Autour de la thèse // Dans les archives nationales de l’Inde

En cette période festive, je viens de rentrer de mon premier séjour de recherches en Inde. Jusqu’à mon arrivée aux archives à New Delhi il y a environ un mois, mon programme demeurait relativement flou. L’ancien site internet des archives que j’avais pu consulter depuis la France ne me donnait pas accès à un catalogue en ligne. La grande question était donc : « Combien de temps rester à New Delhi ? »… Mes recherches se concentrant sur les mobilités étudiantes dans la présidence du Bengale, autour de l’université de Calcutta, j’imaginais trouver plus facilement des archives là-bas. Évidemment, il en fut tout autre…

L’entrée aux archives constitue la première épreuve : les chercheurs étrangers ont besoin d’une lettre de leur institution mais également de leur ambassade à New Delhi. Le nombre de chercheurs français se rendant aux Archives nationales est assez faible : le consul était donc bien étonné de me voir arriver pour réclamer mon courrier ! Cette démarche purement administrative s’est révélée assez utile puisqu’elle m’a permis de présenter mes recherches et d’avoir des contacts au sein du service de coopération universitaire et culturelle de l’ambassade et du Centre for Social Sciences and Humanities (CSH).

Une fois les différents courriers obtenus, il faut se présenter au local situé à l’entrée des archives sur Jan Path pour obtenir un petit papier bleu en échange de quelques informations et de son passeport – je m’appelais donc « Legrandjacuues » et venais de la « République de Francies » pendant trois semaines :

Prochaine étape : trouver la research room – et, au premier abord, ce n’était pas forcément évident sans panneaux – et s’inscrire. Étapes assez simples puisqu’il s’agit de remplir un formulaire et de donner les différents courriers.

Et c’est là que les difficultés commencent : on me tend deux-trois guides des archives et quelques index en me faisant comprendre qu’il faut que je les utilise pour commander des documents. La commande de documents se fait à l’aide de bordereaux à remplir à la main en donnant les bonnes informations (département et branche concernés, détails du document, date…). Le personnel en charge de ramasser les bordereaux n’étant pas archiviste, personne n’est capable de me dire si ma première commande est correcte. Évidemment, elle ne l’était pas et qu’elle fut ma déception lorsque le lendemain, tous mes bordereaux avaient été mis de côté avec la mention « Please clear reference« .

Première leçon des archives : toujours faire valider les premières commandes par l’archiviste. Si les systèmes généralement informatisés en Europe signalent automatiquement les mauvaises références et évitent des commandes nulles, le système manuscrit des archives indiennes exige – au moins les premières fois – de faire appel aux archivistes. J’ai croisé plusieurs chercheurs étrangers pendant mon séjour et je crois qu’aucun n’a réussi à obtenir des documents du premier coup…

Deuxième leçon : Il faut savoir que plusieurs index sont en accès libre dans la salle MAIS il s’agit seulement de ceux du Home Department et du Foreign Department pour l’essentiel. Dans mon cas, le département de l’éducation était rattaché au Home Department jusqu’aux années 1910. Ensuite, un Education Department indépendant puis un Education, Health and Lands Department ont vu le jour. Pour ces derniers, il fallait que je commande les index. Bref, il faut parfois deux commandes avant d’obtenir de véritables documents d’archives.

Troisième leçon : les informations affichées dans la salle ou sur les bordereaux ne sont plus valables. Il est indiqué que l’on doit laisser ses affaires dans un casier, fermé par notre propre cadenas, mais cela est faux. Personnellement, j’ai pu laisser mon sac sous mon bureau pendant mon séjour mais il semblerait qu’une salle adjacente serve de dépôt de sacs. Donc pas de panique si vous n’avez pas de cadenas. Plus important, il est inscrit que lors des trois dépôts de commande – à 10h, 12h30 et 15h – dix bordereaux peuvent être déposés. C’est faux et en un mois, je n’ai pas tout à fait saisi la logique : ce qui est sûr, c’est qu’il faut déposer 5 bordereaux max. Parfois, on peut en déposer 5 à chaque dépôt mais d’autre fois, c’est 5 par jour max. J’imagine que cela dépend de la masse de travail des archivistes. En outre, les premières semaines, j’ai déposé une dizaine de bordereaux pour ne recevoir que trois documents en échange, les autres papiers me revenant avec l’inscription « Brittle » (fragile) ou « NT » (non transmissible actuellement). Donc leçon complémentaire : être patient. Les archives nationales demandent quelques jours d’adaptation.

Dernière chose : les photographies sont interdites. Il faut donc soit recopier les documents, prendre des notes – l’option que j’ai choisie – soit demander des photocopies. Celles-ci arrivent en minimum un mois. Et il faut évidemment payer. Pour les chercheurs étrangers, il semblerait qu’il soit possible de se faire expédier les photocopies chez soi après son départ mais j’avoue n’avoir pas croisé quelqu’un ayant testé et approuvé ce système pendant mon séjour.

Finalement, je me suis habituée à ce fonctionnement particulier et une fois rodée, j’ai pu bénéficier de plusieurs dizaines de documents, dont de véritables pépites ! Les fonds sont très riches et d’une grande variété… Je n’ai pas pu épuiser les ressources et n’ai pas eu le temps de me rendre à Calcutta.

Pour faciliter ma tâche, au bout d’une semaine, j’ai découvert le nouveau site, Abhilekh Patal, comprenant un catalogue en ligne. Celui-ci est incomplet mais présente l’avantage de catalogue seulement les archives accessibles – un gain de temps non négligeable. Un service de numérisation à la demande doit bientôt être lancé, ce qui faciliterait la vie de nombreux chercheurs ne résidant pas à Delhi !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *