Colloque-Expo // « Lorrains sans frontières ! »

« Jamais deux sans trois ! » : mardi 17 octobre, je me rendais pour la troisième fois de l’année à Nancy afin de participer au colloque « Universités et Grandes Écoles – Circulations étudiantes internationales d’hier à aujourd’hui ». Cette fois encore, c’est une thématique vaste qui a été choisie afin de réunir des historiens, sociologues, linguistes… d’horizons divers et variés >> Programme disponible ici.

Je retrouvais avec plaisir des collègues rencontrés lors du double colloque sur les circulations dans le monde francophone organisé par Matthieu Gillabert en 2016, entre Montréal et Fribourg.
L’organisatrice Yamina Bettahar eut la bonne idée d’inclure des visites d’exposition en conclusion des deux journées. Ne pouvant pas rester jusqu’au mercredi soir, je n’ai bénéficié que de la visite du Musée lorrain qui occupe les élégants murs de l’ancien Palais des ducs de Lorraine. Sa vocation est d’offrir un panorama de l’histoire de la Lorraine – Meurthe-et-Moselle, Moselle, Meuse et Vosges– à travers des objets et des œuvres d’art variés.

 La conservatrice Sophie Mouton ne fut pas avare de détails pour nous présenter la nouvelle exposition « Lorrains sans frontières ! », consacrées aux mobilités et circulations depuis et vers la Lorraine à travers les siècles. À travers 8 salles au fil chronologique., celle-ci revient sur le rôle multiple de cet espace, à la fois carrefour, frontière, marche, terre d’accueil, de départs ou de simple passage…
Après avoir emprunté l’escalier de l’horloge, la visite débute avec une frise chronologique et la présentation de quelques notions-clefs permettant d’introduire des objets antérieurs à la période contemporaine. Très rapidement, l’exposition se consacre essentiellement aux XIXe et XXe siècles. Les Lorrains sont alors reliés au reste du monde grâce aux circulations maritimes. Ils fréquentent deux ports, Brême et surtout Le Havre, qui permettent d’embarquer pour le continent américain. Dès 1830, des migrations davantage méridionales apparaissent, vers la colonie nouvelle d’Algérie. En parallèle, fort d’une étude multiscalaire et multidirectionnelle, la deuxième salle met également en avant le rôle de colporteurs et autres marchands ambulants.
La question de la frontière est centrale (salle 3) : la défaite française de 1870 face à la Prusse suivie du traité de Francfort (1871) conduit à l’annexion allemande de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine. La population concernée doit alors choisir entre la France ou son voisin avant 1872 : les « optants », désireux de rester Français, doivent alors accomplir diverses démarches administratives afin de rester Français – des boîtiers de fiches sont exposés, ne représentant qu’une infime partie de ces optants. Les mouvements migratoires sont intenses alors, qu’en parallèle, des Allemands s’installent dans les zones annexées. À l’inverse, après la Grande Guerre, les populations allemandes doivent quitter la Lorraine – incluant les enfants nés de parents allemands et n’ayant vécu que dans cette région. On retrouve de solennelles affiches bilingues annonçant les nouvelles conditions de circulations et restrictions selon la nationalité.
Les circulations impériales et coloniales sont traitées dans toute leur diversité : la place des Lorrains dans les anciennes colonies états-uniennes est l’occasion de découvrir quelques pépites, telle la verrerie lorraine utilisée à la Maison Blanche. Des documents de l’Institut colonial, ouvert à Nancy en 1904, sont également exposés mais le document le plus… reste l’affiche publicitaire pour une brasserie ouverte dans le département français de l’Algérie.
Une immigration d’origine variée caractérise le XXe siècle alors que la région bénéficie des Révolutions industrielles. La photographie d’un « Restorante italiano » met en avant enchevêtrements linguistiques et transferts culturels. L’arrivée des Polonais est également traitée. La cinquième salle est également riche de témoignages oraux à écouter grâce à des casques mis à disposition.
Après une salle dédiée aux conséquences des conflits mondiaux et une autre à la période d’après-guerre – plus particulièrement aux migrations engendrées à la reconstruction, l’équipe du musée a voulu souligner la diversité et la mixité des populations de la Lorraine de nos jours. Des artistes contemporains ont été sollicités afin d’exprimer leur vision des migrations et de la diversité en Lorraine. Enfin, une dernière surprise vous attend au rez-de-chaussée, soulignant la présence d’une autre communauté migrante : les Tziganes.

Vous l’aurez compris, j’ai été particulièrement emballée par cette exposition, sublimée par les commentaires de la conservatrice. Un gros travail de scénographie a été fait, qui rend accessible et ludique les différentes salles. Mon côté « historienne » a particulièrement apprécié la diversité et la qualité des documents. Cela fait partie des expos au cours desquelles je me dis « Wouah, super sujet de recherches ! » « Oh, j’aimerais bien travailler là-dessus ! »… Bon ok, je suis peut-être un peu obsédée par les recherches et acquise aux questions mais après tout, je sortais d’une journée de conférence…

Bref, Lorrains ou non Lorrains, courez au Musée Lorrain avant le 2 avril 2018 et profitez-en pour flâner dans la jolie vieille-ville nanciéenne, prendre un verre sur la place Stan’ ou encore manger, comme nous, à l’Excelsior 🙂 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.