EuroSEAS 2017 // Introduction

La 9e édition de l’EuroSEAS conference a eu lieu du 16 au 18 août 2017 à Oxford. Tous les deux ans, les adhérents de l’European Association for Southeast Asian Studies – EuroSEAS donc – sont invités à participer à ce grand rassemblement. Ayant commencé ma thèse en septembre 2015, c’était ma première EuroSEAS conference.

Si cette association est européenne – les précédentes rencontres ont eu lieu à Leiden, Hambourg, Londres, Paris, Naples, Göteborg, Lisbonne et Vienne – elle rassemble des chercheurs du monde entier. Cependant, j’ai pu constater – avec étonnement – que la France y était très mal représentée. J’y ai moins entendu parler français qu’au cours de ma conférence à Camden en juin dernier ! Pourtant, malgré quelques inconvénients, cette conférence est une belle occasion d’échanger avec des chercheurs aux thématiques proches autour d’un point commun : l’Asie du Sud-Est.

Retour en plusieurs épisodes sur cette édition 2017…

Contrairement à d’autres événements scientifiques, l’EuroSEAS conference ne propose pas de thématique générale. Les panels offrent un aperçu très varié de l’état de la recherche dans les Southeast Asian studies (le programme est disponible ici). Ce qui est assez flagrant quand on regarde le programme, c’est de voir se dessiner les grandes tendances de la recherche sur l’Asie du Sud-Est : mobilités – notamment forcées autour des réfugiés -, éducation, mobilisation politique, recherche sur les minorités

L’ensemble des territoires composant la région sont représentés – avec quelques inégalités tout de même : forte représentation de l’Indonésie et de la Thaïlande, bonne représentation du Vietnam, de la Malaisie et des Philippines. Les autres États – je le déplore notamment concernant le Laos, le Cambodge ou encore la Birmanie – occupent encore une place assez secondaire. Il semblerait que des évolutions significatives aient tout de même lieu au fil des conférences : cela serait la première fois que le Vietnam soit au coeur d’un nombre aussi important de panels et communications ! Il ne reste plus qu’à espérer que les autres pays de la péninsule indochinoise connaissent le même destin ! 

Autre point positif : l’organisation de panels « pratiques » / « méthodologiques » destinés plus particulièrement aux jeunes chercheurs. J’ai participé à deux d’entre-eux dont un sur la publication (cf. compte-rendu à venir). Des chercheurs confirmés ainsi que des professionnels de l’édition offrent conseils et répondent aux questions dans une atmosphère bienveillante. Bref, une conférence qui se fait dans une ambiance de partage et d’accessibilité avec un bon nombre de rencontres informelles – dans les pubs de la ville – en fin de journée !

Tout cela offre de nombreuses occasion de « networker » et de booster sa collection de cartes de visite (utiles). J’ai également découvert des institutions que je ne connaissais pas – ou mal – à l’échelle de l’Europe et du monde. La diversité des thématiques, des champs de recherche… permettent également d’ouvrir des perspectives jusqu’alors non exploitées.

Quels points négatifs, me direz-vous ?

Et bien, le principal reste le coût de cette conférence : on dépasse les 200 euros (voire les 250) avec l’adhésion obligatoire à l’association – ce qui me semble logique mais s’associe mal aux frais de participation déjà élevés. Des réductions sont disponibles mais s’accordent davantage aux rémunérations sud-est asiatiques qu’aux réalités de la recherche européennes – comprendre ici français. Dis autrement : si vous êtes un doctorant sous contrat, vous êtes trop riches donc pas de réduction possible ! Si je ne regrette pas d’avoir payé – et j’ai pu bénéficier d’autres aides -, cela reste assez discriminatoire, principalement envers les jeunes chercheurs et les indépendants.

Enfin, autre léger bémol – qui est en fait à la fois inconvénient et avantage : l’interdisciplinarité et la diversité des thématiques, champs de recherche et territoires m’a parfois donné l’impression de ne pas trop savoir quoi tirer de cette conférence. Certaines sessions me semblaient bien loin de mes propres recherches et la fatigue aidant, j’ai parfois eu l’impression d’être perdu face à une telle diversité ou de manque de background pour saisir tout à fait le propos de certains panels. C’est évidemment l’inconvénient commun aux « très grosses » conférences mais la conférence parfaite ne peut pas exister, right ?!?

Entrée des Examination Schools où se tenait la conférence à Oxford. Source : photographie personnelle.

J’invite tout chercheur – notamment francophone – travaillant au moins en partie, comme moi ! sur l’Asie du Sud-Est à s’intéresser à l’EuroSEAS et aux événements qui l’entourent. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si la nouvelle présidente est franco-italienne,Silvia Vignato ! Si les conférences n’ont lieu « que » tous les deux ans, les organisateurs souhaitent encadrer d’autres événements entre temps… et ils sont ouverts à toute proposition.

Ici, les prochains billets seront consacrés à des compte-rendus de différents panels auxquels j’ai pris part au cours de la conférence. 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *