Exposition // Les Vietnamiens en France (1920-1950)

Le 18 novembre 2016, j’ai eu la chance de participer au vernissage de l’exposition de François Trieu intitulée « les Vietnamiens en France des années Vingt aux années Cinquante » au sein de l’Union Générale des Vietnamiens de France, rue du Petit-Musc à Paris.

L’exposition – qui, malheureusement, a quitté les locaux de l’UGVF le 5 janvier 2017 – était composée d’environ 70 photos accompagnées de leurs légendes mais également de petites « fiches » biographiques et archivistiques composées par François.

photo-vernissage Qui ?

François est né à Paris en 1941 de parents vietnamiens. Son père est arrivé en France en 1919 en tant que cuisinier et sa mère en 1931 en tant que bonne d’enfant. Ils lui ont notamment légué une collection de photographies datant de l’entre-deux-guerres et de l’après-guerre. Motivé par ce passé familial, amateur de photographie et d’histoire, il a commencé à étudier le vietnamien une fois retraité afin de « connaître la langue et mieux comprendre la civilisation du pays ». Il a d’ailleurs réalisé une première exposition sur les « Indochinois dans la Grande Guerre », principalement à partir de photographies conservées dans les archives de l’Armée, aux Invalides.

Comment ?

L’exposition ne proposait pas une organisation chronologique mais sociologique. Nous suivions peu à peu les soldats, les domestiques, les restaurateurs, les étudiants, etc., tout en découvrant les principaux lieux de sociabilité de l’époque – restaurants mais aussi associations – et quelques photos au caractère davantage privé. Photographies face auxquelles certains invités au vernissage se reconnaissaient parfois.

photo-expo-ft

Pourquoi ?

Je l’ai déjà mentionné, François a d’abord été motivé par l’histoire de sa propre famille, en particulier de ses parents. Il souhaite également participer à la diffusion de la connaissance de l’histoire des immigrants vietnamiens en France depuis la première moitié du XXe siècle.

Dans ses interviews, François aime également rappeler que son exposition s’adresse à tous afin de « dissiper tout rejet de l’étranger ».

Et moi, dans tout ça ?

Ma rencontre avec François remonte au début de l’été 2016, à la suite d’échanges de courriels et de nos mémoires respectifs. Il fut l’une des premières rencontres qui me permit de saisir la dimension « non-académique » de mon travail, dimension qui rapproche histoire et mémoire – et qui pourrait être à l’origine d’une réflexion à part entière, ici ou ailleurs.

Quelques mois plus tard, me voilà donc invitée à participer en tant qu’historienne au vernissage.

Pour avoir le droit aux petits fours, ma mission était de présenter le contexte historique de l’exposition en huit minutes chrono ! Autant abréger le suspens : j’ai réussi ma mission mais l’accès aux petits fours s’avéra plus tardive que prévu. Ce vernissage a constitué un des moments les plus émouvants – et je dirais également gratifiants – de ma jeune vie de chercheuse, tant l’intérêt des invités – ayant pour 80 % d’entre eux des ancêtres vietnamiens – pour l’histoire des Vietnamiens en France fût grand !

NDLRL’ensemble des citations entre guillemets dans ce billet est issu de : « Entretien avec François Vương Triệu, réalisateur de l’exposition « Vietnamiens en France des années vingt aux années cinquante » par ĐỖ Thu Thủy, communiqué par l’interviewé.