Ciné-Mobilité // « Confident Royal »

L’Inde coloniale est une thématique à la mode outre-Manche. Depuis le tournant du XXIe siècle, l’historiographie britannique redécouvre son histoire impériale et se penche plus particulièrement sur la présence indienne au Royaume-Uni. De nombreux projets de recherche, incluant financements et réalisations concrètes – à l’instar du formidable outil Making Britain – ont vu le jour, plus ou moins brièvement, au cours des dernières années. Les travaux qui en ont découlé sont le fil rouge de mon travail de recherche du mois d’octobre, commencé par la lecture d’Indian Arrivals 1870-1915 d’Elleke Boehmer (2015) – pour lequel je prépare, doucement mais sûrement, une recension. S’ensuivit naturellement la lecture des publications de Sumita Mukherjee, qui avaient été précédées par ceux de Rozina Visram ou Michael H. Fisher.

Ce mois très indien en perspective a donc été subtilement complété par le dernier film de Stephen Frears (Les liaisons dangereuses, the Queen, Philomena… pour ne citer que ceux que j’ai vu et apprécié J) : Confident royal.

Qui est ce « confident royal » ? Le titre anglais du film est davantage évocateur :

Le film commence donc par nous présenter Abdul Karim, secrétaire dans une prison de la ville d’Agra – la ville du Taj Mahal, dans le nord de l’Inde. En 1887, il est envoyé à Londres pour être mis au service de la reine Victoria, impératrice des Indes depuis 1877, afin de lui présenter un trésor hérité de la dynastie moghole. Il devient deux ans plus tard un munshi, professeur, et apprend à Victoria l’ourdou – dans le film – ou l’hindoustani – in real life. La confrontation entre culture britannique et indienne est très vite mise en scène par S. Frears, qui s’appuie sur elle afin de donner un ton comique à son film – mes voisins de cinéma ont adoré et ont passé leurs temps à rire, même lorsqu’il n’y avait pas de quoi…. Ainsi, il insiste sur le caractère symbolique du mohur que les autorités britanniques veulent présenter à la reine sans savoir réellement ce dont il s’agit (une pièce de monnaie). De la même manière, le réalisateur dépeint une autre dualité, assez simple à vrai dire, puisqu’il oppose les « gentils cosmopolites », dont les relations amicales dépassent les barrières raciales supposées, et les « méchants racistes », qu’ils soient Anglais (Abdul Karim est très mal intégré à la cour de Victoria) ou Indiens (et cela permet de sortir d’une opposition simpliste entre méchants colonisateurs et gentils Indiens), à travers le personnage de Buksh, le compagnon de voyage de Karim qui meurt en Angleterre, amer de ne pas avoir pu rentrer chez lui. Point positif dans cette approche duale : la confusion faite par les Britanniques entre « hindous », « Indiens » et « musulmans » est plutôt bien présentée. Victoria, quant à elle, est présentée comme une vieille femme, épuisée et bougonne, las de gouverner et peu intéressée par la vie de cour. Et ce, dès 1887, alors qu’il lui reste encore environ 14 années à vivre…

J’en viens donc au défaut qui m’a le plus frappé pendant le film : l’absence de repères chronologiques. En dehors d’un « 1887, Agra » au début du film, rien n’est fait pour souligner la temporalité du récit. L’action semble se passer en très peu de temps, quelques semaines ou moins, alors qu’elle s’étale sur cette quinzaine d’années qui séparent la souveraine de la mort. On aperçoit très rapidement à la fin du film sa date de décès mais je ne suis pas en mesure de dire si j’ai pu la repérer car je la connaissais déjà avant ou parce qu’elle est vraiment visible.

La reine Victoria et son serviteur Abdul Karim

« Tiré de faits réels, pour l’essentiel… » Ce rappel en début du film est un avertissement prudent permettant de ne pas faire de Confident royal un film historique. J’ai apprécié ce message : contrairement à son confrère Le dernier vice-roi des Indes, le film ne semble pas avoir de prétentions historiques, seulement narrer une histoire d’amitié transimpériale – et pas d’histoire d’amour niaise, j’ai apprécié que l’ambiguité de sentiments entre les deux personnages principaux soit traité avec finesse !

Évidemment, le scenario se permet dès lors des libertés : Victoria semble tout ignorer de l’arrivée d’Indiens – alors qu’elle s’en réjouit en réalité comme le rappelle Rozina Visram dans Asians in Britain : « The Queen was reported to be ‘as excited about them as a child would be with a new toy’ » ; on ne comprend pas que ces Indiens arrivent pour être domestiques et qu’ils sont en fait deux individus parmi de nombreux autres (domestiques mais aussi étudiants, savants…) ; ils arrivent directement avec leurs épouses alors que le film nous présente très tardivement Mme Karim… En outre, si les proches de la reine dénoncent continuellement les agissements intéressés du munshi, celui-ci est dépeint comme un individu sincière, innocent – aucune mention n’est faite des placements financiers en Angleterre et en Inde que sa relation priviligée avec la reine lui permet de faire ! Le dénouement semble davantage fidèle aux faits réels : à la mort de Victoria, le roi Edouard VII ordonne que les papiers d’Abdul Karim, plus précisément sa correspondance avec la reine soit brûlée. Ce dernier rentre alors à Agra où il décède en 1909. À cette date, un nouvel ordre est donné afin de détruire les courriers jusqu’alors épargnés. Le nouveau roi refuse tout domestique indien, se contentant de recevoir quatre officiers tous les ans, symbolisant l’unité de l’empire britannique.

Malgré des défauts, Confident royal m’a un peu réconciliée avec les films sur l’histoire indienne. Ce divertissement, qui n’a pas la prétention de faire redécouvrir l’histoire au public, a le mérite de ne pas tomber dans certains clichés cinématographiques. Pour une approche davantage historique, j’invite les potentiels intéressés à lire les quelques pages (p. 45-49) dédiées par Rozina Visram dans Asians in Britain. Il existe également un ouvrage qui a inspiré le film mais dont je ne connais pas le contenu – pour le moment.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *