Autour de la thèse // Un hiver aux archives

L’hiver est terminé depuis un long moment déjà – et ce billet est resté longtemps sous forme de brouillon – il est donc temps de faire ce point sur les archives consultées entre décembre et mars. 

Mon dernier “long” séjour en archives s’est achevé à la mi-janvier, lorsque j’ai attendu en vain les derniers dossiers commandés à la West Bengal State Archives de Kolkata. Comme à peu près un an auparavant à Ho Chi Minh Ville, j’avais décidé de visiter des fonds régionaux qui correspondent ici au focus sur Calcutta et le Bengale que je mène dans ma thèse.  

En parallèle, cet hiver a été marqué par la découverte d’autres fonds d’archives. Après la douce chaleur bengalie, c’est sous le soleil (oui, oui !) d’Édimbourg que j’ai pu consulter quelques documents sur les étudiants indiens inscrits dans les universités de cette ville. Enfin, j’ai également fréquenté les archives de Sciences Po à Paris.

Trois approches différentes donc, pour trois lieux bien différents eux aussi : en Inde, il s’agissait d’explorer les fonds du gouvernement du Bengale, c’est-à-dire des documents produits essentiellement par les administrateurs coloniaux et certains de leurs interlocuteurs (enseignants, savants, étudiants, parents d’étudiants…). À Sciences Po, je retrouvais un autre type de sources qui est devenu essentiel au cours de la thèse : les registres d’admission et les bases de données qui en découlent. Enfin, tout en restant dans les archives d’institution d’enseignement supérieur, j’ai plutôt consulté la documentation liée à la vie associative des étudiants indiens autour de l’Edinburgh Indian Association, fondée en 1883. 

Contrairement aux archives nationales à Delhi, le centre des archives de l’État du Bengale occidental est plus modeste, implanté à proximité de l’université de Calcutta et de l’immense marché aux livres qui la jouxte. Une première salle de lecture permet de consulter des documents du XIXe siècle tandis que deux étages plus haut est accessible la documentation du siècle suivant. Les modalités d’accès demeurent assez similaires à celles du centre de la capitale indienne : les chercheurs étrangers doivent s’armer d’une lettre de leur ambassade ou consulat – ce qui me laisse toujours un peu dubitative quant au rôle véritable de cette lettre mais permet de visiter les institutions diplomatiques locales, ce qui n’a jamais été désagréable jusqu’ici. Pour la première fois en Inde, j’ai également obtenu une carte de lecteur, valable deux ans, et qui vient donc étoffer ma pile de cartes de recherche… Ces étapes administratives passées, il est assez facile d’obtenir des documents puisque les magasiniers vont les chercher en environ dix minutes, ce qui pallie partiellement les horaires d’ouverture un peu réduits (11h-17h avec des horaires de commande plus réduits, variants en fonction de la catégorie du document). Ne reste plus qu’à prendre des notes, les photographies étant interdites. Concernant le fond(s) de ce séjour d’archives, les papiers du gouvernement du Bengale font écho à ceux du gouvernement de l’Inde. J’ai donc parfois retrouvé des sources similaires à celles de Delhi. Ma stratégie était plutôt de combler les éventuels “trous” de mon premier séjour indien en ciblant des années spécifiques, ce qui a été plutôt fructueux. Cependant, un gros moment de frustration – si ce n’est d’effroi – a eu lieu quand j’ai appris que certains documents, bien qu’inventoriés, avaient été détruits… Dans le contexte de mes recherche, cela inclut notamment des listes d’anciens étudiants avec leur fonctions après l’obtention de leurs diplômes… 

Faute de photo des archives, ma récompense à la fin des journées de travail : les pâtisseries bengalies

 

À mon retour en France, j’ai décidé d’équilibrer mon corpus de sources en explorant les archives de Sciences Po, une institution dont je savais qu’elle avait été fréquentée par des étudiants venus d’Inde comme d’Indochine. L’atmosphère est beaucoup plus intimiste que dans des centres d’archives nationaux ou régionaux puisque le chercheur travaille aux côtés de l’équipe d’archivistes, dans une petite salle d’une immense bâtisse de la rue des Saints Pères. Seuls les archivistes sont habilités à parcours ce qu’ils appellent le “fichier jaune“, une base de données comprenant les informations sur l’ensemble des inscrits à l’Institut d’études politiques parisien. En théorie, il était facile en tapant “Inde” ou “Indochine” de retrouver l’ensemble des étudiants venus de ces territoires entre 1872 et 1945. Or, j’ai rapidement constaté en croisant les informations avec les registres d’admission que certains noms manquaient. Il a donc fallu tester de nouveaux mots-clefs : “Annam”, “Tonkin”, “Vietnam”, etc. J’ai finalement trouvé une soixantaine d’individus, Européens comme Asiatiques, venus des deux colonies mentionnées précédemment. 

L’Écosse ou une énième occasion d’agrandir ma collection de cartes…

 

La visite des archives écossaises est, quant à elle, davantage le fruit de rencontres et d’échanges avec l’équipe du projet UncoverED de l’université d’Édimbourg qui met en avant les étudiants étrangers qui ont fréquenté l’établissement écossais.  Grâce à eux – et notamment Henry Mitchell – j’ai pu présenter mes travaux dans le cadre du séminaire du centre d’histoire globale et du séminaire d’UncoverED. Mon passage aux archives fut assez express puisque je cherchais surtout des éléments sur l’association indienne d’Édimbourg conservé au sein des archives de l’université : les laws and regulations de l’association compilées dans de minuscules carnets, quelques correspondances, des listes de souscripteurs, etc. Cela devrait alimenter le chapitre de ma thèse dédié aux sociabilités. 

 

Ces dernières étapes avaient pour but de faciliter mon “sevrage archivistique” et me permettre de me plonger complètement dans la rédaction… Mission partiellement réussie puisque je finalise (enfin) ce billet depuis Aix où j’ai passé une semaine aux ANOM et n’ai pas pu résister à consulter quelques dossiers en parallèle de la double journée d’études à laquelle je participais… Mais c’est une autre histoire ! 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.