Notice // Le Comité Paul-Bert de l’Alliance française

J’inaugure ici une nouvelle rubrique, sobrement intitulée « Notice ». L’objectif est de présenter brièvement des infrastructures, personnalités, événements, etc., déterminants pour mes recherches doctorales et parfois méconnus. Il s’agit ainsi d’une aide, d’une préparation à la rédaction de la thèse qui me permettra, je l’espère, de mieux structurer mes idées, tout en y ajoutant parfois des éléments que je ne pourrai inclure dans mon texte académique.

  • Présentation 

Le Comité Paul-Bert de l’Alliance française a été créé au siège de cette organisation en 1907. Son objectif est de patronner des jeunes Indochinois qui entreprennent un séjour d’études en France. La limite minimale d’âge ayant été fixée à dix ans, ces élèves fréquentent principalement des établissements d’enseignement primaire supérieur, secondaire ou supérieur. 

En effet, les départs pour la France augmentent à l’aube du vingtième siècle, conséquence de la volonté de familles indochinoises – généralement aisées – de permettre à leurs enfants de bénéficier d’un enseignement occidental, considéré comme modèle et reflet du progrès, mais également des autorités coloniales qui mettent en place les premières bourses. Il faut combler les manques de l’enseignement colonial et permettre la formation d’auxiliaires coloniaux et d’une élite loyale. Ainsi, cette initiative, qui semble d’abord indépendante des pouvoirs publics, résulte de l’action de différents acteurs. L’ancien inspecteur des colonies André Salles est présenté comme un des pères du Comité Paul-Bert alors qu’une société dite « indigène », la Société tonkinoise d’enseignement occidentalprône en faveur d’un patronage des jeunes Vietnamiens et octroie des bourses par l’intermédiaire de concours.

Le règlement du CPB est diffusé à partir de 1909. Composé de plusieurs pages et incluant des statistiques, il est d’une grande précision. Vous pouvez le consulter ici.

Les étudiants patronnés se divisent en deux catégories :

  • Les pupilles : ils sont sous contrôle total du Comité, grâce à la déclaration de représentation remplie et signée par le responsable légal de l’étudiant concerné. Ainsi, le Comité organise leur départ en choisissant de la date et du bateau les conduisant jusqu’à Marseille, en donnant des conseils sur les bagages à emporter. C’est également les membres du CPB qui orientent les élèves vers un établissement précis : il s’agit de leur faire suivre des études pratiques et utiles à la colonie qui les conduisent vers des écoles professionnelles, école pratique coloniale, écoles normales…. Et surtout, un contrôle financier fort est exercé puisque les parents doivent envoyer la somme d’argent fixée au préalable au « patron ».

En échange, les tuteurs du CPB donnent régulièrement des nouvelles aux familles. La collaboration avec des établissements métropolitains permet également d’organiser la remise de prix, de récompenses aux meilleurs élèves. Ces cérémonies sont médiatisées et la classe politique française y participe.

Source : Le Gaulois, 12 août 1908

Parfois, le comité doit gérer des situations extrêmes – comme le décès de certains pupilles (cf. ce billet).

L’élève cambodgien Roeum, décédé en 1913 de la fièvre typhoïde. Le Comité Paul-Bert organise ses funérailles en France, à Saint-Pons et publie un livret d’hommage.

Source : Gallica

  • Les protégés : En échange du paiement de la cotisation, ils ne bénéficient que de conseils, aucun contrôle strict n’est exercé sur eux. C’est dans cette catégorie – qui reste minoritaire quantitativement – que l’on trouve le plus d’étudiants dans les facultés, à Paris ou en province (on retrouve notamment Nancy).
  • Enjeux de la recherche

Le Comité Paul-Bert joue un rôle central dans ma recherche, pour la période allant de 1905 à 1920, en ce qu’il cherche à contrôler et encadrer des circulations étudiantes. Alors que son rôle est valorisé par le monde colonial et politique et assez fortement médiatisé (il suffit de taper « Comité Paul-Bert » dans Gallica pour s’en rendre compte !), l’historiographie l’a peu étudié. Seulement quelques mentions rapides existent. Par ailleurs, la dimension lacunaire des archives de l’Alliance française rend la tache plus difficile : les archives de l’Alliance française ont été réquisitionnées par les nazis dans la Seconde Guerre mondiale puis sans doute par les Soviétiques. Au moment du rapatriement vers la France, les dossiers auraient été particulièrement peu épais. J’ai découvert lors du congrès de la FCHS, il y a deux jours, que cette situation est d’autant plus étrange que d’autres organisations dont les archives avaient été déménagées ont été renvoyés en France d’une manière beaucoup plus complète !

Mes objectifs concernant le Comité sont multiples :

  • Avoir accès à des listes d’étudiants patronnés afin de quantifier mais aussi de déterminer le statut des patronnés. Mes travaux ne concernant pas l’enseignement primaire et secondaire, il s’agit de calculer le pourcentage d’étudiants post-secondaires parmi les patronés.

Dans mon mémoire de M2, j’avais déjà pu trouver des listes avec les régions d’origines des étudiants autour de 1910. On retrouve la prédominance tonkinoise et cochinchinoise qui est un classique de la sociologie des étudiants indochinois à l’époque coloniale :

Origine des pupilles du Comité Paul-Bert en 1909 (Réalisation personnelle à partir de données trouvées aux ANOM, issue de mon mémoire de M2)

  • Analyser les conditions de voyage, d’études, de contrôle.
  • Déterminer la date de disparition du Comité : c’est LE grand mystère de ce Comité, il est très difficile de savoir quand il interrompt son action. Mon intuition est qu’il disparaît avec la réforme de l’enseignement et la formation d’un véritable enseignement supérieur colonial en 1917-1918 par Albert Sarraut. En 1921, un article des Annales coloniales intutilé « les indigènes de nos colonies bolchévisent la France » (dispo ici) mentionnent le rôle « jadis » du CPB « qui veillait sur les indigènes vivant à Paris. ». Si le CPB semble être ici assez méconnu – le CPB n’ayant jamais été exclusivement centré sur les étudiants de Paris -, son importance tout comme sa disparition sont avérés.
  • Enfin, dans une optique comparative et qui dépasse le cadre strict de ma thèse, j’aimerais situer le Comité au sein des activités de l’Alliance française et notamment étudier la présence – ou l’absence – d’expériences similaires au sein d’autres espaces. Dans ce cadre, ma rencontre avec Janet Horne vendredi dernier va être primordiale 🙂