Making-Of // Global Histories, Global Students?

Lundi 15 octobre dernier est sorti le dernier numéro de la revue Global Histories, journal géré par les étudiants du centre d’histoire globale de la Freie Universität de Berlin. Cette revue publie deux fois par un an un numéro mêlant des research papers, des comptes-rendus de conférence et d’ouvrages. Et parmi cette nouvelle édition, vous trouverez mon premier long article en anglais présentant un aspect de ma recherche doctorale, sous le titre « Global Students? The International Mobility and Identity of Students from Colonial India and Indochina, 1880s-1945 ». Retour d’expérience en plusieurs actes. 

Acte 1Global History Student Conference

J’ai découvert le centre d’histoire globale de la FU à force d’errances sur les réseaux sociaux, à la recherche d’opportunités afin de présenter mes travaux sous le label « histoire globale ». Tous les ans, une conférence internationale est organisée pour les étudiants de ce centre. Elle a pour objectif la présentation de jeunes travaux d’histoire globale grâce à des panels thématiques associés à une pré-circulation des papiers permettant d’alimenter les discussions. En parallèle, quelques workshops sont organisés – du classique « Comment publier dans une revue scientifique » au plus original sur l’usage du cinéma dans les recherches en histoire globale. Une session plénière à la fin des deux jours de conférences a pour objectif de dynamiser les réflexions épistémologiques sur l’histoire globale. En effet, ce qui m’a le plus frappé au cours de l’édition 2018, c’est l’investissement des étudiants et la passion avec laquelle ils abordaient l’histoire globale. Si, finalement, nos conclusions furent assez communes – la collaboration est indispensable, notamment pour sortir d’un eurocentrisme et pour dépasser des limites individuelles, concernant l’apprentissage de multiples langues par exemple, c’est une impression de dynamisme, de vigueur et de volonté de développer et de réflechir sur l’histoire globale qui prédominait pendant la conférence.

Acte 2Global Histories… et mon papier

En parallèle, le centre publie depuis quelques années sa propre revue Global Histories. A Student Journal et la conférence était l’occasion de rappeler l’appel à communications alors en cours jusqu’au 1er juillet. C’est donc comme cela que je me suis retrouvée à proposer un article, tirée de ma communication « Global Mobility. Being a Student from Colonial Asia in the World (Early 20th century)« .

Le premier enjeu était de transformer cette présentation très générale de mon travail en un véritable article de recherche. La première version reflétait bien cette difficulté : alors que j’avais d’ores et déjà décidé de me concentrer sur les mobilités à l’échelle internationale (hors des empires coloniaux), j’avais d’abord rédigé un résumé très global des multiples questions qui accompagnent ces circulations : quelles sont les grandes périodes qui rythment les migrations ? Sont-elles contrôlées, supervisées, guidées ? Conduisent-elles à des contacts avec les étudiants locaux ou internationaux ? 

Ma mission, une fois l’article accepté : recentrer mon article sur un problème précis. Et ce n’était pas une mince affaire… D’abord, parce que j’avais beaucoup de difficulté à sortir de cette vision générale des mobilités, à prendre du recul. Mais aussi, parce que les révisions étaient demandées sous un délai d’une semaine. Sueurs froides. 

Une version 2 fondée sur une réflexion sur les liens entre mobilités et identités a pu voir le jour grâce à des discussions, notamment avec Claire-Lise, qui m’ont permis de prendre du recul sur mon travail. La leçon majeure de cette aventure éditoriale en temps limité : extérioriser les difficultés. Rien de bien extraordinnaire mais parler avec des chercheurs de mon blocage a favorisé le déblocage. 

Défi n°2 : écrire un long article en anglais… on peut dire que mon temps de rédaction a été doublé et le peu de temps disponible (+/- une semaine à chaque fois) rendait une relecture efficace plus difficile. Si la forme a parfois créé des petites tensions, les retombées à court et moyen terme sont réelles concernant la syntaxe et le vocabulaire. Bref, un exercice difficile mais bénéfique, mais qui demande beaucoup de temps. 

Le gros avantage de cette publication – à la fois cause et conséquence d’un processus éditorial trèèèèès accéléré – l’article a été retravaillé entre le 15 août et le 14 octobre pour publication le 15 – c’est une publication rapide, en moins de six mois. C’est bien pour le CV, surtout de jeune chercheuse comme moi, bien pour la réflexion qui ne semble pas trop datée, déjà « périmée » au moment de la sortie. Si j’ai parfois frôlé la crise de nerfs, l’équipe reste malgré tout à l’écoute, notamment concernant le feedback qui a suivi la publication. Global Histories ne se construit pas en un jour et les prochains auteurs devraient pouvoir bénéficier de nos retours 🙂 

Le prochain appel à communications est ouvert jusqu’au 15 décembre prochain ! 

Dès maintenant, vous pouvez lire mon article – et tous les autres ! – qui sont en libre accès à partir du site de la revue, ou au moins admirer la photographie d’illustration, les étudiantes du Barbour Fellowship aux États-Unis en 1928-1929, que j’apprécie particulièrement.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.