Shaping Education // Bilan

Pour la deuxième année de suite, ma rentrée de septembre rimait avec un voyage vers le pays du lac Léman, du vin blanc qui ne fait pas mal à la tête et du menu Best Of à 12€, la Suisse.

J’y retrouvais mes collègues rencontrés à Lisbonne en janvier dernier pour la conférence internationale Shaping Education in the (Post)Colonial World dont le programme est disponible ici.

Cette conférence réunissait des historiens travaillant – de très près comme d’un peu plus loin – sur l’enseignement – dans sa définition la plus large possible, allant de l’enseignement pré-primaire au supérieur en passant par les formations techniques – au sein des espaces coloniaux et post-coloniaux. Il s’agissait de proposer une réflexion sur les acteurs et les paradigmes fondant ces systèmes éducatifs en soulignant principalement les multiples croisements et connexions qui les caractérisent. La genèse de ce colloque est à relier à deux projets :

> Celui de Damiano Matasci, porte-parole d’un projet SNF « Repenser la « mission civilisatrice » ? L’UNESCO, la France et la question éducative dans le monde colonial, 1945-1960″

> Celui incarné par Miguel Bandeira Jeronimo et Hugo Dores, rattaché à la Portuguese Foundation for Science and Technology : « Change to Remain? Welfare Colonialism in European Colonial Empires in Africa (1920-1975)« .

Trois angles d’études étaient mobilisés :

  • Le lien entre impérialisme et le « tournant global », mettant en avant de multiples interconnexions. Les dynamiques d’internationalisation du colonialisme sont ainsi à dégager : elles sont notamment visibles à travers l’existence d’organisations internationales qui participent à la réflexion sur le colonialisme.
  • Le rôle d’acteurs internationaux, à confronter et mêler à celui d’acteurs locaux. Les décalages entre le discours et la pratique sont alors à prendre en compte, notamment concernant la faiblesse de la mise en pratique et l’existence de résistances.
  • Les continuités et ruptures liées à la (dé)colonisation. Il ne faut plus considérer la décolonisation comme une période de renouveau, de rupture totale mais bel et bien étudier le devenir de l’éducation coloniale.

Bref, cette conférence s’inscrit dans la mouvance du renouvellement historiographique des colonial studies en prônant une histoire connectée et en repensant l’éducation et l’enseignement en situation coloniale. Elle laissait d’ailleurs une belle place aux jeunes chercheurs.

Cependant, une fois n’est pas coutume, les études africaines étaient davantage représentées que les autres espaces géographiques avec 18 communications contre sur l’Asie et sur les colonies australasiennes (par Gwendal Rannou, doctorant au Centre d’histoire de l’Asie contemporaine… oui, c’est logique !) Je me dois tout de même de souligner la diversité des espaces africains étudiés – Algérie, Tunisie, Égypte, AOF, AEF, Tanzanie, Mozambique…- ce qui a diversifié mes connaissances sur l’Afrique coloniale, qui se limitait aux nombreux exemples majoritairement « AOFiens » de mes cours d’agrégation sur « les sociétés coloniales à l’âge des Empires ».

Malgré tout, cette conférence s’est démarquée par la vivacité de ses discussions. Pour chaque panel, la traditionnelle discussion de 20-30 minutes a été largement dépassée. Cela permettait de compenser des chairs parfois trop succincts, ne soulignant pas les connexions et problématiques globales des panels, phénomène de plus en plus courant au sein des conférences, il me semble…

Je reste pour le moment volontairement muette sur le contenu des communications puisque des publications sont prévues 🙂 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *