Thèse // The « C » words

Mon mois de janvier surchargé se termine, après l’envoi il y a dix minutes d’un papier et d’une proposition de communication… Il est donc grand temps de revenir alimenter ce carnet ! 

Vendredi dernier, je me trouvais à Lisbonne pour un Workshop « fermé » regroupant quelques chercheurs européens promoteurs d’histoires connectées de l’éducation, de l’internationalisme et de l’impérialisme au XXe siècle. L’objectif était – évidemment – de discuter de nos papiers respectifs mais aussi – et surtout – de leur avenir, avec plusieurs projets en cours d’élaboration. J’espère pouvoir en reparler très vite 🙂

Ce fut sans aucun doute l’événement scientifique le plus enrichissant pour moi jusqu’ici : échanger avec des chercheurs – confirmés, sans vouloir sous-estimer mon propre statut – autour des problématiques éducatives en contexte colonial avec, qui plus est, une approche méthodologique commune a été extrêmement plaisant et a nourri mes propres réflexions méthodologiques.

Si l’histoire comparée et connectée – vive les mots en « c » – s’est présentée comme une évidence pour moi dès l’élaboration de mon projet de recherche, ce choix n’est pourtant pas si évident. Comme j’aime le répéter, comparer pour comparer ne sert pas à grand chose intellectuellement parlant. La comparaison est un outil et pas une fin en soi. Une partie de mon travail – et donc de la future introduction de ma thèse – consiste à expliquer et justifier cet outil comparatif. Voici quelques pistes de réflexion autour de ces questions, nourries par le workshop mais également par un article que je suis en train de peaufiner :

1°/ La mobilité, c’est connecté : travailler sur les circulations, la mobilité, etc. c’est d’abord relier des territoires entre eux. Et également différents acteurs de ces mobilités : les étudiants bien sûr mais aussi les administrateurs coloniaux et gouvernementaux, les membres d’organisations, d’associations finançant ou organisant les mobilités, les familles d’accueil, etc. Tout cela participe au développement de réseaux – un autre mot-clef de mes recherches. Un exemple très simple : aux lendemains de la Grande Guerre, les départs d’étudiants indochinois – principalement vietnamiens – pour la métropole augmentent. Ce phénomène perdure tout au long de l’entre-deux-guerres. Les nouveaux partants bénéficient – entre autres – des témoignages des « Retours de France ». Si ils les incitent à partir, ils tirent également profit de leurs réseaux, des rencontres et « bonnes adresses » que les premières générations ont établis lors de leur propre séjour métropolitain. Pour reprendre les paroles de Miguel Bandeira Jéronimo, un des « workshoppers » de Lisbonne, la question des réseaux est centrale, venant compléter et enrichir une mobilité qui aurait pu se limiter à une simple circulation indépendante.

2°/ Je compare donc je connecte : mon objet est double : les étudiants indochinois – issus de l’empire français – et les étudiants indiens – issus de l’empire britannique. Mon objectif est de souligner les liens, les rencontres, les points communs et donc, les connexions entre ces deux groupes. C’est dans ce cadre qu’intervient la comparaison. Comme je le disais plus haut, il ne s’agit pas de comparer pour comparer mais la méthode comparative est pour moi un moyen, un outil afin de rendre possible et de mettre en lumière les connexions. Évidemment, la nuance est de mise (je passe mon temps à répéter à mes étudiants « Il faut nuancer votre propos !!!! ») : l’absence de connexions est aussi importante à souligner que leur présence. À partir de là, comment serait-il possible de comprendre ces liens sans connaître les deux systèmes d’enseignement coloniaux mis en place au sein des territoires étudiés ? Et comment échapper à l’étape comparative afin de croiser les expériences ? Car les expériences liées à l’enseignement supérieur en Asie française et britannique sont bel et bien différentes (1). L’exemple que je mobilise le plus souvent pour montrer ce décalage est le suivant : les universités ou Presidency Colleges sont fondées en 1857 à Calcutta, Bombay et Madras en Inde britannique tandis que l’Université indochinoise de Hanoi ne voit véritablement le jour qu’en 1918. S’il existe un embryon d’enseignement supérieur en Inde française dans les années 1860, il ne concerne que la formation de personnels juridiques (des cours de droit – sans école – sont instaurés dès 1836) et surtout de médecins auxiliaires utiles à l’administration des comptoirs français en Inde. MAIS ces éléments de différenciation ne sont pas à opposer aux connexions : l’un des collèges de Chandernagor (Inde française) a mis en place une section anglaise et est affilié à l’université de Calcutta, connectant Inde française et Inde britannique dès la deuxième moitié du du XIXe siècle.

3°/ Lieux de rencontre et transimpérialisme : la comparaison permet de dégager des connexions et ainsi de définir et d’étudier des lieux de rencontre, des « noeuds » au coeur des mobilités étudiantes. Le port de Marseille voit se croiser des étudiants indiens et indochinois. C’est d’abord le port où débarquent Vietnamiens, Laotiens et Cambodgiens rejoingnant la France, l’Indochine étant reliée à la France par les compagnies des Messageries maritimes. Mais c’est également une potentielle étape du voyage vers Londres.

Ces lieux, ce sont aussi les villes du séjour étudiant, qu’elles soient des villes universitaires majeures (Paris, Londres, New York, Tokyo…) ou plus modestes (Nancy est aussi un pôle attractif au début du XXe siècle pour toute personne désirant se spécialiser dans les Eaux et Forêts).

À une échelle plus grande, ce sont les associations, clubs, dortoirs, internats, cabarets et cafés… fréquentés par les étudiants.

Les sources coloniales et des ministères des Affaires étrangères témoignent de cette diversité et m’ont conduit très tôt (comprendre : il y a environ un an) à m’intéresser à le concept de « trans-impérialisme ». Celle-ci est davantage mobilisée au sein de l’historiographie britannique. Le trans-impérialisme met l’accent sur les circulations à travers les empires, gommant l’étanchéité des frontières impériales. Ainsi, l’approche trans-impériale permet de souligner la présence d’Indiens en France mais aussi au sein de l’empire japonais… Bref, tout un programme que je ne développerai pas davantage puisqu’il sera au coeur d’un article qui devrait être publié dans les prochains mois !

 (1) Cela sera l’objet de l’article en cours de finalisation évoqué plus haut. Il sera publié dans la revue Outre-Mer et est le résultat de mes premières interventions scientifiques – à Hong-Kong en mai 2016 et à Cambridge en juin 2016. 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *