Ciné-Asie // Le dernier vice-roi des Indes

Il y a quelques semaines sortait au cinéma « Le dernier vice-roi des Indes » de Gurinder Chadha, qui a précédemment réalisé Joue-la comme Beckham. L’occasion parfaite de mêler mes deux activités principales : l’histoire et le cinéma.

Le film débute au sein du palais royal de New Delhi où le personnel s’affaire afin d’accueillir le nouveau vice-roi des Indes, Lord Mountbatten, son épouse Edwina et leur fille Pamela. Si la chronologie est peu mise en avant dans le film, il faut savoir qu’ils arrivent en Inde en mars 1947. L’amiral qui a libéré la Birmanie pendant la Seconde Guerre mondiale a reçu une mission précise : préparer l’indépendance de l’Inde. Initialement prévue pour le début de l’année 1948, celle-ci est proclamée le 15 août 1947. Ainsi, le film suit cette route vers l’indépendance jusqu’à la partition et les déplacements de population qu’elle a induits. Cette intrigue historique se mêle très rapidement à une romance : Jeet, un hindou ayant été recruté spécialement pour être au service de Lord Mountbatten croise par hasard, après seulement quelques minutes dans l’enceinte du palais, Aaliason amour secret et (évidemment) impossible incarné par une musulmane promise (évidemment) à un musulman qui a disparu depuis la fin de la guerre. Si cette histoire d’amour mielleuse et son issue ne réservent aucune surprise aux spectateurs, ma réaction n’en est pas moins surprenante : j’ai détesté cette histoire d’amour ultra niaise et je déplore encore aujourd’hui qu’elle monopolise une bonne moitié du film. Se faisant, je trouve que le titre anglais – Viceroy’s House – reflète beaucoup mieux la réalité du film et sa nature hybride, entre docu-fiction et soap, que d’une véritable oeuvre cinématographique.

Si ce film m’a plutôt déçue, il a le mérite de revenir sur une période-clef de l’histoire indienne mais également britannique – la perte du « joyau » de son empire colonial – et introduit les principaux acteurs de ce tournant.L’enjeu est simple : que faire de cet immense territoire – un subcontinent dit-on – au sein duquel cohabitent différentes communautés, alors que l’idée d’une partition pointe le bout de son nez depuis une quinzaine d’années ?

La réalisatrice s’est appuyée sur deux ouvrages : The Shadow of the Great Game: the Untold Story of India’s Partition de Narendra Singh Sarila qui fut aide-de-camp de Mountbatten et membre de l’administration indienne, et Freedom At Midnight de Larry Collins et Dominique Lapierre. Je ne connaissais aucun de ces deux ouvrages et les quelques critiques que j’ai lues sur le deuxième me laissent dubitative…

Malgré un avis plus que mitigé, le film a parfois réussi à me « vendre du rêve » – et à me maintenir éveillée – en évoquant les mobilités étudiantes.

  • Partition et Pakistan

Les origines du Pakistan sont très brièvement présentées dans le film : le personnage de Jinnah, le leader de la Ligue musulmane fondée en 1906, évoque cette idée comme étant née au sein d’un groupe d’étudiants indiens musulmans en Angleterre au début des années 1930. Le parti-pris du film, prudemment affirmé, repose sur l’artificialité de la partition et de la séparation des communautés hindoue et musulmane. Elle provoque une haine décrite comme nouvelle, illustrée par de nombreuses scènes où des tensions apparaissent entre des individus vivant et travaillant ensemble depuis toujours – ou presque. En réalité, c’est un peu plus complexe que cela et la théorie des deux nations n’est pas née du jour au lendemain dans les couloirs d’une Inn of Courts – école de droit – londonienne. L’idée de partition est héritée de réflexions philosophiques anciennes. Elles ont connu un nouvel élan au cours de la période coloniale et ont été transposées en terme politique au sein de la Ligue musulmane et principalement par Jinnah.

Lord Mountbatten, Muhammad Ali Jinnah et Edwina Mountbatten à Delhi en 1947 Source : quora.com

Le « twist historique » du film – je vous épargnerai le twist romantique, je ne veux pas vous spoiler un scénario d’une originalité… inexistante –  met en avant les enjeux géopolitiques et géostratégiques de cette partition. Mountbatten réalise via la consultation d’archives que cette partition avait déjà été envisagée / négociée par son prédécesseur, Lord Wawell. Elle permettrait de maintenir une distance entre l’Inde de l’URSS – le Pakistan formant un territoire-tampon – et s’inscrit dans une logique de « pré-Guerre froide« . L’influence britannique serait préservée face aux Soviétiques et les premiers garderaient un accès privilégié sur le pétrole du Moyen-Orient. C’est l’idée de « Grand Jeu » reprise dans l’ouvrage de N.S. Sarila. La grande question que je me suis posée à ce moment-là est matérielle : on voit des archives diplomatiques à l’écran qui paraissent très authentiques. Il s’agit sans aucun doute d’un fac-similé mais cela m’a plu et m’a véritablement intrigué – et a suscité un petit regain d’intérêt...

  • Une élite anglicisée

L’entrée en scène de Jawaharlal Nehru – qui devient le premier Premier ministre de l’Inde indépendante dès le 15 août 1947 – est l’occasion d’introduire une élite anglicisée. Né à Karachi (au Pakistan actuel, ironie du sort), Nehru a – comme l’ensemble des leaders politiques indiens de l’époque (Gandhi, Jinnah, Ambedkarun intouchable qui est passé par Columbia avant de rejoindre la LSE ! – …) fait ses études au Royaume-Uni, de la très chic Harrow School au Trinity College de Cambridge. Ses manières anglaises sont soulignées – et pudiquement, sa proximité avec Edwina Mountbatten. Comme Gandhi et Jinnah, il a privilégié les études juridiques.

Jawaharlal Nehru en 1905 à Harrow School Source : Wikipedia

Si mon regret principal reste la greffe d’une histoire d’amour là où j’attendais un véritable film historique, je pense que certains éléments auraient mérité d’être mieux exploités. Le générique débute par un court récit de l’histoire familiale de Gurinder Chadha. Sa grand-mère a perdu un enfant au moment de la partition et a été séparée de sa famille. Sa migration l’a conduit à s’installer dans un camp de déplacés où elle a fini par retrouver son mari et ses enfants au bout de 18 mois. Mais alors, pourquoi ne pas avoir exploité cette histoire dès le départ, à la place d’une histoire d’amour aux allures peu réalistes ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.