Thèse // Étudier les étudiants

En rédigeant ce billet, j’ai longtemps hésité à l’intituler « Comment rester une étudiante toute sa vie ». C’est le sentiment que j’ai régulièrement en réfléchissant à mon objet de recherche. Mais mon objectif n’est pas ici de faire de la psychologie de comptoir alors…

Les étudiants ne constituent pas un objet nouveau pour l’historien. L’historiographie française est assez riche et variée. En 2016, j’ai pu constater la vitalité des recherches francophones sur les circulations et les mouvements étudiants en participant au colloque « Les circulations étudiantes dans l’espace francophone au XXe siècle : institutions, parcours et sociabilités » organisé entre Montréal et Fribourg par Matthieu Gillabert. J’y ai rencontré des historiens mais aussi de nombreux sociologues, linguistes… qui, ensemble, m’ont donné un aperçu du large éventail de thématiques autour de ce sujet.

Constat plutôt motivant – je suis ressortie avec plein d’idées de recherche auxiliaires à ma thèse… Il y a de quoi être occupée pour au moins 15 ans !

Les archives étudiantes sont nombreuses et variées – n’hésitez pas à aller voir ce qui se fait du côté de la Cité des mémoires étudiantes – née à Reims (comme moi ! Coïncidence ? … haha ) ou encore du côté du GERME.

Mon objectif ici n’est pas de faire une synthèse historiographique sur les étudiants ni de fournir une bibliographie exhaustive. Il s’agit plutôt de quelques réflexions sur mon approche des étudiants en situation coloniale – entre définition(s) et méthodologie de recherche – incluant quelques remarques à creuser.

Qu’est-ce qu’un « étudiant en situation coloniale » ?

L’étudiant en contexte colonial est-il un étudiant comme les autres ? Oui et non.

C’est d’abord un individu qui étudie, en étant inscrit dans un établissement d’enseignement quel qu’il soit. Il me paraît nécessaire d’insister sur la différence entre « élève » et « étudiant », distinction qui n’est pas toujours faite dans les sources que j’utilise. Dans ce cadre, il est indispensable de définir le plus précisément possible « qui » est « quoi » :

  • L’élève, c’est l’individu qui fréquente une école primaire ou secondaire, avec toutes les nuances que cela implique (dédicace au tricky « enseignement primaire supérieur » qui concerne bel et bien des élèves !)
  • L’étudiant, quant à lui, fréquente un établissement / un cours (1) post-secondaire. Ou post-primaire mais qui n’est pas secondaire.  C’est là que ça se complique (un peu).

Si l’on regarde la définition donnée par le Larousse en ligne, l’étudiant est une « personne qui fait des études dans un établissement d’enseignement supérieur, une université ou une grande école. » Ici, l’expérience française se dessine bien avec ses grandes écoles – totalement out (ou presque) en ce qui concerne la Grande Bretagne (2). Mais que faire des jeunes Vietnamiens, Indiens, Français, Britanniques, Chinois, etc. qui peuplent mon corpus en fréquentant une école dite « professionnelle » ou « technique ». Ne sont-ils pas des étudiants comme les autres ?

Si ! Deux éléments peuvent permettre de mettre en avant le rôle de ces étudiants « boudés » par le dictionnaire :

  • Élément n° 1 : en Indochine, les Français se sont montrés pendant très longtemps frileux envers la création d’un enseignement supérieur colonial. L’Université indochinoise n’est fondée – pour la première fois et très brièvement – qu’en 1907. Alors que les Presidency Colleges, équivalents britanniques en Inde, datent de 1857 ! Alors, avant, on n’étudie pas en Indochine ? Et bien si : une école professionnelle est fondée à Hanoi au cours de la décennie 1890 alors qu’on forme des interprètes à Saigon (aujourd’hui, Ho Chi Minh ville) aux lendemains de l’annexion de la Cochinchine (partie sud de l’Indochine). Face au succès de la première, les créations d’établissements professionnels s’accélèrent au tournant des XIXe et XXe siècles. En fait, cela s’inscrit dans la stratégie coloniale des Français : il faut un enseignement utile, pratique qui permet de mettre en valeur – et tirer profit – de la colonie. On y greffe généralement également l’argument civilisateur.
  • Élément n° 2 : Au sein de l’empire britannique, et en Inde notamment, l’enseignement technique fait l’objet d’un intérêt tout particulier. Des bourses et des rapports spécifiques – incluant d’ailleurs le Droit parmi les disciplines « techniques » – lui sont dédiés. En Angleterre, un comité pour les étudiants techniques indiens est effectif au cours de l’entre-deux-guerres (3). Mais, contrairement au cas français, l’enseignement technique peut être intégré au cursus universitaire.

Conclusion : mon objet d’étude est multiple, ne se limitant pas aux jeunes (et moins jeunes) gens peuplant les universités. Et cette multiplicité du type d’études est doublée par les origines variées de mes étudiants : coloniaux, ils sont d’abord Indochinois et Indiens mais peuvent aussi être issus des minorités des colonies concernées – comme les Chinois d’Indochine.

Le terme « coloniaux » doit être pris au sens large : mes étudiants, ce sont aussi les Européens présents dans les colonies : étudient-il dans la colonie ? Rentrent-ils à la métropole ? Dans quel but, selon quelles stratégies ?

Enfin, dans une perspective connectée, il me paraissait difficile de ne pas prendre en compte les étrangers venant étudier en Inde et en Indochine. Un petit exemple pour illustrer cela : en 1905, une École Pavie est créée à Hanoi afin d’accueillir des étudiants fils de mandarins du Yunnan, la province chinoise limitrophe. Si elle ferme ses portes dès 1908, elle n’en est pas moins un des éléments déclencheurs de la fondation de la première Université indochinoise, inaugurée en 1907. Ici, la notion « situation coloniale » est considérée d’une manière large : les étudiants ne sont pas forcément des « colonisés » mais, dans le cadre de leurs études, ils sont confrontés à la colonisation et s’insèrent – plus ou moins longuement – dans une société coloniale.

« Mieux vaut compter les moutons que les étudiants avant de s’endormir » :

Étudier les étudiants, c’est appréhender une multiplicité de parcours. Et c’est aussi essayer de quantifier tout ça.

Et là, ça se complique : les statistiques sont très très TRÈS aléatoires. Elles varient selon les territoires étudiés, selon les périodes, selon les établissements… Cela rend la tâche ardue, parfois frustrante, mais non moins passionnante !

Et la question des dénominations utilisées – lorsqu’elles existent – est elle-aussi primordiale : certaines statistiques présentent une catégorie « Asie », très fourre-tout, d’autres celle d' »Annamites » qui a priori est alors synonyme de Vietnamiens alors que pour d’autres, plus précises car prenant en compte les subdivisions administratives de l’Union Indochinoise, « Annamites » fait référence à la population du centre du Vietnam (l’Annam donc), n’incluant pas les Cochinchinois du Sud et les Tonkinois du Sud.

Mais cette question mériterait un post à part entière et j’y reviendrai sans doute.

NdlR : 

(1) Des « cours normaux » et des « cours de droit » sont organisés en Indochine au début du XXe siècle sans qu’ils soient à l’origine de la création d’un établissement d’enseignement spécifique. Il faut par exemple attendre le début des années 1930 pour qu’une École supérieure de Droit soit créée à Hanoi. 

(2) Le Royal Indian Engineering College me paraît cependant très proche d’une école comme celle des Mines en France. Une comparaison plus poussée mérite d’être faite, fondée sur une analyse du vocabulaire et des structures de l’enseignement supérieur en France et au Royaume-Uni. 

(3) À l’heure actuelle, je n’ai pas trouvé trace d’une structure similaire en France malgré la fréquentation d’écoles techniques et professionnelles – comme l’école Violet d’électricité, Paris XVe – par de jeunes Indochinois. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *