Et de deux !

Deux ans de carnet, trois ans et demi de thèse… et je commence l’année 2019 de la meilleure des façons possibles – pour une doctorante, j’entends : en séjour de recherches en Inde.

Je suis depuis fin décembre à Kolkata, qui sous son nom britannique de Calcutta incarne le point de départ de ma thèse, par l’intermédiaire de son université. Cerise sur le gateau, j’habite seulement à dix minutes à pied des West Bengal State Archives – le luxe – qui sont elles-mêmes voisines de ladite université. Bref, je marche sur les pas de mes étudiants, presque 162 ans (c’est son anniversaire le 24 janvier !) après la fondation de l’institution d’enseignement supérieur bengalie. Une fois n’est pas coutume, je prépare un billet sur les archives qui sera en ligne sous peu.

Au pied de l’université…

Mais l’heure est encore aux voeux et autres résolutions pour la nouvelle année… Plutôt que de faire une liste exhaustive et qui ne sera sans doute pas suivie de décisions et souhaites pour 2019, je souhaite saisir l’occasion pour faire un petit retour de l’année doctorale 2018 désormais révolue, à partir de cinq mots-clefs… 

Voyages – Dispensée d’enseignement en 2017-2018, l’objectif était d’en profiter pour poursuivre/terminer mes séjours en archives. Après un séjour en Inde (Delhi, fin 2017), j’ai enchaîné avec Hô Chi Minh Ville et Hanoi en janvier-février 2018. Puis, je me suis concentrée sur les fonds d’archives d’établissements universitaires, en Angleterre d’abord grâce à mon séjour à Oxford, puis aux États-Unis. Après quelques hésitations, j’ai décidé de couronner le tout avec un court retour en Inde, cette fois-ci à Kolkata, histoire de consulter les archives de la province sur laquelle je me concentre pour le versant indo-britannique de ma thèse. Sont venus se greffer des courts séjours pour des conférences et je dois dire que mon véritable coup de coeur a été Berlin, où j’ai séjourné en juin et août 2018. Quelle ville ! J’en suis revenue avec l’envie d’apprendre l’allemand… mais aussi avec un projet de publication dont j’ai déjà parlé ici. Bref, cette année, j’ai fait le plein d’archives mais aussi de découvertes touristiques / culturelles / culinaires… et comme souvent, j’étais loin de m’imaginer que la thèse allait me permettre tout ça. 

Rédaction – À côté des archives, la fin du contrat doctoral approchant, j’avais décidé de commencer la rédaction du manuscrit dès le début de l’année 2018. J’étais pleine de bonne volonté et j’avais même osé la résolution « 200 pages » d’ici l’été comme résolution… Hum… Comment dire… échec total de ce premier objectif… Mais la rédaction a bien commencé avec un premier chapitre qui a été trèèèèès trèèèèèèèèès trèèèèèèèèèèèès long à terminer et qui à cette autre particularité d’être trop long. Moi qui étais assez optimiste en me rappelant la rédaction, relativement rapide, de mes divers mémoires, j’ai été forcée de constater que rédiger une thèse, ce n’est pas rédiger un mémoire… Constat assez banal mais j’étais assez naïve pour penser que je retrouverai aisément la vitesse de croisière atteinte en Master. 

Bibliothèques – Séjours de recherche + rédaction obligent, 2018 a également été l’année des bibliothèques. Et j’en ai pris plein les yeux. Je repense toujours avec émotion à la Butler Library de Columbia où j’ai passé de nombreuses heures dans la mezzanine d’une salle du premier étage – les places étaient chères, ce qui me motivait pour arriver à la bibli à l’ouverture… 

Et pouvoir faire entrer des boissons chaudes dans les bibliothèques, c’est quand même un luxe. Mais sinon, j’y allais surtout pour les livres hein… Les stacks accessibles aux lecteurs sont impressionants. 

Modeste Butler Library

English – Que cela soit dans le cadre des séjours de recherches, des conférences mais aussi des cours dispensés à partir de septembre, j’ai beaucoup parlé anglais cette année et c’est vraiment chouette. Je pense avoir gagné en fluency et compte bien pesévérer. Et j’ai aussi écrit en anglais, ce qui n’a pas été de tout repos mais m’a permis de publier mon premier article scientifique en langue étrangère. En revanche, un des objectifs de 2019 est de trouver un créneau pour se remettre sérieusement au vietnamien, les cours me manquent et mes maigres connaissances ont tendance à s’évaporer. 

ATER – Un peu moins réjouissant, j’ai découvert les joies des campagnes de recrutement… C’était stressant et chronophage mais j’ai eu la chance d’obtenir un poste d’ATER et de voir la Méditerranée tous les vendredis au premier semestre. 2019 rimera avec une deuxième campagne, ce qui ne sera pas une partie de plaisir, mais avant ça, je donnerai des cours de World History à Paris et Reims au deuxième semestre et ce programme est assez motivant. 

En 2018, l’activité sur le carnet a fait écho à mon emploi du temps : beaucoup d’articles tant qu’il n’y avait pas de cours à préparer… et une activité un peu ralentie depuis septembre. Mais je continuerai de venir y raconter mon expérience de doctorante, d’y parler de cinéma d’Asie ou sur l’Asie, ou d’autres choses en 2019 et j’espère que les visites y seront agréables… et souhaite à tous les lecteurs de passage une excellente année ! 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.