Un an d’hypothèses

Et avec la nouvelle année, ce carnet fête ses 1 an !

Et oui, cela fait déjà un an que j’écris et publie ici, plus ou moins régulièrement, au fil de ma thèse, de mes hypothèses et idées plus ou moins pertinentes, de mes expériences et découvertes de doctorante (et parfois, d’addict au cinéma).

En janvier 2017, j’étais en deuxième année de thèse, je croulais sous les TD et les communications à préparer (au final, sans vraiment m’en rendre compte, j’aurai participé à une bonne douzaine conférences en une année), les copies à corriger mais j’étais surtout au cœur de mon parcours de doctorante.

En même temps, quoi de plus logique, me direz-vous, quand on se trouve pile au milieu de la durée réglementaire (et fantasmée) du doctorat ?

Ce que je veux dire ici, c’est qu’au bout d’un an et demi de thèse, j’avais pris – à peu près – mes marques au sein de mon école doctorale, de mon centre de recherche, de mon UMR… et mon rapport au monde de la recherche avait bien évolué. Au début de ma thèse, j’avais le sentiment d’être une étudiante un peu perdue au milieu des chercheurs. Sans aucune originalité, je souffrais d’un léger syndrome de l’imposteur et, même si je croyais en mon sujet de thèse, j’avais du mal à assimiler que moi aussi, je faisais vraiment de la recherche. Et que je pouvais détenir un savoir qui me serait propre.

Mais au fil des semaines puis des mois, j’ai pris conscience que la thèse, travail solitaire, pouvait paradoxalement offrir de belles rencontres et de riches moments d’échanges, en contexte académique ou non. Que les doctorants pouvaient pleinement prétendre à organiser des événements scientifiques. Ou encore, que les séjours aux archives pouvaient être une vraie aventure, à leur manière (pas de quoi tourner un nouvel Indiana Jones mais quand même).

En décembre 2016, quand j’ai participé à une formation sur l’usage du numérique en histoire en Sorbonne, je fus donc très réceptive au concept de « carnet de recherches« , qui ne m’avait jamais interpellée jusque-là. J’y voyais un moyen d’aller plus loin dans le partage constitutif de la recherche. J’avais envie de raconter ma thèse.

Il me semble que ma démarche était d’abord très égocentrée : « ma vie, mon œuvre » et « qui m’aime me lise !« . Et d’ailleurs, je ne m’attendais pas à des réactions outre-mesure. Le partage plus que l’échange, donc. J’avais déjà remarqué que la section « commentaires » des carnets parcourus était souvent peu utilisée. Mais cela m’importait peu. Partager, c’était aussi me rassurer, mettre des mots sur des expériences sensibles, m’assurer que je pouvais écrire sur la thèse tout en n’étant pas obligée d’écrire comme je le fais dans un article scientifique.

Je ne soupçonnais pas qu’au bout de quelques semaines, mon carnet allait me conduire à de nouvelles rencontres. Associé à un usage intensifié de TwitterVoies étudiantes m’a permis de discuter avec Antonin, de comparer expériences archivistiques cambodgiennes et vietnamiennes avec Yann ou encore de découvrir les recherches de Charles. Que demander de plus – si ce n’est que ça continue ?

Si la structure et le contenu du carnet demeurent expérimentaux – vais-je réussir à développer mon projet de notices ? Poursuivre mes critiques ciné en lien avec mes recherches ? Parler davantage des aspects concrets de la thèse ? – je crois que c’est cette forme-ci qui me convient le mieux. Pouvoir écrire quand l’envie et le besoin se font ressentir. L’avenir nous dira s’il en sera toujours de même dans un an mais en attendant, après ce premier billet de l’année un peu niais, je vous souhaite de passer un bon moment ici en 2018 🙂 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.