« Making-of » / Autour du Vietnam et de la Corée

Les 3 et 4 mars derniers, j’ai participé à la conférence internationale « Vietnam and Korea as « Longue Durée » Subject of Comparison » à Hanoi. Finalement, la conférence ne s’est pas déroulée dans les locaux historiques dont je vous ai déjà parlé mais cela n’a diminué en rien la qualité de cet événement, aussi bien intellectuellement que gastronomiquement (détail très important) et « organisationnellement ».

 

Ma communication s’intitulait « Vietnam and Korea « Higher » Education in the Early 20th Century. A Compared Study through Colonial Archives ». En effet, à la lecture du CFP il y a presque un an, je m’étais souvenue que j’avais trouvé lors d’un séjour aux ANOM à Aix un dossier intitulé « Rapport sur l’enseignement en Corée », daté de 1910 et conservé dans le fonds du Gouvernement général de l’Indochine :

Mes recherches ne portant pas sur la Corée, ce dossier me semblait être le prétexte idéal pour proposer un papier, fondé sur une comparaison certes mais orienté autour de l’administration en Indochine.

En septembre, j’apprenais que celui-ci était accepté : pleine d’ambition, j’avais d’abord cru que je trouverai facilement d’autres dossiers similaires. Ce ne fut pas le cas (il est possible qu’ils existent mais mes autres obligations m’ont conduit à restreindre mes recherches) et je décidais de limiter mon draft paper, attendu pour le 15 janvier, à l’analyse de ma première trouvaille. Ce n’était pas vraiment un problème : le dossier a beau être relativement court (13 pages), il est très riche : il se compose de deux lettres échangées entre l’Inspecteur-conseil de l’Instruction publique en Indochine et le gouverneur général Antony Klobukowski (2 pages) et surtout d’une traduction en français de la partie « Education » du rapport sur la Corée en 1908-1909, rédigé – initialement en anglais – par le Résident supérieur japonais en Corée.

Sommaire du chapitre « Éducation »

1. Private Schools
2. Funds to Private Schools
3. Educational Societies
4. Schoolbooks published by theGovernment
5. Schoolbooks published by independents

6. Female Education
7. Development of Public Schools

8. Schools of Foreign Languages

9. Higher school

10.Song Gyun Koan

11.Korean Students in Japan

12.Japanese Schools in Korea

Pourquoi un résident supérieur ? Depuis 1905, la Corée est un protectorat japonais. Cela signifie qu’un gouvernement coréen est maintenu mais il est assisté de conseillers japonais. Le résident est à la tête de cette présence japonaise ambiguë, il représente le Japon en Corée et par là, son gouvernement indirect. Tout au long du rapport, on ne cesse de mentionner les réformes prises par le gouvernement coréen, le rôle de la maison impériale, etc. alors qu’entre 1905-1910, pour résumer, ce sont les Japonais qui tirent les ficelles de la politique coréenne. L’ironie du sort, c’est que la traduction française n’est réalisée qu’en 1910 alors que le Japon annexe la Corée, qui devient donc une colonie.

L’intérêt de ce document, c’est sa dimension comparative qui existe dès la traduction en français du rapport. Dans la première lettre, l’Inspecteur-conseil explique que selon lui « les renseignements qu’il contient (…) pourraient d’autant plus intéresser (le gouverneur général de l’Indochine) qu’ils concernent un pays où le problème de la transformation de l’enseignement comporte des données assez semblables à celles qu’il présente en Indochine« . Concernant l’enseignement supérieur, nous sommes en présence de deux territoires qui n’ont pas d’université : la tentative de la dynastie Yi à la fin du XIXe siècle a été un échec et l’Université indochinoise ouverte à Hanoi en 1907 a fermé ses portes en 1908. Par ailleurs, Japonais et Français mettent en avant la dimension utile des études. Les formations techniques et professionnelles sont valorisées, dans les domaines de la médecine ou de l’agriculture par exemple.

Si le chapitre du Rapport concerne l’éducation en général, une comparaison avec le rapport précédent m’a permis de mettre en avant une valorisation récente de l’enseignement supérieur. Tout cela fut très pratique afin de justifier mon approche – alors que je suis moi-même beaucoup plus à l’aise avec les questions liées à l’enseignement supérieur qu’avec l’enseignement primaire et secondaire.

Mon papier a été divisé en deux grandes parties :

La première « Towards Higher Education » est consacré aux chemins menant à l’enseignement supérieur. Il s’agit d’abord de revenir sur l’enseignement supérieur préexistant à la présence française et japonaise afin de souligner les transformations entreprises par ces derniers. Dans les deux cas, il ne s’agit pas de faire tabula rasa du passé mais de le remodeler, de le remanier au service de l’enseignement colonial. La question de la langue (mon I.B. ^^) devient alors primordiale : que faire du français et du japonais ? L’association français – quoc ngu en Indochine fait face à l’intérêt des Coréens pour l’apprentissage du japonais. L’accès à un enseignement supérieur métropolitain rend indispensable la maîtrise des langues du colonisateur. Enfin, l’enseignement dit « supérieur » se trouve au sommet de la pyramide de l’enseignement. Les petits chanceux coréens et vietnamiens qui arrivent à atteindre ce sommet de l’éducation ont réussi à passer les étapes de l’enseignement primaire et du « secondaire ». Le succès du primaire nourrit les promotions de l’enseignement supérieur : « the higher school has known an increase of its number of applicants due to the increase of graduated students from the primary schools » : c’est le système des vases communicants pour résumer… Toute proportion gardée : la majorité des diplômés du primaire ne poursuivant par leurs études.

Lors de la conférence, j’ai surtout développé ma deuxième partie sur l’enseignement supérieur même. Il s’agissait d’abord de rappeler que les deux systèmes d’enseignement « supérieur » ou « approfondi » (« further education » in English) sont dépourvus d’université. Les Japonais comme les Français se satisfont de ce système et ne cherchent pas à re-créer d’université, d’où l’intérêt de Klobukowski pour le cas coréen. Cette absence universitaire n’empêche pas la création d’un enseignement d’écoles supérieures que j’ai associé aux écoles professionnelles, techniques, complémentaires (cf. mon billet sur ce qu’est un étudiant en Asie coloniale), ce que j’ai tenté de résumer dans le tableau (brouillon déjà modifié plusieurs fois) suivant :

J’ai ensuite découpé ce tableau en deux catégories – et demi (ici encore, c’est une réflexion en cours, susceptible de modifications) :

  • Catégorie 1 (4 premières lignes) : L’enseignement complémentaire et professionnelle : il correspond davantage à un enseignement secondaire / professionel voir à un enseignement primaire supérieur dans le cas français.
  • Catégorie 2 (lignes 5 à 9) : un enseignement supérieur ou technique qui correspond – au moins en partie – à des écoles / facultés / institutions universitaires dans les métropoles.
  • Catégorie 2 et demi (dernières lignes) : elle me permet de mettre l’accent sur l’intérêt accordé par les Français à l’art et l’artisanat alors que, selon mes lectures, les Japonais ont une approche davantage assimilatrice culturellement parlant.

Il n’est pas suffisant de se limiter aux institutions coloniales : la sous-partie 11 du chapitre sur l’éducation a pour titre « Étudiants coréens au Japon« . Cette partie est primordiale : des étudiants partent afin de poursuivre leurs études dans la métropole, que cela soit le Japon pour les Coréens ou la France pour les Vietnamiens. C’est un enjeu pour les deux administrations coloniales : la création de bourse – si elle incite au départ – a pour but de contrôler ces mobilités. Antony Klobukowski souhaite remodeler le système indochinois dès 1908-1909 : il veut augmenter le contrôle de l’administration pour limiter le départ d’étudiants libres. Ainsi, au sein des deux territoires, chaque bourse précise quel établissement doit être fréquenté par le lauréat. Il est très difficile d’avoir des chiffres : les boursiers coréens sont plus nombreux que les Vietnamiens mais le rapport lui-même reconnait qu’il n’est pas aisé de déterminer le nombre d’étudiants dits « libres ».

Enfin, le rapport prend en compte des « minorités ». Il s’agit d’abord des femmes, qui bénéficient en Corée d’écoles spéciales – alors que le résident japonais souligne l’archaïsme des Coréens concernant la place des femmes dans la société. À travers le cas de l’enseignement féminin transparaît une autre nuance « coloniale » : les écoles pour jeunes femmes japonais sont présentées. En effet, la Corée voit se multiplier les établissements pour colons, de plus en plus nombreux au cours des premières décennies du XXe siècle. Ceux-ci peuvent se former en Corée – bien qu’une poursuite d’études au Japon soit envisageable également. Le cas indochinois est alors bien différent, les colons étant majoritaires et envoyant leurs enfants en France pour leurs études.

Si cet article m’a longtemps provoqué des sueurs froides, ma faible maîtrise de l’histoire de la Corée ne me rassurant pas (j’espère d’ailleurs que mon propos est clair et le plus juste possible ici), ce travail m’a finalement passionné. Ce qui m’a plu, c’est l’idée d’utiliser l’histoire comparative pour comprendre une comparaison – cela me confortait dans mon idée qu’il faut comparer dans un but précis. J’espère pouvoir approfondir cette (petite) recherche (et pourquoi pas, publier mon article !) mais aussi pouvoir participer au deuxième volet de la conférence en Corée l’année prochaine !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *