Ciné-Mobilité // « Avant la fin de l’été »

Ceux qui me suivent sur Twitter ou me connaissent « IRL » le savent, j’ai une légère addiction pour le cinéma. Elle me conduit à jouer à tous les jeux-concours possibles et imaginables pour gagner des AVP, séances à l’aveugle – je suis une adepte des CinExpériencede SensCritique – et autres séances au Mk2 Bibliothèque en sortant d’une journée de travail à la BnF.

Cela me conduit parfois à voir des films en lien – plus ou moins direct – avec ma thèse. Je vous parlais ici de ma déception Le dernier vice-roi des Indes et la sortie imminente de Confident Royal attise ma curiosité depuis quelques jours. Mais samedi dernier, c’est une autre vision des mobilités étudiantes que j’ai découverte avec Avant la fin de l’été, un film de Maryam Goormaghtigh, qui faisait partie de la sélection 2017 de l’ACid à Cannes –  rediffusée au Louxor le week-end dernier (et merci SensCritique pour les places).

Il met en scène trois amis iraniens – Arash, Ashkan et Hossein, incarnant leur propre rôle – vivant en France, alors qu’Arash, s’apprête à rejoindre l’Iran. Regrettant de ne pas avoir réussi à s’intégrer à Paris, et rappelant tout au long du film le peu d’intérêt qu’il estime susciter chez les Français, il souhaite passer le concours du barreau dans son pays natal afin d’y exercer le métier d’avocat. Les vacances estivales, et la traversée du pays vers le sud, sont alors présentées comme la dernière occasion de convaincre Arash de ne pas quitter le territoire français.

Fondé sur une histoire vraie, avec ses personnages non-fictionnels et son flirt permanent avec le documentaire, Avant la fin de l’été permet de faire le point sur les mobilités des étudiants iraniens, en France comme ailleurs. Ces migrations universitaires remontent au début du vingtième siècle alors que des bourses gouvernementales sont créées dès l’entre-deux-guerres, incitant les jeunes Iraniens au départ. Les événements de la fin des années 1970 renforcent l’émigration, favorisant d’abord l’Amérique du Nord mais également les destinations européennes. On peut penser à la propre expérience de Marjane Satrapi, narrée dans le très beau Persepolis. En outre, le nombre d’étudiants iraniens à l’international a plus que doublé depuis la fin du XXe siècle. Aujourd’hui, le français demeure une des principales langues apprises en Iran, ce qui explique encore la part belle faite à cette diaspora étudiante en France avec 1 653 ressortisants dans les établissements d’enseignement supérieur français en 2016(1). Cela classe la France en 4e place après l’Italie, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Ce film n’est pourtant pas un film sur les études proprement dites. Si elles constituent la toile de fond de la présence en Europe, très vite, elles participent à l’apparition d’autres enjeux. Les protagonistes sont tiraillés entre deux perspectives de vie, entre Iran et France : Hossein, qui n’a pas effectué son service militaire – obligatoire et d’une durée de deux ans en Iran – doit choisir entre rester en France sans jamais pouvoir retourner dans son pays d’origine et repartir, laissant derrière lui sa femme et la vie qu’il s’est construite à Paris. Arash, quant à lui, a réussi à être exempté de service en prenant beaucoup de poids et ne doit pas perdre ses kilos pour conserver le bénéfice de l’exemption.

Plus que les diplômes, c’est la capacité d’intégration, et notamment l’évolution de la vie sentimentale, qui semble déterminante pour la suite de leur vie. Ainsi, Maryam Goormaghtigh explique qu’elle a « construit un suspense autour de « Arash va-t-il tomber amoureux ? » et donc peut-être, rester en France »(2).

En outre, les circulations d’études sont à appréhender sur le temps long – Arash a étudié cinq ans en France – et concernent de jeunes adultes plutôt que de jeunes gens sortant tout juste de l’adolescence – Hossein a 33 ans lors du tournage du film (si je ne m’abuse) tandis qu’Ashkan explique avoir fait son service militaire à 18 ans avant de commencer son cursus universitaire, d’abord à Téhéran (si je ne m’abuse bis).

Mêlant documentaire et fiction, France et Iran, paysages verdoyants et désertiques, conversations et poésie, je recommande ce premier film pour son originalité et ses thématiques.

Pour aller plus loin : dossier élaboré par Campus France « Les dossiers Campus France – Iran », ici. 

(1) : Article de Sara Saidi sur EducPros.fr : « Enseignement supérieur : la France veut rayonner en Iran », disponible ici.

(2)Entretien intégré à la brochure diffusée par l’ACid lors de la séance. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *