comme le soulignent certains plans intégrant l’autel qui leur est dédié.

Au fil du film, on retrouve cette ambiance propre à Hanoi : ses cafés et restaurants, ses fortes pluies estivales, ses séances de gymnastique… renforcées par un tournage en vietnamien et hors studio.

Le réalisateur prend d’ailleurs le temps de jouer avec les subtilités de la langue vietnamienne, reflétant la complexité des relations amicales et sentimentales qui structurent son film : Liên et Hai, un de ses amis visiblement amoureux d’elle, partagent la même date de naissance et s’appellent réciproquement « grand frère » (anh) et « grande sœur » (ch). Leur entourage les encourage à intensifier leur relation et suggère ainsi à Hai d’utiliser « petite sœur » (em), comme le fait un mari envers sa femme.

 

CR // « L’empire des langues »

La première journée des jeunes chercheurs du Centre d’histoire de l’Asie contemporaine (CHAC) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a eu lieu au centre Panthéon le samedi 31 mars 2018. Autour de la thématique, « l’empire des langues », il s’agissait de réunir les étudiants en master et en doctorat du centre autour de communications, regroupées en trois panels, et de l’exposition de posters réalisés par les masterants. Voici mon compte-rendu des trois panels de cette riche journée d’étude !

Panel 1La langue comme outil de l’impérialisme

(Clément FabreVincent BollenotLi Yunyi)

Clément Fabre inaugure la journée avec une communication sur les langues chinoises au sein du ministère des Affaires étrangères au XIXe siècle. Il se concentre sur les interprètes du Quai d’Orsay au rôle transversal puisque, aux côtés de leurs activités diplomatiques, leurs compétences sont mises au service de l’armée, de la marine et de l’administration des concessions. De plus, ces individus jouent également un rôle sur la scène savante en métropole, en concurrence avec les sinologues parisiens. Il rappelle ainsi le monopole de ces interprètes sur la chaire de Chinois moderne aux Langues’O au cours de la décennie 1870. Objectiver la langue chinoise est rendu possible grâce à des archives nombreuses et variées : le rapport à la langue chinoise est particulièrement bien documenté à travers des rapports des autorités ministérielles, des témoignages de mandarins chinois, des correspondances, des registres des actes des tribunaux ou des discours, etc. Clément Fabre choisit de détailler la trajectoire du premier interprète au service du Quai d’Orsay, Joseph Marie Callery. Son expérience permet de mettre en avant, d’une part, une carence concernant la maîtrise de la langue chinoise lors de la naissance d’un service diplomatique français en Chine et, d’autre part, la création d’un domaine d’expertise linguistique. Cette compétence joue un rôle concret dans la coprésence franco-chinoise au sein de territoires impériaux.
Vincent Bollenot poursuit cette objectivation de la langue et de ses usages dans une communication sur le service de contrôle et d’assistance des indigènes en France (CAI), créé en décembre 1923 mais qui prend ses racines dès la Première Guerre mondiale. La langue – et ici, plus particulièrement, le Vietnamien – est perçue comme un levier d’autonomisation d’une organisation coloniale. Elle pose également des défis à l’historien dans son appréhension des sources lorsque celles-ci se composent de documents en langues étrangères dont la place et le rôle doivent être analysés. Il s’agit de décaler un peu le regard concernant la relation entre savoir et pouvoir : comment « savoir pour pouvoir » ? « Interroger pour étudier » ? Alors que la perspective relationnelle concerne également les agents coloniaux concurrents, la langue permet de hiérarchiser les administrateurs coloniaux entre eux. Dès lors, la maîtrise des langues coloniales joue un rôle en métropole et devient un critère de recrutement. Vincent Bollenot utilise en particulier le rôle de cette maîtrise linguistique dans les parcours de deux employées du CAI grâce à leurs dossiers de carrière disponibles aux ANOM, Mme Guéroult et Mme Benoît.
Li Yunyi prend à rebours ces deux approches impériales de la langue en étudiant le langage anti-impériale de la Chine à travers les archives du ministère des Affaires étrangères de la Chine populaire et d’articles extraits du Quotidien du peuple. La rhétorique utilisée repose sur l’idée d’une « révolution à mener jusqu’au bout » contre l’impérialisme et le colonialisme. L’envoi de conseillers militaires en Indochine pour soutenir le Vietminh va dans ce sens. Ainsi, le Quotidien du Peuple mobilise un langage révolutionnaire contre le gouvernement français, dénonçant « l’impérialisme et les impérialistes français », un « gouvernement réactionnaire » ou encore « le fascisme français ». La reconnaissance sino-française change la donne : le langage anti-impérial est dès lors dirigé contre les États-Unis. En parallèle, les discours de Mao soulignent les contradictions au sein du bloc socialiste, liées aux tensions sino-soviétiques. Cependant, en mai 1968, la RPC soutient le mouvement étudiant en France et use de nouveau d’un vocabulaire condamnant le gouvernement fasciste et réactionnaire français.

Panel 2Pratiques et usages linguistiques en situation coloniale

(Gwendal RannouSara LegrandjacquesJulie Marquet)

Gwendal Rannou a choisi le cas du Papuan Villager, un journal publié en Papouasie entre 1929 et 1941 disponible en ligne depuis 2016, pour étudier le rapport à la langue dans le cadre de la colonisation australienne de ce territoire insulaire. C’est la question du « bon développement » des Papous qui transparaît à travers le projet de développement du lieutenant-gouverneur Hubert Murray, auteur de plusieurs ouvrages sur l’administration indigène, en collaboration avec l’anthropologue gouvernemental F.E. Williams. Pour ce dernier, l’anglais est la lingua franca à enseigner dès le plus jeune âge aux populations locales. Parler Anglais rend accessible la littérature britannique mais doit également faciliter les rapports avec les Européens et rendre plus facile la formation par l’intermédiaire d’instituteurs blancs. La publication de la revue doit participer à cet effort d’anglicisation mais le succès initial est à relativiser puisqu’il y a plus d’abonnés européens que papous. Cet échec, tant moral que financier, est révélateur des contradictions du colonialisme australien : la supériorité de l’homme blanc est associée à la valorisation de la langue anglaise. Murray met ainsi l’accent sur l’apprentissage basique de la langue. Finalement, en 1950, 90% des adultes papous ne savent pas écrire, que cela soit en anglais ou en langue locale, et la scolarisation reste faible.
Les enjeux linguistiques liés aux séjours d’étudiants asiatiques à l’étranger durant la première moitié du XXe siècle sont ensuite analysés par Sara Legrandjacques à travers l’exemple des étudiants venus d’Inde britannique et d’Indochine française. Ces enjeux sont d’abord méthodologiques puisque la langue apparaît en filigrane dans les sources exploitables. En outre, la question de la maîtrise de la langue des archives se pose également au chercheur en histoire globale et connectée qui a recours à des documents à la localisation variée. Alors qu’un grand nombre d’étudiants d’Asie coloniale privilégient les séjours en métropole, consacrant la primauté de la langue du colonisateur, des territoires extra-impériaux se distinguent dès le tournant du siècle, à l’instar des États-Unis, du Japon et, plus tard, de l’URSS. L’apprentissage linguistique n’est pourtant pas systématiquement pris en considération avant le départ. Il devient nécessaire pendant le séjour et la non-maîtrise peut conduire à un échec des études. Enfin, les puissances coloniales se saisissent de ces questions linguistiques afin d’augmenter leur aire d’influence en Asie : le développement d’universités aussi bien en Indochine française qu’au sein des possessions britanniques va dans ce sens au cours des premières décennies du XXe siècle.
Julie Marquet étudie quant à elle la langue des requêtes à Pondichéry au XIXe siècle à travers les plaintes déposées au tribunal de police. Alors que les conflits coutumiers sont réglés selon la coutume, les requêtes doivent être rédigées en langue française et conduisent à une réflexion sur les usages du français dans les documents administratifs. Cependant, peu de traces des processus de traduction et de médiation sont disponibles dans les archives. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, la traduction des requêtes est un enjeu qui nécessite parfois d’avoir recours aux intermédiaires. Ainsi, lorsqu’une requête est signée par quatre-vingt-douze membres d’une caste à Karikal, l’administrateur de l’établissement explique qu’ils ne peuvent pas savoir ce qu’ils demandent et qu’ils ont signé sans comprendre le Français. Des faiseurs de requêtes sont sollicités pour la traduction. De plus, l’usage des requêtes permet d’étudier la mise en place d’un langage juridique alors que les Français essentialisent la culture et les traits de caractère indiens en insistant sur l’attachement aux coutumes et à la tradition. Les représentations produites par les Français participent à façonner un langage juridique. Il est cependant difficile de déterminer si un vocabulaire spécifique est mobilisé. Le champ des émotions est gommé. Or, les effets sur la société locale sont plus faciles à saisir, à travers la modification des pratiques administratives et notamment, l’usage de nouvelles pratiques d’écriture.

Panel 3Traduire, transcrire, travestir

(Marie AberdamGabrielle AbbeRomain Lebailly)

Pour introduire le troisième panel, Marie Aberdam dessine les contours d’une prosopographie des interprètes en Indochine, qu’ils soient Européens ou « Indigènes ». Elle mobilise ainsi plusieurs exemples précis à l’instar de celui de Ponn, d’Alexis Louis Chhun ou de la famille Cazeau. Les archives et, plus particulièrement, les dossiers de carrière permettent de dépasser les limites des récits de voyage et de suivre les parcours biographiques de ces individus. Il faut tout de même être vigilant et réfléchir à la terminologie et au réemploi d’un vocabulaire qui peut manquer de précision concernant les langues que manient les secrétaires interprètes, l’apprentissage qu’ils ont suivi ou encore les motivations de leur recrutement. Les mentions et appréciations présentent dans les dossiers de carrière sont par exemple parfois émises par des supérieurs ne maîtrisant pas la ou les langue(s) concernées. Marie Aberdam souligne également l’importance de la documentation bilingue dans les administrations asiatiques. Cela permet de mesurer la qualité de la pratique linguistique mais une difficulté demeure puisque ces documents sont très rarement signés. Concernant les relations entre statut et compétences linguistiques, les fonctionnaires interprètes sont très peu payés et la qualité de leurs traductions ne va pas toujours influencer l’évolution de leurs carrières. Compétences linguistiques et identités personnelles se mêlent parfois : ainsi, en 1910, l’administration comprend qu’un membre du personnel maîtrisant plusieurs dialectes est Chinois alors qu’il a été embauché dès 1894. Des enjeux d’identités juridiques transparaissent également à travers l’expérience des descendants métis de l’interprète Alexandre Cazeau et de sa compagne cambodgienne.
Gabrielle Abbe, qui a soutenu sa thèse le 23 mars 2018, a choisi d’étudier une source spécifique : un questionnaire sur les arts au Cambodge élaboré par le peintre George Groslier en 1917. Cette source est divisée en deux dossiers : d’une part, le questionnaire et, d’autre part, les réponses en Français, en Khmer, et leurs traductions. Il s’agit alors de s’interroger sur le contexte de production de l’archive, de l’utilisation qui en a été faite ou non. Le thème du déclin est central dans l’argumentaire de Groslier, soulignant une perte de la tradition, des pratiques des techniques artistiques par les populations cambodgiennes. Il dresse un constat alarmiste et appelle les autorités coloniales à sauver ces arts. Il s’appuie alors sur des statistiques qu’il dit avoir collectées par l’intermédiaire du questionnaire. Les réponses lui ont été communiquées entre juillet et septembre 1917 par la résidence supérieure, alors même que son rapport avait déjà été rendu. La langue vernaculaire est alors utilisée comme un gage d’authenticité. Cependant, on constate que les informations transmises et utilisées dans le rapport de Groslier peuvent différer des réponses données au questionnaire. De plus, les réponses sont irrégulières selon les provinces, selon l’importance qui a été donnée au questionnaire par les autorités locales. Certains administrateurs prennent la peine de traduire les réponses et d’autres non. Il faut souligner un décalage entre Groslier et ses interlocuteurs : les catégories qu’ils mobilisent – art, artiste, artisan – leur sont parfois inconnues ou comprises différemment. Il paraît donc impossible d’établir un constat clair après cette enquête et le rapport de Groslier ne s’est donc pas appuyé sur les données qu’elle transmettait.
Enfin, Romain Lebailly propose une analyse des jeux vidéo japonais et de leurs éventuelles traductions entre les années 1980 et 2000. Il mobilise alors en tant qu’hypothèse la notion d’impérialisme culturel qui se développe au cours de la deuxième moitié du XXe siècle et défini comme une homogénéisation empêchant les autres cultures de se déployer. Des années 1980 au début des années 1990, les jeux vidéo japonais sont peu traduits. Ils contiennent alors peu de texte et le mécanisme ludique prime sur la narration. Les quelques mauvaises traductions soulignent qu’il ne s’agit pas d’une préoccupation réelle. La diffusion de JRPG en Occident au début des années 1990, dans lesquels la narration tient une place importante, ne semble pas réellement modifier la donne puisque des négligences de traduction apparaissent. La langue n’apparaît pas alors comme le support d’un impérialisme culturel. Cependant, des changements sont visibles au cours de la décennie suivante : avec Secret of Evermore sorti en 1995, la traduction et surtout, l’adaptation deviennent des enjeux majeurs. Parfois, les caractéristiques de la langue japonaise gênent le processus, les caractères se révélant techniquement intraduisibles. L’analyse des noms donnés aux Pokémon révèle quant à elle une resémentisation qui gomme certaines références à la culture japonaise. Quelques exceptions permettent de s’interroger sur l’émergence d’un Cool Japan : une représentation esthétisée de la culture japonaise, passant parfois par l’usage des caractères, est utilisée dans certains jeux. Mais généralement, la langue japonaise est effacée des jeux vidéo à travers un processus de traduction qui doit faire oublier au joueur qu’il joue à un jeu japonais, à l’inverse des exemples du manga et de l’animé.

En parallèle des communications, des posters réalisés par des étudiants en master du CHAC (Cyril Chenais, Vincent Darnige, Mickael Langlois, Paul Mutti, Darius Riazi) sur la même thématique.

La conclusion d’Hugues Tertrais, professeur émérite et fondateur du CHAC en 2008, permet de synthétiser les différents enjeux mis en lumière au cours de la journée. La prédominance de l’empire francophone dans de nombreux travaux ne doit pas faire oublier les autres empires, qu’ils soient européens ou asiatiques, à l’instar de l’empire moghol et de l’emploi de la langue persane. Des réalités variées et différentes transparaissent alors, notamment entre langues orales et écrites. De plus, la diversité des situations coloniales et impériales doit rester à l’esprit. La question de la formation domine également, qu’elle passe ou non par le rôle de religieux ou de missionnaires, tout comme celle du lien entre langue et administration. Il faut dès lors étudier le rôle et le poids des intermédiaires. D’un point de vue méthodologique, si les archives ont été appréhendées sous leur forme écrite, la langue est associée à un patrimoine immatériel qui a conduit parfois à des enregistrements. Ensuite, il est nécessaire de dissocier langue et discours et de réfléchir au sens des mots en même temps qu’aux échanges et transferts linguistiques.

Autour de la thèse // Écriture(s)

Avant même que la nouvelle année ne débute, je savais qu’elle allait être placée sous le signe de l’écriture.

Écriture à travers la première phase de rédaction de la thèse, d’abord. Je l’ai déjà clamé ici, faisant de ce carnet une sorte de post-it électronique ou, plus tragiquement, de panneau ‘/!\‘ comme on en voit sur le bord des routes, pour me rappeler l’essentiel, les règles à suivre en 2018. Objectif idéal : +/- 250 pages à la moitié de l’année. Objectif volontairement très optimiste, je le sais déjà, et pour l’instant, je peux vous le confier : j’en suis encore bien loin. Ceci dit, cette nouvelle phase doctorale ne me fait pas peur, au contraire. J’ai hâte d’être au milieu de la rédaction des chapitres. J’aime la rédaction, j’ai toujours trouvé que c’était un moment agréable, où le sentiment de produire  quelque chose de concret se mêle à la réflexion : j’ai toujours plein de nouvelles idées en écrivant, les choses se débloquent. Un peu comme lorsqu’on se trouve face à un trousseau énorme et que l’on trouve enfin la bonne clef pour ouvrir le cadenas (et vous lisez les mots de quelqu’un qui s’est retrouvé « enfermée dedans » à cause d’un trousseau de clefs défaillant il y a cinq jours donc la métaphore m’est particulièrement évocatrice).

Mais l’écriture, ce n’est pas seulement la thèse elle-même. Les choses étant ce qu’elles sont, il est difficile de considérer qu’un doctorat ne conduit qu’à un seul et unique produit final et fini, un énorme manuscrit (tapuscrit ?) qui sera lu par un jury puis soutenu avant d’être, dans l’idéal, remanié pour être publié. La recherche doctorale, c’est aussi écrire pour communiquer. Et oui, ma première expérience d’écriture a eu lieu dès l’automne 2015, lorsqu’à peine inscrite en thèse, je répondais à mon premier appel à communications qui allait me conduire à Hong-Kong à la fin du mois de mai 2016. J’ai donc appris à écrire d’une manière synthétique, en 300-500 mots. À résumer ma problématique et mes arguments. À vendre mes recherches en quelque sorte. Au final, est-on si loin des petites annonces que l’on peut trouver dans les journaux – si l’on excepte la forme télégraphique de ces dernières ? Si j’ai l’impression d’être assez rodée après une vingtaine de propositions de comm’ à ce jour, j’ai éprouvé bien des difficultés à répondre aux exigences de ces AAC au début de ma thèse. Au tout début, synthétiser = une nouvelle vision de l’enfer. J’avais envie de tout dire, de parler d’un million de sources, etc. J’éprouvais des difficultés à partitionner mes recherches. Mon ressenti, c’est que cette capacité vient à force de pratique : désormais, j’arrive à « effilocher » plus facilement son sujet, j’en vois presque instinctivement les composantes, celles dont je pourrais faire quelque chose à part, d’une manière isolée. Finalement, mon cerveau fonctionne un peu comme mon bureau d’ordinateur : des dossiers et sous-dossiers apparaissent petit à petit pour organiser ce qui ressemble d’abord à un énorme fouillis de documents.

Et puis écrire, c’est aussi les articles. Là aussi, j’ai eu la chance de publier relativement tôt, ayant participé à la revue du centre au sein duquel j’ai soutenu mon Master, l’Institut Pierre Renouvin (IPR – pour les intimes). Mêmes difficultés au début : synthétiser. Écrire quelque chose de nouveau à partir de mon (gros) mémoire. Et puis découvrir les relectures et la réécriture. Et une certaine violence qui peut aller avec. Travailler des heures sur un article pour se le voir critiquer, parfois sans pincettes par quelqu’un qui, bien que chercheur lui-aussi, semble parfois oublier ce qu’ont pu demander en heures de travail ces x signes ou mots, cela demande là aussi, il me semble, un certain acclimatement. Cela permet de comprendre que les commentaires et remarques extérieurs sont primordiaux. Elles font partie du processus de réflexion, elles sont d’une grande utilité et permettent de prendre de la distance, ce qui est souvent difficile quand on planche 8h à 12h/jour sur une ébauche de papier sans en lever le nez.

En janvier 2018, j’avais donc deux articles scientifiques à soumettre et un article pour une revue généraliste. C’était beaucoup mais je peux vous dire que j’ai au moins réussi à respecter les deadlines pour chacun d’entre eux. L’un des articles scientifiques présentait un défi supplémentaire : je devais écrire en langue étrangère – en anglais. C’est à travers ces différents travaux que je me suis rendue de mon évolution face à ce processus d’écriture/relecture/réécriture : je suis désormais avide de commentaires. Limite ennuyante pour les relecteurs d’ailleurs je pense. J’ai aussi appris que le temps de travail sur un article en langue étrangère était à peu près doublé et demandait une relecture personnelle plus poussée – en fait, elle aussi doublée – afin de me concentrer sur la forme autant que sur le fond. Évidemment, cela demande également un plus gros travail pour les relecteurs donc… merci les relecteurs et encore désolée haha. Et puis, j’apprends à adapter mon planning en fonction des exigences de l’écriture. Ce qui a d’ailleurs un impact sur le calendrier de la thèse. Laisser reposer est indispensable – et pour quelqu’un qui a passé une bonne partie de sa scolarité à boucler ses travaux scolaires et universitaires pile pour la deadline, je ne vous dis pas le progrès ! Je laisse donc au minimum une semaine s’écouler avant de reprendre mes articles. Et quelle différence !

Bref, lorsque je suis tombée sur cet article la semaine dernière, j’avais l’impression qu’il avait été écrit pour moi. Moi et mes dizaines de feuilles / morceaux de papier où je prends des notes – je suis une pro des listes à l’arrière des tickets de caisse ou encore sur les anciennes listes et documents distribués à mes étudiants les années passées… Vive le recyclage. Moi et mon addiction aux couleurs, codes-couleurs etc. (et la frustration qui va avec quand j’ai oublié un stylo d’une couleur que j’avais commencé à utiliser précédemment… Vive la psycho-rigidité !) Et surtout moi et mon perfectionnisme, qui peut relire une phrase 10 fois et aura toujours l’impression à un moment ou à un autre que quelque chose ne va pas et que c’est à peu près la fin du monde. Tous ces détails, moments d’écriture par nature imparfaits (ou plutôt, à parfaire ?) que je suis censée mettre au service d’un article tendant à la «  » » »perfection » » » » et tous les moments de frustrations, stress, etc. que cela induit. Et qui n’apparaissent pas dans la version finale d’un papier. D’où l’idée de « Closet writing » décrite par Evija Trofimova. Qui se doutera qu’une sous-partie d’un article aura été pensée alors que je prenais ma douche, après deux jours de blocage ? Personne. Et sans doute tant mieux ? D’ailleurs, je ne pense jamais à ce processus quand je lis le travail d’un autre chercheur.

Collection personnelle de feuilles de brouillon… Dont je ne saisis parfois même plus le sens…

Écrire, c’est donc un processus bien plus complexe que taper sur un clavier ou gratter sur une feuille de papier. De nombreuses pages, mots, signes… et tickets de caisse m’attendant dans les mois à venir. En espérant qu’à la fin, ils forment un ensemble convaincant ! Et d’ici là, je vous invite fortement à lire Evija Trofimova qui soulève des questions bien plus variées que mon propre billet et offre beaucoup de matière à réflexion.

Autour de la thèse // (Dés)illusions archivistiques

« En histoire, les vies ne sont pas des romans, et pour ceux qui ont choisi l’archive comme lieu d’où peut s’écrire le passé, l’enjeu n’est pas dans la fiction. »

Arlette Farge, Le goût de l’archive, 1997

Que cette citation me paraît juste aujourd’hui, alors que je fréquente le centre n°2 des archives nationales du Vietnam, à Ho Chi Minh Ville, depuis maintenant une semaine…

Quatrième séjour de recherche en Asie, troisième centre visité, deuxième centre vietnamien, c’est pour le moment le plus simple d’accès. Dommage qu’il soit celui où le nombre de dossier que je souhaite consulter est le plus limité… Munie de mon passeport, d’une lettre de recommandation, d’un résumé et de deux photographies d’identité, je me rendais mardi dernier au 2ter Dường Lê Duan suivant de brèves indications trouvées sur internet. Arrivée devant le bâtiment visiblement en travaux, le gardien m’explique que personne ne travaille ici et comprend que je cherche en réalité le bâtiment actuel des archives, au n°17 de la même rue. J’ai décidé de ne pas prendre ses informations erronées comme un mauvais présage. Et jusqu’à aujourd’hui, mon expérience semblait me donner raison.

Après un rapide contrôle d’identité à l’entrée, je découvre la salle de lecture au premier étage. Vaste avec quelques postes informatiques, elle me fait vraiment penser à celle d’Hanoi. Mais elle reflète également bien la ville où elle se trouve : plus moderne, plus organisée. D’immenses reproductions de photographie d’époque, et notamment du splendide palais du gouverneur de la Cochinchine, et de cartes anciennes de Saigon ornent les murs. On m’explique rapidement comment fonctionnent les archives – inventaires sur ordinateur et demande papier à remplir en fonction des résultats – et après quelques commandes, je suis invitée à revenir le jeudi matin, dès 9h pour consulter les premiers cartons.

Malgré une petite déception d’inventaires concernant le but premier de ma venue – je suis à la recherche de fonds sur la SAMIPIC, société d’amélioration morale, intellectuelle et physique des indigènes de Cochinchine – les mots-clefs (étudiants mais etudiant car les résultats diffèrent en fonction de l’accentuation, faisant écho à la langue vietnamienne) m’ont réservé de jolies surprises. Je trépigne à l’idée de découvrir un carton sur une association des étudiants catholiques, je rêve du dossier sur les échanges franco-japonais pendant la Seconde Guerre mondiale

Jeudi, les premiers cartons sont bien là à m’attendre, alimentant mon fantasme d’archives inédites : le premier me fournit de nouvelles listes d’étudiants jusqu’alors inconnues mais aussi des informations sur des résidences universitaires en métropole dont je ne soupçonnais pas le rôle… Je découvre le destin funeste d’un étudiant vietnamien à Bordeaux dont je prévois de vous parler bientôt… 

Bref, alors que j’avais le sentiment de commencer à faire le tour de mes fonds d’archives, je me retrouve devant la pléthore d’informations inédites, accumulant plus de 35 pages de notes en deux jours et demi. Le bonheur, chaque jour, entre 9h et 11h30 et 13h30 et 16h30.

Alors, quand ce matin, un énième carton terminé, j’apprends que mes autres commandes ne sont pas disponibles car « we are correcting », c’est très clairement la douche froide, le « nooooooooooooon » désespéré, la désillusion. Premier réflexe : insister un peu. Mais on ne me ment pas. Deuxième réflexe : paniquer en se disant qu’il me reste encore dix jours à HCM que je vais peut-être devoir passer à la bibliothèque plutôt qu’aux archives… (Et en ce moment, ça me fait moins rêver). Troisième réflexe : reprendre ses esprits. Après tout, je n’avais commandé que douze cartons sur plusieurs dizaines de dossiers repérés.

On m’indique alors que le fonds du Gouvernement de la Cochinchine est en restructuration et me donne accès à une liste de fichiers non disponibles. Je dois souligner l’aspect pratique du concept : je n’ai plus qu’à rechercher chaque n° de dossier repéré dans cette liste pour savoir si celui-ci est accessible. C’est quand même autre chose que les commandes à l’aveugle à New Delhi… Pour chacune des sous-séries, la liste contient des milliers de fichiers inaccessibles (8 000 pour ma sous-série principale, P1/2). Les documents devraient être de nouveaux accessibles d’ici un an.

Je suis donc une phrase transitoire : la suite de ma journée consiste à passer le plus de commandes possible de dossiers accessibles. Je regrette un peu qu’un grand nombre de ceux-ci soient des dossiers qui, par leur titre, me paraissent plus secondaires. Mais à partir de jeudi, je pourrai me relancer dans mon enquête !

Voilà donc un des enjeux de la recherche en archive : l’accessibilité. Les historiens sont dépendants de considérations pratiques, techniques, qui ne sont pas toujours prévisibles. Si  – et je dis bien si – l’information concernant la restructuration / rénovation du fonds du Gouvernement de Cochinchine est disponible quelque part, sur internet, elle l’est en vietnamien et je n’étais pas en mesure de le savoir. Aux côtés du temps règlementaire de déclassification des archives, de multiples obstacles viennent gêner la route des chercheurs de la « non-fiction ».

Et que faire quand des inventaires nous apportent des informations, parfois précises, sans que le dossier rattaché ne soit consultable ? Je me suis retrouvée devant cette situation plusieurs fois : des renseignements, généralement bien datés, me sont fournis par les catalogues. Comment les utiliser ? Dois-je les insérer dans mon inventaire de thèse – s’ils appuient ma démonstration ? Me contenter de notes de bas de page ? Ou les abandonner, le titre d’un carton pouvant être faux, biaisé, truffé d’erreur ?

Autant de questions qui n’appellent pas une réponse précise mais plutôt des prises de décision au cas par cas.

Future Log // 1er semestre 2018

Déjà plus de quinze jours que l’année a commencé.. Il est grand temps de faire le point sur mon programme du 1er semestre !

  • Du 15 janvier au 16 février, je suis de retour au Vietnam pour un séjour de recherches en deux parties. Jusqu’au 3 février je découvre les archives de Ho Chi Minh Ville avant de compléter par un passage rapide à celles de Hanoi (si la fête du Tết ne paralyse pas trop les administrations…) en parallèle de la rédaction de la thèse – on y croit ! – et de divers articles. Pour faire court, j’espère profiter de mon éloignement de Paris, de diverses tâches académico-administratives et tentations diverses pour avancer efficacement pendant mon séjour, on verra bien 😉. Petit spoiler : en un après-midi, je peux d’ores et déjà dire que les archives d’HCM me paraissent les plus simples des archives asiatiques visitées jusqu’ici !
  • Le 24 février sera l’occasion pour moi de pousser ma réflexion sur les étudiants indochinois pendant la Seconde Guerre mondiale grâce à ma participation au colloque Frontières. Circulations, vie quotidienne, illégalités (1939-1945) à la Sorbonne. J’y aborderai l’impact de la guerre sur les circulations et le quotidien des étudiants indochinois en France pendant cette période. Pas de spoil à ce sujet pour le moment mais un billet dédié accompagnera ma communication fin février 🙂
  • Le 1er mars, l’invitation de Jean-Philippe Legois me permettra de participer au séminaire du GERME – Groupe d’étude et de recherche sur les mouvements étudiants autour des associations étudiantes indochinoises pendant l’entre-deux-guerres.
  • Fin mars – début avril, je co-organise avec ma collègue Marie Aberdam une journée d’études pour jeunes chercheurs du CHAC – mon centre de recherche sur l’histoire de l’Asie contemporaine – sur le thème de « l’empire des langues« . Je reviendrai sans doute sur ce projet une fois que les questions logistiques réglées, mais il s’agit d’une journée d’études aux modalités un peu particulière, se concentrant sur les réflexions et interrogations de fonds et méthodologiques des jeunes chercheurs.
  • En mai, j’aurai l’honneur d’être la boursière du mois de la Maison française d’Oxford ! À moi les archives de l’université et des colleges et l’étude de cas sur les étudiants indiens \o/
  • Last but not least : je partirai le 25 juin pour un mois à… New Yoooooork. Je n’en reviens pas encore moi-même mais je suis boursière du programme Alliance à Columbia University. Le programme est assez similaire à celui d’Oxford : fouiller les fonds d’archives universitaires (Columbia, NYU…) pour y trouver le plus d’éléments possible sur mes étudiants indiens !

MàJ du 20 janvier :

  • Avant de partir pour Columbia, je participerai à la conférence Children and Youth On the Move organisée par la Children’s History Society à l’université de Greenwich (Londres), du 21 au 23 juin. Mon papier – intitulé Tempting Metropolises – sera fondé sur une approche sociale des mobilités étudiants à l’échelle impériale (des colonies indienne et indochinoise vers la métropole), soulignant les enjeux de ces séjours d’études, notamment la découverte des sociétés métropolitaines.

À ce jour, j’attends encore une ou deux réponses pour d’autres conférences en Europe. L’avantage d’entamer la rédaction me permet de relativiser sur une éventuelle réponse négative : après tout, ça me libérera du temps pour remplir mon objectif – très (trop ?) optimiste – du premier semestre 2018 : environ 250 pages de rédaction. En sachant que j’ai aussi plusieurs projets de publication sur le feu, je commence un peu à douter du caractère réalisable de cet objectif mais bon… 😉

Un an d’hypothèses

Et avec la nouvelle année, ce carnet fête ses 1 an !

Et oui, cela fait déjà un an que j’écris et publie ici, plus ou moins régulièrement, au fil de ma thèse, de mes hypothèses et idées plus ou moins pertinentes, de mes expériences et découvertes de doctorante (et parfois, d’addict au cinéma).

En janvier 2017, j’étais en deuxième année de thèse, je croulais sous les TD et les communications à préparer (au final, sans vraiment m’en rendre compte, j’aurai participé à une bonne douzaine conférences en une année), les copies à corriger mais j’étais surtout au cœur de mon parcours de doctorante.

En même temps, quoi de plus logique, me direz-vous, quand on se trouve pile au milieu de la durée réglementaire (et fantasmée) du doctorat ?

Ce que je veux dire ici, c’est qu’au bout d’un an et demi de thèse, j’avais pris – à peu près – mes marques au sein de mon école doctorale, de mon centre de recherche, de mon UMR… et mon rapport au monde de la recherche avait bien évolué. Au début de ma thèse, j’avais le sentiment d’être une étudiante un peu perdue au milieu des chercheurs. Sans aucune originalité, je souffrais d’un léger syndrome de l’imposteur et, même si je croyais en mon sujet de thèse, j’avais du mal à assimiler que moi aussi, je faisais vraiment de la recherche. Et que je pouvais détenir un savoir qui me serait propre.

Mais au fil des semaines puis des mois, j’ai pris conscience que la thèse, travail solitaire, pouvait paradoxalement offrir de belles rencontres et de riches moments d’échanges, en contexte académique ou non. Que les doctorants pouvaient pleinement prétendre à organiser des événements scientifiques. Ou encore, que les séjours aux archives pouvaient être une vraie aventure, à leur manière (pas de quoi tourner un nouvel Indiana Jones mais quand même).

En décembre 2016, quand j’ai participé à une formation sur l’usage du numérique en histoire en Sorbonne, je fus donc très réceptive au concept de « carnet de recherches« , qui ne m’avait jamais interpellée jusque-là. J’y voyais un moyen d’aller plus loin dans le partage constitutif de la recherche. J’avais envie de raconter ma thèse.

Il me semble que ma démarche était d’abord très égocentrée : « ma vie, mon œuvre » et « qui m’aime me lise !« . Et d’ailleurs, je ne m’attendais pas à des réactions outre-mesure. Le partage plus que l’échange, donc. J’avais déjà remarqué que la section « commentaires » des carnets parcourus était souvent peu utilisée. Mais cela m’importait peu. Partager, c’était aussi me rassurer, mettre des mots sur des expériences sensibles, m’assurer que je pouvais écrire sur la thèse tout en n’étant pas obligée d’écrire comme je le fais dans un article scientifique.

Je ne soupçonnais pas qu’au bout de quelques semaines, mon carnet allait me conduire à de nouvelles rencontres. Associé à un usage intensifié de TwitterVoies étudiantes m’a permis de discuter avec Antonin, de comparer expériences archivistiques cambodgiennes et vietnamiennes avec Yann ou encore de découvrir les recherches de Charles. Que demander de plus – si ce n’est que ça continue ?

Si la structure et le contenu du carnet demeurent expérimentaux – vais-je réussir à développer mon projet de notices ? Poursuivre mes critiques ciné en lien avec mes recherches ? Parler davantage des aspects concrets de la thèse ? – je crois que c’est cette forme-ci qui me convient le mieux. Pouvoir écrire quand l’envie et le besoin se font ressentir. L’avenir nous dira s’il en sera toujours de même dans un an mais en attendant, après ce premier billet de l’année un peu niais, je vous souhaite de passer un bon moment ici en 2018 🙂 

 

 

Autour de la thèse // Dans les archives nationales de l’Inde

En cette période festive, je viens de rentrer de mon premier séjour de recherches en Inde. Jusqu’à mon arrivée aux archives à New Delhi il y a environ un mois, mon programme demeurait relativement flou. L’ancien site internet des archives que j’avais pu consulter depuis la France ne me donnait pas accès à un catalogue en ligne. La grande question était donc : « Combien de temps rester à New Delhi ? »… Mes recherches se concentrant sur les mobilités étudiantes dans la présidence du Bengale, autour de l’université de Calcutta, j’imaginais trouver plus facilement des archives là-bas. Évidemment, il en fut tout autre…

L’entrée aux archives constitue la première épreuve : les chercheurs étrangers ont besoin d’une lettre de leur institution mais également de leur ambassade à New Delhi. Le nombre de chercheurs français se rendant aux Archives nationales est assez faible : le consul était donc bien étonné de me voir arriver pour réclamer mon courrier ! Cette démarche purement administrative s’est révélée assez utile puisqu’elle m’a permis de présenter mes recherches et d’avoir des contacts au sein du service de coopération universitaire et culturelle de l’ambassade et du Centre for Social Sciences and Humanities (CSH).

Une fois les différents courriers obtenus, il faut se présenter au local situé à l’entrée des archives sur Jan Path pour obtenir un petit papier bleu en échange de quelques informations et de son passeport – je m’appelais donc « Legrandjacuues » et venais de la « République de Francies » pendant trois semaines :

Prochaine étape : trouver la research room – et, au premier abord, ce n’était pas forcément évident sans panneaux – et s’inscrire. Étapes assez simples puisqu’il s’agit de remplir un formulaire et de donner les différents courriers.

Et c’est là que les difficultés commencent : on me tend deux-trois guides des archives et quelques index en me faisant comprendre qu’il faut que je les utilise pour commander des documents. La commande de documents se fait à l’aide de bordereaux à remplir à la main en donnant les bonnes informations (département et branche concernés, détails du document, date…). Le personnel en charge de ramasser les bordereaux n’étant pas archiviste, personne n’est capable de me dire si ma première commande est correcte. Évidemment, elle ne l’était pas et qu’elle fut ma déception lorsque le lendemain, tous mes bordereaux avaient été mis de côté avec la mention « Please clear reference« .

Première leçon des archives : toujours faire valider les premières commandes par l’archiviste. Si les systèmes généralement informatisés en Europe signalent automatiquement les mauvaises références et évitent des commandes nulles, le système manuscrit des archives indiennes exige – au moins les premières fois – de faire appel aux archivistes. J’ai croisé plusieurs chercheurs étrangers pendant mon séjour et je crois qu’aucun n’a réussi à obtenir des documents du premier coup…

Deuxième leçon : Il faut savoir que plusieurs index sont en accès libre dans la salle MAIS il s’agit seulement de ceux du Home Department et du Foreign Department pour l’essentiel. Dans mon cas, le département de l’éducation était rattaché au Home Department jusqu’aux années 1910. Ensuite, un Education Department indépendant puis un Education, Health and Lands Department ont vu le jour. Pour ces derniers, il fallait que je commande les index. Bref, il faut parfois deux commandes avant d’obtenir de véritables documents d’archives.

Troisième leçon : les informations affichées dans la salle ou sur les bordereaux ne sont plus valables. Il est indiqué que l’on doit laisser ses affaires dans un casier, fermé par notre propre cadenas, mais cela est faux. Personnellement, j’ai pu laisser mon sac sous mon bureau pendant mon séjour mais il semblerait qu’une salle adjacente serve de dépôt de sacs. Donc pas de panique si vous n’avez pas de cadenas. Plus important, il est inscrit que lors des trois dépôts de commande – à 10h, 12h30 et 15h – dix bordereaux peuvent être déposés. C’est faux et en un mois, je n’ai pas tout à fait saisi la logique : ce qui est sûr, c’est qu’il faut déposer 5 bordereaux max. Parfois, on peut en déposer 5 à chaque dépôt mais d’autre fois, c’est 5 par jour max. J’imagine que cela dépend de la masse de travail des archivistes. En outre, les premières semaines, j’ai déposé une dizaine de bordereaux pour ne recevoir que trois documents en échange, les autres papiers me revenant avec l’inscription « Brittle » (fragile) ou « NT » (non transmissible actuellement). Donc leçon complémentaire : être patient. Les archives nationales demandent quelques jours d’adaptation.

Dernière chose : les photographies sont interdites. Il faut donc soit recopier les documents, prendre des notes – l’option que j’ai choisie – soit demander des photocopies. Celles-ci arrivent en minimum un mois. Et il faut évidemment payer. Pour les chercheurs étrangers, il semblerait qu’il soit possible de se faire expédier les photocopies chez soi après son départ mais j’avoue n’avoir pas croisé quelqu’un ayant testé et approuvé ce système pendant mon séjour.

Finalement, je me suis habituée à ce fonctionnement particulier et une fois rodée, j’ai pu bénéficier de plusieurs dizaines de documents, dont de véritables pépites ! Les fonds sont très riches et d’une grande variété… Je n’ai pas pu épuiser les ressources et n’ai pas eu le temps de me rendre à Calcutta.

Pour faciliter ma tâche, au bout d’une semaine, j’ai découvert le nouveau site, Abhilekh Patal, comprenant un catalogue en ligne. Celui-ci est incomplet mais présente l’avantage de catalogue seulement les archives accessibles – un gain de temps non négligeable. Un service de numérisation à la demande doit bientôt être lancé, ce qui faciliterait la vie de nombreux chercheurs ne résidant pas à Delhi !

Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (3)

Arrivée depuis jeudi dernier à New Delhi pour mon dernier séjour de recherche de 2017, il est grand temps de publier l’épisode 3 de mon périple anglais du mois de novembre.

Épisode 3 : Maria Grey Training College’s Archives

Il y a quelques mois, un article dans The Conversation me permettait de découvrir cette photographie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

Elle représente la promotion 1905-1907 du Maria Grey Training College (MGC) à Londres. On y distingue clairement une jeune étudiante portant un sari au milieu de jeunes femmes aux tenues vestimentaires davantage occidentales. D’abord utilisée pour ma communication sur l’impact corporel des mobilités étudiantes à Reims en avril, cette photographie soulevait et résumait plusieurs interrogations pour mes recherches : qui était cette étudiante indienne ? Est-elle représentative d’une mobilité féminine d’études vers l’Angleterre ? Ou fait-elle figure d’exception ? Quel rôle ont pu jouer les institutions destinées aux femmes dans l’essor des circulations étudiantes pendant la période coloniale ? J’ai décidé de suivre mon intuition, qui me soufflait qu’il devait y avoir d’autres étudiantes indiennes au MGC (et j’avais vraiment très envie d’y croire !), et d’aller explorer les archives conservées à la Brunel University (http://www.brunel.ac.uk/about/Archives/Maria-Grey-College-Archives) à Uxbridge, en périphérie de Londres.

Après un long trajet en métro jusqu’à l’extrémité de la Metropolitan Lineles métro londoniens vont pour certains plus loin que certains RER parisiens ! – et une petite quinzaine de minutes de marche, me voilà devant la maison dédiée aux archives de Brunel University où Phaedra Casey m’accueille chaleureusement :

Moi qui suis habituée à mener mes recherches au sein de « grands » centres d’archives (archives nationales, archives d’outre-mer ou diplomatiques…), la consultation d’archives au sein d’institutions éducatives me donne un nouvel aperçu du travail de chercheur. Les relations avec les archivistes deviennent primordiales puisque ceux-ci préparent ma visite et ont déjà pu sélectionner des documents susceptibles de m’intéresser. C’est agréable : cela permet de gagner du temps et surtout d’avoir de vrais échanges avec les archivistes, sans qui je serai bien perdue – big up aux archivistes ! Au cours de nos conversations, Phaedra m’a expliqué qu’elle manquait de temps pour explorer les archives du MGC. En effet, ce college n’existe plus – il a fermé ses portes en 1976, et elle doit se concentrer sur les archives d’institutions existant encore aujourd’hui, pour des raisons principalement financières (ce sont d’elles que viennent les fonds). Conclusion : il est très important que des historiens s’intéressent à l’histoire du MGC, afin de faire vivre ses archives !

Fondé en 1878 par Maria Grey (1816-1906), éducatrice et essayiste, ce college était destiné à la formation d’institutrices. Elles devaient ainsi participer activement à l’instruction des filles, en Angleterre mais également à l’étranger. En effet, ce qui me frappa lors de la consultation des archives de l’institution, et plus particulièrement de son magazine, c’est les carrières internationales des diplômées du MGC. Plusieurs d’entre-elles ont enseigné en Europe, Amérique, Afrique ou Asie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

L’Inde a joué un rôle non négligeable dans ces parcours professionnels. Si elle constitue un débouché à la suite des études, elle est également un point de départ. Des Européennes vivant en Inde, participant à des missions ou à l’instruction des populations locales, rejoignent le college afin d’obtenir une qualification. Mais ce sont également de jeunes Indiennes qui fréquentent, d’abord timidement, les cours créés par Maria Grey.

La première étudiante indienne est arrivée en 1882, venait de Madras et s’appelait Anne Shunmugun. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles : impossible de savoir si elle est venue à bout du cursus… La plupart des étudiantes venues d’Inde demeurent des filles de Britanniques installés dans les grandes villes du sous-continent (Calcutta, Bombay, Madras…) Il faut ensuite attendre le début du XXe siècle pour que d’autres « natives » se laissent tenter par l’expérience du voyage. En 1906, l’arrivée d’Atiya Fyzee semble relancer la machine sans pour autant porter ses fruits : on ne retrouve la trace des jeunes Indiennes que pour quelques semaines ou mois dans les documents, celles-ci quittant rapidement le college. En effet, elles n’avaient généralement pas les bases nécessaires à un enseignement supérieur. Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… La situation semble se décanter après la Première Guerre mondiale : Irene M. Lilley, qui a écrit la seule monographie dédiée au MGC, estime qu’au cours de l’entre-deux-guerres, plus de 110 étudiantes, britanniques ou indiennes, sont venues d’Inde. En consultant les différents numéros du Maria Grey College Magazine, j’ai pu constater que les listes de nouvelles diplômées comprenaient au fur et à mesure de plus en plus de noms d’Indiennes.

Ces magazines constituent d’ailleurs une source riche : il est composé d’articles mais également de rubriques dédiées aux alumni : on y annonce les mariages, les nouveaux postes, les décès… et on y publie également les courriers des anciennes élèves désireuses de renouer avec leurs camarades passées. Il me reste donc à analyser et construire une base de données à partir de toutes ses informations. Ses sources inédites me permettront de construire une étude de cas tout autant inédite et pourquoi pas, d’en tirer un article dans les prochains mois !