EuroSEAS 2017 // PhD Masterclass

La veille de l’EuroSEAS conference, j’ai participé à l’EuroSEAS PhD Masterclass, organisée au sein de l’élégant et flambant neuf Centre for Islamic Studies d’Oxford.

La fine équipe de la Masterclass ! Source : facebook.com/euroseas/

Nous étions sept doctorants issus de différents champs des sciences sociales et politiques à avoir été sélectionnés pour cette Masterclass. Pour ma part, j’ai pris connaissance relativement tardivement de cette opportunité, grâce à une de mes collègues de Paris 1 Christina Wu, qui a beaucoup insisté pour que je dépose ma candidature – MERCI ! Il me restait à peu près quinze jours en avril pour constituer le dossier composé de :

  • Une lettre de motivation ; 
  • Un CV d’une page ou comment réaliser que cela commence à être difficile de faire une sélection entre les différentes entrées de mon CV ;
  • Une description du projet de recherche en max 100 mots ; 
  • Une lettre de recommandation de mon directeur de thèse.

La description du projet de recherche m’a demandé à la fois un travail de synthèse et du recul, une réflexion renouvelée sur mon travail puisqu’il m’avait semblé utile à l’époque d’essayer de coller à la fois avec le thème sud-est asiatique – alors que la moitié de mon sujet porte sur l’Asie du Sud – et avec le thème de la religion sous-tendu par le Centre for Islamic Studies. J’ai donc mis l’accent sur la dimension régionale des mobilités étudiantes autour de la péninsule indochinoise.

Si j’avais un conseil à donner donc, cela serait : « Faites des dossiers ! »… Ce type d’exercice m’a été fortement utile. Cela m’a permis de dégager des nouveaux points d’accroche. Je ne peux que recommander aux autres doctorants de s’essayer à ces descriptions de projet – même si je dois avouer que c’est parfois décourageant d’avoir à constituer des dossiers en plus de nos emplois du temps déjà chargés ! 

J’ai appris en juin que j’étais sélectionnée. Bonne surprise : la Masterclass finançait notre déplacement jusqu’à Oxford, youhou ! Il fallait donc que je sois le 14 août au Centre for Islamic Studies à 9h tapantes ! Avant cela, je devais envoyer un résumé d’une page de mon projet de recherche + un article/chapitre de thèse (« lol ») reflétant ma recherche avant le 1er août.

J’ai décidé d’envoyer l’article que j’avais préparé pour mon workshop à Lisbonne car selon moi, il offrait une vue générale de mon travail. J’ai donc relu cet article fin juillet, ce qui m’a conduit à le modifier – et à le trouver globalement complètement nul ! J’ai également gommé le focus sur la dimension régionale dans la présentation de mon sujet. J’avoue que jusqu’au 14 août, j’ai un peu souffert du fameux syndrome de l’imposteur, en ayant eu l’impression de dissimuler une dimension de mon sujet lors de mon dépôt de candidature. Donc deuxième conseil pour les éventuels candidats aux prochaines Masterclass : they do not care at all ! Il faut évidemment travailler sur l’Asie avec un lien avec l’Asie du Sud-Est mais ce n’est pas grave si l’approche est plus large !

Début août, nous avons reçu l’ensemble des dossiers des sept participants et un dossier nous a été décerné à chacun. Nous devions le lire et en faire un commentaire de cinq minutes. J’ai ainsi pris connaissance des passionnants travaux de Seb Rumsby, de l’University of Warwick. Son projet s’intitule « The Political Economy of Christian Conversion among a Marginalised Ethnic Minority in Vietnam’s Highlands« Il a passé plusieurs mois sur le terrain entre 2016 et 2017, dans le nord du Vietnam, où il a interviewé 150-200 personnes, des Hmong mais également des membres des autorités locales, pour cette recherche liant conversion au christianisme – des conversions au protestantisme qui se développent depuis trente ans – et développement de cette communauté. Son article – qui était en fait son compte-rendu de recherche – m’a captivé – en le lisant, je n’arrêtais pas de faire « wouah ! » « génial ! », il ya des témoins ! – et j’ai rapidement trouvé des points communs avec mes propres travaux. Car faire un commentaire en 5 minutes sur un sujet qu’on ne connaissait pas 15 jours avant lié à un champ qui n’est pas le nôtre, ça fait flipper ! J’ai donc axé le mien sur les connexions : connections entre les Hmong et l’État vietnamien, connections entre les Hmong du nord Vietnam et la diaspora, connexions entre différentes communautés chrétiennes… 

Le jour-même, les présentations étaient organisées en panel de deux participants. Je passais dans le premier panel avec Seb, selon ce schéma :

  • Présentation de son sujet en 5 mins;
  • Commentaire du « doctorant associé » en 5 mins;
  • Commentaire de deux professeurs en 5 mins chacun;
  • Discussion.

Dès notre arrivée, le président de la Masterclass, Henk Schulte Nordholt, a insisté sur la bienveillance qui régnerait au cours de la journée : il ne s’agissait pas de mettre en doute nos travaux mais au contraire, que nous repartions avec des conseils utiles et le sentiment d’avoir avancé ! Et cela a bien fonctionné dans l’ensemble 🙂

Mon projet étant « gros » – et généralement jugé « trop gros » – cela fut très agréable pour moi que des chercheurs initiés ne cherchent pas à le réduire. En effet, j’ai souvent ce type de commentaires : « Mais tu devrais te contenter d’un territoire ! » « Débarrasse de l’Inde, concentre-toi sur l’Indochine ! »

Durant la Masterclass, l’intérêt de mon approche comparée/croisée a été souligné – yeah ! Elle a été associée à la dimension multiscalaire et on m’a encouragé à les présenter comme la spécificité et donc la contribution que j’apporterai à mon champ de recherche ! Mon approche mi-biographique mi-prosopographique (ce terme a d’ailleurs suscitée de nombreux commentaires parmi le « jury » car il est apparemment peu – voire pas – utilisé en dehors du champs de l’historiographie française) a été discutée également. On m’a incité à poursuivre cette alternance entre expérience général et cas particuliers. D’autres conseils concernaient mon article : accentuer la définition des notions (la notion d’ « inter-nationalism » a été à l’origine d’échanges animées haha), préciser la thématique de l’article, etc. Bref, un bilan positif car cela m’a permis de conforter certains choix, de réfléchir à de nouveaux éléments et surtout de « mettre le doigt » sur des points qui me gênaient grâce à des regards extérieurs !

L’autre atout de cette journée, c’est également de découvrir d’autres projets et de networker. La variété des thématiques allait vraiment dans ce sens, comme je vous en laisse juger via le programme de la journée ci-dessous :

9.15 -10.00 Seb Rumsby : “The Political Economy of Christian Conversion among Marginalised Ethnic Minorities in Vietnam’s Highlands”

10.00-10.45 Sara Legrandjacques : “Student mobility in colonial Asia (1850s-1940s) A Comparative Study of British Indian and French Indochina”

11.00-11.45 Petra Desatova : “Politics and Nation Branding in Thailand”

11.45-12.30 Widya Fitria Ningsih :  “Envisioning the Nation: Engaged women in the Decolonization and Cold War Indonesia”

14.00-14.45 Rosalia Engchuan : “Embodied Debates over Modernity: A Quest into State-Based Bureaucratic Censorship in Contemporary Indonesia”

14.45-15.30 Wimonsiri Hemthanon : “Framing on Facebook: Case studies on Thai virtual public sphere during the transitional period”

15.45-16.30    Thanti Octavianti : “Jakarta’s land subsidence crisis: A critical juncture analysis”

Je vous laisse découvrir leurs travaux – généralement disponibles en ligne – et encourage tout doctorant travaillant sur l’Asie du Sud-Est à saisir cette opportunité !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *