Notice // L’Université indochinoise de Hanoi

L’université de Hanoi – ou Université indochinoise – est sans doute l’institution sur laquelle j’ai le plus écrit jusqu’ici : j’ai d’ailleurs déjà raconté son histoire sur ce carnet… Et j’ai encore récemment eu l’opportunité de publier un texte en anglais à ce sujet. Je saisis donc cette occasion pour compléter le billet précédent par l’intermédiaire d’une notice qui me permettra (j’espère) de poser (clarifier ?) quelques enjeux pour mes recherches sur les mobilités étudiantes. Et j’y ajoute quelques pistes bibliographiques en français. 

  • Présentation

Pour un historique de l’université, voir ici.

  • Enjeux de la recherche

Longtemps peu étudiée par les historiens français – généralement intégrée à des études plus globales sur l’éducation en Indochine – l’Université de Hanoi connaît un regain d’intérêt depuis quelques années (voir bibliographie ci-dessous). De plus, le centenaire de sa fondation a été célébré au Vietnam et a donné lieu à des événements venant légitimer le passé colonial de l’université vietnamienne.

Dans le cadre de mes recherches, elle est à l’origine de plusieurs interrogations et réflexions en lien avec les mobilités:

  • Des origines mobiles… Née de la volonté de Paul Beau d’attirer des étudiants de toute l’Asie, l’université semble liée, dès l’arrêté fondateur de 1906, aux circulations d’étudiants. Le gouverneur général n’hésite pas à envoyer des courriers pour promouvoir sa réalisation dans les différents pays du continent. Les effets sont limités mais tout au long de la période, les sources mentionnent la présence d’étudiants chinois. Mon travail est donc de déterminer le poids, les modalités et les trajectoires de ces étudiants non-coloniaux qui peuplent l’université. À cela vient s’ajouter la question des origines géographiques des étudiants indochinois, celles-ci induisant des mobilités plus ou moins longues. Dans mon mémoire de Master, les données collectées m’avaient permis de souligner la forte présence tonkinoise dans les années 1920 et donc d’un champ d’attraction relativement restreint au cours de cette période. Mais le développement d’infrastructures d’accueil. 
  • … à ne pas surestimer : la concordance temporelle entre essor des départs d’étudiants vietnamiens vers le Japon et ouverture d’une université à Hanoi pourrait être interprétée comme une relation de cause à effet. À tort. Au cours de mes recherches doctorales, l’étude des correspondances et autres archives relatives aux « voyages vers l’Est » des étudiants vietnamiens m’a permis de déterminer que le gouvernement général de l’Indochine prend véritablement conscience de ces migrations (été 1906) après la promulgation de l’arrété (mai 1906). Celles-ci restent d’ailleurs limitées jusqu’à la fin de l’année 1906. Il n’est pas inconcevable qu’en 1907, certains administrateurs considèrent l’ouverture de l’université comme un moyen de détourner les flux  vietnamiens vers le Japon mais cela reste difficilement démontrable… En revanche, la volonté d’attirer des étudiants chinois, dans la continuité du mouvement lancé par la fondation de l’École Pavie, est davantage défendable.
  • Choisir l’Université de Hanoi : comme en Inde, l’ouverture d’une université en Indochine ne met pas fin aux séjours d’études hors de la colonie. Au contraire : c’est après son ouverture que les mobilités atteignent leur apogée. Dans ce contexte, pourquoi choisir l’Université de Hanoi ? Quel est le rôle des autorités dans la réorientation des flux vers l’institution coloniale ? Il ne faut pas non plus oublier l’action de personnalités privées, individuelles et collectives, dont certaines mettent en place des bourses ou créent des foyers pour accueillir les étudiants non-tonkinois. Il s’agit également de considérer la possible complexité des parcours : des études à Hanoi peuvent-elles conduire à des études extra-coloniales ?
  • Ainsi, la question de l’accueil (coucou le chapitre de thèse que je rédige en ce moment) et des sociabilités engendrés par ces mobilités à une échelle spécifique sont également à prendre en compte. Des similitudes existent-elles avec des mobilités à d’autre échelle ? Des transferts ? Des connexions ?
  • uantifier et cartographier… afin d’analyser le lien entre développement d’une institution d’enseignement supérieur en situation coloniale et mobilités étudiantes.
  • Quelques pistes bibliographiques

Sylvie Guillaume, « L’Université de Hanoi, premier pôle de la francophonie, 1880-1954 », in L’Université et la francophonie, Ottawa, Centre de Recherches en Civilisation canadienne-française, 1999 : quelques pistes de réflexion présentées lors d’un colloque sur la francophonie… 

Pascale Bezançon, Une colonisation éducatrice ? L’expérience indochinoise (1860-1945), Paris, L’Harmattan, 2002 principal ouvrage en français sur l’enseignement en Indochine française, comprend quelques passages sur l’université. 

Hoang Van Tuan, « L’enseignement supérieur en Indochine (1902-1945) », thèse de doctorat sous la direction de Jean-Yves Mollier, Université de Paris-Saclay, 2016 : thèse récente entièrement dédiée à l’enseignement supérieur et donc en grande partie à l’université de Hanoi. 

Du même auteur : Hoang Van Tuan, « L’Université de Hanoi (1906-1945). Un outil de renouvellement des élites et de la culture vietnamiennes ? », Outre-Mers. Revue d’histoire, T. 105, n°394-395, 2017,  p. 61-84.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.