« Making-of » // L’Asie et la Cité

Le 14 février, j’ai emporté dans mes valises pour le Vietnam une ébauche de chapitre destiné si tout va bien à un ouvrage collectif sur la Cité internationale universitaire de Paris (CIUP) depuis 1950. Entre ce travail et ma communication à Hanoï sur l’histoire comparée de l’enseignement supérieur au Vietnam et en Corée au début du XXe siècle, le mois de février est placé sous le signe des sujets « connexes », liés à mes recherches sans en être tout à fait l’objet.

J’inaugure ainsi la catégorie « Making-of » qui aura pour objectif de retracer la genèse d’articles et autres travaux scientifiques.

Mon chapitre de la Babel étudiante IIle premier volume sur la période 1920-1950 est sorti en 2013 et je l’avais consciencieusement fiché/pillé pour mon mémoire de M2 –  est consacré à l’Asie à la CIUP – située au sud de Paris, près du parc Monsouris, entre le boulevard Jourdan et le périphérique – depuis les années 1950. Vaste programme quand on sait qu’il y a aujourd’hui 4 « Maisons » asiatiques (Japon, Asie du Sud-Est, Cambodge et Inde) au sein de la Cité et une cinquième en construction, la Maison de la Corée du Sud depuis 2016.

Les archives de la CIUP ont été versées aux Archives nationales il y a quelques années et j’ai donc effectué depuis juin 2016 plusieurs « excursions » à Pierrefitte-sur-Seine – empruntant avec un plaisir fort dissimulé la magnifique ligne 13 – afin de consulter les cartons dédiés aux Maisons asiatiques. Leur contenu est extrêmement varié. Il n’y a pas de véritable cohérence, malgré quelques catégories communes : « Administration générale« , « Correspondances« … Mais la comparaison s’arrête là. Ainsi, si la Maison du Cambodge a conservé tous les courriers envoyés aux résidents et candidats à la résidence, ce n’est pas le cas des cartons de la Maison de l’Asie du Sud-Est. Les rapports des conseils d’administration ne suivent pas toujours une chronologie régulière et sont plus ou moins précis selon les années ou les fondations (ceux du Japon sont une véritable mine d’or, comprenant des éléments sur l’origine des résidents, leur lieu d’étude mais aussi des comparaisons genrées ou la répartition des boursiers sur l’ensemble du territoire français… Un beau sujet de recherches à part entière ?) Du côté de la Maison de l’Asie du Sud-Est, un carton contient le livre d’or signé par quelques résidents au début des années 1990 : messages en coréen, japonais mais aussi anglais, russe, français… s’y mêlent.

Dans ce cadre, difficile d’effectuer des comparaisons – notamment statistiques – entre les différentes Maisons étudiées : il est rare que deux d’entre elles proposent des chiffres pour la même année. Par exemple, du côté japonais, on trouve des statistiques du nombre total d’étudiants pour l’année 1971. Une comparaison avec l’Asie du Sud-Est m’a semblé possible jusqu’à ce que je réalise que je ne possédais, dans ce deuxième cas, que le nombre de nouveaux arrivants

Il est frappant qu’un type de documents prédomine au sein de l’ensemble des dossiers : les documents traitant des questions financières : tableaux, rapports budgétaires, devis (j’ai même trouvé des publications pour l’ameublement avec des vieux téléphones et des machines à café de la fin des années 1980 – début des années 1990 !)

Un des enjeux était d’avoir une vision large du contenu de ces archives afin de déterminer rapidement si elles me permettaient de traiter le sujet sous l’angle que j’avais prévu. Je suis partie de questions assez simples : « Quel part les étudiants asiatiques représentent-ils à la CIUP ? » / « Comment se matérialise la présence asiatique à la Cité ? »… Tous ces questionnements et mes connaissances antérieures sur la CIUP m’ont très vite fait me poser une question – assez simple : « Qu’est-ce que l’Asie (…)«  en y ajoutant un élément :  « –à la CIUP ?« 

Question qui demeure sans réponse et mobilise les chercheurs de différents domaines. À l’automne 2015, j’avais assisté à un Workshop organisé à La Sorbonne qui avait eu le mérite de retracer l’évolution de la pensée autour de cet objet « Asie ». Cette complexité est visible dans les documents produits par la Cité elle-même : si les statistiques générales et généralistes des derniers rapports évoquent environ « 20% » des résidents originaires d’Asie, des précisions sont vite apportées : Moyen-Orient et Asie sont généralement séparés tandis que le rapport de 2013 subdivise le continent en Asie occidentale, Asie méridionale, Asie centrale, Asie orientale et Extrême-Orient !

À partir de là, il m’a semblé évident de transposer ces questionnements sur la « nature » de l’Asie à l’étude de la CIUP au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. J’ai fait le choix de séparer dès le départ Moyen-Orient et Asie, me concentrant en réalité sur l’Asie méridionale et orientale – au sens large (c’est-à-dire, d’englober un territoire allant de l’Inde au Japon). L’hypothèse de départ est simple : l’Asie à la CIUP est une Asie plurielle, présente à travers des étudiants et des fondations rattachés à différents territoires (des États mais aussi des régions plus larges, à l’exemple de l’Asie du Sud-Est) et important en France, à la Cité, toute sa diversité culturelle.

À cette approche « socio-historio-culturelle », j’ai ajouté une dimension géopolitique et diplomatique. La présence asiatique n’est pas « statique » ou stable. Le changement de nom de la « Maison des étudiants de l’Indochine » – et non sa disparition – est consécutive à la décolonisation française en Asie et tend à diversifier l’origine des résidents, en élargissant à l’ensemble de l’Asie du Sud-Est.

J’ai donc tenté de mesurer l’impact des évolutions politiques, diplomatiques et géopolitiques en Asie et en France sur cette « Cité asiatique ». Celles-ci sont conditionnées par la présence d’une fondation ou d’un nombre non-négligeable d’étudiants : l’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges – et les tensions diplomatiques qu’elle engendre – conduit à la fermeture de la Maison du Cambodge au milieu des années 1970 et pour une trentaine d’années. Les transferts Asie-France dominent alors que les événements en France semblent avoir un faible impact sur les Asiatiques de la Cité : les rapports des Conseils d’Administration en 1968-1969 insistent sur l’absence de participation des étudiants asiatiques (japonais, vietnamiens, laotiens, cambodgiens…) à ces événements.

Finalement, la continuité transparaît surtout à travers l’accent mis sur la diffusion de la culture, tout en synthétisant cette pluralité asiatique à travers des activités propres à chaque territoire concerné (Têt chez les Vietnamens, Pimay chez les Laotiens…)

Mais pour en savoir plus, il faudra attendre la publication de mon article 🙂

 

 


Une réflexion au sujet de « « Making-of » // L’Asie et la Cité »

  1. Ping : Autour de la thèse // Nancy, un pôle des mobilités étudiantes ? | Voies étudiantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *