Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (3)

Arrivée depuis jeudi dernier à New Delhi pour mon dernier séjour de recherche de 2017, il est grand temps de publier l’épisode 3 de mon périple anglais du mois de novembre.

Épisode 3 : Maria Grey Training College’s Archives

Il y a quelques mois, un article dans The Conversation me permettait de découvrir cette photographie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

Elle représente la promotion 1905-1907 du Maria Grey Training College (MGC) à Londres. On y distingue clairement une jeune étudiante portant un sari au milieu de jeunes femmes aux tenues vestimentaires davantage occidentales. D’abord utilisée pour ma communication sur l’impact corporel des mobilités étudiantes (lien) à Reims en avril, cette photographie soulevait et résumait plusieurs interrogations pour mes recherches : qui était cette étudiante indienne ? Est-elle représentative d’une mobilité féminine d’études vers l’Angleterre ? Ou fait-elle figure d’exception ? Quel rôle ont pu jouer les institutions destinées aux femmes dans l’essor des circulations étudiantes pendant la période coloniale ? J’ai décidé de suivre mon intuition, qui me soufflait qu’il devait y avoir d’autres étudiantes indiennes au MGC (et j’avais vraiment très envie d’y croire !), et d’aller explorer les archives conservées à la Brunel University (http://www.brunel.ac.uk/about/Archives/Maria-Grey-College-Archives) à Uxbridge, en périphérie de Londres.

Après un long trajet en métro jusqu’à l’extrémité de la Metropolitan Lineles métro londoniens vont pour certains plus loin que certains RER parisiens ! – et une petite quinzaine de minutes de marche, me voilà devant la maison dédiée aux archives de Brunel University où Phaedra Casey m’accueille chaleureusement :

Moi qui suis habituée à mener mes recherches au sein de « grands » centres d’archives (archives nationales, archives d’outre-mer ou diplomatiques…), la consultation d’archives au sein d’institutions éducatives me donne un nouvel aperçu du travail de chercheur. Les relations avec les archivistes deviennent primordiales puisque ceux-ci préparent ma visite et ont déjà pu sélectionner des documents susceptibles de m’intéresser. C’est agréable : cela permet de gagner du temps et surtout d’avoir de vrais échanges avec les archivistes, sans qui je serai bien perdue – big up aux archivistes ! Au cours de nos conversations, Phaedra m’a expliqué qu’elle manquait de temps pour explorer les archives du MGC. En effet, ce college n’existe plus – il a fermé ses portes en 1976, et elle doit se concentrer sur les archives d’institutions existant encore aujourd’hui, pour des raisons principalement financières (ce sont d’elles que viennent les fonds). Conclusion : il est très important que des historiens s’intéressent à l’histoire du MGC, afin de faire vivre ses archives !

Fondé en 1878 par Maria Grey (1816-1906), éducatrice et essayiste, ce college était destiné à la formation d’institutrices. Elles devaient ainsi participer activement à l’instruction des filles, en Angleterre mais également à l’étranger. En effet, ce qui me frappa lors de la consultation des archives de l’institution, et plus particulièrement de son magazine, c’est les carrières internationales des diplômées du MGC. Plusieurs d’entre-elles ont enseigné en Europe, Amérique, Afrique ou Asie :

Source : Maria Grey College Records, Brunel University Archives (thanks to Phaedra Casey)

L’Inde a joué un rôle non négligeable dans ces parcours professionnels. Si elle constitue un débouché à la suite des études, elle est également un point de départ. Des Européennes vivant en Inde, participant à des missions ou à l’instruction des populations locales, rejoignent le college afin d’obtenir une qualification. Mais ce sont également de jeunes Indiennes qui fréquentent, d’abord timidement, les cours créés par Maria Grey.

La première étudiante indienne est arrivée en 1882, venait de Madras et s’appelait Anne Shunmugun. Malheureusement, peu d’informations sont disponibles : impossible de savoir si elle est venue à bout du cursus… La plupart des étudiantes venues d’Inde demeurent des filles de Britanniques installés dans les grandes villes du sous-continent (Calcutta, Bombay, Madras…) Il faut ensuite attendre le début du XXe siècle pour que d’autres « natives » se laissent tenter par l’expérience du voyage. En 1906, l’arrivée d’Atiya Fyzee semble relancer la machine sans pour autant porter ses fruits : on ne retrouve la trace des jeunes Indiennes que pour quelques semaines ou mois dans les documents, celles-ci quittant rapidement le college. En effet, elles n’avaient généralement pas les bases nécessaires à un enseignement supérieur. Phaedra insista également sur les difficultés à effectuer des stages, liées aux préjugés raciaux : enseigner à de jeunes Anglaises alors que l’on est « visiblement » différente était un véritable défi, souvent voué à l’échec… La situation semble se décanter après la Première Guerre mondiale : Irene M. Lilley, qui a écrit la seule monographie dédiée au MGC, estime qu’au cours de l’entre-deux-guerres, plus de 110 étudiantes, britanniques ou indiennes, sont venues d’Inde. En consultant les différents numéros du Maria Grey College Magazine, j’ai pu constater que les listes de nouvelles diplômées comprenaient au fur et à mesure de plus en plus de noms d’Indiennes.

Ces magazines constituent d’ailleurs une source riche : il est composé d’articles mais également de rubriques dédiées aux alumni : on y annonce les mariages, les nouveaux postes, les décès… et on y publie également les courriers des anciennes élèves désireuses de renouer avec leurs camarades passées. Il me reste donc à analyser et construire une base de données à partir de toutes ses informations. Ses sources inédites me permettront de construire une étude de cas tout autant inédite et pourquoi pas, d’en tirer un article dans les prochains mois !


Une réflexion au sujet de « Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (3) »

  1. Ping : Liens du mois (décembre 2017) | Acrobates japonais en France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *