Autour de la thèse // Un mois à la MFO

En mai, j’ai eu la chance de bénéficier d’une bourse de la Maison française d’Oxford afin de poursuivre mes recherches sur les mobilités étudiantes. Il s’agissait de se concentrer sur la présence des étudiants indiens (et indochinois) à l’université d’Oxford grâce à des sources très variées. J’ai aussi bénéficié des infrastructures et équipements de l’université, notamment de ces très nombreuses bibliothèques… Une sorte de paradis pour étudiants 🙂 Et tout ça sous un très beau soleil anglais. Ci-dessous, vous trouverez donc mon rapport de recherches, rédigé dans l’Eurostar du retour !

“Mon séjour à la Maison française d’Oxford s’est déroulé du 1er au 31 mai 2018. Actuellement en troisième année de thèse en histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je travaille sur les mobilités étudiantes en Asie coloniale, entre les années 1850 et 1940. Mes recherches reposent plus particulièrement sur une étude croisée de l’Inde britannique et de l’Indochine française. Il s’agit de dessiner une carte globale de ces circulations, en prenant en compte les différentes échelles (coloniale, impériale, régionale, internationale…) qui les composent et en adoptant une définition large de l’étudiant, incluant populations locales et européennes, qu’elles poursuivent des études supérieures ou techniques.

Ainsi, un séjour à la MFO devait me permettre de me concentrer sur la présence d’étudiants d’Asie coloniale au sein de l’Université d’Oxford. Pour cela, j’avais déterminé avant mon départ la présence d’archives dans différents lieux. La première étape consistait en la consultation des archives de l’Université d’Oxford. Celles-ci sont conservées à la Bodleian Library et m’ont été accessibles grâce à un courrier de recommandation fourni par la MFO. Les archivistes Anna Petre et Tilly Burn m’ont aidée à déterminer quels documents étaient les plus utiles à ma recherche, ce qui m’a conduit à consulter une dizaine d’entre deux :

            Archives de l’Université d’Oxfords consultées :

  • Delegates for Oriental students, 1916-1944: DC 39/1 ;
  • India Institute: Visitor’s book ; Minutes – curators : 1884-1905 ; 1905-1929 ; 1929-1962 ;
  • Lodging House Papers on the Delegacy of Oriental students : LHD/SF/1/5 ; LHD/FO/1/63 ;
  • Register of Colonial and Indian students, 1902-1904 : UR2/12 ;
  • Oriental students : VC/1/101/83.

La Delegacy for Oriental students a été créée en 1916 avec pour mission de faciliter l’admission des étudiants “orientaux”, c’est-à-dire asiatiques mais aussi africains. La majorité des jeunes gens, hommes et femmes, qu’elle épaulait était pourtant indienne. Par l’intermédiaire de son secrétaire, des listes de candidats à l’admission étaient dressées et soumises aux différents colleges qui conservaient la liberté de choisir ou non des candidats soutenus par la Delegacy. Les documents de cette organisation typiquement oxfordienne contiennent des statistiques pour chaque term indiquant le nombre d’admis indiens, leur sexe et le college auquel ils sont affiliés. Ces données m’ont permis de confirmer une de mes hypothèses de départ : l’absence d’étudiants indochinois à Oxford, aux côtés des Indiens, Siamois, Ceylanais, Birmans ou encore Japonais et Chinois. Le succès de ces différents « étudiants orientaux » aux examens est également souligné. En outre, les échanges entre la delegacy, l’India Office et l’administration de l’université révèlent de nombreux enjeux politiques et académiques liés à l’admission d’étudiants coloniaux et étrangers.

L’India Institute était quant à lui dédié à la promotion et au développement des études indiennes à Oxford. Son fondateur souhaitait initialement y associer un logement pour étudiants indiens, sans succès.

Entrée de la Weston Library

La visite d’archives de colleges constituait la deuxième étape de mon séjour. Cela a nécessité un travail de préparation en amont : il a fallu d’abord déterminer quels colleges avaient accueilli un nombre assez conséquent d’étudiants indiens pour que mes recherches soient « rentables ». Ensuite, il était nécessaire de fixer des rendez-vous avec les archivistes, les archives n’étant pas ouvertes librement au public. Plusieurs courriels envoyés lors des deux premières semaines de mon séjour m’ont permis de fixer cinq rendez-vous au cours de la deuxième quinzaine de mon séjour :

  • Archives de St John’s College (Michael Riordan) ;
  • Archives d’Exeter College (Penelope Baker) ;
  • Archives de Somerville College (Kate O’Donnell) ;
  • Archives de Christ Church (Judith Curthoys) ;
  • Archives de New College (Jennifer Thorp).

Quatre d’entre eux accueillaient des étudiants et le dernier, Somerville College, des étudiantes. C’est notamment dans celui-ci qu’a été accueillie la première étudiante – indienne mais aussi d’une manière globale – ayant obtenu un diplôme en droit, Cornelia Sorabji. Il faut également noter que les archives de Balliol College ont pu être consultées en ligne, en l’absence de l’archiviste, grâce aux indications de la bibliothécaire Naomi Tiley.

Dans les archives de Christ Church…

Les archives consultées dans ces différents centres, si leurs qualité et quantité variaient, étaient de nature similaire. En premier lieu, il s’agissait des registres et livres d’admission comportant généralement les noms, lieux de naissance et activités académiques des étudiants. Celles-ci permettent d’obtenir des statistiques précises et de réaliser des bases de données, qui seront en outre communiquées aux archivistes une fois achevées. Les informations récoltées concernaient aussi bien les « natifs » de l’Inde que les Britanniques vivant en Inde et ayant rejoint Oxford pour leurs études. Leurs parcours académiques permettent de déterminer des parcours-types, notamment concernant les étudiants britanniques arrivés en Angleterre avant d’entamer leurs études supérieures et poursuivant, quand cela est possible, leurs études secondaires dans des établissements prestigieux (Eton, Harrow, Rugby…). Christ Church se distingue particulièrement à ce sujet, accueillant une minorité d’Indiens dont certains ont également suivi cet itinéraire élitiste. Ces premières sources furent complétées par des documents plus spécifiques : quelques courriers entre étudiants et personnels des colleges, des minute books de certaines associations (debating societies, essay societies…) auxquelles participaient les étudiants, des bulletins annuels, des photographies, principalement des équipes sportives (cricket, tennis…) ayant intégré des étudiants indiens.

En parallèle de mon travail en archives, j’ai eu accès, à la Bodleian Library, à des ouvrages difficilement consultables en France, que cela soit des ouvrages spécialisés tirés de thèses ou de travaux de recherches, ou des biographies. J’ai notamment pu consulter les mémoires d’Indiens venus étudier à Oxford au cours de la première moitié du XXe siècle.

Sur la route de Trinity College      

Enfin, mon séjour à Oxford m’a permis de me rendre trois fois à Londres, où j’ai poursuivi ma consultation d’archives à la British Library et aux National Archives et ai pu présenté mes travaux lors de la World History Student Conference organisée à King’s College London. J’ai également effectué un court séjour de recherche à Cambridge, au sein de la Wren Library de Trinity College. J’y ai consulté le minute book des Cambridge Majlis pour les années 1930. Il s’agit d’une association d’étudiants indiens fondée en 1891 à Cambridge (son pendant à Oxford fut créé cinq ans après) organisait des débats et des réunions qui, dans les années 1930, prennent une teneur de plus en plus politique. Ici encore, l’accès à cette source précieuse m’a été accordé grâce à un courrier de recommandation obtenu de la MFO.”

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.