Archives // Le centre n°1 à Hanoi

Du 14 février au 5 mars, j’effectue un séjour scientifique à Hanoi et retrouve le centre n°1 des archives nationales du Vietnam, situé dans le quartier récent de Cầu Giấy. Il s’agit de mon deuxième séjour à Hanoï en six mois, qui se révèle d’ores et déjà être très différent du premier !

Avant mon premier départ en juillet 2016, j’avais tâté le terrain auprès de mes (rares) connaissances s’étant déjà rendues aux centre d’archives à Hanoï. Les témoignages divergeaient : entre une collègue doctorante qui me présentait le personnel comme accueillant, chaleureux, parlant français (ce qui est rassurant pour une novice en vietnamien comme moi^^) etc. et un chercheur de Hong-Kong me conseillant de m’armer de patience, je ne savais pas trop sur quel pied danser. Si, avant de partir, je n’étais pas réellement inquiète – à un tel point que c’est le jour du départ que je me suis rendue compte que les archives étaient situées dans une banlieue non localisée sur la carte de mon Lonely Planet – tout a rapidement changé lorsque je suis arrivée sur place.

Après la « séquence émotion » de l’arrivée au Vietnam – après deux ans et demi de recherches sur ce territoire que j’analysais sans connaître concrètement –  suivie de la « séquence découverte » – tant visuelle que culinaire (je n’insisterai jamais assez sur la qualité des Street Food Tours dans le vieux Hanoi) – est venue la « séquence stress/panique » associée à une bonne vieille intoxication alimentaire (rien à voir avec le Street Food Tour, je vous voir venir !) : en relisant les mails de mes collègues, je réalisais qu’un délai d’une semaine était parfois évoqué pour obtenir une carte de lecteur puis une semaine pour obtenir les premiers documents. Sur un séjour d’un gros mois, le calcul était vite fait : je risquais de ne pouvoir travailler effectivement qu’une quinzaine de jours. À cela vient s’ajouter les horaires « à la vietnamienne » des archives : ouverture « très » tôt le matin (même si, en réalité, personne n’est là avant un bon gros 10h) puis pause-déjeuner avec évacuation des lieux entre 11h30 et 13h30 pour une réouverture l’après-midi entre 13h30 (souvent plutôt 45) et 16h30 (voire 16h25, mais là je chipote un peu) !

J’arrivais donc un peu anxieuse le mardi 19 juillet devant le bâtiment qui paraissait étrangement désert. Première épreuve : trouver la salle de lecture. Aucune indication dans une autre langue que le vietnamien et beaucoup de portes… mais pas âme qui vive… Je fais le tour du rez-de-chaussée, sans croiser personne… et commence à me dire qu’après mon séjour à l’hôpital de la veille, il y a un complot pour m’empêcher de retrouver mes étudiants indochinois. Finalement, je me dirige un peu au hasard vers le 1er étage : au milieu du hall, j’arrive enfin devant une porte avec un écriteau où est indiqué « PHÒNG ĐỌC / SALLE DE LECTURE » : ouf !!! Les sources ne sont plus qu’à une porte de moi ! Je reprends confiance et pousse la porte de la salle… Me voilà dans l’immense salle de lecture – presque vide. L’employée parlant français est bien là – seulement un peu moins chaleureuse que je l’imaginais. Mais par « miracle », je n’ai besoin que de remplir un formulaire pour être autorisée à consulter des documents. Je donne ma lettre de recommandation par principe mais je sens qu’on l’accepte pour me faire plaisir… Et je suis autorisée à m’installer derrière un ordinateur de la salle pour apprendre comment commander des documents.

Avant Hanoï, j’avais déjà pu remarquer que – malgré des similitudes et un résultat final similaire – chaque centre d’archives fonctionne à sa manière, entre la salle des inventaires virtuelle des AN, la carte magnétique des ANOM et le système en libre accès sur le site internet de la British Library… Hanoï se caractérise par un système que je qualifierai de « proto-moderne sous contrôle » : on fait des recherches sur un logiciel relativement neuf mais déjà daté, partiellement traduit en anglais avec un système assez lourd (il faut cliquer à plein d’endroits différents pour pouvoir réserver un document – un peu comme pour le site des AN en fait haha…). Une zone « Research files » permet de parcourir les inventaires à partir de mots-clefs. Or, je consulte des archives coloniales en français : il me faut utiliser sur un logiciel en vietnamien traduit en anglais des mots-clefs en français « vietnamisé », c’est-à-dire avec une approche très vietnamienne de l’usage des accents. Et à une lettre près, tout s’avère très différent : « école » ne donne pas la même chose que « ecole » – et la deuxième occurence donne davantage de résultats. C’est encore plus complexe lorsqu’il s’agit de noms propres. Lorsque j’ai cherché des noms cambodgiens, je me suis heurté à des difficultés que je n’ai pu résoudre qu’au « petit bonheur la chance« . Une amie m’a demandé de rechercher d’éventuels dossiers sur « Thiounn ». Après avoir essayé « Thiounn » / « Thioun » … j’ai trouvé un dossier – à partir d’un autre nom – qui évoquait un « Thiumm », qui désigne (peut-être) le même individu.

Les listes de requêtes prêtes, il faut les envoyer vers les ordinateurs des employés qui impriment les listes (on sépare les archives papiers des archives numérisées – ce que je n’ai pas fait la première fois vu que personne ne m’avait prévenue !). Ces listes sont signées par le lecteur puis par le chef de salle puis envoyé au directeur pour signature / validation. Ensuite, j’imagine qu’elles sont transmises au personnel des salles de conservation qui sortent les documents – manuellement ou via une procédure informatique. Un sujet comme le mien ne pose pas de problème, l’approbation du directeur a été rapidement donnée, mais j’imagine que d’autres, notamment ceux portant sur l’histoire du Vietnam post-1945, peuvent exiger de la part des chercheurs davantage de talents de négociation…

Comme je viens de le sous-entendre, une partie des archives a été numérisée : c’est le cas des archives du Gouvernement général de l’Indochine ou de la Mairie de Hanoi. Celles-ci sont seulement consultables sur les ordinateurs de la salle de lecture via le même logiciel qui propose une lecture assez désagréable : soit l’archive est adaptée à la taille de l’écran = trop petite pour pouvoir lire un document manuscrit, soit elle est zoomée à un niveau prédéterminé = seulement un ou deux mots apparaissent en TRÈS GROS à l’écran, ce qui implique de faire glisser le doc avec la souris d’une manière fort peu commune… Si les photographies n’étaient pas déjà interdites d’une manière générale, elles seraient de toute manière tout à fait inutiles avec ce type de documents !

Le seul avantage de ses archives numérisées, c’est qu’elles arrivent très vite : dès le lendemain matin, je pouvais les consulter. J’alliais donc ordinateur vietnamien et le logiciel de traitement de texte de mon ordi portable pour parcourir la mine d’or de sources (44 pages de notes 🙂 ) sur l’École Pavie.

La semaine suivante, mes « archives papier » m’attendaient – elles étaient sans doute là depuis plusieurs jours mais je m’en suis peu souciée jusqu’à avoir terminé les documents numérisés – et j’abandonnais enfin mon double écran pour un mono-écran, après avoir perdu au moins 5 points de vision 😉

J’étais plongée dans mes dossiers – qui sont très similaires dans leur forme aux dossiers que l’on trouve aux ANOM (des petites pochettes en papier rose) –  quand la chef de la salle de lecture est venu m’apporter… une facture ! Et oui, moi qui avais bien cru voir indiquer des tarifs sur les affiches mais avais décidé de les ignorer, devais désormais payer pour les documents consultés pendant les deux premières semaines !!! Le système est à la page, ce qui contraint les employés à compter régulièrement le nombre de feuillets (la numérisation leur évite ce travail, même si j’ai pu constater que  le nombre de feuilles indiqué sur le logiciel était parfois faux…). Pour ces quinze premiers jours, j’en ai eu pour une bonne trentaine d’euros ! Il a fallu que l’on m’accompagne à la comptabilité pour faire tamponner des papiers dont un reçu que l’on m’a remis contre environ 750 000 Dongs… En revanche, à la fin de mon séjour, on ne m’a pas demandé de repayer quoique ce soit… À voir si pendant mon séjour, ils vont retracer mon parcours et me demander un « paiement à retardement » ! Les conditions tarifaires sont – selon moi – un repoussoir pour les étudiants vietnamiens. De plus, le directeur de l’EFEO à Hanoï me confiait hier que les étudiants et historiens vietnamiens utilisaient très peu les archives et qu’il avait déjà passé plusieurs jours d’affilée seul dans la salle de lecture ! Un constat aux antipodes de ce qu’on peut voir à Paris, à Londres ou à Aix !

Lors de la deuxième « fournée » d’archives, j’ai cru intelligent de demander des documents le jeudi après-midi. Les archives étant fermées le vendredi après-midi, je me disais que cela me permettait de rester dans mon quartier le vendredi et d’être sûre que les archives m’attendent le lundi matin. Elles ne sont arrivées que le lundi après-midi, vers 14h30-15h. Il est donc assez difficile de s’y prendre à l’avance : les délais varient – en fonction du nombre d’employés présents j’imagine. Et nous ne sommes pas prévenus lorsque les archives sont prêtes (il n’y a aucune possibilité d’avoir accès au compte lecteur en dehors des archives). Selon exige donc de se rendre dans le district de Cầu Giấy au risque de rester bredouille. Dans ce cas, il y a un Cộng Cà phê juste en face des archives où l’on peut passer de longues heures à travailler en sirotant du café glacé à la noix de coco !

Jeudi dernier, j’ai eu le privilège de récupérer le téléphone de mon employée francophone – qui a retrouvé la chaleur que l’on m’avait décrite il y a plus de 6 mois – afin de pouvoir l’appeler avant de prendre le bus pour les archives lundi matin 🙂 J’ai donc bon espoir que ce -court- séjour aux archives me réservent d’agréables surprises !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *