Autour de la thèse // Sur les traces des étudiants indiens à Londres (1)

Le caractère croisé de mes recherches, mêlant Indochine française et Inde britannique, exige la consultation d’archives conservées dans divers centres d’archives. Du côté indien, une grande partie de ces sources sont localisées au Royaume-Uni. Du 1er au 13 novembre, j’ai donc effectué mon 4e séjour de recherche à Londres. Habituée aux séjours courts qui me permettent de muscler mon pouce et de saturer la mémoire de mon téléphone au fil des photographies, ce dernier séjour m’a permis d’appréhender différemment mon travail, en consultant des fonds inédits mais également en profitant de mes balades dans les rues londoniennes pour y chercher les éventuelles traces de mes étudiants indiens. Retour en plusieurs épisodes.

Épisode 1 : À la British Library… 

Le fonds de l’India Office (India Office Records), département en charge de la colonie indienne entre 1858 et 1947, est conservé à la British Library, à deux pas de St Pancras.

Une matinée à la British Library…

Je suis donc peu à peu devenue une habituée de l’Asia and Africa Reading Roomà un tel point que lorsquil a fallu que je me rende dans une autre salle jeudi, j’étais totalement perdue – où est mise à ma disposition une grande variété de sources.

J’ai d’abord exploré les séries des Public & Judicial Departments où sont regroupées, dans des énormes livres, des minutes, courriers ou documents reçus par les services dédiés de l’India Office :

L’utilisation de ces sources demande une certaine habitude : les papiers ont été reliés ensemble et sont tous numérotés. Si chaque numéro est censé être rapporté sur chaque page, il se mêle parfois à des anciennes numérotations, facilement piégeuses pour le chercheur… La logique des volumes est chronologique et l’on trouve donc les uns après les autres des documents aux thématiques extrêmement variées. Si l’utilisation de l’inventaire en ligne permet de trouver un document précis, j’ai pris l’habitude de consulter rapidement l’ensemble du volume et suis parfois tombée sur des pépites (mais il est aussi possible d’utiliser le catalogue en ligne pour obtenir une liste de l’ensemble des documents disponibles dans chaque volume, je suis quand même tombée sur quelques erreurs et omissions).

Une deuxième série de sources majeures correspond au fonds du Lytton Committee – Committee on Indian Students (1921-1922) :

Un sous-dossier du fonds du Lytton Committee

Il s’agit d’une véritable mine pour moi puisque ce fonds contient les rapports du comité mais aussi de nombreux témoignages écrits et autres courriers rédigés par des acteurs des mobilités étudiantes indiennes vers le Royaume-Uni (étudiants mais aussi directeurs d’établissements, membres d’association, entrepreneurs…) L’examen de ce fonds requiert un certain niveau de patience puisque les dossiers (parfois seulement composés d’une ou deux feuille(s) volante(s)) ne peuvent être consultés qu’un par un ! Je ne compte plus les allers-retours que j’ai dû faire entre ma place et la banque de prêt… mais le contenu, aussi bref soit-il, est rarement décevant, j’en ferai une notice à l’occasion.

Enfin, j’ai découvert la semaine dernière le fonds des manuscrits (Mss EU). Par la même occasion, j’ai retrouvé mes habitudes vietnamiennes puisque les photographies sont interdites pour ce fonds. Il est également impossible de sortir de la salle sans avoir rendu le document (même ppour aller aux toilettes…) et la table dédiée aux manuscrits est placée dans l’axe du bureau des emprunts, pour que les archivistes puissent nous surveiller… Ce fonds contient notamment les archives de la Northbrook Society, ou Northbrook (Indian) Club. Des grands cahiers contiennent ses règlements, comptes-rendus de réunions ainsi que des articles de journaux évoquant ses travaux. L’ironie, c’est que le contenu est plus souvent « tapu- » que « manu- »scrit… Mais bon, ça ne changeait rien, pas de photo quoiqu’il arrive… Fondé en 1880, le Northbrook Club – du nom de son président – est d’abord une branche de la National India Association (NIA), elle-même créée en 1870 à Bristol. Il a pour but de fournir un lieu de rencontre et d’échanges aux membres de la NIA, facilitant ainsi les contacts entre Indiens et Britanniques. Par la suite, il offre également quelques chambres à des étudiants. Ici aussi, une notice est en préparation ! Parmi les manuscrits, j’ai également mis la main  – au dernier moment, comprendre le dernier jour à 16h – sur un volume particulièrement intéressant, intitulé Tours from India to Europe for Indian Students and Teachers, 1934-1936, réservé à de jeunes Indiennes :

European tour for Indian women students and teachers

Plans for the tour to Europe this summer for women students and teachers under the auspices of International Student service are well under way. The party will leave Bombay in the last week of May. On arrival in Europe they will first visit Italy, Venice, Padus, Rome, Naples, Florence, and Milan are included in the programme. In Switzerland, most of the time will be spent in Geneva on the study of international affairs, attendance at a summer school and a student conference, and an introduction will be given to the work of the League of Nations and the International Labour Office. From Swizterland they will go to London. Most of the time in England will be spent in London, and Oxford and Cambridge and one provincial university town will also be visited. In France, the group will visit Paris and attend the annual conference of International student service at Bouffement near there. (…) Visits will be paid to one or two provincial university towns, the tour ending in France in the 2nd week in August.” (Mss Eu, F178/87)

Grosse frustration : le volume contient également de superbes photos, montrant, entre autres, les étudiantes couvertes de pigeons sur la Place Saint Marc à Venise. Impossibles à reproduire…

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.