Autour de la thèse // Nancy, un pôle des mobilités étudiantes ?

Entre mes séjours à Hanoi et à Londres, cette deuxième année de thèse m’a aussi conduite dans une autre contrainte lointaine… La Lorraine ! 

Le 30 mai avait lieu une journée d’études préparatoire à un colloque international qui se tiendra à Nancy en octobre prochain sur le thème « Universités et Grandes écoles : mobilités étudiantes et scientifiques. Perspective socio-historique et contemporaine« .

Ma participation à cette journée d’études est le résultat de ma rencontre avec Yamina Bettahar, lors d’un colloque à Fribourg en septembre 2016. J’avais découvert quelques mois auparavant des archives, consultées à la Courneuve, mentionnant la présence d’étudiants et professeurs d’Inde britannique à Nancy. Le cas d’un étudiant, Kashir Dass, avait retenu mon attention. Celui-ci avait été accepté à l’École des eaux et forêts de Nancy. Le MAE et l’ambassade britannique en France s’inquiétaient alors des conditions d’accueil du jeune homme, cherchant à lui obtenir une place au sein d’une famille nancéienne. En parallèle, différents dossiers mentionnaient des visites d’écoles lorraines par des Indiens et des Britanniques soucieux d’optimiser la gestion du patrimoine forestier indien.

Ayant commencé mes études supérieures à Nancy, le rôle de cette ville m’a d’abord beaucoup amusée. Je ne connaissais alors pas grand-chose sur l’histoire de l’enseignement supérieur dans cette ville et j’appris avec beaucoup d’intérêt, grâce à un camarade doctorant, que l’École des eaux et forêts bénéficiait d’une aura internationale ! Une nouvelle mission se dessinait dans le cadre de ma thèse : déterminer dans quelle mesure Nancy a pu attirer des étudiants coloniaux, indochinois comme indiens, et donc, par extension, en faire un des pôles de mon étude croisée des mobilités étudiantes.

Yamina Bettahar était donc LA personne à rencontrer : elle travaille – en partie, car ses domaines de recherches sont variés – sur les mobilités étudiantes internationales avec un focus sur Nancy et la Lorraine, a beaucoup étudié les mobilités des étudiants coloniaux d’Afrique du Nord et notamment à travers l’attractivité des institutions scientifiques ! Le moment du déjeuner fut donc fatidique et le début d’une collaboration d’ores et déjà très riche.

S’ensuivit une première journée de travail à Nancy : notre projet est d’étudier le rôle impérial, transimpérial et international de l’École des eaux et forêts et de l’Institut colonial de cette ville grâce à une collaboration qui permettait d’avoir accès aux archives nancéiennes – et donc des institutions concernées – grâce à Yamina tandis que je me concentre sur les archives disponibles à Paris (La Courneuve et BNF principalement). Les archives nancéiennes contiennent notamment les registres des étudiants ayant fréquenté l’école. Un travail aussi bien qualitatif que quantitatif est donc à mener. Cependant, pour l’instant, il nous semble difficile d’avoir accès à ces registres pour la période post-Grande Guerre : une affaire à suivre donc !… Et le but « ultime » est de publier un article écrit à quatre mains d’ici la fin de l’année 2017.

En parallèle, Yamina m’a présenté et intégré à son projet de colloque international, qui mêlera approche historique et sociologique. Je retrouve donc l’approche multidisciplinaire et la chronologie « large » et surtout décloisonnante, qui fait écho à la journée d’études du 18 mai.

La journée d’études du 30 mai m’a donc permis de revenir à mes tous premiers travaux, ma présentation portant sur les mobilités des étudiants indochinois vers la France pour la période 1900-1939(1). J’ai élargi les bornes d’une de mes premières communications, faite à Montréal en juillet dernier et qui se concentrait sur l’entre-deux-guerres. Cette période correspond à l’apogée des mobilités étudiantes vers la France et a d’ailleurs été la plus étudiée par les chercheurs (2), souvent avec un accent sur la dimension politique et nationaliste de ces circulations. Une partie de mon travail consiste à élargir cette approche et donc à souligner la chronologie plus large des mobilités étudiantes. Les premiers étudiants partent en effet dès la deuxième moitié du XIXe siècle vers la métropole. Si leur nombre demeure réduit, cela permet tout de même de souligner la volonté d’une partie des élites locales de faire bénéficier leurs enfants d’un enseignement occidental et considéré comme moderne. Le nombre de départs augmente donc progressivement alors que les tentatives de contrôle par les autorités coloniales se développent. 1908 constitue alors un tournant dans l’encadrement avec le rôle du nouveau gouverneur général Antony Klobukowski. Il réforme des structures préexistantes comme la Mission permanente indochinoise en France, en crée de nouvelles et ce désir de contrôle est renforcé par l’action d’acteurs non-gouvernementaux comme le Comité Paul-Bert de l’Alliance françaiseJusqu’à la Seconde Guerre mondiale, on assiste à une multiplication des arrêtés et autres actions visant à contrôler les mobilités. Mais elles concernent principalement les étudiants boursiers. Les mesures visant à limiter les départs d’étudiants libres paraissent très limitées, si ce n’est inexistantes, alors qu’ils sont beaucoup plus nombreux. Mon hypothèse : les boursiers sont à l’origine d’un investissement financier, dans un but précis (= obtenir des connaissances pour participer au développement de l’Indochine) : il faut donc qu’il y ait un « retour sur investissement ». Les diplômés ayant obtenu des bourses pour leurs études sont tenus de rentrer dans la colonie afin de mettre en pratique leur savoir : les arrêtés précisent généralement que toute dérive conduira au rapatriement de l’étudiant et au remboursement des sommes offertes. L’idée d’études utiles (médecines, études industrielles…) prédomine, au détriment d’autres disciplines considérées comme improductives ou dangereuses, à l’exemple du droit.

Afin de m’écarter de la prédominance historiographique de la dimension politique des circulations, la deuxième partie de mon exposé présentait les modalités d’accueil, très variées. L’arrivée en France, par la mer et via Marseille, ne doit pas masquer la variété des conditions de voyage. Certains bénéficient de billets à bord des navires des Messageries maritimes, tandis que d’autres doivent y trouver un emploi ou voyager clandestinement. Les logements sur place varient (internats, logement chez l’habitant, logement individuel…). La nécessité de former une communauté indochinoise en France est souvent mise en avant dans les archives : la vie collective est présentée comme la condition indispensable à un bon séjour, limitant la nostalgie mais également les risques de succomber à diverses tentations (jeux d’argent, prostitution…) Il faut attendre les années 1925-1930 pour que les premières « superstructures » voient le jour : mon exposé s’achevait par la présentation de deux d’entre elles, le SAMI (Service d’assistance morale et intellectuelle aux Indochinois) et la Maison des étudiants de l’Indochine de la CIUP, déjà évoquée ici.

Nancy est donc un pôle de mobilités étudiantes à tous les niveaux : pour les étudiants des empires coloniaux du début du XXe siècle mais aussi pour les doctorantes comme moi, qui viennent y éprouver leurs hypothèses et premières conclusions 🙂

(1) Mon diaporama est consultable ici

(2) Voir notamment : Daniel Hémery, « Du patriotisme au marxisme : l’immigration vietnamienne en France de 1926 à 1930 », Le Mouvement social, n°90, 1975 ;  

Trinh van Thao, L’école française en Indochine, Paris, Khartala, 1995 ; 

Scott McConnell, Leftward Journey. The Education of Vietnamese Students in France, 1919-1939, New Brunswick-Oxford, Transaction Publishes, 1989… 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *