EuroSEAS 2017 // Comment publier un article / ouvrage scientifique ?

Dernier compte-rendu de ma participation à l’EuroSEAS 2017 : le panel « How to get published ?«  du vendredi matin. Plusieurs intervenants – chercheurs et éditeurs – s’étaient réunis afin de prodiguer des conseils sur la publication d’articles et d’ouvrages scientifiques.

  • Duncan McCargo (University of Leeds, Critical Asian Studies & more…)

Duncan McCargo – président sortant de l’EuroSEAS – prend la parole en posant une question : « Comment décider quel journal va accepter votre papier ? » ! Le choix de la revue est central et exige d’être conscient des attentes du comité éditorial concerné. Regarder le sommaire est utile MAIS  ne reflète pas forcément ce que recherche le comité (changement de lignes éditoriales, etc.). Prendre contact avec le comité éditorial est dès lors recommandé : « Get some inside knowledge ! »

Il cite ensuite un mail qu’il a reçu quelques jours auparavant de la part du rédacteur-en-chef de Pacific Affairs. Celui-ci énumère plusieurs points qu’il recherche dans chaque article potentiel :

  • L’apport d’informations empiriques nouvelles destinées aux spécialistes ;
  • L’usage de matériaux cohérents incluant des matériaux en langues (ici) asiatiques ;
  • Un positionnement par rapport à la littérature préexistantes avec l’apport d’arguments : il faut citer les travaux déjà publiés tout en leur ajoutant quelque chose de nouveau ;
  • La clarté du propos et la maîtrise approfondie de la langue de rédaction.

Duncan McCargo mobilise sa propre expérience au Journal of Asian Studies. Il y avait créé un formulaire pour l’aider à sélectionner les articles, fondé sur deux questions :

  • Où se situe la recherche ? = éviter un simple compte-rendu, une synthèse de ce qui a déjà été fait auparavant.
  • Qu’ai-je appris grâce à la lecture de l’article ?

Il insiste d’ailleurs sur la nécessité de citer précisément les références en incluant les numéros de page.

  • Lucy Rhymer (Cambridge University Press)

 Il faut commencer par prendre connaissance du « contexte » et notamment des différentes collections existantes pour déterminer la plus appropriée pour son propre projet de publication. Attention, les Cambridge University Press n’éditent pas les « humanities studies » c’est-à-dire la philosophie, la littérature, les études filmiques…

Ils reçoivent au moins 10 propositions de livres par semaine au CUP !

La langue importe beaucoup et il faut s’assurer d’une relecture par un natif lorsqu’on envisage une publication en langue non-maternelle, même pour le mail de candidature ! Il faut que la soumission soit présentée d’une manière professionnelle : on peut ajouter un CV ou ajouter une lettre de motivation (cover letter).

Pour les manuscrits tirés des thèses, les éditeurs ne sont pas intéressés par la thèse elle-même ni par le rapport du jury. Il faut plutôt chercher à mettre l’accent sur son argumentation, sa problématique et réfléchir au public visé = présenter un projet ambitieux et original/!\ Attention /!\ Si la thèse est en ligne ou/et si des articles ont été publiés à partir de celle-ci, il faut les mentionner>> Le livre doit apporter quelque chose de nouveau par rapport à ces publications précédentes ! << On tolère généralement 2-3 articles à partir de la recherche doctorale, au-delà, cela risque d’être gênant pour la publication sous forme de livre. Il faut également penser aux questions de copyrightMay Tan-Mullins ajoute qu’il faut se débarrasser des chapitres méthodologiques de la thèse lorsqu’on soumet une proposition de publication.

Concernant le nombre de mots – aux CUP : 80 000 minim. / 120 000 max en incluant les notes de bas de page. Deux relecteurs sont choisis pour chaque ouvrage.

*Ici, je n’ai pas répété les conseils déjà donnés lors du panel pour jeunes chercheurs et présentés dans ce billet.

May Tan-Mullins met l’accent sur les différents types de publication qui existent : ouvrages / articles mais aussi academic / « commercial » journals. 

Il faut ensuite insister sur le « gap » que notre recherche veut combler.

Il faut être très prudent concernant le format et la langue ainsi qu’au nombre de mots : ce n’est pas optionnel ! Il ne faut pas penser que la qualité de l’article va effacer les exigences formelles !

« Faites un vrai travail de recherche ! » : le dépôt d’un dossier de candidature en vue d’une publication doit être préparé comme un entretien d’embauche. Il  doit donc inclure un véritable effort de renseignement sur la maison d’édition visée. Chaque détail compte : Gerald Jackson a par exemple un a priori négatif pour tout mail sans objet !

Le panel inclut également une série de questions/réponses incluant une série de conseils, résumés ci-dessous :

  • Regarder ce que les chercheurs les plus influents dans notre domaine font et ont fait : ne pas hésiter à les utiliser comme modèle !
  • Il faut répondre aux commentaires des relecteurs : ne pas les ignorer ! Il faut prendre soin de rédiger une réponse développée.
  • Aux CUP : pas besoin d’envoyer un manuscrit complet : 3 chapitres suffisent. Mais cela dépend des éditeurs !
  • Ne pas soumettre un article à plusieurs journaux MAIS c’est possible pour un ouvrage : le mentionner au moment du dépôt !
  • Les résumés de manuscrit doivent être le plus clair possible : une question claire doit être rapidement et facilement dégagée.
  • Un participant pose une question sur l’importance des recensions : elles sont jugées utiles par les chercheurs si elles permettent de se procurer et de lire des ouvrages utiles pour ses propres travaux. Mais paraissent peu importantes pour le CV – utiles pour le remplir en début de carrière ! Cependant, les éditeurs aiment que les auteurs potentiels aient fait des recensions.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *