Journée d’études // Interconnexions [post-]coloniales

Le 18 mai prochain aura lieu ma première journée d’études en tant que co-organisatrice, sous le nom « Interconnexions (post-)coloniales, XX-XXIe siècle« , l’occasion pour moi de revenir sur l’organisation de cette journée.

Cliquez ici pour le programme détaillé

Ce projet est né il y a environ un an, à la suite d’une formation doctorale – comme quoi, il ne faut jamais sous-estimer l’utilité de ces formations^^ – qui n’avait pourtant rien à voir avec la thématique de la journée. J’y ai rencontré Karim Mammasse, un autre doctorant en histoire contemporaine qui travaille sur le budget militaire de la France entre les années 1940 et 1970. De mémoire, nous étions trois doctorants en contempo lors de la formation et nous travaillions tous sur des sujets qui touchaient de près ou d’un peu plus loin avec les territoires coloniaux. Karim eut la bonne idée de nous écrire à la fin de cette formation pour savoir si l’organisation d’une journée d’études autour d’une approche commune à nos travaux nous intéressait… Et j’ai dit « oui » !

Je m’embarquais alors dans une aventure toute nouvelle, quelques jours seulement avant ma toute première conférence (qui m’a amenée jusqu’à Hong Kong, mais c’est une autre histoire), et je n’avais donc pas du tout idée de comment tout cela allait se dérouler. Heureusement, Karim avait une vision plus claire des choses et nous avons commencé à organiser des réunions régulières dans une salle prêtée par notre UMR commun.

Quand je dis que la thèse est l’occasion de nombreuses rencontres enrichissantes, cette JE en est la preuve. Nos réunions mensuelles – ou bimestrielles selon la période – nous ont fait rencontrer Virginie Durand, ingénieure d’études à l’UMR Sirice et, élément important, secrétaire de rédaction des Cahiers Sirice. Grâce à elle, nous avons pu présenter notre projet au directeur de l’UMR et obtenir nos premiers soutiens. Et surtout Virginie nous a donné tous les conseils pour mettre en oeuvre notre journée. C’était notamment indispensable concernant les temporalités : je n’avais qu’une vague idée des délais nécessaires pour mener à bien notre projet, entre la constitution du comité scientifiquela rédaction et diffusion de l’appel à communications, la sélection des propositions reçues (et le gros stress pendant les semaines précédentes de ne recevoir aucune proposition haha) et enfin l’organisation matérielle de la journée.

En revanche, nous avons eu une idée précise relativement rapidement de notre thématique : nous voulions décloisonner l’histoire impériale et coloniale en travaillant sur les connexions entre les acteurs de la colonisation à travers les influences, concurrences et collaborations éventuelles ! Les chronologies différentes et complémentaires de nos recherches nous ont conduit à diviser notre approche en deux temps : la période coloniale et la période post-coloniale. À partir de là, je pense que le titre définitif de notre événement est assez clair !

(Sachez tout de même que notre premier titre – présent sur l’appel – faisait trois kilomètres de long « Influences, dépendances et interdépendances dans les espaces coloniaux et postcoloniaux du XXe siècle à nos jours » et nous sommes donc d’autant plus fiers du rendu final !)

Je ne sais plus exactement comment est venue l’idée de faire quelque chose de multidisciplinaire mais c’est un élément auquel je suis particulièrement attachée. Je trouve vraiment dommage de constater parfois un certain cloisonnement – voire une concurrence – entre différentes disciplines. Selon moi, l’idée d’une « science globale » reposant sur des discussions, des échanges, un partage entre chercheurs de différents champs est fondamentale. Cela ne veut pas dire que chacun doit faire de tout, au contraire, mais qu’il ne faut pas que l’histoire soit seulement destiné aux historiens… J’ai utilisé mon réseau d’ancienne étudiante de l’Institut français de Géopolitique pour lancer cette dynamique multidisciplinaire. Ainsi, le 18 mai, il y aura deux interventions de géopolitologues et une d’un économiste 🙂

Il fallait également constituer le fameux comité scientifique : nos directeurs de thèse respectifs y étaient intégrés de fait tout comme le directeur de l’UMR. Ensuite, nous avons contacté différents professeurs et maîtres de conférence dans les différentes disciplines que nous souhaitions couvrir. Le travail a été réalisé en deux temps : tout d’abord, utilisation de notre réseau ou de celui de nos DR puis recherche de profils susceptibles d’être intéressés. Cela nous a permis de constituer un CS assez varié, ce qui fut très utile lors de la sélection des communications.

L’appel a été diffusé courant octobre sur différentes plateformes (calenda, H-net, GIS Asie…) ainsi que par courriel via differentes écoles doctorales, la lettre de l’UMR, etc. Nous avions fixé la deadline à début décembre. En octobre-novembre nous avons reçu quelques propositions mais le plus gros est arrivé la dernière semaine. Les derniers jours ont été particulièrement fructueux, il « pleuvait des propositions » aussi variées les unes que les autres !

Il a donc fallu passer à une étape difficile : la sélection des propositions. En effet, nous avons reçu énormément de propositions intéressantes alors que nous n’avions que 8 voire 9 places disponibles dans notre journée (en prenant en compte que Karim et moi devions ajouter nos propres communications). C’est ici que le comité scientifique entre en jeu : nous leur avons communiquer les propositions en leur demandant de les trier ! Cela a permis d’écarter toutes celles qui ne collaient pas tout à fait à notre appel. Funfact : nous avons ainsi découvert qu’une autre thématique transparaissait à travers certaines communications autour de la transition colonial-post-colonial, en histoire de l’Afrique notamment. Pour départager, nous avons également demandé à 3-4 chercheurs d’affiner leur proposition de communication dans le but de faciliter notre sélection. Bon, ils l’ont tous très bien fait, ce qui n’a pas tant aidé que ça ^^’ mais cela nous rassurait sur la qualité des candidats ! Ensuite, nous avons tout simplement pris en compte le classement des membres du CS, les mathématiques nous ont donc sauvé… J’insiste sur l’aspect difficile de ce choix – qui ne fut pas tout le temps un moment agréable, notamment lorsque j’ai dû annoncer à un candidat – que je connaissais et dont je trouvais la proposition aussi passionnante que prometteuse – qu’il n’avait pas été retenu…

Une fois cette phase de sélection achevée, il ne restait « plus qu’à » finaliser le programme en organisant les interventions d’une manière logique. Heureusement pour nous, les propositions sélectionnées se partageaient assez équitablement entre périodes coloniale et post-coloniale, ce qui facilita la division de la journée en deux ! Ensuite, nous avons dû gérer les questions plus matérielles : une petite victoire avec l’obtention de la salle Marc Bloch (pour ceux qui connaissent Paris 1, vous savez que certaines salles sont petites et sombres, voire mal équipées, et donc peu engageantes pour une journée d’études. La Marc Bloch est certes vieillissante mais spacieuse et relativement claire !) et une grosse victoire pour notre demande de budget qui a été acceptée par l’UMR ! Ce qui nous a permis de prendre en charge les déplacements et logements des intervenants venant de loin et surtout de prévoir un bon buffet pour les pauses et le déjeuner (détail très important !) Nous avons été dans la foulée labellisés « journée des doctorants de l’UMR ».

À dix jours de l’événement, nous sommes en mode « publicité » : toutes les occasions sont saisies pour accrocher nos affiches, dans les fac mais aussi les bibliothèques et centres d’archives. Et nous inondons également internet ! Ma propre communication est quasiment prête (ce dont je suis assez fière, aussi « tôt » avant le jour J) et il nous reste à peaufiner notre introduction… Bref, ça devient bon 🙂


Une réflexion au sujet de « Journée d’études // Interconnexions [post-]coloniales »

  1. Salut Sara !
    Je n’avais pas lu ton billet avant aujourd’hui, lendemain de cette journée d’études dont on peut dire – en toute humilité – qu’elle fut un succès et semble avoir satisfait tout le monde, intervenants comme auditoire.
    Au commencement de ce projet (parce que oui, c’est notre projet !) j’avais lu un certain nombre de retours d’expériences de doctorants ayant organisé des journées d’études. En comparaison, et avec du recul, je m’aperçois que rien n’aurait pu mieux se passer pour nous ! Toutes les conditions du succès, je pense, étaient réunies : un soutien inestimable de notre UMR (technique et matériel), un comité organisateur se limitant à nous deux (faisant qu’il n’y a jamais eu de difficultés pour faire des choix et prendre des décisions), et, il faut le dire, le « facteur chance » (réponses nombreuses à notre appel à communications, nombre tout à fait honorable d’auditeurs pour un événement de doctorants).
    Au final, et malgré l’investissement personnel conséquent que cela représente, ce projet a été une expérience très enrichissante et très formatrice, qui nous a au surplus permis de faire de belles rencontres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *