EuroSEAS 2017 // Conseils aux jeunes chercheurs

Le premier panel auquel j’ai participé lors de l’EuroSEAS Conference était dédié aux jeunes chercheurs. Animé par le professeur May Tan-Mullins de l’université de Nottingham Nimbo – au dynamisme communicatif – cette double session regorgeait donc de conseils sur des thèmes variés : les communications, la publication dans des top-tier journals ou encore la vie après le doctorat. Nous étions une bonne dizaine de doctorants regroupés dans une immense salle des Examination Schools d’Oxford afin d’échanger sur nos expériences respectives. Après une présentation et quelques questions à chacun, les thèmes de la session ont été sélectionnés et May a adapté son travail en fonction de nos demandes.

Les présentations ont été l’occasion de dégager des points communs entre différents sujets de thèse dans différents domaines. Mes recherches sur l’histoire des mobilités étudiantes faisaient ainsi écho à ceux de Dorothy Ferary sur l’enseignement supérieur féminin en Indonésie et ceux d’Alexandra Samokhlvalova sur les étudiants africains en Malaisie au XXIe siècle. J’ai également découvert les travaux de Sander Tetteroo,un autre historien, sur l’aide humanitaire en Indonésie post-coloniale, ceux de Julia Berhens sur l’éco-impérialisme au Vietnam et enfin ceux de Sara Swenson sur le bouddhisme à Ho Chi Minh ville aujourd’hui.

Pour chacun de nous, May avait des conseils personnalisés. En tant que doctorante française qui souhaiterait poursuivre sa carrière post-thèse dans un établissement anglophone, elle m’a recommandé de garder à l’esprit les Marie Slodowska-Curie fellowships.

Voici pêle-mêle quelques pistes présentées pendant les exposés thématiques qui suivirent :

  • Comment publier dans un top-tier journal

Le conseil majeur donné par May se résume à trois mots : « SOUMETTEZ DES ARTICLES ! » Elle met en garde contre un perfectionnisme de l’extrême – non, je ne me sentais pas du tout visée, pourquoi ?!? – et estime qu’un article doit être soumis lorsqu’on estime qu’il est à 80% bon ! Les 20% correspondent selon elle à une marge d’ajustement inévitable que les reviewers exigeront quoiqu’il arrive.

Pour soumettre un article, il faut se poser plusieurs questions : est-ce que nos idées sont « tendances » ? Quel impact aura cet article ? Et surtout : « Quelle énigme souhaitons-nous résoudre ? »

L’article doit être évidemment structuré, notamment l’introduction, qui doit comprendre une accroche, une annonce de plan mais également l’approche théorique incluant l’historiographie, la présentation de la littérature préexistante et les outils mobilisés. May souligne l’importance de présenter sa méthode : « Comment obtenons-nous nos données ? » en y intégrant, si besoin, le degré de faisabilité. Malgré cette structure commune à tous les articles, elle rappelle qu’il est nécessaire d’individualiser son article – un article doit avoir une « personnalité », comme nous avons tous notre manière d’écrire – tout en dégageant l’originalité et la capacité à introduire de nouvelles connaissances et /ou pratiques du papier. Il ne faut pas hésiter à le présenter clairement : « Cet article contribue à … » etc. En bref, tout article doit participer à combler un fossé théorique ou méthodologique.

Autre élément primordial : identifier le bon journal. Il faut enquêter, se renseigner sur les différents journaux et ne pas les choisir seulement selon leur réputation (haha) ! Surtout, ne soumettre un article qu’à un seul journal à la fois. Le cas échéant, fort risque de black-listing par les journaux concernés ! May préconise ici de toujours commencer par les journaux de premier rang avant de soumettre auprès de journaux moins côtés. Ils permettent d’obtenir des relectures précises, incluant de nombreux commentaires, qui sont idéaux pour améliorer notre travail. Par ailleurs, il faut toujours répondre aux commentaires et donc aux relectures, le plus précisément possible. « Read and revise is almost as good as accepted ! » Ainsi, re-soumettre après modification est fortement conseillé alors que 20 à 35% des soumissions sont rejetées.

Enfin, s’il faut toujours bien prendre en compte le nombre de mots et le format du journal, May recommande également la co-écriture. Solliciter des chercheurs davantage confirmés lui semble possible, en leur proposant de se concentrer sur un aspect précis du travail.

  • Conférences et networking 

Cette partie fut plus brève.

May rappelle que l’utilisation de diaporama s’est fortement démocratisée – tout le monde ou presque en utilisait un lors de l’EuroSEAS conference – et exige la maîtrise de certaines règles comme « ne pas lire son diaporama » ou encore limiter le nombre d’images présentées sur chaque slide. Pour une présentation de 15 minutes, elle estime qu’il ne faut pas avoir plus de 12 slides.

Sa propre expérience lors de ces premières communications la conduit à nous déconseiller d’utiliser un micro si l’on est stressé !

Il faut mettre l’accent sur la conversation, la présentation ne doit pas être lue voire doit se faire sans notes ! J’avoue avoir été un peu sceptique ici : j’ai rarement vu des chercheurs parlés sans garder aucunes notes auprès d’eux. Si ceux qui n’en utilisent pas sont souvent brillants, d’autres chercheurs « avec notes » le sont tout autant donc… Il me semble qu’il faut surtout mettre l’accent sur l’aspect parlé et non lu du travail.

Ne pas hésiter à s’entraîner auparavant, notamment pour la période-clef de la communication : les questions-réponses.

Mais avant la communication, participer à une conférence c’est d’abord construire son réseau ! Pour cela, il faut consolider ses rencontres après la conférence, « follow up ! » en utilisant tous les outils possibles : email, academia, researchgate, linkedin, réseaux sociaux…  Un travail de « promotion » et « auto-promotion » est à faire.

  • La vie après le doctorat

… ou la partie la plus déprimante de la matinée ! Je vous passerai volontairement la description du système anglo-saxon d’enseignement et recherche…

Lorsqu’on commence à postuler, il faut valoriser sa maîtrise de la méthode et donc ne pas hésiter à mettre en avant ses techniques méthodologiques.

Un travail de veille est à mener. Pour le monde britannique, voir : jobs.ac.uk, les annonces dans The Guardian et The Times par exemple.

Autre conseil : réfléchir aux compétences acquises pendant le doctorat. Après tout, quelles sont les différences, les évolutions du Master au Doctorat ?

La session s’est achevée le soir, d’une manière informelle au King’s Arm, un célèbre pub d’Oxford où nous avons poursuivi nos conversations autour de pintes de bières 🙂 Dernier argument de choc pour assister à ce type de sessions lors de conférences. 

 


Une réflexion au sujet de « EuroSEAS 2017 // Conseils aux jeunes chercheurs »

  1. Ping : EuroSEAS 2017 // Comment publier un article / ouvrage scientifique ? | Voies étudiantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *