Thèse // L’Université indochinoise (1) Origines

L’Université indochinoise – à l’honneur sur la page d’accueil de ce carnet – est un de mes principaux objets d’étude – et un de mes préférés également :). Fondée par les Français, elle accueille désormais l’Université nationale du Vietnam – plus particulièrement les facultés de sciences et de pharmacie, rue Lê Thánh Tông. Ce qui m’a permis de la photographier sous toutes les coutures au cours de mon séjour.

Ses débuts sont mouvementés avec deux fondations, liées à deux figures de l’administration coloniale en Indochine : Paul Beau et Albert Sarraut.
Au début du XXe siècle, il n’y a pas d’université en Indochine et les colonisateurs français sont réticents à développer un véritable enseignement supérieur, similaire au système français. Pour eux, l’objectif est de former des Indochinois « utiles » : des médecins auxiliaires venant assister les Français en « bouchant les trous » dans les effectifs, des artisans, des subalternes pour l’administration… Les possibilités d’études sont limitées : pas de lettres-sciences humaines, un enseignement approfondi du droit est considéré dangereux pour les « indigènes » qui auraient le « goût de la chicane »…

C’est dans ce contexte qu’on fonde en 1902 une École supérieure de Médecine à Hanoi qui est destinée aux Indochinois qui deviennent des officiers de santé mais pas des « docteurs ». On y trouve aussi une filière féminine avec les sages-femmes.
Paul Beau, gouverneur général de l’Indochine entre 1902 et 1908, change la donne : il estime que le rayonnement de la France passe – au moins en partie – par l’enseignement supérieur. Il faut attirer en Indochine française des Asiatiques tout en empêchant les Indochinois de partir étudier ailleurs (comprendre, à ce moment-là : au Japon principalement). Dans ce cadre a déjà été fondée une « École Pavie » destinée aux fils de mandarins du Yunnan, c’est-à-dire aux enfants de l’élite chinoise vivant dans les régions frontalières de l’Indochine.

Voilà, le Yunnan, c’est là, juste au nord du Vietnam et du Laos… Merci à ce blog et à Google Images pour cette carte… claire. 

C’est stratégique : en attirant les Chinois, on les intègre à la sphère d’influence française = c’est ce qu’on peut appeler une tentative de constitution d’un empire informel : le territoire n’est pas rattaché à la France, mais sous influence française car les Français y investissent – font construire des chemins de fer, ils échangent avec le pouvoir politique et administratif en tentant de faire évoluer la situation en leur faveur, etc. Là, il s’agit en gros de se mettre les mandarins – donc les administrateurs yunnanais dans la poche !
Comme cette école fonctionne bien mais qu’en même temps les Vietnamiens ont tendance à partir étudier au Japon, Paul Beau pense qu’il est temps de fonder une université. Ce sera à Hanoi et cette « UI » – Université indochinoise – est inaugurée en 1907. Dans l’arrêté de création en 1906, il prend bien soin de faire inscrire sa volonté que l’Université soit ouverte à tous les Asiatiques (1).
Dans les faits, c’est plutôt un succès – en tout cas c’était bien parti pour l’être. On ouvre trois écoles supérieures : droit et administration / lettres / sciences. L’admission est un peu sélective et il y a une quarantaine d’inscrits au lendemain de l’ouverture de l’UI…. pour une fermeture en 1908, pour des raisons financières. En vérité, les circonstances de la fermeture sont assez troubles et je peine à trouver des documents traitant directement la question.

Une dizaine d’années plus tard, le gouverneur général Albert Sarraut (dont le deuxième mandat s’étend de 1917 à 1919) relance le projet. Cette fois-ci, il se concentre sur la qualité indochinoise de l’université : il s’agit d’exercer un pouvoir d’attraction à une échelle d’abord plus modeste – celle de la colonie. En réalité, il s’agit plus d’un regroupement d’écoles supérieures réunies au sein d’une université qui n’a alors pas de personnalité civile.

L’UI attire de plus en plus d’étudiants indochinois au cours de l’entre-deux-guerres. Elle s’agrandit au cours des années 1920, même si ces travaux s’avèrent laborieux : j’ai trouvé des éléments à ce sujet aux archives il y a quelques jours… que j’ai survolé (En bref, les travaux commencent au début des années 1920 et doivent durer deux ans. MAIS au bout d’un an on se rend compte qu’ils sont insuffisants – les bâtiments risqueraient de s’écrouler – et l’entreprise se retire du projet). En parallèle, de nouvelles écoles et filières sont ouvertes comme l’école de Sciences appliquées en 1922, Beaux-Arts en 1924, une école vétérinaire indépendante en 1928 et surtout de Droit en 1931. C’est dans les années 1930 que certaines écoles commencent à proposer des cursus similaires à ceux de France. Le doctorat d’État en médecine n’est décerné à Hanoi qu’à partir de 1933 ! C’est pourquoi, durant l’entre-deux-guerres, les départs d’étudiants d’Indochinois vers la France sont de plus en plus nombreux !

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’amiral Decoux – le gouverneur vichyste de la colonie – valorise l’Université. Alors que jusqu’ici elle accueillait très peu de Français, ils sont plus nombreux à s’y inscrire. Pourquoi cet intérêt ? Ils ne peuvent plus rejoindre la France à cause de la guerre : les liaisons maritimes sont réduites voire inexistantes… On continue donc ses études dans la colonie, parmi les Indochinois. Entre 1939 et 1944, on passe donc de moins de 100 Français à presque 400 ! À partir de 1942, l’Université dépasse le millier d’étudiants… La compagnie de tramway locale accepte alors de relier à tarif préférentiel l’Université et la Cité U, située en périphérie.

Il y a quelques années, le gouvernement vietnamien et la direction de l’Université ont décidé de choisir 1906 comme date de fondation de l’Université nationale du Vietnam qui a hérité des bâtiments de l’UI. Cela a permis de fêter l’année dernière les 110 ans de la fondation. Pour l’occasion, un site a été dédié – aujourd’hui malheureusement inaccessible. Si cette valorisation du passé colonial peut étonner, elle a, selon moi, l’avantage de préserver et diffuser l’histoire riche en rebondissements de cet établissement – dont je pourrais parler pendant des heures / sur des pages et des pages 🙂

(1) Je développe ces éléments dans les différents articles – scientifiques ou plus généralistes – que j’ai écrit sur le sujet. Vous pourrez les retrouver ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *