Ciné-Asie // Les confins du monde

Mon année cinématographique 2018 s’est achevée jeudi soir – départ en Inde le lendemain oblige – avec un film pas si étranger à mes recherches : Les confins du monde, de Guillaume Nicloux.

 

L’action se déroule dans le nord du Vietnam, entre mars 1945 et le début de l’année suivante. On suit Robert Tassen-Gaspard Ulliel – fidèle à son jeu d’acteur à la Ryan Gosling – engagé dans l’armée française en Indochine et témoin du massacre de son frère et de sa belle-soeur – et du reste de sa localité – lors du coup de force japonais du 9 mars 1945. Survivant miraculeux, il a soif de vengeance et traque Vo Binh, le lieutenant d’Ho Chi Minh responsable de la mort de ses proches. Il nous offre par la même une plongée dans la jungle vietnamienne, surplombée par les magnifiques reliefs septentrionaux de la péninsule, et dans la vie des garnisons françaises pendant cette guerre d’Indochine avant l’heure. 

Car l’un des principaux mérites de ce film, d’un point de vue historique tout du moins, c’est de rappeler à notre ‘pas si bon souvenir’ cette période troublée de la fin de la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle les Français perdent le contrôle de leur “Perle de l’Orient”. Si la guerre d’Indochine est plutôt bien ancrée dans les mémoires, les tensions, affrontements et massacres qui la précèdent sont assez mal connus. Sans être un véritable film d’histoire – les repères historiques sont peu nombreux, si l’on excepte les quelques lignes qui précèdent les premières images du film – ce long métrage agit tel un révélateur de ces événements. 

Pour retranscrire cette atmosphère particulière, le réalisateur a fait le choix d’images assez crues – corps eviscérés, peau tailladée, nudité récurrente… – qui viennent s’ajouter à une jungle aussi belle qu’hostile, offrant de multiples cachettes aux tireurs ennemis et dévoilant des cadavres au fil des pérégrinations des protagonistes. Au fur et à mesure du film, cet immense espace sauvage devient l’ennemi principal de Tassen. 

Le point de vue français laisse entrevoir, par quelques touches, la complexité de la société vietnamienne de l’époque : jeunes militaires enrôlés dans l’armée française, collaborateurs à la loyauté remise en question, combattants anti-colonialistes, etc.  Cependant, la place des femmes est, quant à elle, limitée à celle de prostituées encadrées par une mère maquerelle qui gère d’une main capitaliste son commerce. 

L’incompréhension des Français – et son absence d’efforts d’adaptation – face à cette population locale est presque moquée : la jalousie de Tassen qui harcèle sa jeune maîtresse vietnamienne ou encore, son incapacité à répéter quelques mots de vietnamien pour remercier celle-ci quand elle lui offre un repas, en constituent deux exemples. Un seul personnage se démarque de ce triste portrait des interactions franco-vietnamiennes : celui de Gérard Depardieu, français établi en Indochine, à l’écart du monde militaire, lettré et fin connaisseur de l’Indochine. 

Si le film n’échappe pas à certains clichés, sociohistoriques comme cinématographiques – il ne sera pas sans faire penser à un Apocalypse Now à la française – la beauté de sa réalisation et de sa photographie, l’intimité qui se dégage de nombreuses scènes et un jeu d’acteur juste permettent d’en dégager une poésie, rude mais belle. 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.