Lecture // « Anti-Imperial Metropolis » ou retour sur ma première recension

Le 9 février sortira la version française de Anti-Imperial Metropolis. Interwar Paris and the Seeds of Third World Nationalism (1919-1939) de l’historien allemand Michael Goebel, renommée pour l’occasion Paris, capitale du Tiers-Monde. Comment est née la révolution anticoloniale (1919-1939).

couverture-mg Si le titre français a suscité chez moi quelques interrogations (Pauline, si tu passes par là, il faut qu’on en parle !), je suis particulièrement attachée à cet ouvrage : ce fut ma première recension – disponible sur le site du Mouvement social ici –  et sa traduction de l’anglais vers le français a été réalisée par mon amie Pauline Stockman. Retour sur cette première expérience de « recenseuse ».

couv-brit

Quand j’ai accepté ce travail en septembre 2015, il s’agissait d’un exercice relativement nouveau pour moi. J’ai gardé peu de souvenirs de « travaux notés » type fiches de lecture réalisés pendant mes premières années d’études (à vrai dire, je pense en avoir fait seulement une ou deux dans le cadre de mon Master de Géopolitique + une analyse d’article en Master d’histoire) d’où un background méthodologique concret qui me paraissait relativement léger. Cependant, j’étais habituée – voire rodée – aux fiches d’ouvrage après plusieurs années de Master et la préparation des concours. Par ailleurs, j’avais consulté des recensions pendant mon année de préparation de l’agrégation, suivant les conseils des préparateurs de Paris 1 (ironiquement, il s’agissait surtout des conseils de mon futur directeur de thèse à ce moment-là !) qui nous recommandaient d’aller lire ces comptes-rendus pour nourrir nos fiches-exemples / historiographiques, etc. Un numéro des Annales avec une section compte-rendus dédiée aux « Colonisations » était sorti cette année-là et je l’avais méticuleusement pillé, ce qui s’est avéré très utile tant pour les écrits que pour les oraux.

Cette expérience a fortement influencé mon approche : j’avais en tête une recension présentant l’ouvrage afin de permettre à des étudiants, jeunes chercheurs, etc., d’en saisir les principaux tenants et aboutissants, les hypothèses et conclusions majeures ainsi que les spécificités méthodologiques. Approche qui différait sans doute de celle de Michael Goebel – j’y reviendrai !

Dans le cadre de mes recherches, sans grande originalité, j’ai également tendance à aller consulter les CR des ouvrages que je lis, notamment lorsque ces compte-rendus comprennent une forte dimension critique permettant de nourrir ma réflexion en la confrontant à d’autres.

Mais mon statut de toute jeune doctorante – je venais de signer mon contrat lorsque Michael Goebel par l’intermédiaire de mon directeur de thèse m’a proposé de rédiger un CR de son ouvrage – me confortait dans l’idée de me concentrer sur la dimension synthétique plus que critique : si à l’époque – peut-être bêtement – je ne me sentais pas encore 100 % légitime à publier une critique d’un ouvrage scientifique, une approche davantage descriptive – dans le bon sens du terme – me rassurait.

Une fois l’ouvrage reçu, je me suis donc lancée dans un travail qui ressemblait à un « fichage » d’ouvrage des plus banal : j’enchaînais les chapitres en prenant des notes qui intégraient principaux exemples et références bibliographiques. Comme Anti-Imperial Metropolis couvre des thématiques en lien avec ma thèse – les étudiants asiatiques sont nombreux à Paris pendant l’entre-deux-guerres et participent à façonner les nationalismes – j’étais particulièrement attachée à cette mise en fiche pointilleuse. En revanche, lorsque je lis un ouvrage plus éloigné de mes recherches pour lequel une recension est envisageable (par exemple, en ce moment, Comment être un étranger ? De Venise à Goa, XVIe-XVIIIe s. de Sanjay Subrahmanyam), j’ai plutôt tendance à favoriser une lecture continue afin de m’immerger totalement dans le texte. Je prends alors des notes à la fin de chaque chapitre, quite à y revenir au moment de la préparation du CR et/ou de la rédaction.

En parallèle de la lecture approfondie, j’ai consulté quelques articles de présentation des recensions comme celui-ci. Cela m’a permis de me constituer une grille de travail claire, me permettant de m’assurer que je restais bien « sur les rails ». Finalement, mon travail s’avérait être une synthèse entre ces différents conseils et ma vision de la recension à ce moment-là.

En revanche, je n’avais trouvé aucune documentation sur la suite des événements : la publication effective de la recension. Mon compte-rendu étant le fruit d’une demande de l’auteur, j’étais en contact régulièrement avec lui. Je conservais toute ma liberté concernant la rédaction de la recension et nos échanges se concentraient davantage sur la question du choix de la revue en ligne à laquelle je soumettrai mon travail. Michael Goebel avait en tête une revue « grand public » comme La Vie des Idées ou Le Monde Diplomatique. De mon côté, je pensais à une revue scientifique type Vingtième Siècle ou Le Mouvement scientifique. Chacune de ces approches reflétait notre vision de l’utilité du CR : M.Goebel avait plutôt l’idée de donner une « bigger audience » à la version anglophone de son ouvrage – alors que les ouvrages en langue étrangère sont très souvent (et malheureusement) absents de nos librairies françaises – tandis que je restais attachée à ma recension-« outil pour historien ». D’un point de vue stratégique, il me semblait qu’un ouvrage anglophone ciblait dès le départ un public plus précis – plus « scientifique ». Le projet d’une traduction française sous-tendait – selon moi – la possibilité d’une recension dans une revue plus généraliste concomitante à la parution française.

Ce sont les comités de rédaction des revues auxquelles le texte fut soumis qui tranchèrent : ma recension était jugée intéressante mais trop scientifique pour une revue « grand public ». Elle nécessitait des modifications afin de correspondre à la ligne éditoriale… modifications que j’aurais sans doute été prête à faire si elle n’avait pas été acceptée par Le Mouvement Social.

Il me faut insister sur la longueur du processus. Si désormais je suis habituée à ces délais (ai-je vraiment le choix ?…), je m’inquiétais davantage à l’époque lorsque je constatais que plusieurs semaines voire mois passaient sans que j’obtienne de réponse des comités éditoriaux contactés. Finalement, entre la première soumission de mon compte-rendu en novembre 2015 et sa mise en ligne, il aura fallu attendre… 9 mois ! De là à en conclure que toute publication est une vraie gestation, il n’y a qu’un pas ! 😉

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *