Making-Of // Young Academic’s Voice

Il y a quelques mois, Olga Dror – qui gère la mailing list « Grapevine » destinée aux chercheurs sur le Vietnam d’une main de maître – me conseillait de soumettre un papier pour la rubrique Young Academic’s Voice (Y.A.V.) de la Kyoto Review for South East Asia, dirigée par Pavin Chachavalpongpun.

Le principe de Y.A.V. est simple – et résumé en vidéo ici : il s’agit de donner la parole à de jeunes chercheurs, issus de disciplines diverses et variées et rattachés à des institutions du monde entier mais travaillant tous sur l’Asie du Sud-Est – que cela soit à travers une approche régionale globale ou davantage nationale ou locale. Le sommaire des dernières publications reflète assez bien cette « diversité dans l’unité » :

Source : https://kyotoreview.org/young-academics-voice/

On retrouve d’ailleurs mon brillant collègue de l’EuroSEAS Masterclass, Seb Rumsby, pour le numéro de juin 2017 🙂 

L’occasion était trop belle de publier un article in Englishen accès libre qui plus est – autour d’une thématique que je ne pouvais que maîtriser puisqu’il s’agissait de présenter mon travail de recherche, à travers un angle précis. La spécialisation « Asie du Sud-Est » me conduisait à délaisser – à mon grand dam – l’Inde pour me concentrer sur l’enseignement supérieur en Indochine à travers un article intitulé A Colonial University for South-East Asia? The Indochinese University in Hanoi (1906-1945) …et disponible ici.

Mon objectif était donc le suivant : d’une part, couvrir l’ensemble – ou presque – de la période chronologique dans laquelle s’inscrit ma thèse(1) ; d’autre part, mettre l’accent sur la dimension connectée de ce travail. Les circulations d’étudiantes mais également d’idées, de modèles et de pratiques devaient sauter aux yeux des lecteurs, spécialistes ou non du Vietnam. Finalement, ce travail fait écho à  l’article issu de mon mémoire de Master et publié dans le Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, avec en bonus, de chouettes photographies issues des livrets officiels du colonisateur : 

Source : Man Hai https://www.flickr.com/photos/13476480@N07/sets/72157687329319306

Si écrire un article en langue étrangère a constitué un nouveau défi, Y.A.V. fut également l’occasion de ressentir les ambiguïtés auxquelles se confronte le doctorant. En effet, cet exercice impose d’être synthétique, ce qui paraît de plus en plus complexe lorsque les recherches doctorales conduisent à analyser des sources de plus en plus nombreuses et à atteindre un niveau d’érudition élevé sur son sujet. Je ressens toujours une grande frustration à ne pas pouvoir développer mes notes de bas de page ou à ne pas pouvoir donner davantage d’exemples précis – j’adore mes exemples fondés sur mes miettes biographiques d’étudiants . Pourtant, la préparation de l’article fut également l’occasion de prendre du recul. J’ai dû considérer mon objet – en tout cas, la moitié, en délaissant mes étudiants indiens – en son entier et opter pour une temporalité large. Par ailleurs, ce fut bénéfique de pouvoir reprendre / poursuivre une réflexion sur un sujet déjà travaillé en Master – cela donne une sensation de vertige étonnamment agréable, mêlant appréhension face au travail encore à faire et satisfaction devant celui déjà réalisé.

Enfin, quand je dis que le monde de la thèse est fait de nombreuses rencontres, la mise en ligne de l’article m’a permis d’échanger avec le webmaster de la Kyoto Review, en charge d’autres revues basées au Japon et pour lesquelles je vais peut-être bientôt fournir d’autres travaux… Affaire à suivre !

Si vous souhaitez participer à la rubrique Young Academic’s Voice, n’hésitez pas à contacter l’équipe de la Kyoto Review.

(1) Ici, je dois avouer que le XIXe siècle reste tout de même le grand absent de l’article puisque j’ai décidé de me concentrer sur la fondation de l’université de Hanoi, dès 1906-1907. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *